X
Apps mobiles urbaines : comment elles nous facilitent la vie
Jérôme Cartegini / mercredi 13 septembre 2017 / Thèmes: Mobilité, Dossier

Apps mobiles urbaines : comment elles nous facilitent la vie

Illustration avec Nantes dans ma poche et Web G-Ny (Grand Nancy)

Lorsque vous tapez le nom d’une ville dans Google Play ou dans l’App Store d’Apple, c’est une myriade d’applications qui sont proposées tant par les municipalités que par des éditeurs divers et variés. Une grande partie de celles proposées par les collectivités locales servent plus de vitrines technologiques que de véritables outils au service des citoyens. Article paru dans le n°159 de L'Informaticien.

 

La ville de Nantes a créé, avec « Nantes dans ma Poche », une application « smart city » à forte valeur ajoutée pour ses administrés. Contrairement à une ville comme Paris qui propose une application pour chaque service (Vélib’, Paris Piscines, Dans ma Rue…), celle-ci regroupe tous les services au sein d’une seule et même plate-forme. Outre une interface graphique dernier cri particulièrement intuitive, l’accent est mis sur l’interactivité avec et entre les citoyens par le biais d’outils collaboratifs. Elle offre notamment la possibilité aux usagers de signaler et géolocaliser tous types d’anomalies survenant sur la voie publique (feu de signalisation cassé, lampadaire en panne, dégradations d’un abri de bus…) de prendre une photo de l’envoyer. En plus d’un large éventail de services (stations de vélos, places de parking, événements, transports en commun, circulation, informations de la ville…), Nantes dans ma Poche bénéficie d’une interface et d’un menu personnalisables.

Intuitivité et personnalisation

Concrètement, les utilisateurs ajoutent uniquement les services dont ils ont besoin parmi ceux proposés. Alain Le Coz, directeur des relations avec les collectivités locales Pays de Loire chez Orange, explique comment elle a été développée : « Nous avons une approche de co-construction avec d’une part les collaborateurs des différents services de Nantes Agglomération (une douzaine d’ateliers réalisés et animés par Orange) et d’autre part par des ateliers avec des citoyens nantais volontaires animés par la Start Up Sensipode (une agence de design thinking basée à Nantes et Paris). Cela a permis de conforter la proposition de la version pilote Nantes dans ma Poche qui dénombre actuellement plus de 75 000 téléchargements sur Android et iOS. »

Des approches innovantes

Avec la plate-forme « Ma ville dans ma Poche » d’Orange Smart Cities, l’opérateur a déjà séduit plusieurs villes, dont Nantes, Bordeaux, Perpignan et l’Orne. Même si elles reposent sur la même plate-forme, chaque application est totalement différente et aucune n’offre le niveau d’efficacité que celle de Nantes. La collaboration avec les services de la collectivité et les citoyens nantais volontaires a été sans aucun doute déterminante dans ce projet qui fait désormais référence dans le domaine des applis citoyennes. D’autres acteurs tels que Neocity et Capgemini développent également des plates-formes mobiles innovantes pour les communes. Lancé en 2015, la start-up Neocity compte déjà une douzaine de villes à son actif dont Sens, Nemours, Montmorency, ou encore Nozay. L’entreprise propose une solution innovante comprenant une vingtaine de fonctionnalités à la carte dans lesquelles les villes peuvent piocher : actualités/agenda, menu des cantines, travaux, signalement d’anomalies sur la voirie, sondage, e-démarches, contact direct avec la mairie, transports, déchets, services municipaux, etc.

 

Les équipes municipales gèrent l’application par le biais d’une interface d’administration simplifiée qui permet d’envoyer des notifications push ou de traiter les signalements des administrés en temps réel. « Ces dernières années, le mobile a pris une place considérable dans la vie des Français. C’est un canal privilégié pour les mairies. Avec Neocity, nous voulons combler l’écart technologique qui subsiste entre citoyens et administrations et militons pour une #GovTech à la française », déclarent Victor Perraud et Pierre Saulnier, les cofondateurs de Neocity. L’application de la ville de Sens, par exemple, fait la part belle à l’open-data en mettant à disposition des administrés une profusion d’informations. Elle se démarque également en permettant de faire de nombreuses démarches administratives habituellement accessibles sur le site internet de la mairie ou une appli dédiée.

 

Géolocalisation et open-data

En pointe sur les services numériques, l’entreprise Capgemini s’est fait remarquer en concevant l’application et le service Web G-Ny pour la commune du Grand Nancy. Très bien notée par les utilisateurs, elle combine des fonctions participatives pour les usagers et des informations utiles de manière à faciliter les déplacements dans l’agglomération : tram, bus, vélos, automobiles, et TER. Pascal Boënnec, chef de projet chez Capgemini détaille ses principales fonctionnalités : « Ces nouveaux services multicanaux facilitent les déplacements des utilisateurs sur l’ensemble du territoire de la communauté urbaine. Ils permettent notamment d’évaluer les itinéraires multimodaux intégrant tous les moyens de transport public existants, en indiquant le temps de parcours estimé. Chaque trajet peut être visualisé sous forme de feuille de route et itinéraire complet sur une carte. Ces services offrent par ailleurs des fonctionnalités participatives et sociales aux usagers, qui peuvent par exemple signaler des incidents et les transmettre à la collectivité pour intervention. Véritables assistants de mobilité, ces services personnalisables permettent également d’obtenir en temps réel des informations sur l’état de la circulation, les horaires des transports publics et la disponibilité des parkings. Ils exploiteront, à terme, l’ensemble des données publiques de la communauté urbaine du Grand Nancy et permettront aux utilisateurs d’enrichir les informations, notamment en termes de conditions de circulation. » Bien qu’elle se montre efficace, cette application qui compte actuellement 5 000 utilisateurs s’apparente plus in fine à un outil de calcul d’itinéraires qu’à une application citoyenne.

 

Des services perfectibles

Le développement des applications pour les smart city en devenir en France est loin d’être entièrement satisfaisant. Si Nantes dans ma Poche constitue sans doute l’une des plus abouties, l’absence de fonctions open data, d’e-démarches, et institutionnelles lui fait défaut. Cette solution fait toutefois mouche avec son interface personnalisable qui évite l’effet d’usine à gaz que l’on retrouve souvent dans les applications citoyennes. C’est sans doute l’une des raisons qui explique son succès qui se relève beaucoup plus modéré pour les applications citoyennes concurrentes… ❍

Print
2846

x
Rechercher dans les dossiers
Actuellement à la Une...
L’Informaticien rentre de vacances tout beau et tout bronzé. Il s’en est passé des choses, ces deux dernières semaines, du mal-être d’Elon Musk au fichage politique de Twittos en passant par la nomination de Keith Block co-CEO de Salesforce : l’heure est venue de faire un résumé des actualités marquantes des vacances.

C’est dans le cadre d’une affaire criminelle que le Department of Justice exige de Facebook qu’il donne aux enquêteurs accès aux conversations audio d’un suspect. Mais cette fonctionnalité est chiffrée de bout-en-bout et le réseau social refuse de se plier à la demande, estimant qu’il lui faudrait réécrire le code de son application pour supprimer le chiffrement, ce qui impactera l’ensemble de ses utilisateurs.

Tweetbot ou encore Twitterific vont au devant d’une crise : le fonctionnement de ces services de curation de tweets repose en majeure partie sur deux API, User Streams et Site Streams. Or Twitter a décidé de fermer ces interfaces. Restent aux clients tiers deux solutions : proposer un service dégradé ou mettre la main au portefeuille.

La plateforme américaine a subi en juin une intrusion sur ses serveurs, une attaque « sérieuse » qui a vu fuir les mails envoyés par Reddit à ses utilisateurs en juin 2018, ainsi qu’une vieille base de données contenant identifiants et mots de passe chiffrés des utilisateurs entre 2005 et 2007. Le piratage a été rendu possible par une authentification par SMS défaillante.

Siemens mise sur la numérisation de l’industrie, en réalisant depuis plusieurs années des efforts en R&D dans MindSphere, son système d’exploitation pour l’usine. Une plateforme qu’il va renforcer avec une dimension Low Code par le biais du rachat de Mendix.

L’équipementier enrichit son portefeuille Networking and Security Business avec le rachat de cette start-up à l’origine d’une solution SaaS d’accès unifié et d’authentification multifacteur. Objectif de cette opération à 2,35 milliards de dollars : offrir à ses clients la possibilité de connecter en toute sécurité un utilisateur à n'importe quelle application sur n'importe quel réseau dans un monde multicloud.

Dans la série des publications trimestrielles des GAFAM et autres valeurs high tech en vue, Apple a de quoi rassurer par la solidité et la régularité de ses performances. Pour la première fois le X est le plus vendu des iPhone. Les 1000 milliards de capitalisation sont en vue.

Le spécialiste de la gestion de données et Nvidia font cause commune pour fournir une nouvelle architecture pour les applications de deep learning.

Selon une information de CNBC relayée par CRN aux USA, AWS vise à éliminer complètement les technologies Oracle de ses services e-commerce d’ici le premier trimestre 2020.

A mort les mots de passe et vive Web Authentication, hurle Microsoft en ce début août. L’éditeur annonce en fanfare l’arrivée de cet ensemble de technologies d’authentification en ligne sur son navigateur, permettant aux internautes de préférer la biométrie, reconnaissance digitale ou faciale (donc Windows Hello) ou encore les clés physiques aux si faibles mots de passe.

Toutes les News

LIVRES BLANCS

Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Aujourd’hui, les entreprises doivent ouvrir leur SI à un nombre toujours plus important de prestataires extérieurs, d’abord pour réduire le budget informatique – recours à des prestataires externes pour des compétences qui ne font pas partie du cœur de métier de la DSI - ensuite pour gagner en rapidité dans le déploiement de nouvelles solutions.

  


Tous les Livres Blancs