X
Apps mobiles urbaines : comment elles nous facilitent la vie
Jérôme Cartegini / mercredi 13 septembre 2017 / Thèmes: Mobilité, Dossier

Apps mobiles urbaines : comment elles nous facilitent la vie

Illustration avec Nantes dans ma poche et Web G-Ny (Grand Nancy)

Lorsque vous tapez le nom d’une ville dans Google Play ou dans l’App Store d’Apple, c’est une myriade d’applications qui sont proposées tant par les municipalités que par des éditeurs divers et variés. Une grande partie de celles proposées par les collectivités locales servent plus de vitrines technologiques que de véritables outils au service des citoyens. Article paru dans le n°159 de L'Informaticien.

 

La ville de Nantes a créé, avec « Nantes dans ma Poche », une application « smart city » à forte valeur ajoutée pour ses administrés. Contrairement à une ville comme Paris qui propose une application pour chaque service (Vélib’, Paris Piscines, Dans ma Rue…), celle-ci regroupe tous les services au sein d’une seule et même plate-forme. Outre une interface graphique dernier cri particulièrement intuitive, l’accent est mis sur l’interactivité avec et entre les citoyens par le biais d’outils collaboratifs. Elle offre notamment la possibilité aux usagers de signaler et géolocaliser tous types d’anomalies survenant sur la voie publique (feu de signalisation cassé, lampadaire en panne, dégradations d’un abri de bus…) de prendre une photo de l’envoyer. En plus d’un large éventail de services (stations de vélos, places de parking, événements, transports en commun, circulation, informations de la ville…), Nantes dans ma Poche bénéficie d’une interface et d’un menu personnalisables.

Intuitivité et personnalisation

Concrètement, les utilisateurs ajoutent uniquement les services dont ils ont besoin parmi ceux proposés. Alain Le Coz, directeur des relations avec les collectivités locales Pays de Loire chez Orange, explique comment elle a été développée : « Nous avons une approche de co-construction avec d’une part les collaborateurs des différents services de Nantes Agglomération (une douzaine d’ateliers réalisés et animés par Orange) et d’autre part par des ateliers avec des citoyens nantais volontaires animés par la Start Up Sensipode (une agence de design thinking basée à Nantes et Paris). Cela a permis de conforter la proposition de la version pilote Nantes dans ma Poche qui dénombre actuellement plus de 75 000 téléchargements sur Android et iOS. »

Des approches innovantes

Avec la plate-forme « Ma ville dans ma Poche » d’Orange Smart Cities, l’opérateur a déjà séduit plusieurs villes, dont Nantes, Bordeaux, Perpignan et l’Orne. Même si elles reposent sur la même plate-forme, chaque application est totalement différente et aucune n’offre le niveau d’efficacité que celle de Nantes. La collaboration avec les services de la collectivité et les citoyens nantais volontaires a été sans aucun doute déterminante dans ce projet qui fait désormais référence dans le domaine des applis citoyennes. D’autres acteurs tels que Neocity et Capgemini développent également des plates-formes mobiles innovantes pour les communes. Lancé en 2015, la start-up Neocity compte déjà une douzaine de villes à son actif dont Sens, Nemours, Montmorency, ou encore Nozay. L’entreprise propose une solution innovante comprenant une vingtaine de fonctionnalités à la carte dans lesquelles les villes peuvent piocher : actualités/agenda, menu des cantines, travaux, signalement d’anomalies sur la voirie, sondage, e-démarches, contact direct avec la mairie, transports, déchets, services municipaux, etc.

 

Les équipes municipales gèrent l’application par le biais d’une interface d’administration simplifiée qui permet d’envoyer des notifications push ou de traiter les signalements des administrés en temps réel. « Ces dernières années, le mobile a pris une place considérable dans la vie des Français. C’est un canal privilégié pour les mairies. Avec Neocity, nous voulons combler l’écart technologique qui subsiste entre citoyens et administrations et militons pour une #GovTech à la française », déclarent Victor Perraud et Pierre Saulnier, les cofondateurs de Neocity. L’application de la ville de Sens, par exemple, fait la part belle à l’open-data en mettant à disposition des administrés une profusion d’informations. Elle se démarque également en permettant de faire de nombreuses démarches administratives habituellement accessibles sur le site internet de la mairie ou une appli dédiée.

 

Géolocalisation et open-data

En pointe sur les services numériques, l’entreprise Capgemini s’est fait remarquer en concevant l’application et le service Web G-Ny pour la commune du Grand Nancy. Très bien notée par les utilisateurs, elle combine des fonctions participatives pour les usagers et des informations utiles de manière à faciliter les déplacements dans l’agglomération : tram, bus, vélos, automobiles, et TER. Pascal Boënnec, chef de projet chez Capgemini détaille ses principales fonctionnalités : « Ces nouveaux services multicanaux facilitent les déplacements des utilisateurs sur l’ensemble du territoire de la communauté urbaine. Ils permettent notamment d’évaluer les itinéraires multimodaux intégrant tous les moyens de transport public existants, en indiquant le temps de parcours estimé. Chaque trajet peut être visualisé sous forme de feuille de route et itinéraire complet sur une carte. Ces services offrent par ailleurs des fonctionnalités participatives et sociales aux usagers, qui peuvent par exemple signaler des incidents et les transmettre à la collectivité pour intervention. Véritables assistants de mobilité, ces services personnalisables permettent également d’obtenir en temps réel des informations sur l’état de la circulation, les horaires des transports publics et la disponibilité des parkings. Ils exploiteront, à terme, l’ensemble des données publiques de la communauté urbaine du Grand Nancy et permettront aux utilisateurs d’enrichir les informations, notamment en termes de conditions de circulation. » Bien qu’elle se montre efficace, cette application qui compte actuellement 5 000 utilisateurs s’apparente plus in fine à un outil de calcul d’itinéraires qu’à une application citoyenne.

 

Des services perfectibles

Le développement des applications pour les smart city en devenir en France est loin d’être entièrement satisfaisant. Si Nantes dans ma Poche constitue sans doute l’une des plus abouties, l’absence de fonctions open data, d’e-démarches, et institutionnelles lui fait défaut. Cette solution fait toutefois mouche avec son interface personnalisable qui évite l’effet d’usine à gaz que l’on retrouve souvent dans les applications citoyennes. C’est sans doute l’une des raisons qui explique son succès qui se relève beaucoup plus modéré pour les applications citoyennes concurrentes… ❍

Print
2075

Name:
Email:
Subject:
Message:
x
Rechercher dans les Dossiers
Actuellement à la Une...
L’héritier du Safe Harbor a passé sa première revue annuelle. La Commission européenne se dit satisfaite des progrès faits par l’administration américaine, sans toutefois se montrer trop enthousiaste : de nombreux points restent à améliorer pour garantir la protection des données des citoyens européens.

Une personne à supprimer sur une vidéo ? Un élément moche du décor ? Pas de problème : avec la fonctionnalité (expérimentale) Cloak d’Adobe, vous pouvez enlever ce que vous n’aimez pas lors du montage vidéo.

Ils sont 31 cosignataires d’une lettre adressée aux autorités européennes, à Bruxelles. Ils s’alarment, voire s’insurgent, contre l’orientation du nouveau code des télécoms qui va selon eux à l’encontre de ce qu’il faut faire pour créer la « Gigabit Society ». 

Elle doit servir au paiement mobile, mais l’application Izly, conçue pour les Crous, avait un autre objectif. Collecter les données de géolocalisation des étudiants afin de leur envoyer des notifications ciblées… et des campagnes publicitaires.

Retour en Israël pour la seconde édition de l’IT Press Tour dans ce pays. La première journée a été bien remplie avec 3 visites dans des entreprises dans des secteurs d’activité très variés : Web, sécurité et gestion des données.

Conçu par le créateur d’Android Andy Rubin, l’Essential Phone est pour le moment une catastrophe en termede ventes, mais aussi du point de vue juridique puisqu’il est poursuivi en justice pour l’exploitation d’une technologie de transmission de données.

Ce serait la concrétisation d’une rumeur qui circule depuis août dernier, et qui permettrait à Cisco de se diversifier dans les communications unifiées, alors que son cœur de métier stagne sur la vente de switches et de routeurs.

La start-up américaine lève 502 millions de dollars supplémentaires. Ils s’ajoutent à la somme déjà astronomique déjà récoltée, de 1,3 milliard de dollars. Et rares sont ceux qui ont vu ne fut-ce que l’ombre d’un prototype.

Pour une fois que les acteurs du Web et les défenseurs de la vie privée en ligne tombent d'accord : tous rejettent en bloc le rapport sur le règlement ePrivacy adopté hier en commission par les eurodéputés. Le texte est à la fois trop contraignant et pas assez...

C’est via son site Uber Movement que le spécialiste des VTC publie une carte avec les données anonymisées de milliers de trajets en région parisienne, issue de l’activité des chauffeurs. 

Toutes les News

LIVRES BLANCS

Repensez votre approche en matière de cybersécurité, un Livre Blanc Fortinet.

Pourquoi les leaders de la sécurité sont désormais contraints de faire face aux principales menaces de sécurité. 

Le paysage de cybermenace continue de croître et d’évoluer. Cybersecurity Ventures prévoit que la cybersécurité deviendra un business de mille milliards de dollars entre 2017 et 2021.



Les tendances du stockage de données en France face au digital,
un Livre Blanc HPE.

La transformation digitale s’opère dans tous les secteurs d’activités et à tous les niveaux des entreprises et des organisations. Les données collectées, traitées et échangées croissent en volume comme en valeur et deviennent de facto un véritable enjeu stratégique. 


Une étude Ponemon sur les coûts liés aux failles de sécurité en France, un Livre Blanc 3M France

IBM et Ponemon Institute ont réalisé une étude en 2016 sur les coûts liés aux brèches de sécurité. L'étude a été accomplie dans de nombreux pays dont la France. Il ressort de cette étude que les coûts ont augmenté en passant de 134 € à 141 € par personne. Et, en moyenne, le coût pour une entreprise s'élève désormais à 3,4 millions d'euros. 


Les nouvelles possibilités du Service Management, un Livre Blanc easyvista.

La transformation numérique des entreprises offre de nouveaux champs d’actions en matière de services rendus aux utilisateurs et ce afin d’améliorer leur vie quotidienne et leur productivité. 


Infrastructure IT gérée dans le cloud, un Livre Blanc Cisco Meraki et Inmac-WStore.

Ce Livre Blanc traite des tendances informatiques modernes et explique comment les produits Cisco Meraki fonctionnent en synergie pour fournir une solution informatique globale, fiable et complète pour les entreprises.


Tous les Livres Blancs