X
AMP
Thierry Thaureaux / mercredi 29 avril 2020 / Thèmes: Dossier, Web, Dev

AMP

Le projet confié à la fondation OpenJS

Lancé par Google, AMP vient récemment de changer de gouvernance. C’est désormais un projet en incubation sous la responsabilité de la fondation OpenJS, elle-même née de la fusion des fondations NodeJS et JS.

AMP (Accelerated Marked Pages) est un projet open source lancé par Google en 2015. Son but était d’accélérer le chargement des pages web, et ce, particulièrement sur des terminaux mobiles possédant des ressources limitées en termes de performance et de connexions réseau. AMP est une espèce de patchwork constitué de spécifications de type HTML/XML, d’un framework HTML/JavaScript et d’un système de cache mis en place par Google. Suite aux nombreuses critiques dont AMP a fait l’objet, notamment pour son côté propriétariste, Google a estimé que la fondation OpenJS serait un bon choix pour assurer désormais la gestion du projet.

Les bonnes raisons évoquées par l’entreprise de Mountain View tiennent grosso modo en ce qui suit : « La mission d’AMP consistant à fournir un format prioritairement pour le contenu web correspond parfaitement aux objectifs de l’Open JS Foundation, qui est de promouvoir l’adoption généralisée et le développement continu de solutions JavaScript et web clés et de technologies connexes. La Fondation OpenJS offre aux projets l’indépendance nécessaire pour conserver leur identité, leur orientation technique et leur direction produit, tout en offrant des services de support clés sur lesquels les projets s’appuient, comme un mécanisme de financement ou un soutien juridique. »

L’OpenJS Foundation assure la gestion de 32 projets JavaScript open source, dont Appium, Dojo, jQuery, Node.js, webpack, et maintenant AMP.

 

Google se retire d’AMP ?

AMP, projet controversé de Google pour accélérer le Web mobile, a toujours été open source, mais il a aussi toujours été ressenti comme un projet Google avant toute chose. L’annonce par Google que AMP rejoindra la fondation OpenJS issue elle-même de la Linux Foundation pourra peut-être enfin changer cet état de fait. La fondation OpenJS héberge actuellement des projets tels que jQuery, .js et webpack.

Les entreprises comme Google ont assez facilement tendance à donner des projets open source aux fondations une fois que ceux-ci sont devenus stables. C’est bien sûr le cas du projet AMP qui existe depuis déjà quatre ans avec près de mille contributeurs. Les développeurs qui l’utilisent ont créé des milliards de pages sur plus de 30 millions de domaines, dixit l’éditeur du moteur de recherche. L’an dernier, le groupe américain avait esquissé un nouveau modèle de gouvernance. La démarche s’était traduite dans un premier temps par la création d’un comité de pilotage technique chargé de superviser le développement d’AMP, et c’est justement ce comité qui a décidé de porter le projet à la fondation OpenJS.

Cet organe réunissait des représentants d’entreprises engagées dans le développement d’AMP (Microsoft, Pantheon, Pinterest, Twitter…) avec un représentant pour chacune d’elles, Google en ayant trois à elle seule. À cela s’ajoutait un comité consultatif dans lequel siégeaient, entre autres, des éditeurs de presse tels que le Washington Post, Terra, Vox Media ou El País, des e-commerçants comme Aliexpress ou eBay et des fournisseurs de technologie tels que Automattic ou Cloudflare. Quatorze groupes de travail pilotaient autant d’aspects du projet : analytique, contrôle d’accès, infrastructure, publicité, messagerie électronique et bien d’autres encore.

La fondation OpenJS prendra le relais de Google seulement sur certains volets tels que le financement, les licences, le recrutement et les acquisitions. « Maintenant dans sa quatrième année, AMP est enthousiasmé par la prochaine étape de son parcours », a déclaré Malte Ubl, membre du Comité de pilotage technique du projet AMP. « Nous avons choisi OpenJS Foundation parce que nous pensons que c’est l’organisation la plus à même pour nous aider à répondre aux besoins de notre groupe diversifié. Cette étape s’appuie sur les précédentes initiatives en matière de gouvernance ouverte et nous aide à nous concentrer sur la transparence et l’ouverture.»

Google a également déclaré que l’objectif de la Fondation OpenJS de promouvoir le JavaScript et les technologies connexes s’associait parfaitement à la mission d’AMP de fournir « un format de contenu web privilégié par l’utilisateur. La fondation permet aux projets de conserver leur identité et leur orientation technique.» Le modèle de gouvernance d’AMP était déjà influencé par la JS Foundation et la Node.js Foundation. Le regroupement continue. N’oublions pas que Google est un membre platine de haut niveau de la Fondation OpenJS. Elle continuera à soutenir le projet et à employer des ingénieurs qui travailleront à temps plein sur AMP.

La directrice exécutive de la fondation OpenJS, Robin Bender Ginn, a cofondé le projet OpenAtMicrosoft initiative lors de son récent passage chez Microsoft :
https://twitter.com/OpenAtMicrosoft.

Les objectifs de la Fondation OpenJS

La Fondation OpenJS est une initiative récente de la Fondation Linux, issue de la fusion des fondations Node.js et JS. Lors de l’Open Source Summit Europe 2019, Robin Bender Ginn, la nouvelle directrice exécutive de la fondation, a déclaré son intention de faire de la Fondation OpenJS «le foyer ouvert et neutre de la communauté JavaScript». Le JavaScript, qu’on le veuille ou non, est omniprésent sur Internet et utilisé par 95% des sites web. La Fondation OpenJS héberge actuellement plus de trente projets JavaScript. Certains sont très populaires comme Appium, Dojo, jQuery, Node.js ou encore WebPack. Robin travaille à la promotion de Node.js depuis de nombreuses années. Elle a aussi cofondé le projet OpenAtMicrosoft initiative au cours de son passage chez Microsoft. De nombreux autres membres du conseil d’administration de la Fondation OpenJS participent eux aussi depuis de nombreuses années aux fondations Node. js et/ou JS. Un programme de certification OpenJS a été mis en place grâce à la collaboration des membres de la communauté – et à de très longues discussions sur GitHub.

Si vous voulez tout savoir sur la création de pages AMP, visitez la page https://amp.dev/fr/documentation/guides-andtutorials/start/create/basic_ markup/?format=websites.

Le bon grain et l’ivraie

Les spécificités du système AMP sont le résultat de la réflexion concertée de nombreuses recherches, de choix et de discussions entre des perf-gurus (gourous des performances) du Net. Si AMP représente sans conteste une innovation intéressante, la technologie est aussi à l’origine de nombreuses controverses. Il faut relever que ce nouveau format a été lancé sans l’aval du consortium du web, le W3C. Le respect du rôle du W3C sur le Net permet généralement aux nouvelles normes de devenir plus rapidement des standards techniques validés par tous et d’être ainsi plus largement adoptées et diffusées. En faisant l’impasse sur le W3C, Google a pris le risque que son format ne soit pas adopté de tous et, au final, abandonné car considéré comme propriétaire. AMP, ou plutôt Google, impose aux éditeurs de décliner, dans une version minimaliste très rapide à charger, la partie du contenu jugée comme essentielle de leurs pages web. La technologie s’appuie sur la mise en cache – facultative mais recommandée – dans des CDN et, c’est là surtout que le bât blesse, l’utilisation exclusive de technologies validées au préalable par l’AMP Project, consortium regroupant Google et ses partenaires. Il y a donc d’un côté les pages HTML, conformes aux recommandations du W3C, et de l’autre les mêmes pages HTML AMP conformes aux restrictions strictes imposées, au final, par le groupe de Mountain View. Reste donc à voir si le fait de «refiler le bébé» à la fondation OpenJS arrangera réellement les choses d’un point de vue normalisation, ou ne servira qu’à en donner l’impression.


Google AMP ou quand le web devient instantané

La technologie AMP repose sur un format de page allégée plus rapide à charger pour les mobiles ou plus généralement pour les appareils disposant d’un accès internet de faible qualité. Les pages AMP seraient, en moyenne, dix fois plus légères et quatre fois plus rapides à charger que les autres. Google valorisant ce type de contenu sur les SERP (Search Engine Result Page) ou page de résultats des moteurs de recherche, les sites compatibles avec le format AMP ont plus de chance que les autres de se positionner dans les premiers résultats lors d’une recherche sur Google depuis un appareil mobile. Les éditeurs ont donc tout intérêt à miser sur la Web Performance pour attirer le maximum d’utilisateurs.


Utiliser AMP

Si vous souhaitez intégrer AMP sur les pages de votre site, vous devez revoir et enrichir leur code HTML avec de l’AMP HTML. Les pages AMP sont, tout simplement, des pages utilisant le format AMP HTML, qui peut être assimilé à une sous-partie ou une version simplifiée de HTML5. Il faut savoir, tout d’abord, qu’il n’est pas possible de créer une seule et unique page AMP. L’intégration d’AMP impacte forcément toutes les pages de votre site. Elle consiste à créer une deuxième version simplifiée de chacune de vos pages, ne retenant que les éléments textuels et les images, au détriment des scripts JavaScript «third party» qui sont supprimés ou simplifiés.

3431

x
Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Depuis quelques jours le port du masque est obligatoire dans les lieux clos, Pepper, le robot de SoftBank Robotics, est doté d'une nouvelle fonctionnalité, la reconnaissance des masques.

L’éditeur de solutions de sécurité dans le Cloud reprend Spell Security, une start-up qui a développé un EDR (Endpoint Detection and Response).

Cedric O a annoncé que l’application de contact tracing avait été téléchargé plus de deux millions de ...

L’entreprise spécialisée en cybersécurité CheckPoint a découvert dans la célèbre application de “dating” plusieurs vulnérabilités qui auraient pu permettre à des attaquants, au moyen de faux liens, de dérober les données des utilisateurs et utilisatrices du site de rencontre.

Le vendeur de portefeuilles à cryptomonnaies a été victime fin juin d’une intrusion dans ses systèmes. Une attaque qui n’a pas été détectée avant mi-juillet, mais qui ne touche pas directement les fonds stockés par les utilisateurs : les pirates n’ont eu accès qu’à une base de données e-commerce et marketing, contenant principalement des adresses email.

Toutes les autres News
LIVRES BLANCS

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs