X

Trump vs Twitter : décret présidentiel et poudre aux yeux

Le conflit autour des tweets du président américain escalade. Donald Trump avait promis un “BIG DAY” pour les réseaux sociaux, voici donc un décret présidentiel levant l'immunité de “bonne foi” des plateformes en ligne pour leur politique de modération. Malgré le ton martial de l’Executive Order, ce dernier pourrait bien n’être qu’une coquille vide. 

Il est très énervé, Donald Trump. Il faut dire que Twitter a osé le “fact-checker”. Le président des États-unis a donc commencé, une fois n’est pas coutume, à menacer le réseau social, avant de passer aux actes. Un décret, ou Executive Order a été publié dans la journée aux États-unis (cette nuit pour nous). Notons que, ce matin, Twitter a récidivé, cette fois-ci en réduisant la visibilité du dernier tweet de Donald Trump, dénoncé comme faisant l’apologie de la violence. Un joli pied de nez compte tenu de la teneur de l’Executive Order présidentiel.

La mauvaise foi des plateformes

A la première lecture, sans considération juridique aucune, le texte semble bien sévère, du genre à frapper fort non seulement les réseaux sociaux, mais aussi tout site Web hébergeant du contenu créé par ses utilisateurs (les espaces de commentaires par exemple). La Maison Blanche y revoit l’interprétation à avoir de la section 230(c) of the Communications Decency Act, une loi fondamentale du Web 2.0. 

Celle-ci accorde notamment aux plateformes, réseaux sociaux en tête, une forme d’immunité de “bonne foi” pour les contenus publiés par leurs utilisateurs et, surtout, pour leur façon de les traiter, à savoir choisir d’éditer ou publier des contenus qu'ils jugent obscènes ou autrement répréhensibles. De fait, ces sites sont légalement considérés non comme des éditeurs (publishers) mais comme des distributeurs (“providers”).

C’est notamment en vertu de cette loi qu’il n’est pas possible, aux États-unis, de poursuivre Twitter pour en avoir été banni. Mais l’Executive Order veut changer ce cadre. “Les États-Unis ont pour politique de veiller à ce que, dans toute la mesure permise par la loi, cette disposition ne soit pas faussée pour assurer la protection de la responsabilité des plateformes en ligne qui - loin d'agir de «bonne foi» pour supprimer le contenu répréhensible - s'engagent à la place dans des actions trompeuses ou prétextuelles (souvent contraires à leurs conditions de service déclarées) pour étouffer les points de vue avec lesquels ils ne sont pas d'accord” stipule le texte présidentiel.

La modération devant la justice

Ainsi, Donald Trump exige que le Communications Decency Act soit interprété de telle sorte que, lorsqu’une plateforme en ligne “supprime ou restreint l'accès au contenu” lorsque celui-ci n’est pas légalement répréhensible (“obscène, ordurier, lascif, sale, trop violent, ou autrement répréhensible” indique la loi), elle soit considérée comme un éditeur et donc juridiquement responsable pour ses actions. Surtout, l’Executive Order définit que n’est pas de “bonne foi” une mesure de suppression ou de restriction qui serait “trompeuse, prétextuelle ou incompatible avec les conditions de service du fournisseur” ou “prisesaprès avoir omis de fournir un préavis adéquat, une explication motivée ou une occasion significative d'être entendu”. Le champ est très vaste.

Mais Donald Trump ne s’arrête pas en si bon chemin, puisque son décret comporte quelques autres sections. L'une de celles-ci veut taper les plateformes au portefeuille : chaque agence étatique et branche de l’administration fédérale devra fournir un rapport au ministère de la Justice faisant état de leurs dépenses marketing et publicitaires sur les réseaux sociaux. ministère de la Justice qui est chargé d’examiner “les restrictions de discours basées sur les points de vue imposés par chaque plateforme en ligne” et d’évaluer si ces plateformes “sont des véhicules problématiques pour le discours du gouvernement en raison de la discrimination des points de vue, de la tromperie envers les consommateurs ou d'autres mauvaises pratiques”. On imagine que celles pointés du doigt devront se passer des dollars gouvernementaux.

Floppée de rapports

Car le Department of Justice sera amené à réaliser un rapport sur les plateformes, rapport alimenté par le tristement célèbre Tech Bias Reporting tool créé par l’administration Trump en mai 2019. La Federal Trade Commission sera elle aussi occupée à faire des rapports sur le sujet, et à prendre des mesures voire des sanctions visant à “interdire les actes ou pratiques déloyales ou trompeuses” telles que restreindre la parole (présidentielle ?).

Enfin, dans les deux mois, le secrétaire au Commerce, en consultation avec le procureur général et agissant par l'intermédiaire de la National Telecommunications and Information Administration (NTIA), en lien avec la FCC et la FTC, proposera une demande de réglementation auprès du gouvernement fédéral afin de “clarifier” la section 230(c) du Communications Decency Act.

Inconstitutionnel

L’Executive Order semble donc une épine particulièrement menaçante dans le pied des réseaux sociaux. A un détail près... l’EFF explique dans un communiqué que le décret pris par Trump est en l’état inapplicable puisque le président ne peut “utiliser un ordre exécutif pour réécrire une loi du Congrès”. De facto, cet Executive Order est anticonstitutionnel. Pire encore, les actions de Twitter, qui consistaient à ajouter sous les deux tweets incriminés une mention renvoyant vers un fact-fact, correspondent à la création de contenus par la plateforme. Ce que ne couvre pas la section 230. En d’autres termes, Twitter est d’ores et déjà juridiquement responsable de ce contenu.

L’Executive Order, qui reprend en partie un précédent brouillon d’une précédente passe d’armes entre Donald Trump et les “Big Tech”, relève donc moins d’une volonté réelle de réguler Internet que de déclencher une nouvelle guerre contre les géants du Web. Et ils sont nombreux, aux États-unis, à dénoncer une manoeuvre “écran de fumée”. La speaker démocrate Nancy Pelosi dénonce ainsi : “clairement et tristement, le décret du président est une diversion désespérée de son incapacité à fournir une stratégie de test nationale pour vaincre le COVID-19”.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Vient de paraître

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs
Yuka

Yuka

Près d’un quart des Français utilise cette application évaluant si un produit, alimentaire ou cosmétique, est bon pour la santé ! L’outil YuKa a changé le comportement de nombreux...

École 42

École 42

Fondée en 2013, l’École 42 s’est installée sur la plus haute marche du podium des «écoles de code», selon le classement CodinGame. Dirigée par Sophie Viger depuis la fin 2018,...

Apple préfère ARM

Apple préfère ARM

La rumeur courait depuis plusieurs années. Elle a été confirmée à l’occasion de la Conférence développeurs WWDC 2020 : Apple divorce d’avec Intel. Les futurs ordinateurs de la marque...

Culture & Numérique

Culture & Numérique

Si la culture a pu être aussi avidement consommée lors du confinement, c’est avant tout parce que le secteur n’a pas attendu la Covid-19 pour faire sa transformation numérique. Une transformation qui s’est...

Project Reunion

Project Reunion

Microsoft a dévoilé à l’occasion de sa conférence annuelle Build, dédiée aux développeurs, les tout premiers contours de Project Reunion. L’objectif recherché est de faciliter le...

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Afficher tous les dossiers

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

QUELLE IT POUR DEMAIN ? SaaS, Hybride, Shadow IT, Green IT... - Collaboration dans le Cloud : quelles alternatives à Office 365 ? - Intégration continue : les meilleurs outils et pratiques CI/CD - École 42 : le peer to peer learning ça fonctionne ! - Startups : les bonnes recettes de Yuka - 2010-2019 : la décennie qui changea l’information géographique...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Lors de la conférence Huawei Connect à Shanghai, le 23 septembre 2020La Suède va bannir par mesure de sécurité nationale les nouveaux équipements des groupes chinois Huawei et ZTE de son nouveau réseau télécoms 5G, et ceux déjà installés devront être retirés d'ici au 1er janvier 2025, a annoncé mardi l'autorité chargée des appels d'offres. [Lire la dépêche...]

Le deuxième fabricant mondial de semi-conducteurs, le sud-coréen SK Hynix, annonce avoir conclu un accord de 9 milliards de dollars pour acquérir l'activité puces mémoires NAND d'Intel et renforcer sa position face au géant SamsungLe deuxième fabricant mondial de semi-conducteurs, le sud-coréen SK Hynix, a annoncé mardi avoir conclu un accord de 9 milliards de dollars pour acquérir l'activité puces mémoires NAND d'Intel dans l'objectif de renforcer sa position face au géant Samsung. [Lire la dépêche...]

Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo-2020 ont déclaré mardi surveiller Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo-2020 ont déclaré mardi surveiller "constamment" le risque de cyberattaques, alors que Londres a accusé la Russie d'avoir mené des missions de reconnaissance sur internet contre des cibles liées aux JO, reportés à 2021. [Lire la dépêche...]

Le patron de Tesla Elon Musk lors de son arrivée sur le site d'une usine du groupe en construction près de Berlin en septembre 2020Quoi de neuf chez Tesla? C'est parfois difficile à dire car le fabricant de voitures électriques, dirigé par le très médiatique Elon Musk, semble avoir pris la décision inhabituelle de supprimer le service répondant aux questions des journalistes.  [Lire la dépêche...]

Une affiche des six agents russes recherchés par les Etats-Unis pour leur rôle supposé dans une série d'attaques informatiques, le 19 octobre 2020 à Washington lors d'une conférence de presse du ministre adjoint de la justice John Demers (g)La justice américaine a révélé lundi avoir inculpé six agents du renseignement militaire russe pour des cyberattaques mondiales, qui ont notamment visé le parti d'Emmanuel Macron avant les élections françaises de 2017 et les jeux Olympiques de 2018 en Corée du Sud. [Lire la dépêche...]

Croquis d'audience montrant le Russe Alexander Vinnik (C) devant le tribunal correctionnel, le 19 octobre 2020 à ParisLe procès du Russe Alexander Vinnik, soupçonné d'être derrière des cyberattaques massives en France et dans le monde, s'est ouvert lundi devant le tribunal correctionnel de Paris. [Lire la dépêche...]

Vue de la Lune à proximité de la planète Mars, photographiée depuis la ville de Panama, le 02 octobre 2020.Allô la Lune? Le groupe finlandais Nokia va fabriquer pour la Nasa ce qui sera le premier réseau de téléphonie mobile opérationnel sur la Lune, dans le cadre du projet de base humaine permanente de l'agence spatiale américaine, a-t-il annoncé lundi. [Lire la dépêche...]

Le Pakistan lève l'interdiction de TikTok, après des assurances sur les contenus  Le Pakistan a annoncé lundi qu'il lèverait l'interdiction de l'application de partage de vidéos TikTok après avoir reçu l'assurance que les contenus "immoraux" seraient bloqués. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 novembre 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Voir tout l'AgendaIT