dimanche 29 novembre 2020
 
YWC_CookieConsent
Réduire
 
     

Attention, le porno rend accro !

juil. 22 2011

Le député UMP Christian Vanneste a sorti sa plus belle plume pour nous pondre un pamphlet anti-porno sur le Web, pointant les dangers de ce « fléau » qui peut rendre les personnes qui osent regarder de telles vidéos complétement accros. 


Débranchez vos ordinateurs, débranchez vos cerveaux, pauvres pêcheurs ! Internet est un lieu de malfaisance, la « porte ouverte à toutes les réalités du monde représentées de manière virtuelle », faisant naitre en vous « toute tentation » et ce, de manière immédiate. Internet, ce monstre où toutes vos « perversités se font plus rapidement sentir ». Prenez garde, écartez vos enfants. Natasha Kampusch est chanceuse d’avoir vécu isolée. 


Car il faut le savoir, la pornographie envahit nos foyers et s’y « insère de manière pernicieuse », sans même qu’on cherche à la trouver ! Le sexe est démystifié, et à force d’y être confronté, il est inévitable que la pornographie devienne « une consultation régulière ». Pire, le phénomène s’exporte rapidement et « une personne qui en avait entendu parler (…) va à son tour banaliser cet acte vis-à-vis de ses proches ». 


Grâce à sa propagation silencieuse, «  80 % des adolescents ont déjà visionné des films pornographiques dont un enfant de dix ans sur trois », affirme Christian Vanneste dans son texte, prenant pour référence la très sérieuse émission de TF1, « Le sexe dans tous ses états ». Au fait, à 18 ans, n’est-on pas considéré comme un adulte ? 


Adulte ou pas, la dépendance au sexe (toujours à cause d’Internet hein !) « engendre aussi chez la personne honte et culpabilité », et peut même « détruire la vie intérieure de ceux qui en deviennent prisonniers ». Les autres, eux, considérerons probablement les filles comme des « objets sexuels ». Parce que bien entendu, le sexe n’intéresse que les hommes. 


Face à ce « fléau », il faut donc que des personnes sérieuses réagissent. Christian Vanneste se veut porte-étendard et a même réussi à trouver la somme astronomique de 12 autres députés pour défendre sa proposition de loi. Qu’elle est-elle au fait ? Bloquer les sites pornographiques par défaut, puis les débloquer sur demande du contractant, qui figurerait donc comme une clause dudit contrat. On imagine alors facilement que Mr X (ca tombe bien !) demande à Free de débloque Youporn, Fesse.com et sexe.org. Signé, bien entendu, « très respectueusement », Monsieur X. 

Commentaire



Merci à Monsieur Christian Vanneste de nous avertir sur ces dangers que nous ne connaissions pas. Après tout, Internet est un lieu de canaillerie, de sauvagerie, où rôdent les truands et les mutins, les violeurs et les amateurs de pornographie infantile. D’ailleurs, il est de notoriété publique que le sexe n’existe que sur Internet. Qui, adolescent, n’a jamais regardé de film X, attiré par ce désir d’apprendre, de comprendre et de découvrir ? Personne, j’imagine. 


Et puis finalement, blâmons Internet car il est le seul fléau de notre société. Si encore nous étions assommés, chaque jour, de publicité remplies de femmes à moitié nues, banalisant le sexe dans tous ses états, à la télévision, dans la rue et dans les squares, nous pourrions nous plaindre. Ce débat est le même que celui de la violence dans les jeux vidéo, qui rendent les adeptes capables d’actes de barbarie. Faut-il que Monsieur Vanneste soit un frustré en puissance pour ne serait-ce imaginer une seule seconde que ce genre de loi pourrait réellement aboutir ? 


Entre liberté de la vie privée, liberté de l’information et les sages du Conseil Constitutionnel, heureusement, nous sommes légalement et éthiquement préparer à riposter à ce genre de lois. Mais cela devient une habitude. Minimiser la portée d’un  phénomène, décupler allégrement son impact, affoler les foules et proposer une censure : une nouvelle routine. 


AntiSlash
Emilien Ercolani
62 0 05/01/2012
Le blog de la rédaction de L'Informaticien
Charlie Braume
13 0 03/01/2012