X

News Partenaire

Ajouter la téléphonie dans le Cloud à Microsoft Teams

Le travail à distance est en augmentation depuis un certain temps, mais la pandémie COVID-19 a accéléré cette tendance. Une enquête récente menée par 451 Research a révélé que 67 % des organisations s’attendent à ce que les politiques de télétravail restent en place de manière permanente ou à long terme. De nombreuses grandes entreprises internationales envisagent de fermer certains de leurs bureaux et de passer à un modèle de travail à distance permanent. La communication a toujours été au cœur de la réussite des organisations, et dans cette nouvelle normalité, il n’a jamais été aussi important de disposer de la bonne technologie pour soutenir une collaboration efficace.

Antitrust : Google poursuivi aux Etats-Unis

Le Department of Justice ainsi que les procureurs de onze Etats américains ont attaqué hier en justice Google, lui reprochant d’abuser de sa position dominante sur les marchés des moteurs de recherche et de la publicité. Les enjeux de ce procès sont comparables à celui visant Microsoft à la fin des années 90 ou AT&T en 1978, certains acteurs dans le giron de Google, à l’instar de Mozilla, espèrent ne pas trinquer. 

Il y a deux décennies, Google est devenu le chouchou de la Silicon Valley en tant que start-up décousue avec une manière innovante de rechercher sur un Internet émergent. Ce Google est parti depuis longtemps. Le Google d'aujourd'hui est un gardien de monopole pour Internet et l'une des entreprises les plus riches de la planète”. C’est ainsi que débute la plainte déposée par le Department of Justice et neuf Etats américains à l’encontre du géant de Mountain View. Et de poursuivre : “pendant de nombreuses années, Google a utilisé des tactiques anticoncurrentielles pour maintenir et étendre ses monopoles sur les marchés des services de recherche générale, de la publicité de recherche et de la publicité textuelle de recherche générale - les pierres angulaires de son empire”.

Assaut sur l'empire 

C’était annoncé, c’est désormais un réalité : les États-unis poursuivent Google, lui reprochant d’abuser de sa position dominante dans les marchés des moteurs de recherche et de la publicité en ligne. La plainte soutient que le géant a conclu une série d’accords d’exclusion dans le dessein de restreindre les moyens pour les internautes d’accéder à l’information en ligne, obtenant d’être le moteur de recherche par défaut sur “des milliards d’appareils mobiles et d’ordinateurs”, voire interdisant la préinstallation d’autres moteurs de recherche. 

Sont spécifiquement visés ces derniers accords, notamment ceux signés avec Apple “qui exigent que Google soit le moteur de recherche général par défaut - et de facto exclusif - sur le célèbre navigateur Safari d'Apple et d'autres outils de recherche Apple”. Egalement dans le collimateur, les “bloating applications”, ces applications préinstallées impossibles à supprimer. En outre, le DoJ et les neuf procureurs reprochent à Google d’utiliser “généralement les bénéfices de monopole pour acheter un traitement préférentiel pour son moteur de recherche sur les appareils, les navigateurs Web et d'autres points d'accès de recherche, créant un cycle continu et auto-renforçant de monopolisation”.

Le procès du siècle

Ce faisant, Google porte atteinte au sain exercice de la concurrence, dans la recherche en ligne où ses pratiques portent préjudice, selon la plainte, aux consommateurs en restreignant leur choix et donc “la qualité de la recherche (y compris sur des dimensions telles que la confidentialité, la protection des données et l'utilisation des données des consommateurs)” et dans la publicité puisque, dominant le secteur, Mountain View est en mesure d’imposer ses prix pour une qualité de service aux annonceurs moindre.  

Et le DoJ de citer dans son communiqué les cas antérieurs de Microsoft, AT&T ou Standard Oil, des procès retentissants où la justice américaine avait cassé des monopoles établis. L’administration américaine compte bien réitérer l’expérience en ce qui concerne Google. “Si nous laissons Google continuer ses pratiques anticoncurrentielles, nous perdrons la prochaine vague d'innovateurs et les Américains ne pourront peut-être jamais bénéficier du “prochain Google”. Le moment est venu de rétablir la concurrence dans cette industrie vitaleassène l’Attorney General, William Barr

Google prêt à en découdre

Google prend acte de l’action en justice, mais n’entend pas se rendre sans combattre. Dans un post de blog, son principal juriste, Kent Walker, dénonce un procès “défaillant” (“flawed” dans le texte). “Les gens utilisent Google parce qu'ils le souhaitent, pas parce qu'ils y sont contraints ou parce qu'ils ne trouvent pas d'alternatives”. Et le SVP Global Affairs de Google de citer toutes les méthodes permettant d’installer un autre moteur de recherche sur divers supports. 

Ce procès ne ferait rien pour aider les consommateurs. Au contraire, cela favoriserait artificiellement des alternatives de recherche de moindre qualité, augmenterait les prix des téléphones et rendrait plus difficile pour les gens d'obtenir les services de recherche qu'ils souhaitent utiliser” continue-t-il. Kent Walker assure que toutes les entreprises signent des accords similaires, et paient pour promouvoir leurs services : Google n’est pas différent d’un autre (si ce n’est sa position dominante). 

Il pourfend également la plainte en ce qu’elle “prétend que les Américains ne sont pas assez sophistiqués pour [changer de moteur de recherche]” et sur la manière dont elle appréhende comment “les Américains utilisent Internet”. Le SVP énumère à nouveau d’autres sites et moteurs de recherche, tels que Kayak, ExpediaAmazon, Open Table. “Nous comprenons que notre succès s'accompagne d'un examen minutieux, mais nous maintenons notre position [...] Nous sommes convaincus qu’un tribunal conclura que cette action ne concorde ni avec les faits ni avec la loi”.

Mozilla en sueurs

Il cite par ailleurs, pour la défense de Google, un cas très précis : Firefox. Celui-ci est financé “presque entièrement par les revenus des accords promotionnels” et lorsque Yahoo! a payé pour devenir le moteur de recherche par défaut de Mozilla, “la plupart des Américains ont rapidement basculé leur moteur de recherche sur leur premier choix: Google”. En résumé, les Américains choisissent librement Google parce qu’il est meilleur que la concurrence. 

Mais la mention de Mozilla, également invoqué à quatre reprises dans la plainte, donne des sueurs froides à la direction de la fondation. Qui se retrouve quasiment à défendre Google. “Les résultats ultimes d'un procès antitrust ne devraient pas causer de dommages collatéraux aux organisations mêmes - comme Mozilla - les mieux placées pour stimuler la concurrence et protéger les intérêts des consommateurs sur le Webécrit Mozilla, soulignant son rôle dans la lutte contre la domination de Google, avant de déplorer que “les dommages involontaires causés aux plus petits innovateurs par des mesures d'application de la loi seront préjudiciables au système dans son ensemble, sans aucun avantage significatif pour les consommateurs - et ce n'est pas ainsi que quiconque réglera la Big Tech”.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats

Vient de paraître

Ce Livre Blanc vous permet de découvrir toutes les étapes nécessaires pour choisir le prestataire informatique adapté à votre entreprise et ses enjeux.


Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Tous les Livres Blancs
Serverless

Serverless

En quelques années, le Serverless – ou informatique sans serveur – est devenu une nouvelle corde à l’arc des architectes logiciels et développeurs afin de créer des applications. La technologie est...

Le Cybercrime as a Service

Le Cybercrime as a Service

Le ministère de l’Intérieur a évoqué, dans son rapport annuel 2019 sur les menaces liées au numérique, le développement d’outils malveillants « clés en main ». Le...

Intégration continue

Intégration continue

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter les pratiques DevOps pour leurs projets informatiques. L’intégration continue (CI), le déploiement et la livraison en continu (CD) sont devenus partie...

RSS
Afficher tous les dossiers

STOCKAGE : NVMe s'impose, Fichier et Objet se rapprochent, Solutions de stockage pour TPE/PME - La 5G... et après ? - Le LiFi au lycée - L'IA au service du recrutement - Cybersécurité : externaliser jusqu'où ? - Windows et Linux, la fusion continue - Les meilleurs outils pour les cours à distance - YesWeHack à l'assaut du monde - Rencontre avec Armand Thiberge, CEO de SendInBlue...

 

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, sort de son domicile, le 17 novembre 2020 à Vancouver, au CanadaLe géant chinois des télécoms Huawei discute d'un accord avec l'administration américaine qui permettrait à sa directrice financière Meng Wanzhou de regagner la Chine, deux ans après son arrestation au Canada, affirme jeudi le Wall Street Journal (WSJ). [Lire la dépêche...]

Au siège de Facebook à Menlo Park en Californie, le 23 octobre 2019Les autorités américaines ont lancé jeudi des poursuites judiciaires pour "discrimination" à l'embauche contre Facebook, accusé d'avoir réservé des postes à des salariés étrangers au détriment des Américains, deux jours après avoir subi un revers sur le gel de visas très utilisés dans la tech. [Lire la dépêche...]

Dans une unité de production d'adjuvant pour le vaccin du Covid-19 de GlaxoSmithKline, à Saint-Amand-les-Eaux dans le nord de la France, le 3 décebre 2020
Les vaccins contre le coronavirus suscitent la convoitise des cybercriminels qui multiplient les attaques pour perturber leur acheminement ou s'emparer de secrets industriels, contraignant les laboratoires et les acteurs de la chaîne logistique à redoubler de vigilance. [Lire la dépêche...]

Au siège de Facebook à Menlo Park, en Californie, le 23 octobre 2019Régulièrement vilipendé pour laisser passer trop de messages haineux et racistes, Facebook modifie actuellement ses algorithmes pour réprimer plus sévèrement les insultes contre les minorités tout en cessant de retirer systématiquement les attaques contre les personnes d'origine caucasienne, les hommes ou les Américains. [Lire la dépêche...]

Google épinglé par l'administration américaine pour la surveillance de ses employésUne agence fédérale a donné mercredi deux semaines au géant du numérique Google pour répondre à des accusations de surveillance, interrogatoire et usage d'autres méthodes à l'encontre de ses employés militants. [Lire la dépêche...]

Twitter a décidé mercredi d'élargir sa définition des messages à caractère haineux en interdisant toute publication qui Twitter a décidé mercredi d'élargir sa définition des messages à caractère haineux en interdisant toute publication cherchant à déshumaniser selon des critères raciaux, ethniques ou de nationalité.   [Lire la dépêche...]

Le gratte-ciel Salesforce à San FranciscoSalesforce, le spécialiste des technologies de relation client, s'est offert Slack pour près de 28 milliards de dollars, une acquisition qui le place en meilleure position pour concurrencer Microsoft, mais ne le dispensera sans doute pas d'autres investissements s'il veut faire de l'ombre au géant informatique. [Lire la dépêche...]

Facebook a annoncé mardi le lancement en janvier prochain au Royaume-Uni de Facebook News, sa section d'informations diffusant des articles de presse contre rémunération pour les éditeursFacebook a annoncé mardi le lancement en janvier prochain au Royaume-Uni de Facebook News, sa section d'informations diffusant des articles de presse contre rémunération pour les éditeurs.  [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE TO YOU : DREAMTX

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce dans un format 2020 100% online et gratuit avec deux temps forts : pour le keynote de Marc Benioff et du 14 au 17 décembre pour DreamTX, 4 jours d'ateliers et de démonstrations. En revanche pas de sessions de formation et de certification cette année. Organisé par Salesforce.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Pour une cybersécurité coopérative et collaborative", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 6, 7 et 8 avril 2021 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 mai 2021 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT