X

News Partenaire

L'importance de l'écosystème de partenaires

Avec plus de 6000 applications sur la plateforme AppExchange et plus de 120 partenaires intégrateurs, Salesforce dispose désormais d'une force de frappe qui représente plus de 8 millions de déploiement dans le monde dans un nombre très varié de domaines économiques.


Loi Avia : le texte largement retoqué par le Conseil constitutionnel

Les Sages de la rue Montpensier, saisis par 60 sénateurs, se sont penchés sur le texte de loi luttant contre la haine en ligne. Et l’ont massivement censuré. La mesure phare, à savoir l’obligation pour les plateformes de retirer des contenus haineux en 24h sous peine de sanction, n’a pas réussi l’examen en constitutionnalité.

Bien qu’adoptée à l’Assemblée et au Sénat, la loi visant à lutter contre les contenus haineux sur internet n’était pas au bout de ses peines. Tout juste votée, elle avait fait l’objet d’une saisine du Conseil constitutionnel par soixante sénateurs, reprochant au texte des atteintes à la liberté d’expression. Une accusation formulée à de nombreuses reprises par ses opposants, à droite comme à gauche. 

Était notamment pointé du doigt le premier article de la loi Avia. Article qui voit ses paragraphes I et II être censurés par le Conseil constitutionnel. Le premier, relatif à la suppression de certains contenus à caractère terroriste ou pédopornographique, modifiait l'article 6-1 de la loi du 21 juin 2004 en réduisant le délai de réaction des éditeurs de 24h à 1h et en prévoyant ladite sanction. Un délai trop court, aux yeux des Sages, qui ne permet pas à la plateforme d'obtenir une décision du juge avant d'être contraint de le retirer. “Dès lors, le législateur a porté à la liberté d'expression et de communication une atteinte qui n'est pas adaptée, nécessaire et proportionnée au but poursuivi” écrit la plus haute juridiction. 

Le paragraphe II, quant à lui, oblige certains opérateurs de plateformes en ligne à retirer ou de rendre inaccessibles dans un délai de 24 heures des contenus illicites en raison de leur caractère haineux ou sexuel. Là encore sous peine de sanctions. Une disposition selon laquelle la définition du caractère illicite d’un contenu “n'est pas subordonnée à l'intervention préalable d'un juge ni soumise à aucune autre condition”, de sorte que l’éditeur soit contraint d’examiner tous les contenus signalés afin de ne pas être sanctionné. Et ce en 24h, en tenant compte des “multiples qualifications pénales justifiant le retrait de ces contenus” déterminées par le législateur (liste non exhaustive), sans véritable clause exonératoire... 

Ne restent que des mesures mineures

En outre, la sanction pénale est encourue pour chaque défaut de retrait et non en considération de leur répétition” ajoute le Conseil constitutionnel. Ces différents facteurs “ne peuvent qu'inciter les opérateurs de plateforme en ligne à retirer les contenus qui leur sont signalés, qu'ils soient ou non manifestement illicites” concluent les Sages. “Elles portent donc une atteinte à l'exercice de la liberté d'expression et de communication qui n'est pas nécessaire, adaptée et proportionnée”. 

Dès lors que ces dispositions sont frappées d'anti-constitutionnalité, de nombreux autres articles qui en découlent se voient aussi déclarés contraires à la Constitution. C’est le cas des articles 4, 5, 8, 9 et 18, ainsi que certains paragraphes de l’article 7. Les articles 11 et 12 sont eux aussi censurés, mais pour une toute autre raison : ceux-ci n’avaient, selon le Conseil constitutionnel, rien à faire dans cette loi. Il s’agissait de dispositions relatives à l'appel des décisions rendues à juge unique en matière correctionnelle et aux obligations susceptibles d'être prononcées dans le cadre d'un contrôle judiciaire ou d'un sursis probatoire, introduites dans la loi en première lecture et “sans lien, même indirect, avec celles qui figuraient dans la proposition de loi déposée sur le bureau de l'Assemblée nationale”.

La décision du Conseil constitutionnel a fait jaser sur les réseaux sociaux hier soir. Dans un communiqué, la députée Laetitia Avia a assuré qu'il “ne s’agit pas de renoncer à ce combat pour la protection des internautes” et que la décision des Sages de la rue Montpensier “doit pouvoir constituer une feuille de route pour améliorer un dispositif que nous savions inédit et donc perfectible”. Perfectible, c’est le moins que l’on puisse dire, comme le résume le patron du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau : “il n’y a quasiment que le titre qui est constitutionnel...”.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Vient de paraître

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs
Yuka

Yuka

Près d’un quart des Français utilise cette application évaluant si un produit, alimentaire ou cosmétique, est bon pour la santé ! L’outil YuKa a changé le comportement de nombreux...

École 42

École 42

Fondée en 2013, l’École 42 s’est installée sur la plus haute marche du podium des «écoles de code», selon le classement CodinGame. Dirigée par Sophie Viger depuis la fin 2018,...

Apple préfère ARM

Apple préfère ARM

La rumeur courait depuis plusieurs années. Elle a été confirmée à l’occasion de la Conférence développeurs WWDC 2020 : Apple divorce d’avec Intel. Les futurs ordinateurs de la marque...

Culture & Numérique

Culture & Numérique

Si la culture a pu être aussi avidement consommée lors du confinement, c’est avant tout parce que le secteur n’a pas attendu la Covid-19 pour faire sa transformation numérique. Une transformation qui s’est...

Project Reunion

Project Reunion

Microsoft a dévoilé à l’occasion de sa conférence annuelle Build, dédiée aux développeurs, les tout premiers contours de Project Reunion. L’objectif recherché est de faciliter le...

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Afficher tous les dossiers

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

QUELLE IT POUR DEMAIN ? SaaS, Hybride, Shadow IT, Green IT... - Collaboration dans le Cloud : quelles alternatives à Office 365 ? - Intégration continue : les meilleurs outils et pratiques CI/CD - École 42 : le peer to peer learning ça fonctionne ! - Startups : les bonnes recettes de Yuka - 2010-2019 : la décennie qui changea l’information géographique...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Google, Amazon, Facebook et Apple (Gafa) ont dégagé ensemble plus de 38 milliards de dollars de profits cet été en dépit de la pandémie et de la colère politique
Amazon, Alphabet (Google) et Facebook ont de nouveau dégagé des profits flamboyants pendant le trimestre écoulé, malgré les pressions politiques et la pandémie, mais ces milliards engrangés et ces investissements en pagaille ne plaident pas forcément en leur faveur face aux élus qui appellent à les démanteler. [Lire la dépêche...]

Une entrepreneuse palestinienne, Hiba al-Hindi, montre sa machine de désinfection du nouveau coronavirus, le 8 octobre 2020 à GazaA l'entrée d'un restaurant de Gaza, les clients sont accueillis par une "machine de désinfection" innovante. Elle a été conçue par une Palestinienne déterminée à lutter contre le nouveau coronavirus, malgré les défis qui pèsent sur l'enclave. [Lire la dépêche...]

Facebook a reconnu que la mise en place d'une mesure d'interdiction des publicités politiques dans les derniers jours de la campagne présidentielle américaine avait conduit à des erreursFacebook a reconnu que la mise en place d'une mesure d'interdiction des publicités politiques dans les derniers jours de la campagne présidentielle américaine avait conduit à des erreurs alors que républicains et démocrates accusent le géant des réseaux sociaux de les désavantager. [Lire la dépêche...]

Les Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon) devraient à nouveau tirer leur épingle du jeu lors de la publication de leurs résultats trimestrielsLa pandémie de Covid-19 décime des industries et les responsables politiques attaquent les entreprises technologiques sur tous les fronts, mais les Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon) devraient à nouveau tirer leur épingle du jeu lors de la publication de leurs résultats trimestriels jeudi. [Lire la dépêche...]

Apple a accéléré ses efforts pour développer son propre moteur de recherche afin de proposer une alternative à GoogleApple a accéléré ses efforts pour développer son propre moteur de recherche afin de proposer une alternative à Google, selon un article du Financial Times mercredi. [Lire la dépêche...]

Les plateformes de vidéo sur abonnement comme Netflix ou Amazon devront investir 20% à 25% du chiffre d'affaires qu'elles réalisent en France dans la production d'oeuvres francaises ou européennesLes plateformes de vidéo sur abonnement comme Netflix ou Amazon devront investir 20% à 25% du chiffre d'affaires qu'elles réalisent en France dans la production d'oeuvres francaises ou européennes, a annoncé mercredi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, dans un entretien aux Echos. [Lire la dépêche...]

Facebook est surveillé de près sur sa gestion des élections américaines du 3 novembre, le scrutin d'il y a 4 ans ayant été marquée par des scandalesTraumatisé par les scrutins de 2016, Facebook a multiplié les mesures pour prouver qu'il est devenu un acteur majeur et responsable lors des élections, et non plus un véhicule de désinformation massive, propice à la manipulation des électeurs. [Lire la dépêche...]

Instagram a annoncé qu'il mettrait à jour sa politique de nudité, notamment concernant les clichés de poitrines, en réaction à la campagne d'une mannequin grande taille qui accusait cette politique d'être discriminatoireInstagram a annoncé qu'il allait mettre à jour sa politique sur la nudité, notamment concernant les clichés de poitrines, en réaction à la campagne d'une mannequin grande taille qui accusait ses règles d'être discriminatoires. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT (REPORTÉ)

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 novembre 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants. MISE À JOUR du 27/10/2020 : Ready For IT est reporté au printemps 2021 du 17 au 19 mai.

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Voir tout l'AgendaIT