X

HDH : la Cnil étrille l’hébergement des données par Microsoft

Dans un mémoire transmis au Conseil d’Etat, le gendarme des données personnelles se prononce enfin sur le Health Data Hub, et plus particulièrement sur l’hébergement des données de santé sur Azure. Un choix technique que la Cnil désapprouve et estime illégal, du fait d’une part de l’invalidation du Privacy Shield et de l’autre des risques juridiques relatifs à la réglementation américaine. 

Vendredi soir, Mediapart ainsi que le CNLL ont dévoilé les observations de la Cnil sur l’hébergement des données de santé du Health Data Hub sur Azure de Microsoft. Le gendarme des données personnelles, de même que la plus haute juridiction administrative, avaient été saisis par un groupe d’associations fermement opposés au contrat passé entre Microsoft et HDH. Et ce mémoire de la Cnil, rendu à la lumière de l’arrêt de la CJUE invalidant le Privacy Shield, abonde dans le sens des détracteurs de Redmond.

La Cnil rappelle que, saisie en avril au sujet du HDH, elle avait rendu un avis favorable au projet tout en émettant plusieurs réserves. “Elle s’était inquiétée du fait que le choix de Microsoft pour l’hébergement des données impliquait, malgré les précautions prises par la PDS, que des transferts de données vers les États-unis soient réalisés” écrit-elle, précisant que ces transferts étaient alors couverts par le Privacy Shield. Le gendarme des données personnelles signale avoir appelé le gouvernement à “une extrême vigilance” sur le sujet. 

Feu vert en avril, mais... 

Car en avril, la Cnil remarquait que le HDH permettait des “transferts résiduels” de données de santé vers les États-unis. Malgré un stockage au repos et un traitement effectué uniquement sur le sol européen, les données pouvaient néanmoins se retrouver aux États-unis dans le cadre d’opérations d’administration réalisées par Microsoft, qui détient par ailleurs les clés de chiffrement. Ajoutons à cela que la Cnil estime que la pseudonymisation n’empêche pas dans l’absolu de pouvoir identifier une personne sur la base de ses données. Cela dit, un avenant au contrat plus tard, tout semblait pouvoir rouler pour HDH et Microsoft... jusqu’à ce que tombe le Privacy Shield. 

Si des transferts devaient subsister, ils seraient illégaux souligne le régulateur. Car si les modifications apportées au contrat liant la plateforme à Microsoft précisent bien qu’il n’y aura point de transfert sous quelque forme que ce soit, se heurtent à ce beau principe certains autres mécanismes du contrat, points que HDH et la Cnil cherchent encore à clarifier. Mais il y a plus grave, et c’est justement la problématique en vertu de laquelle aucun acteur ayant des données aux États-unis ne devrait héberger des données de santé française : la réglementation américaine. 

FISA et EO123333 

Et ici, la Cnil ne brandit pas l’éternel épouvantail du Cloud Act, mais s’appuie sur deux textes déjà utilisés par l’administration américaine : le Foreign Intelligence Surveillance Act et l’Executive Order 12333. Tous deux obligent en effet des entreprises américaines ou ayant des activités aux États-unis à fournir aux services de renseignements américains à leur demande des données quand bien même celles-ci ne sont pas stockées sur le sol américain. Ce qui n’assure pas aux yeux de la CJUE un niveau de protection des données équivalent au droit européen : c’est l’une des raisons de l’invalidation du Privacy Shield. 

La Cnil s’est interrogée à ce sujet à la lumière du nouvel arrêt de la cour européenne. Or le contrat entre HDH et Microsoft ne permet pas les transferts de données “sauf si la loi l’exige”. Considérant que les demandes du renseignement américain contreviennent au RGPD, le gendarme français des données personnelles estime que, pour le cas de données de santé, “même dans le cas où l’absence de transferts de données personnelles en dehors de l’UE à des fins de fourniture du service serait confirmée”, Microsoft demeure soumis à la législation américaine et donc obligé d’opérer de tels transferts pour satisfaire les autorités américaines. Transferts illégaux, aux yeux de la Cnil. 

Transition

En conséquence, l’hébergement des données du Health Data Hub par le géant de Redmond est remis en cause. Il devient donc nécessaire d’opérer quelques changements afin de “soustraire ces données à la possibilité d’une communication aux services de renseignement”. Ainsi, “la solution la plus effective consiste à confier l’hébergement de ces données à des sociétés non soumises au droit étatsunien” assène la Cnil. Exit Microsoft ! Quoique... l’avis du régulateur se veut plus nuancé. Ainsi, il suggère qu’un dispositif contractuel embarquant un accord de licence pourrait être mis en place, pour peu que seule une entreprise européenne ait les clés de chiffrements, tandis que l’entreprise américaine continue de fournir ses services sans toutefois avoir accès aux données. 

Mais quelle que soit la solution choisie, elle ne se fera pas en un jour, c’est pourquoi la Cnil recommande une période de transition “afin d’assurer ces changements sans perte de données ou de technologie et sans compromettre les usages qui sont faits aujourd’hui de ces données”. En effet, le RGPD prévoit bien à son article 49 des dérogations et l’autorité française considère qu’il en va de l’intérêt public de ménager cette période transitoire. Elle n’en précise pas la durée mais insiste : elle “doit rester limitée à ce qui est nécessaire”. 

C’est donc une victoire non négligeable pour le CNLL, mais loin d’être définitive. D’une part il est nécessaire d’attendre l’avis du Conseil d’État sur le sujet, d’autre part entre une période de transition floue et la possibilité de certains dispositifs contractuels, Microsoft pourrait bien rester dans la boucle encore quelques temps.

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Tendances, Débats

Vient de paraître

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs
Yuka

Yuka

Près d’un quart des Français utilise cette application évaluant si un produit, alimentaire ou cosmétique, est bon pour la santé ! L’outil YuKa a changé le comportement de nombreux...

École 42

École 42

Fondée en 2013, l’École 42 s’est installée sur la plus haute marche du podium des «écoles de code», selon le classement CodinGame. Dirigée par Sophie Viger depuis la fin 2018,...

Apple préfère ARM

Apple préfère ARM

La rumeur courait depuis plusieurs années. Elle a été confirmée à l’occasion de la Conférence développeurs WWDC 2020 : Apple divorce d’avec Intel. Les futurs ordinateurs de la marque...

Culture & Numérique

Culture & Numérique

Si la culture a pu être aussi avidement consommée lors du confinement, c’est avant tout parce que le secteur n’a pas attendu la Covid-19 pour faire sa transformation numérique. Une transformation qui s’est...

Project Reunion

Project Reunion

Microsoft a dévoilé à l’occasion de sa conférence annuelle Build, dédiée aux développeurs, les tout premiers contours de Project Reunion. L’objectif recherché est de faciliter le...

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Afficher tous les dossiers

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

QUELLE IT POUR DEMAIN ? SaaS, Hybride, Shadow IT, Green IT... - Collaboration dans le Cloud : quelles alternatives à Office 365 ? - Intégration continue : les meilleurs outils et pratiques CI/CD - École 42 : le peer to peer learning ça fonctionne ! - Startups : les bonnes recettes de Yuka - 2010-2019 : la décennie qui changea l’information géographique...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Lee Kun-hee avant une audience devant le tribunal à Séoul, le 1er juillet 2008Le plus riche et le plus puissant industriel de Corée du Sud, Lee Kun-hee, décédé dimanche à l'âge de 78 ans, avait fait de Samsung Electronics un géant mondial des télécommunications, tout en menant une existence solitaire. [Lire la dépêche...]

Le Premier ministre français Jean Castex et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le 23 octobre 2020 à BruxellesLe Premier ministre français Jean Castex a souligné vendredi à Bruxelles l'urgence d'une "régulation beaucoup plus forte" des réseaux sociaux, après la décapitation de l'enseignant Samuel Paty. [Lire la dépêche...]

Croquis d'audience montrant le Russe Alexander Vinnik (C) devant le tribunal correctionnel, le 19 octobre 2020 à ParisIl a été qualifié de "pirate extrêmement doué", "pionnier" des cyberattaques: dix ans de prison ont été requis vendredi contre le Russe Alexander Vinnik, jugé à Paris pour des escroqueries massives au bitcoin. [Lire la dépêche...]

Prototype d'Des sortes de capsules, individuelles, en duo ou prévues pour un vélo : le projet "Urbanloop" d'élèves ingénieurs lorrains pourrait se concrétiser dès 2024, à Nancy voire à proximité d'un site des jeux Olympiques de Paris. [Lire la dépêche...]

Une cour d'appel californienne a estimé jeudi qu'Uber et Lyft ont bien enfreint la loi de l'Etat qui veut les contraindre à requalifier leurs chauffeurs en employésUne cour d'appel californienne a estimé jeudi qu'Uber et Lyft ont bien enfreint la loi de l'Etat qui veut les contraindre à requalifier leurs chauffeurs en employés, mais les deux entreprises ont un sursis jusqu'à ce que les électeurs aient voté sur leur proposition alternative le 3 novembre. [Lire la dépêche...]

Alex Karp, le directeur général de Palantir, en 2019La société d'analyse de données Palantir travaille avec le gouvernement américain pour l'aider à suivre la production et la distribution dans le pays des futurs vaccins contre le Covid-19, suscitant des inquiétudes sur la gestion de données médicales. [Lire la dépêche...]

La nouvelle application L'application de traçage de contact StopCovid, controversée, très peu utilisée et peu promue par le gouvernement depuis sa sortie le 2 juin, est relancée sous une nouvelle forme jeudi, la reprise de l'épidémie ayant convaincu l'exécutif de son utilité potentielle. [Lire la dépêche...]

Jeffrey Katzenberg, fondateur de la plateforme Quibi, le 8 janvier 2020 à Las VegasQuibi, le service de streaming de vidéos courtes lancé en avril en Amérique du Nord par Jeffrey Katzenberg, un ancien patron de Disney, a annoncé mercredi sa fermeture et la revente de son catalogue et autres actifs à cause de la pandémie mais aussi de son modèle économique. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 novembre 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Voir tout l'AgendaIT