X
Jérôme Cartegini / jeudi 28 novembre 2019 / Thèmes: Dossier, Biz'IT

100 milliards !

Un méga fonds pour booster les entreprises de la tech en Europe

Des responsables de l’UE ont profité de la nouvelle Commission Européenne pour demander la création d’un fonds d’investissement de 100 milliards d’euros pour financer les pépites de la tech et défendre la souveraineté européenne. Une proposition qui fait débat et soulève de nombreuses questions du côté des entrepreneurs.

Face à la domination toujours plus écrasante des Gafa et des géants de la technologie chinois, l’Europe perd chaque jour un peu plus sa souveraineté numérique. Outre la fuite massive des talents à l’étranger, une majorité des start-up les plus prometteuses du Vieux Continent se voient rachetées par les géants américains de la technologie. Pour tenter de stopper cette hémorragie, des fonctionnaires européens ont remis un plan radical de 173 pages à la nouvelle présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, dans lequel ils proposent la création d’un méga fonds d’investissement de 100 milliards d’euros pour soutenir les sociétés à fort potentiel.

 

Ce dernier a pour objectif de faire naître des géants de la tech européens qui seraient capables de développer des technologies de rupture et de nouveaux standards internationaux. Cybersécurité, Intelligence artificielle, stockage d’énergie, ou encore l’industrie spatiale figurent en tête des secteurs à haut potentiel identifiés par les fonctionnaires. Ce fonds qui serait alloué par le budget européen pour l’innovation et la recherche nécessiterait non seulement l’approbation du Parlement européen, mais également de chaque gouvernement des 28 pays membres de l’UE.

Quels enjeux pour les entreprises ?

Pour les entreprises potentiellement concernées, ce projet est plutôt bien perçu, mais il soulève toutefois des questions de gouvernance, de souveraineté et de vision stratégique. Frans Imbert-Vier, PDG d’Ubcom, voit ce fonds d’un bon œil, mais à certaines conditions : « C’est la première fois que l’Europe engage une vraie démarche qui va permettre de rattraper un retard immense de l’ensemble de l’économie européenne sur les Américains, les Russes et les Chinois. On a vraiment des brevets extraordinaires et des supers idées notamment dans le développement des nouvelles technologies, que cela soit dans le big data, l’IA, ou l’IoT, mais elles proviennent de toutes petites pépites qui se font immédiatement absorber par des fonds étrangers. Grâce à ce fonds, l’Europe pourrait retrouver une certaine souveraineté, mais c’est toutefois suspendu à certaines conditions. Est-ce qu’une société qui reçoit des fonds ou qui reçoit une subvention européenne est autorisée à céder tout ou partie de son capital à une puissance étrangère. Lorsqu’une société est subventionnée à plus de 51 % par des fonds publics en Californie, elle n’a pas le droit de se vendre à une puissance étrangère si elle ne les rembourse pas. Il n’y a pas de raison que cela ne soit pas le cas en Europe, mais à ma connaissance, rien n’est prévu à ce sujet. »

Pour Jean-Christophe Conticello, fondateur de Wemamity et entrepreneur chevronné, un fonds d’investissement public n’est pas la priorité. « Avant de penser à un fonds à 100 milliards, dont les critères d’attribution seront forcément très critiqués, est-ce qu’il ne serait pas plus important de créer une Europe fédérale avec une législation commune pour les entreprises. En tant qu’entrepreneur, j’aimerais avoir une sorte de passeport européen avec lequel j’aurais la possibilité de créer une société européenne, et non pas une pour chaque pays de l’UE comme c’est le cas actuellement. Ce serait pareil pour les sociétés américaines et étrangères qui auraient une société à créer en Europe, peu importe le pays, et dont les conditions salariales, législatives, etc., seraient les mêmes. »

Une autre question essentielle que se pose la plupart des entrepreneurs par rapport à la création d’un tel fonds est de savoir comment et à qui va distribuer cet argent. « Il serait important que des entrepreneurs soient impliqués dans ces sujets d’investissements publics massifs pour driver les financements. En France et en Europe, on manque parfois de vision à long terme. Sachant que les choix politiques sont souvent motivés par une vision court-termiste et qu’ils n’ont pas forcément les compétences pour identifier les sociétés à fort potentiel dans le secteur technologique, certains entrepreneurs ou d’autres experts pourraient apporter une vision à plus long terme. Je pense qu’il serait indispensable de les intégrer dans la construction de ce fonds », souligne Antoine Louiset, cofondateur de YouSign à propos du méga fonds européen.


« La promotion de l’innovation européenne passe aussi par les normes éthiques »

Sabine Marcellin, avocate fondatrice du cabinet Aurore Legal

« Pour une Europe numérique plus forte, un financement de 100 milliards serait grandement favorable à l’innovation. Cependant, le financement n’est pas le seul levier, l’innovation passe aussi par la construction des normes et standards internationaux. Naturellement, les normes techniques influencent fortement les marchés, comme la 5G. Mais, les normes éthiques et juridiques occupent également un rôle primordial. Pour promouvoir les industries prioritaires, telles que l’Intelligence artificielle ou la cybersécurité, il faut aussi compter sur des règles juridiques adaptées et porteuses de confiance. Les écueils de l’économie européenne sont connus, notamment la fragmentation du marché et une coopération public-privé limitée. Mais l’UE dispose aussi d’atouts, dont le dynamisme des start-up, la qualité de la formation et un système juridique fondé sur des valeurs éthiques. »

5307
Tags:Europe

Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Le budget ne devait pas dépasser au départ quelques milliers d’euros par mois. L’application de contact tracing voulue par le gouvernement lui a déjà coûté finalement la somme pas si modique pour une app mobile de 6,5 millions d’euros en cinq mois, dont près de 3 millions en frais de communication, pour une efficacité bien relative. 

Microsoft a annoncé deux nouveaux services de gestion des données sur Azure, Synapse Analytics et Purview.

Dans un rapport de NordVPN, pour son gestionnaire de mot de passe NordPass, vient de révéler les 200 mots de passe les plus utilisés et clairement ils ne sont pas au niveau de sécurité attendu !

Salesforce fait partie de ces entreprises qui n'ont pas connu la crise, mais qui ont à cœur de souligner que, conscientes de leur privilège, elles comptent aider les autres. Notamment, dans le cas du géant américain, à s'adapter aux nouveaux modes de travail. Multicloud avec Hyperforce, automatisation avec Einstein Automation et planification RH étaient donc au menu de ce Dreamforce virtuel.

Si certains prêtaient à Orange, qui vient de rentrer 2,2 milliards d’euros d’argent frais, des envies d’Atos, il n’en est rien. La direction a démenti et, hier, le conseil d’administration n’a pas retenu l’option, préférant effectuer une autre opération, le rachat des parts d’Orange Belgium que l’opérateur historique ne détient pas encore.

Toutes les autres News
LIVRES BLANCS

Ce Livre Blanc vous permet de découvrir toutes les étapes nécessaires pour choisir le prestataire informatique adapté à votre entreprise et ses enjeux.


Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Tous les Livres Blancs