X
 
Le Cloud Made in France
Thèmes: Dossier, Cloud

Le Cloud Made in France

Pure Players - Telcos - Comparatif

Face aux géants américains et asiatiques, nos cloud providers suivent deux stratégies : s’adapter ou résister. Si certains, OVH en tête, entendent conquérir le monde, d’autres jouent la différenciation de leurs produits, voire la complémentarité avec les offres des hyperscalers. Sur la ligne tirée entre le multicloud et le « cloud souverain » qui revient en force, chacun place son curseur et tente d’attirer à lui les entreprises désireuses de migrer vers le cloud.
Dossier réalisé par Alain Clapaud et Guillaume Périssat.

Des « pure players » aux dents longues

Outre les grands opérateurs, de nombreux acteurs français sont partis à la conquête du cloud public. Nouveaux entrants, mais aussi anciens hébergeurs web, tous cherchent à se partager le gâteau du cloud français ou mondial pour certains.

Si l’argument de la localisation des datacenters en France semble moins différenciant maintenant que AWS et Microsoft disposent d’infrastructures en France, néanmoins il reste souvent employé par les CSP français pour séduire un CAC40 tenté par l’aventure américaine.

Ne les appelez plus hébergeurs ! Tous les hébergeurs de sites web du début des années 2000 ont fait leur mue et se positionnent désormais comme des acteurs du Cloud public. Rejoints par quelques autres, ceux-ci cherchent désormais à conquérir le marché mondial avec des stratégies très différentes. Si le terme de Cloud souverain est quelque peu tabou, tous se positionnent comme franco-français, à l’abri du Patriot Act et du Cloud Act, y compris pour ceux qui disposent de ressources aux États-Unis. Beaucoup cherchent aujourd’hui à aller plus loin et travaillent avec l’Anssi pour décrocher la certification SecNumCloud mais pour l’instant seul Oodrive est allé au bout du processus de certification et aucun opérateur cloud généraliste ne peut aujourd’hui s’en targuer, même si tous y travaillent.

OVH, géant du Cloud français aux pieds d’argile ?

Avec 28 datacenters dans le monde et un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros, OVH est le poids lourd du Cloud français. Le Nordiste a levé 650 millions de dollars sur la promesse d’atteindre le milliard d’euros de chiffre d’affaires d’ici à 2021. Un pari qui passe à la fois par la construction de multiples datacenters dans le monde et un élargissement de l’offre de services qui se doit de rivaliser avec AWS, Azure et Google Cloud. Michel Paulin, directeur général, précise l’ambition d’OVH : « Nous nous positionnons comme opérateur européen alternatif avec une présence mondiale. Nous sommes un “ pure player ” cloud et nous assurons la totalité des services que l’on peut attendre d’un opérateur cloud, depuis le Private Cloud, le Public Cloud ou encore le Bare Metal qui fait partie de l’histoire d’OVH. »

 

Dans cette course effrénée à la croissance, OVH avait acheté en 2017 la division cloud de VMware, mais la hausse du chiffre d’affaires (+20 % pour l’exercice fiscal 2018) n’est pas suffisante et OVH a dû lever le pied sur les investissements et supprimer trois cents postes.

Du point de vue technique, le modèle d’OVH est bien connu et se calque sur celui de Google par exemple, avec une intégration verticale où il construit ses propres datacenters, ses propres serveurs, misant notamment sur le watercooling pour améliorer l’efficacité énergétique de ses installations. « C’est un plus pour nos clients d’une part sur le prix. Cette approche nous permet d’être très compétitifs car nous sommes intégrés, nous n’avons pas de facture de colocation à régler, pas de serveurs à acheter à des tiers, et comme nous faisons partie du Top10 mondial, cela nous permet d’offrir des tarifs intéressants. D’autre part, la flexibilité de notre outil industriel nous permet de coller au mieux à la demande réelle. Enfin, les serveurs que nous produisons sont totalement auditables et transparents au niveau de chaque composant. » L’offre produit OVH est très large avec des serveurs Bare Metal, des serveurs dédiés, des instances IaaS, du stockage cloud privé. Récemment, le Français a réalisé un gros investissement sur Kubernetes pour se hisser à la hauteur des fournisseurs américains sur l’hébergement de containers. Il a encore quelques lacunes, notamment sur l’IA qui est le cheval de bataille des Gafam aujourd’hui, de même que OVH a choisi de ne pas proposer d’offre Edge Computing ou de solutions IoT.

Face à OVH se dresse un acteur lui aussi venu de l’hébergement web, Scaleway, la filiale B2B du groupe de Xavier Niel, Iliad. L’opérateur est le fruit du regroupement des ressources d’Online.net et d’Iliad Datacenter, opérateur cloud spécialisé dans l’hébergement de grands comptes. Cette filiale, quelque peu discrète depuis sa création en 2014, se sent pousser des ailes ces derniers mois.

3DS Outscale, le Cloud selon Dassault Systèmes

En marge de cette course à la croissance effrénée engagée entre OVH et Scaleway, 3DS Outscale, filiale cloud de Dassault Systèmes, le premier éditeur de logiciel français, joue sur une partition un peu différente. David Chassan, directeur de la communication, explique ce positionnement : « Nous sommes un Cloud souverain de confiance qui apporte aux entreprises à la fois des éléments de sécurité et une qualité industrielle dans nos processus. La totalité de l’entreprise, à la fois notre organisation et nos infrastructures, sont certifiées ISO 27001 :2013, 27017 pour la sécurité et 27018 sur la protection de la vie privée dans le Cloud. C’est aujourd’hui un réel différenciant et personne d’autre sur le marché français n’est intégralement certifié. »

Autre originalité de la filiale cloud de Dassault Systèmes, son infrastructure s’appuie sur Tina OS, sa propre solution de provisioning de ressources : « les grands opérateurs du Cloud américains vont de plus en plus vers le PaaS et parfois du SaaS. Nous, nous restons fermement positionnés sur le IaaS avec une offre qu’on ne cesse d’enrichir. Mais ce qui est important pour nous, c’est que nous ne dépendons pas d’éditeurs tiers comme VMware, ou même communautaires comme Open Stack. Nous avons développé nous-même notre orchestrateur de Cloud, Tina OS. Cela nous permet d’offrir aujourd’hui des instances dont la performance est maîtrisée et strictement identique quel que soit le datacenter et l’infrastructure sous-jacente qui la porte. » En outre, le Cloud Service Provider supporte des instances totalement personnalisables avec jusqu’à 78 vCPU et 720 Go de RAM. En outre, l’API de pilotage des instances est compatible avec AWS EC2 et la facturation s’effectue à la seconde. En revanche, pas d’offre IA ou IoT au catalogue du CSP, l’éditeur préfère laisser à ses partenaires l’initiative de proposer de telles solutions sur ses infrastructures.

OVH mise sur une intégration verticale, depuis la conception/ fabrication de ses serveurs à la gestion de ses datacenters et backbone réseau pour offrir les meilleurs prix au niveau mondial.

L’hybride, l’autre voie suivie par Ikoula et Econocom

Autre acteur historique du Web français à s’être repositionné sur le Cloud public, Ikoula. Jules-Henri Gavetti, cofondateur d’Ikoula, explique la spécificité de son positionnement : « Nous proposons une plate-forme cloud public dont les API collent au plus près d’AWS, mais notre atout est qu’à la différence des grands Cloud public, on peut mixer des serveurs physiques, des instances cloud dans un même réseau, déployer des architectures hybrides sur nos infrastructures. » Outre les serveurs dédiés, les serveurs dédiés virtuels, les instances Cloud, Ikoula préfère proposer des implémentations de logiciels prêtes à l’emploi, les « Applications Cloud 1-Click » plutôt que de proposer des applications managées, une solution considérée comme bien moins coûteuse pour l’entreprise.

L’hébergement de plate-forme hybride semble une tendance forte pour les CSP français qui veulent se différencier du trio AWS/Azure/Google et de OVH/ Scaleway. C’est ce positionnement qui a été choisi par Econocom qui est présent comme fournisseur cloud depuis l’acquisition d’ASP Serveur en 2014. Ahmed Morjane, directeur technique et innovation d’Econocom, détaille l’évolution de l’offre aujourd’hui rebaptisée EconoCloud : « Nous avons décliné cette année l’offre cloud issue d’ASP Serveur vers l’hybride car certains de nos clients souhaitent aller vers le Cloud public mais ont besoin de garder la main sur certaines données, certaines applications dans leurs propres datacenters ou les infrastructures privées chez des hébergeurs tiers. Ils ont besoin d’un outillage unique afin de provisionner des ressources on-premise mais aussi sur le Cloud public. Nous avons fait le choix de la solution Red Hat CMP (Cloud Management Platform) composée de CloudForms et ManageIQ et qui permet d’avoir une vision commune aussi bien sur le Cloud privé que sur les Cloud publics. La solution permet notamment d’assurer la facturation des services délivrés aux métiers, une microfacturation par projet, etc. » En outre, le Français se positionne sur le marché des platesformes Edge Computing via un partenariat avec Nutanix qui s’inscrit dans le choix de la plate-forme Red Hat CMP. « Pour les besoins en Edge Computing, nous avons monté une offre avec notre partenaire Nutanix pour déployer des nœuds au plus près des sources de données afin de les stocker et traiter en temps réel et n’envoyer dans le Cloud public que les données agrégées. »

Entre concurrence frontale ou positionnement complémentaire aux fournisseurs cloud américains ou chinois, les CSP français sont portés par l’essor du marché français et le souci des entreprises françaises à ne pas confier leurs données aux Gafam. Si OVH semble avoir pris une longueur d’avance dans son internationalisation, nombreux sont ceux à vouloir détrôner le Nordiste et devenir le champion français du Cloud public. Qui aura les moyens de ses ambitions ?


« La qualification SecNumCloud est un élément extrêmement différenciant pour nous »

Stanislas de Rémur, PDG d’Oodrive

« Oodrive est le premier acteur qualifié SecNumCloud, enfin, après quatre années de travail ! C’est une qualification qui est très complexe, très dure à obtenir. Cela a nécessité une très forte implication de la part de toute l’équipe d’Oodrive tant au niveau de la sécurité logicielle, de la sécurité physique, ce qui nous a amené à sécuriser nos bureaux.  Nous avons revu toutes nos procédures mais si nous étions déjà ISO, le travail à fournir était 5 fois supérieur. Ce fut un énorme investissement pour Oodrive, mais il est stratégique car l’Anssi pousse clairement les OIV à demander ce type de certifications à leurs fournisseurs et c’est pour nous une reconnaissance forte de notre niveau de sécurité et de toutes les procédures que nous avons mises en place.  Beaucoup de nos clients avaient signé avec nous sous réserve que nous serions SecNumCloud dans les 12 mois, c’est un élément extrêmement différenciant pour nous. »

Les Telcos veulent aussi leur part du gâteau

Dans le milieu français du cloud, ils avaient l’infra avant même que l’IaaS ne soit à la mode. Les opérateurs télécoms se sont très tôt lancés à l’assaut du cloud, participant même pour deux d’entre eux à l’aventure du cloud souverain. Mais aujourd’hui, et au contraire de bon nombre d’acteurs du marché, ils ne prétendent pas concurrencer les géants américains.

Jeudi 13 juin était organisé le ScaleDay, événement utilisateur de Scaleway. Qu’est donc Scaleway ? Une jeune pousse née en 2014 au sein d’Iliad, incarnant le bras IaaS de l’entreprise de Xavier Niel. Cette société sœur de Free et d’Online n’a guère fait parler d’elle, même en décembre 2018, lorsque sans tambour ni trompette la maison mère unifiait son portefeuille d’offres d’infrastructure sous la marque Scaleway, regroupant l’IaaS éponyme, Iliad Datacenter et Online. Et pour ajouter un peu à la force de frappe de sa nouvelle entité, Iliad met la main, en janvier dernier, sur Jaguar Network, deux datacentres de Marseille et Lyon, et sur l’expertise de ses équipes en matière de services cloud.

Scaleway a profité de son événement utilisateur pour dévoiler une brique serverless, compatible avec AWS Lambda, pour déployer du code sans se soucier de l'infra.

Scaleway, le Cloud qui murmure à l’oreille des développeurs

Le ScaleDay a plus ou moins servi d’événement inaugural à Scaleway. Sur la scène de sa session plénière, Arnaud de Bermingham, son CEO, donne le ton. « Nous faisons les choses différemment. Nous ne voulons pas courir derrière les géants américains et asiatiques : aucun Européen n’y arrivera ». Et le Cloud provider de promettre des produits différents, parfois complémentaires à ceux des géants. Aux yeux de la société sœur de Free, les développeurs et les devops sont la porte d’entrée de son Cloud dans les entreprises. La conférence a été l’occasion de multiplier les annonces dans lesquelles Scaleway montre son affection pour ce public.

Son offre s’articule autour de « briques fondamentales simples et claires », afin que les développeurs « prennent plaisir à utiliser nos solutions ». Scaleway Elements est le nom de cet écosystème cloud articulé décliné entre Compute, Storage, AI, IoT et Network – et Steering pour piloter l’ensemble. Au menu, bare metal, renouvellement de la gamme d’instances, orchestration de containers « fully managed » avec Kapsule, brique serverless divisée entre Containers et Functions, compatible AWS Lambda, stockage objet et block, bases de données là encore « fully managed », PostgreSQL en beta et MySQL d’ici à la fin de 2019, une nouvelle console pour simplifier notamment le lancement de nouvelles instances… « Nous sommes un Cloud provider parmi d’autres », souligne Arnaud de Bermingham, « mais aussi parmi les seuls à proposer une expérience qui va de la colocation au serverless ».

Plusieurs mètres sous la surface… Arnaud de Bermingham nous fait visiter le « databunker » de Scaleway.

Le Scaleday se tenait au-dessus du DC4, un abri anti-atomique reconverti par le vendeur en datacentre ultra-sécurisé, accueillant une partie de C14, le système d’archivage proposé par Scaleway, mais aussi et surtout destiné aux données et applications les plus sensibles de ses clients, en tête desquels les pouvoirs publics par le biais d’une AZ gov. Il s’agit pour l’opérateur de se positionner sur les marchés publics. Néanmoins, le patron de Scaleway ne dissimule pas que la majeure partie de la notoriété de l’entreprise, et de son chiffre d’affaires, se fait à l’international. « Plus de la moitié de nos clients sont étrangers », indique Arnaud de Bermingham. Lors de sa conférence utilisateurs, Scaleway a donc évoqué son développement international, annonçant le lancement d’un data center à Varsovie pour les clients d’Europe de l’Est, de Russie, d’Ukraine, de Turquie et d’Israël. D’autres data centers couvrant notamment les zones Asie et Amérique latine sont programmés d’ici à la fin 2020.

OBS veut accompagner plutôt que verrouiller

Quand Orange a absorbé Cloudwatt, l’opérateur expliquait que le rachat des parts de Thales et de la Caisse des Dépôts s’inscrivait dans son plan stratégique Essentiels2020. Mais depuis 2015, le contexte a changé. Cloudwatt tient toujours debout, proposé par OBS aux côtés de ses offres Flexible Computing Advanced et Flexible Engine. Mais la branche entreprise de l’opérateur historique mise plus sur l’accompagnement de ses clients dans leurs projets de migration vers le Cloud que sur la vente de IaaS pure et dure. « Notre objectif, c’est de devenir le champion européen et l’un des champions mondiaux du multicloud aux entreprises », nous explique Cédric Parent, directeur général adjoint des activités cloud d’OBS. « On le voit de plus en plus chez nos clients : ils sont multicloud, ils segmentent leurs Clouds en fonctions de leurs activités et de la sensibilité des informations. Ils ont besoin aujourd’hui d’avoir quelqu’un capable de gérer l’ensemble de leurs infra et applications quel que soit le Cloud. »

Fort de ses partenaires, OBS revendique une empreinte mondiale. Et avec Cloudwatt, il propose du Cloud souverain.

C’est le sens du rachat il y a un an de Basefarm. Spécialiste en Europe du nord des services cloud et de la gestion des applications critiques, le Norvégien, au-delà de chez lui, est présent en Suède, au Pays-Bas ainsi qu’en Allemagne et en Autriche par le biais de The Unbelievable Machine, racheté en 2017. Mais surtout Basefarm est « très calé dans le domaine du multicloud », avec des outils permettant d’automatiser les déploiements sur une architecture hybride public privé ou sur plusieurs Clouds publics. « Il n’y a plus une solution cloud parfaite pour un client : on va chercher la solution qui colle le mieux à leurs besoins. Nos clients ont un historique. Quand ils partent sur le Cloud, en fonction de leur stratégie globale de migration sur le Cloud et de leur compétence, on va leur proposer des solutions les plus adaptées à leur contexte », abonde Cédric Prévost, directeur des services managés et de la sécurité des services cloud d’OBS, et CTO de Cloudwatt. D’autant que pour bon nombre de DSI, un des enjeux d’une migration vers le Cloud est d’éviter de se trouver verrouillé dans l’écosystème d’un seul provider. OBS promet d’apporter un éclairage et une mise en perspective sur les différents Clouds. Ce faisant, la branche entreprise d’Orange travaille avec les Azure, AWS et autres Google Cloud. « Avant on était concurrent des Cloud providers, maintenant on est partenaire : on ne prétend pas concurrencer les hyperscalers », précise Cédric Parent. « Quand le vent souffle, soit on fait des moulins, soit on fait des murs : on a choisi de faire des moulins », ajoute son comparse. « On est agnostique. Nous avons des clients pour qui nous gérons Flexible Engine et Google, Flexible engine, du privé et AWS... mais aussi beaucoup de clients chez qui on gère les applications managées sans gérer l’infra. Nous ne sommes pas malheureux dans ce genre de cas, notre stratégie est vraiment sur les couches hautes. »

Bon, OBS ne va pas pour autant refuser de vendre ses offres IaaS. Celles-ci s’articulent autour de trois formats. Flexible Computing Advanced est construit sur une couche VMware et s’oriente plus sur les architectures hybrides et les legacy plus contraignants et répond à des besoins spécifiques en termes de matériels ou d’appliances. Flexible Engine et Cloudwatt sont, eux, fondés sur Cloudstack. La véritable différence est l’empreinte. Cloudwatt, émanation de feu les grands projets nationaux de Cloud souverain, se concentre sur cet aspect, non seulement sur les questions de localisation mais aussi de qui opère et comment. Flexible Engine, lui, se veut international, notamment par le biais de partenaires en tête desquels Huawei pour les zones Chine et Russie. D’ailleurs, OBS précise avoir recruté trois cents nouveaux clients asiatiques cette année. « En fonction du niveau de maturité de nos clients, de leurs objectifs, de leur contexte applicatif et organisationnel, on va proposer soit l’une ou l’autre de nos offres cloud, soit un autre cloud », termine le CTO de Cloudwatt.


Bouygues Telecom s’appuie sur Nerim

Bouygues a un temps proposé aux PME une offre IaaS en partenariat avec Azure, mais l’opérateur n’a guère fait parler de lui sur le terrain du Cloud depuis 2013. Pourtant, début 2019, il met la main sur Nerim, opérateur de téléphonie sur IP, certes, mais aussi hébergeur et Cloud provider. Emmanuel Micol, directeur marketing B2B de Bouygues Telecom, ne faisait pas mystère des ambitions de l’opérateur sur le marché entreprise, sans toutefois entrer dans le détail des offres IaaS de sa dernière acquisition. La filiale du géant du BTP confirme aujourd’hui que « les synergies Bouygues Telecom/Nerim intègrent effectivement un élargissement du portefeuille d’offres de Bouygues Telecom Entreprises avec les services de IaaS, SaaS et Cloud public et privé proposés par Nerim ».  Néanmoins si Bouygues entend taquiner le duopole Orange/SFR sur le marché des télécoms d’entreprise, il se fait plus discret sur le IaaS.  « La mise en place d’un service en mode SaaS nécessite un accompagnement fort, une expertise d’intégration loin du domaine opérateur de Bouygues Telecom. Nous avons choisi de nous concentrer sur notre savoir-faire et de nous appuyer sur un écosystème de partenaires pour la partie IaaS. Par ailleurs, Nerim apporte également ce savoir-faire et ses offres IaaS au catalogue », nous explique-t-on chez l’opérateur.

Tableau comparatif des offres des Clouds providers français

Cliquez sur le tableau pour l'ouvrir

Print
8843

x

Prochains événements

  • Tous
  • Big Data
  • Cloud
  • Développement
  • Intelligence Artificielle
  • Mobilité
  • Objets connectés
  • Réalité virtuelle
  • Robotique
  • Sécurité SI
  • Transformation numérique
    More
    CES Réalité virtuelle
    La rédaction

    CES

    L'International Consumer Electronics Show (International CES) se tient du 7 au 10 janvier 2020 à Las Vegas (LVCC, Westgate, Renaissance, Sands/Venetian,...). C'est le plus grand salon mondial professionnel dédié aux...
    AFCDP Événements partenaires
    La rédaction

    AFCDP

    L'Association Française des Correspondants à la protection des Données à caractère Personnel (AFCDP) organise la 14ème université des DPO (Data Protection Officers) le 14 janvier 2020 à...
    FIC Événements partenaires
    La rédaction

    FIC

    Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille....

    No content

    A problem occurred while loading content.

    Previous Next
    Rechercher dans l'agenda
    «décembre 2019»
    lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
    2526272829301
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    303112345