VMware a sa blockchain

Les diffĂ©rents cas d'usage de la chaĂźne de blocs de VMware.VMware a annoncĂ© hier la disponibilitĂ© commerciale de sa technologie de chaĂźne de blocs aprĂšs plusieurs annĂ©es de dĂ©veloppement, deux ans en phase Beta.Sous le nom de projet Concord, VMware avait annoncĂ© une technologie de partage des donnĂ©es de niveau entreprise qui devait s’appuyer sur diffĂ©rents Ă©lĂ©ments techniques comme la gestion des rĂ©plicas de donnĂ©es dans les environnements Cloud (public ou privĂ©), des fonctions de respect des conformitĂ©s et d’audit, de sĂ©curitĂ©, de tolĂ©rance Ă  la panne et d’intĂ©gration avec les autres offres de VMware.La solution permet d’installer les nƓuds de la chaĂźne de blocs comme des machines virtuelles fonctionnant sur vSphere. Elle permet de mettre en place un rĂ©seau entre plusieurs entreprises souhaitant dĂ©ployer des applications dĂ©centralisĂ©es et effectuer des transactions multiparties.

Support du langage DAML

Au final, de nombreuses fonctions annoncĂ©es sont prĂ©sentes. Pour l’infrastructure, l’architecture choisie dĂ©corrĂšle le registre (Ledger) du langage de Smart Contract et supporte le langage DAML (Digital Asset Modeling Language). La plateforme comporte un moteur de consensus, SBFT (Scalable Byzantine Fault Tolerance) pour gĂ©rer l’évolutivitĂ© et la performance de la chaĂźne de blocs tout en assurant la tolĂ©rance de panne et la sĂ©curitĂ©.L’éditeur juge que son moteur est supĂ©rieur Ă  ceux existants car il assure la confiance dĂ©centralisĂ©e dans la chaĂźne avec le support de la gouvernance sur des environnements multi-parties.

Signatures basées sur les technologies de Sepior

La signature pour les smart contracts repose sur les technologies de Sepior, une entreprise danoise de chiffrement. Au lieu de conserver une clĂ© privĂ©e dans un lieu centralisĂ©, elle est sĂ©parĂ©e en diffĂ©rents Ă©lĂ©ments stockĂ©s sur plusieurs serveurs. Lors d’une transaction les diffĂ©rentes piĂšces reforment la clĂ© mĂȘme si un serveur ne fonctionne pas ou s’il est corrompu. Cette mĂ©thode rend plus difficile les possibilitĂ©s de voler les clĂ©s.VMware s’est associĂ©e Ă  Digital Asset pour intĂ©grer les contrats intelligents du langage de modĂ©lisation des actifs numĂ©riques, et a Ă©galement Ă©tabli un partenariat avec des entreprises de services tels que Accenture, Infosys et Intellect EU.La plateforme vise particuliĂšrement les entreprises du secteur financier et les agences gouvernementales. Une premiĂšre mise en Ɠuvre fonctionne depuis 2017 pour le marchĂ© boursier australien pour dĂ©velopper une alternative Ă  son systĂšme de paiement Ă©lectronique en place depuis 1995. Cette mise en Ɠuvre s’appuie sur DAML.