X
EasyVista / mardi 13 juin 2017 / Thèmes: Partenaires, EasyVista

De l’ITSM à l’ESM

A partir de son activité de gestion de parcs, EasyVista a créé un moteur de gestion d’actifs et de gestion des processus. C’est aujourd’hui ce qui permet aux clients de gérer le cycle de vie de ces actifs : depuis l’initialisation jusqu’au provisionning ou la mise à disposition à l’utilisateur. C’est un tout cohérent de production de services. Grâce à ces solutions, le Service Informatique peut analyser les besoins des utilisateurs, identifier les solutions, les services et les mettre à disposition des utilisateurs.

Une automatisation massive pour plus d’efficacité

Cette gestion de workflow  permet l’automatisation de tâches humaines, par exemple la mise à disposition d’un service matériel, logiciel ou prestation de service (audit ou étude par exemple). Tout ceci nécessite un système où L’utilisateur doit pouvoir émettre sa demande, ou retrouver de l’information (sharepoint par exemple qui agrège différents composants.). L’automatisation de processus peut s’appliquer à de nombreux services de l’entreprise. Par exemple, si on perd un badge, quel est le processus pour en récupérer un nouveau ? L’automatisation met à disposition ses services avec un point d’entrée unique, puis des mécaniques qui vont gérer toutes les actions à dérouler pour fournir le service. Dans le cas du badge, il s’agit d’en fournir un nouveau, de désactiver l’ancien, donner les bonnes autorisations. En s’appuyant sur le moteur de Workfow, cette plate-forme de services peut automatiser l’intégration du personnel, notamment la mise à disposition des outils pour réaliser son travail.

La deuxième couche d’automatisation permet de gérer le cycle de vie des actifs au travers d’assistants métiers : entrée du matériel en stock, gestion des prêts, du leasing, mise à disposition. Les assistants métiers permettent d’automatiser tout ce processus.

Quelles économies ?

«L’évaluation du Retour sur Investissement est réel, parfaitement mesurable et cela a déjà été analysé très finement avec plusieurs clients », précise Loic Besnard. « Toute la difficulté est qu’il est nécessaire d’avoir une visibilité sur la situation avant la mise en place des nouvelles solutions. Il convient avant tout de déterminer le périmètre et les objectifs à atteindre en amont du projet. Ensuite, il s’agit de déterminer les métriques sur lesquels porteront l’évaluation : satisfaction des utilisateurs, nombre d’incidents, taux de résolution de manière immédiate, taux de panne dans les matériels sont quelques exemples».

L’un des exemples les plus probants est la réduction des coûts de support interne. A 80%, il s’agit d’un coup humain. Il y a une tendance de fond sur la gestion de la connaissance en incorporant des processus destinés à diminuer les interventions humaines sur le support et ainsi réduire les coûts. Un autre exemple de calcul est devoir combien de personnes sont nécessaires pour assurer le support d’une solution. Si vous passez de 3 personnes nécessaires au support d’une solution concurrente avec 1 personne à mi-temps pour EasyVista, le calcul est très rapide à faire .Et c’est ce qu’il se passe pour de nombreux clients qui ont économisé plusieurs centaines de milliers d’euros chaque année.

Sur 3 à 5 ans il est possible d’atteindre des sommes qui peuvent dépasser le million d’euros pour le seul support IT. En effet, le retour sur Investissement ne porte pas seulement sur l’infrastructure mais également sur les personnes en charge de ces infrastructures, les logiciels en charge, la sécurité, la disponibilité des services. La continuité de services est également un élément important car la productivité constante d’un collaborateur contribue à l’efficacité globale de l’entreprise.

« Dans certains cas, nous sommes arrivés à 80% de baisse du TCO ce qui correspondait à  plusieurs millions d’euros sur 2 ou 3 ans », précise M. Besnard. « Enfin, une connaissance ou une découverte fine de l’environnement permet de découvrir l’informatique fantôme - la shadow IT –qui s’est largement développée dans toutes les entreprises, hors de contrôle de la DSI, dans le cadre de la transformation numérique. N’oublions pas que la propriété des données peut être attribuée à l’utilisateur qui a souscrit le service à titre personnel et non pas à l’entreprise ».

Développer sans code

Dans les outils employés pour piloter la complexité d’une entreprise (différents services, niveaux de services, processus), automatiser tout cela nécessite généralement du codage afin de représenter la diversité du Système d’information.

Une des particularités uniques des solutions ITSM d’EasyVista est de ne nécessiter aucun développement de la part des utilisateurs ou des concepteurs de services, ce que l’on nomme une technologie Codeless, appliquée depuis longtemps au sein des produits EasyVista. Ceci permet à l’utilisateur de développer facilement une partie du service qu’il veut concevoir, notamment en modélisant la complexité de de l’entreprise. Gestion des domaines, rôles, périmètres d’application, métiers. Chaque utilisateur va pouvoir configurer sa propre utilisation de manière très simple sans aucun code. Concrètement, le moteur de workflow d’EasyVista est est une technologie propriétaire développée en France. Concernant le portail destiné aux utilisateurs, il est bâti sur les Framework Foundation et Angular JS, avec javascript et PHP comme langages de développement.

Print
3558

Name:
Email:
Subject:
Message:
x