X

La vidéosurveillance constante des salariés est excessive

La Cnil vient de mettre en demeure une entreprise de la région toulousaine qui abusait un peu trop de la vidéosurveillance dans ses locaux, surtout à des fins de localisation de ses salariés, le tout accompagné d’un défaut d’information et de sécurisation.

Même les TPE/PME se doivent de respecter le RGPD, notamment dans le cas de la vidéosurveillance sur le lieu de travail. Une entreprise de Blagnac, Boutique.Aéro, spécialisée dans la vente de matériel en lien avec l’aviation, vient d’en faire l’expérience, mise en demeure par la Cnil de se conformer au cadre légal. Cette société comptant sept salariés a recours à un dispositif de vidéosurveillance, signalé à la Cnil par la DIRECCTE Occitanie en octobre 2018.

A l’occasion d’un contrôle, la délégation dépêchée par le gendarme des données personnelles constate en effet qu’un peu plus d’une dizaine de caméras sont installées dans les locaux de l’entreprise. Si la majorité couvre l’espace de vente ouvert au public, deux caméras filmaient des lieux réservés aux employés, à savoir « un emplacement pour la préparation de commandes » et « un couloir desservant plusieurs bureaux de salariés ».

La nécessité d’un intérêt légitime

Boutique.Aéro explique à la Cnil que la finalité du traitement « consiste à prévenir les atteintes aux salariés et aux biens ainsi qu’à localiser les salariés ». Sur ce point, le régulateur tique, mais n’est pas au bout de ses surprises. Ce sont au final cinq manquements qui valent à la société une mise en demeure. Sur la localisation des salariés, en particulier sur le poste de préparation des commandes, la Cnil estime dans le cas présent que « la localisation des salariés par le gérant à des fins de surveillance » n’est pas un motif légitime, d’autant que le responsable des traitements « ne fait état d’aucune circonstance particulière telle que des vols, dégradations ou agressions de nature à justifier la mise sous surveillance constante de salariés ».

En outre, l’entreprise n’a pas établi un registre des activités de traitement. Ce n’est pas une obligation pour les entreprises de moins de 250 salariés, à une exception près : si le traitement n’est pas occasionnel. Or Boutique.Aéro utilise un dispositif de vidéosurveillance depuis 2010, qui est donc tout sauf occasionnel. Quant à l’information des salariés, là encore un manquement. Si leur contrat de travail mentionne que « les établissements et locaux de l’entreprise sont placés sous vidéo-protection », aucune information spécifique n’est donnée,quant à la durée de conservation des données, les droits de réclamation, l’identité du responsable du traitement…

Les images de vidéosurveillance en VOD

Enfin, sur l’obligation de veiller à la sécurité des données, là encore la Cnil lève un sourcil inquisiteur. D’une part, le sous-traitant gérant la maintenance informatique de la boutique a « connaissance, pour les besoins de ses missions, des identifiants de connexion au logiciel de gestion de la société et peut accéder aux images vidéo à distance ». Ce qui n’est pas mentionné dans le contrat liant les deux sociétés. « La relation entre la société et le prestataire informatique n’est donc encadrée par aucune clause contractuelle garantissant la sécurité et la confidentialité des données par le prestataire ni de clause relative à l’obligation pour le prestataire de n’agir que sur instruction de la société » écrit la Cnil.

Surtout, les images de vidéosurveillance sont accessibles par l’ensemble des salariés, sur le réseau de l’entreprise mais aussi à l’extérieur. « Tout utilisateur peut donc accéder aux postes informatiques et à la connexion au logiciel de gestion de la société sans authentification préalable, le pré-enregistrement des mots de passe et identifiants équivalant à une absence de mot de passe et d’identifiants » remarque le gendarme des données personnelles. D’autant que la connexion au logiciel de gestion de la société, permettant d’accéder aux vidéos, passe par un lien http, sans chiffrement entre l’utilisateur et le serveur.

En bref, Boutique.Aéro est priée de se mettre en conformité fissa, sous dix jours concernant la fin du traitement des images destinées à localiser les salariés et à sécuriser l’accès aux vidéos.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats

Vient de paraître

Ce Livre Blanc vous permet de découvrir toutes les étapes nécessaires pour choisir le prestataire informatique adapté à votre entreprise et ses enjeux.


Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Tous les Livres Blancs
Serverless

Serverless

En quelques années, le Serverless – ou informatique sans serveur – est devenu une nouvelle corde à l’arc des architectes logiciels et développeurs afin de créer des applications. La technologie est...

Le Cybercrime as a Service

Le Cybercrime as a Service

Le ministère de l’Intérieur a évoqué, dans son rapport annuel 2019 sur les menaces liées au numérique, le développement d’outils malveillants « clés en main ». Le...

Intégration continue

Intégration continue

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter les pratiques DevOps pour leurs projets informatiques. L’intégration continue (CI), le déploiement et la livraison en continu (CD) sont devenus partie...

RSS
hardcore black fuck
Afficher tous les dossiers

STOCKAGE : NVMe s'impose, Fichier et Objet se rapprochent, Solutions de stockage pour TPE/PME - La 5G... et après ? - Le LiFi au lycée - L'IA au service du recrutement - Cybersécurité : externaliser jusqu'où ? - Windows et Linux, la fusion continue - Les meilleurs outils pour les cours à distance - YesWeHack à l'assaut du monde - Rencontre avec Armand Thiberge, CEO de SendInBlue...

 

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Le siège de Google à Menlo Park (Californie), le 4 novembre 2016Plus de 1.200 employés de Google et plus de 1.500 universitaires et membres de la société civile avaient demandé vendredi des explications à l'entreprise tech à propos du licenciement d'une chercheuse noire travaillant sur les questions d'éthique liées à l'intelligence artificielle. [Lire la dépêche...]

Les Etats-Unis et le groupe chinois ByteDance propriétaire de TikTok toujours en négociationLes Etats-unis et le groupe chinois ByteDance ne sont pas parvenus à un accord sur la vente des actifs américains de l'application TikTok dans le délai imposé par l'administration de Donald Trump, qui s'achevait vendredi à minuit, a-t-on appris de source proche du dossier. [Lire la dépêche...]

La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, sort de son domicile, le 17 novembre 2020 à Vancouver, au CanadaLe géant chinois des télécoms Huawei discute d'un accord avec l'administration américaine qui permettrait à sa directrice financière Meng Wanzhou de regagner la Chine, deux ans après son arrestation au Canada, affirme jeudi le Wall Street Journal (WSJ). [Lire la dépêche...]

Au siège de Facebook à Menlo Park en Californie, le 23 octobre 2019Les autorités américaines ont lancé jeudi des poursuites judiciaires pour "discrimination" à l'embauche contre Facebook, accusé d'avoir réservé des postes à des salariés étrangers au détriment des Américains, deux jours après avoir subi un revers sur le gel de visas très utilisés dans la tech. [Lire la dépêche...]

Dans une unité de production d'adjuvant pour le vaccin du Covid-19 de GlaxoSmithKline, à Saint-Amand-les-Eaux dans le nord de la France, le 3 décebre 2020
Les vaccins contre le coronavirus suscitent la convoitise des cybercriminels qui multiplient les attaques pour perturber leur acheminement ou s'emparer de secrets industriels, contraignant les laboratoires et les acteurs de la chaîne logistique à redoubler de vigilance. [Lire la dépêche...]

Au siège de Facebook à Menlo Park, en Californie, le 23 octobre 2019Régulièrement vilipendé pour laisser passer trop de messages haineux et racistes, Facebook modifie actuellement ses algorithmes pour réprimer plus sévèrement les insultes contre les minorités tout en cessant de retirer systématiquement les attaques contre les personnes d'origine caucasienne, les hommes ou les Américains. [Lire la dépêche...]

Google épinglé par l'administration américaine pour la surveillance de ses employésUne agence fédérale a donné mercredi deux semaines au géant du numérique Google pour répondre à des accusations de surveillance, interrogatoire et usage d'autres méthodes à l'encontre de ses employés militants. [Lire la dépêche...]

Twitter a décidé mercredi d'élargir sa définition des messages à caractère haineux en interdisant toute publication qui Twitter a décidé mercredi d'élargir sa définition des messages à caractère haineux en interdisant toute publication cherchant à déshumaniser selon des critères raciaux, ethniques ou de nationalité.   [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE TO YOU : DREAMTX

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce dans un format 2020 100% online et gratuit avec deux temps forts : pour le keynote de Marc Benioff et du 14 au 17 décembre pour DreamTX, 4 jours d'ateliers et de démonstrations. En revanche pas de sessions de formation et de certification cette année. Organisé par Salesforce.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Pour une cybersécurité coopérative et collaborative", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 6, 7 et 8 avril 2021 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 mai 2021 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.
RSS
hardcore black fuck
Voir tout l'AgendaIT