X
BRAINWAVE : de l’intelligence dans la cyber

News Partenaire

BRAINWAVE : de l’intelligence dans la cyber

Un vieux proverbe dit qu’il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Cette maxime s’applique parfaitement à Brainwave GRC qui a su avec calme et sérénité s’imposer jour après jour comme l’un des acteurs clés de la gouvernance des identités.

Tadata : données perso contre argent, bonne idée ou violation du RGPD ?

Une toute jeune plateforme, dont le lancement est limitée à l’Île-de-France, fait parler d’elle ces derniers jours. Tadata propose aux lycéens, étudiants et alternants d’être rémunérés en échange de leurs données. Mais le fonctionnement nébuleux du service préoccupe l’Internet Society France, qui a saisi la Cnil.

En début de semaine, l’Internet Society France, par la voix de son président Nicolas Chagny, avertissait la Cnil de l’existence d’une drôle de plateforme. Baptisée Tadata, ce site web s’adresse aux jeunes, leur proposant de « reprendre le contrôle de leurs données perso et gagner de l’argent avec ! ». « On a repéré quelques tweets, notamment quelques personnes qui s’étonnaient d’avoir reçu un SMS de promotion de cette plateforme. C’est là qu’on a décidé de creuser un peu » nous raconte Nicolas Chagny.

Poussant ses investigations, l’Isoc France s’inquiète : entre un « discours simpliste », le ciblage d’un public vulnérable au sens du RGPD et le manque de clarté de Tadata, « nous nous sommes posés beaucoup de questions » explique le président de l’association.

Finalement, dans un courrier en date du 11 février, l’Internet Society prévient la Cnil, l’alertant notamment sur le « caractère urgent » du fait de la « montée en puissance » de ce service. En effet, plusieurs médias, notamment à destination des étudiants, se sont faits les relais ces derniers jours de la communication de la plateforme. L’entreprise à l’origine de Tadata est elle aussi notifiée.

« Ce type d’approche très simpliste vient prendre le contre-pied de tous les efforts que l’on peut faire en termes d’éducation au numérique, on s’est dit qu’il fallait qu’on agisse rapidement » souligne Nicolas Chagny.

Du côté de Tadata, son cofondateur Laurent Pomies nous déclarait ce matin avoir été « surpris » de l’action de l’Internet Society. « Même si nous comprenons leur combat et leurs potentielles inquiétudes, ils n’ont jamais cherché à nous contacter pour échanger avec nous. Or nous sommes totalement à l’écoute de tout retour des utilisateurs, des annonceurs et des parties prenantes telles que les associations » se désole-t-il.

Boulette

Là où Tadata, constatant que les données sont « déjà captées et commercialisées, très souvent à notre insu », dit avoir fait le choix d’une « voie autre où la donnée personnelle rapporte quelque chose à celui qui la produit », l’Internet Society dénonce divers manquements dans les conditions d’utilisation… d’autant qu’au moment où l’association enquêtait, point de mentions légales sur le site. La faute à un « souci technique » indique Laurent Pomies, les mentions légales étant réapparues peu après.

Nous avons donc mené notre petite enquête en suivant le processus d’inscription. Et dès le début, surprise devant la masse d’informations exigées. Nom, prénom, âge, sexe, adresse postale, adresse mail, numéro de téléphone, mais aussi cursus scolaire et/ou professionnel (pour les alternants) détaillés, comprenant la filière suivie au lycée, la mention obtenue, la poursuite d’études, dans quelle université, dans quel parcours, combien d’années, quel diplôme, les projets d’orientation…

Une fois les nombreux champs renseignés, deux écrans successifs viennent recueillir le consentement de l’utilisateur, ou du « Jeune » comme le nomme les CGU. D’abord la charte éthique, dont on doit confirmer avoir pris connaissance, sans obligation de la lire. Enfin trois fenêtres, la première relative aux finalités de traitement opéré par Tadata, la seconde à celles des clients de la plateforme et enfin une typologie de clients pouvant potentiellement acheter vos données personnelles. Et un unique bouton pour consentir à l’ensemble de ses 16 finalités, dont certaines sont particulièrement larges.

Consentement général

Quant au transfert de données aux tiers, les CGU de la page d’inscription donne l’impression de tout fourrer dans le même sac. « TADATA confirme que les DCP transmises par le Jeune à TADATA sont strictement confidentielles et que hormis les cas limitativement énumérés aux présentes et/ou prévus par la loi, elles ne peuvent être divulguées à des tiers qu’avec l’accord exprès du Jeune » signalent les CGU. Mais, dans le même temps « le Jeune consent expressément, dans le cadre la Licence d’Utilisation, à ce que TADATA mette certaines DCP à la disposition de fournisseurs et filiales pour le traitement de celle-ci ». Ce faisant, pour paraphraser Nicolas Chagny, les conditions d’utilisation s’avèrent « nébuleuses et risquées ».

Le tout n’est pas très RGPD, le consentement n’étant pas spécifique, et probablement pas très éclairé. Laurent Pomies nous explique cependant que ce format a été adopté « sur la base de notre conseil juridique » et que, la plateforme débutant, il n’est pas exclu « de faire autrement ». Enfin, la plateforme demande au jeune de confirmer son adresse email et numéro de téléphone, mais oblige également à fournir sa carte d’identité, point dont l’Internet Society France estime qu’il « semble dépasser la finalité ». Pour le cofondateur de Tadata, cette demande se justifie par des enjeux de sécurité, afin d’éviter le multicompte et les faux comptes. « La carte est détruite au bout de 20 secondes, dès les noms et prénoms vérifiés. Elle n’est jamais consultée par un humain ».

Il est en outre nécessaire de télécharger l’application iOS ou Android. Et là, c’est le festival des permissions. L’application Tadata sur Android réclame l’accès à l’agenda du téléphone, à sa caméra et à son micro, à sa position, aux listes de contacts, au stockage… Or dans ses CGU, la plateforme indique clairement que « les données techniques du terminal du Jeune sont automatiquement collectées et enregistrées par le site de TADATA, à des fins publicitaires, commerciales et statistiques internes à TADATA ». Mais là encore, Laurent Pomies nous assure qu’il ne s’agit pas « d’aller chercher des informations sur le téléphone de l’utilisateur », chacune de ses permissions servant une finalité technique, notamment la vérification de l’identité de l’utilisateur.

Pas de collecte « masquée »

De même, l’inscription web permet de se connecter via Facebook. Et les CGU mentionnent que « ledit service est susceptible de communiquer des informations de profil, de connexion, ainsi que toute autre information dont le Jeune aurait préalablement autorisé la divulgation. TADATA pourra agréger les informations relatives à tous les autres Etudiants, groupes, comptes, aux données personnelles disponibles sur le Jeune ». Ce qui laisse entendre que Tadata va récupérer les informations publiques du profil de l’utilisateur. Lorsque nous soulevons ce point, Laurent Pomies souligne que, hormis les informations de connexion, la plateforme « ne récupère aucune autre information sur Facebook ». Pas de tentative de collecter des données « de façon masquée », mais plutôt une formulation hasardeuse des CGU.

Et c’est peut-être là le cœur du problème : des erreurs de formulation et une dissémination des informations. Ainsi, sur le site, on peut lire que les données sont exploitées « pour une durée de 2 ans, dans le cadre d’une licence d’utilisation concédée aux annonceurs, en conservant tes droits à désinscription à tout moment ». En recoupant avec la FAQ, on apprend également que « les annonceurs qui ont acquis une licence d’utilisation de tes données sont donc autorisées à continuer à les utiliser même si tu t’es désinscrit(e) de Tadata ». On comprend vite le problème posé à l’égard du droit…

Ce qui ne serait a priori pas le cas, puisque l’utilisateur « peut se désinscrire à tout moment de Tadata ou des annonceurs » selon Laurent Pomies. « A partir du moment où une donnée est cédée à un annonceur, l’utilisateur est notifié pour qu’il puisse demander le cas échéant la suppression de sa donnée ». Mais la suppression par Tadata des données côté annonceurs en cas de désinscription de la plateforme « n’est pas un service qu’on propose pour le moment ». Le cofondateur ajoute : « on vient de se lancer, on teste et on apprend afin de pouvoir faire les ajustements qui s’imposent ». Mais la formulation sur la révocation du consentement « reste ambigüe », selon Nicolas Chagny

Défaut d’information

Chez Tadata, on reconnaît avoir pris des raccourcis dans le discours, par souci de simplicité. Mais le principe même de la plateforme, soutient Laurent Pomies, est le volontariat : les données ne sont collectées que lorsqu’elles sont renseignées par l’utilisateur, et vendues aux annonceurs que l’utilisateur aura préalablement choisis. S’il n’est aucune raison de douter des bonnes intentions des créateurs du site, reste l’épineuse question du discours. Outre le sujet de la valeur marchande d’une donnée personnelle, que nous laissons aux juristes, ce sont deux visions de la donnée personnelle qui s’affrontent. Elargissement volontariste de la collecte de données du côté de Tadata contre minimisation de la collecte au regard de la finalité du côté de l’Internet Society.

Et au milieu, la Cnil qui a accusé réception du courrier de l’association. Le principal souci de la plateforme demeure son aspect « nébuleux ». Laurent Pomies ne nie pas que Tadata est encore tout jeune et sera amené à évoluer. Quant à Nicolas Chagny, il déplore tout de même un relatif « amateurisme » : « lorsque l’on crée un service comme ça, on doit laver plus blanc que blanc. Tout ça semble fait un peu à la va-vite alors que le sujet est sérieux et le public visé vulnérable. Quand on associe les deux, on se doit d’être irréprochable ».

Il reste donc du travail pour que Tadata soit irréprochable et on ne peut qu’espérer que l’entreprise et l’association se rapprochent (pourquoi pas avec la Cnil) de sorte que la plateforme soit conforme à la réglementation en vigueur et aux objectifs d’équité et de transparence affichés.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats, RGPD

GitLab

GitLab

Solution libre de « forge » pour le dépôt de code basé, tout comme GitHub, sur le gestionnaire de versions Git, GitLab continue son ascension. Il offre une solution intégrant parfaitement...

20 TECHNOS

20 TECHNOS

Dossier réalisé par Bertrand Garé et Guillaume Périssat avec Michel Chotard, Alain Clapaud et Bastien Lion.

CI/CD as a Service

CI/CD as a Service

L’intégration et la livraison continues sont des composantes fondamentales de la démarche DevOps. Toutefois, alors que les pipelines doivent prendre en compte les nouvelles architectures – conteneurs notamment –,...

Disque dur

Disque dur

Bousculé par la vitesse des mémoires Flash, le disque dur semble condamné. Pourtant, la demande en capacité ne faiblit pas, au contraire, elle s’envole, portée par les besoins infinis du Cloud…

RSS
Afficher tous les dossiers

BASES DE DONNÉES : le DBaaS va tout balayer - Gestion de l'information : structurer le non structuré ! - Municipales : la politique se numérise, le numérique se politise - Cybersécurité : les planètes Cyber alignées ! - DevOps : WevAssembly, langage assembleur du Web - AMP confié à OpenJS - Pénurie des formations IA - À la recherche de nouvelles compétences IT...

 

20 TECHNOS pour 2020 et au-delà... : multicloud, rpa, edge&fog, apis, quantique... - La transfo numérique exemplaire d'une PME industrielle - BYOK : chiffrer le Cloud - L'Open Source teinté d'Orange - Mettre de l'intelligence dans l'APM - Le disque dur fait de la résistance - CI/CD as a Service - Digital Campus, n°1 des écoles du numérique...

 

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

Afficher tous les derniers numéros

Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le président brésilien Jair Bolsonaro lors d'une conférence de presse sur le coronavirus à Brasilia le 20 mars 2020Twitter a supprimé dimanche deux tweets provenant du compte officiel du président brésilien Jair Bolsonaro dans lesquels il remettait en cause le confinement décidé pour lutter contre le coronavirus, car il avait "enfreint les règles" de ce réseau social. [Lire la dépêche...]

Les utilisateurs des réseaux sociaux préfèrent souvent mettre en avant les contenus susceptibles d'être largement Facebook et les autres réseaux sociaux savaient que 2020, avec la présidentielle américaine, allait être une année à risque en matière de désinformation. Mais la pandémie de coronavirus a ouvert un autre front aux conséquences potentiellement mortelles.   [Lire la dépêche...]

La page d'accueil du réseau social hyperlocal Nextdoor, est devenu central dans la vie de certains quartiers où les habitants sont confinés à cause de la pandémie, le 27 mars 2020 à Washington Le réseau social ultra local Nextdoor, qui met en relation les habitants d'un même quartier, déborde soudain d'offres pour s'entraider entre voisins, des courses à faire pour les personnes âgées aux chiens à promener. [Lire la dépêche...]

Le Conseil d’État  consacre la victoire de Google sur la Cnil à propos du droit à l'oubli des internautes, reconnaissant que celui-ci ne s'appliquait pas hors d'EuropeLe Conseil d’État a consacré vendredi la victoire de Google sur la Cnil à propos du droit à l'oubli des internautes, reconnaissant que celui-ci ne s'appliquait pas hors d'Europe, contrairement à ce que voulait le gardien français de la vie privée. [Lire la dépêche...]

Tablette pour suivre à distance l'état d'un patientSuivre à distance les malades angoissés, limiter les appels au samu, trouver des bras pour les hôpitaux débordés... Face au déferlement du coronavirus, la bataille passe aussi par des outils numériques, déployés à toute vitesse sur le territoire. [Lire la dépêche...]

Des étudiants et des professeurs de l'université de Zenica, en Bosnie centrale, fabriquent à l'aide d'imprimantes 3D des masques spéciaux, plus précisément les pare-visages qui sont gratuitement distribués dans les hôpitaux et les ambulances, au sein du laboratoire iDEAlab, le 25 mars 2020Une petite communauté a organisé en Bosnie, qui est loin de figurer parmi les leaders des nouvelles technologies, l'impression en 3D de masques destinés au personnel médical, en première ligne dans la lutte contre le nouveau coronavirus. [Lire la dépêche...]

La question revient régulièrement auprès des autorités et des géants des technologies: ne dispose-t-on pas d'outils informatiques d'analyse des données qui pourraient nous permettre de mieux anticiper, gérer et contrer la pandémie de coronavirus?La question revient régulièrement auprès des autorités et des géants des technologies: ne dispose-t-on pas d'outils informatiques d'analyse des données qui pourraient nous permettre de mieux anticiper, gérer et contrer la pandémie de coronavirus? [Lire la dépêche...]

Les services funéraires s'adaptent aux contraintes du confinement et proposent désormais aux Viennois endeuillés de suivre en direct sur internet la cérémonie de funérailles de leurs prochesLes services funéraires s'adaptent aux contraintes du confinement et proposent désormais aux Viennois endeuillés de suivre en direct sur internet la cérémonie de funérailles de leurs proches. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La première édition de Ready For IT se déroule du 25 au 27 mai 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 27 et 28 mai 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie