dimanche 29 novembre 2020
 
YWC_CookieConsent
Réduire
 
     

MODERNISATION DE L'ÉTAT : INVESTIR DANS L'IT

déc. 28 2011

Fustigé par la Cour des Comptes, vilipendé par les syndicats, le chantier de la modernisation de l’État n’a pas que des amis. Hors de la polémique, L’Informaticien fait le point sur les buts et l’avancement de cette immense reconstruction en faisant le tour des principaux projets en cours liés à l’informatique, en rencontrant les principaux acteurs de cette rénovation qui a pour but à la fois de moderniser l’État en le rendant plus effi cace et moins cher, mais aussi de rendre plus simple la vie des usagers par une utilisation massive des nouvelles technologies. 

Un projet consensuel

Si la modernisation de l’État suscite quelques discussions, le projet en lui-même est dès ses prémices un chantier politiquement consensuel, et tout le monde s’accorde à vouloir que l’État, dans toutes ses dimensions, soit plus efficace, coûte moins cher au contribuable et soit plus simple d’accès pour les usagers. Ceux-ci d’ailleurs ne sont pas les derniers à demander ces aménagements avec la diffusion de l’Internet et des environnements mobiles. 

L’année qui s’annonce ne va pas être un sommet de consensus politique dans notre pays, alors que la Loi Organique relatives aux Lois de finances (LOLF) a été portée sur les fonds baptismaux dans un magnifique accord droite-gauche. À l’époque, personne n’a discuté la nécessité de clarifi er comment l’État utilisait les deniers publics. L’idée de cette loi était de présenter différemment les comptes de l’État pour que les parlementaires puissent mieux contrôler l’action des pouvoirs publics. Avant ce texte, les parlementaires ne discutaient que des mesures nouvelles et reconduisaient sans discussion les dépenses en cours. Ils ne contrôlaient donc a priori que 6 % des dépenses de l’État. Aujourd’hui, les parlementaires peuvent discuter sur 100 % des dépenses engagées. Diplomatiquement, on va dire que les parlementaires utilisent parcimonieusement ce droit qui leur a été donné ! 

Une logique de performance

La présentation par grandes politiques publiques avec de nombreux indicateurs a demandé aux différentes administrations de très gros efforts et a changé la gestion des administrations vers une logique de performance et une refonte des méthodes comptables en introduisant une analyse des coûts. Pour soutenir ce changement, l’outil informatique a été prépondérant avec une refonte profonde du système d’information de l’État. 

Cette performance est exigée à la fois dans les administrations centrales en interne mais aussi vers les services aux usagers. Depuis 2007, les missions et grandes politiques publiques sont revues régulièrement par la RGPP (Révision générale des politiques publiques). La performance se juge sur trois critères : une meilleure utilisation des dépenses, un meilleur service aux usagers et une amélioration des conditions de travail des agents de l’État. Dans le contexte économique, l’accent est surtout mis sur les économies possibles. Si d’ores et déjà cette politique a permis d’économiser 7 milliards d’euros, le prochain objectif est de générer 10 milliards d’économie d’ici à 2013 par 150 mesures, dont plusieurs touchent en direct l’informatique de l’État, bras armé de cette modernisation. 

Ces mesures concernent principalement la mutualisation des moyens, des achats et des services. D’ici à 2012, tous les ministères devront répondre à certains standards de qualité sur leur système d’information incluant une plus grande transparence sur leurs coûts. Les infrastructures techniques d’hébergement et de centre de données devront être mutualisées en ouvrant leurs services à d’autres ministères ou à l’identification des services qu’ils pourraient offrir à d’autres administrations. Rien que cette mutualisation vise à réaliser 10 % d’économie sur un budget global informatique estimé à 3 milliards d’euros. La centralisation des achats devrait permettre de dégager environ 700 millions d’euros....

(Début de l'article paru dans le magazine L'Informaticien n°98, janvier 2012) 

Nous vous proposons de débattre ici sur les grands enjeux IT de la réforme et de la modernisation de l'État. Quels moyens y consacrer ? Selon quelle méthode ? Grands projets fédérateurs de mutualisation ou diffusion douce des nouvelles technologies dans tous les rouages de l'Administration ? Ouvrons la discussion et partageons ici nos expériences.


AntiSlash
Emilien Ercolani
62 0 05/01/2012
Le blog de la rédaction de L'Informaticien
Charlie Braume
13 0 03/01/2012