X

News Partenaire

Intrexx : la plateforme de développement low code de référence

Créé en 1998 par l’entreprise allemande United Planet, Intrexx est devenu au fil des ans une plateforme complète permettant la création rapide de portails Intranet; Extranet et portails web, d’applications variées pour la gestion des ressources humaines, du travail collaboratif, de solutions industrie 4.0. Toutes ces applications se construisent rapidement et simplement grâce à la technique du « low code » et s’intègrent au Système d’Information de l’entreprise à l’aide de nombreux connecteurs.


Droit voisin : Google ne bafoue pas la loi

Mieux encore, il ne prend pas même la peine de la contourner : le texte inscrivant en droit français un droit voisin est ainsi écrit qu’il permet au géant de refuser de payer les éditeurs, à la condition qu’il ne reprenne pas leurs snippets. Ce que Google est disposé à faire : aucune subtilité ici.

Un « diktat inacceptable », un « coup de force […] qui va à l’encontre de notre démocratie », un « bras d’honneur à la souveraineté nationale » … S’agit-il d’un coup d’Etat ? D’une énième sanction de l’administration Trump ? D’une plainte de la Grèce à l’encontre des accords qui lui ont été imposés par ses créanciers ? Que nenni ! Ces cris du cœur viennent de patrons de presse, mortifiés à l’idée que Google contournerait la loi.

Depuis le 24 octobre, la loi n°2019-775 créant un droit voisin au profit des agences et des éditeurs de presse s’applique. Ce texte est la transposition en droit français de la fameuse directive européenne sur les droits d’auteur, adoptée plus tôt cette année par les eurodéputés. Laquelle prévoit dans son non moins fameux Article 15 que les sites reprenant des extraits d’articles de presse devront rémunérer les éditeurs et agences qui en sont à l’origine.

L’affaire était entendue : par le biais de la législation, les éditeurs de presse seront en mesure de réclamer espèces sonnantes et trébuchantes à Google contre le droit d’alimenter ses résultats de recherche et son onglet Actus. Une presse en difficulté qui trouve enfin une nouvelle et juteuse source de revenus. Mais tout ne s’est pas passé comme les supporters de ce texte le prévoyaient.

Google ne veut pas payer

En effet, Google a annoncé qu’il n’entendait pas payer les éditeurs. Et pour ce faire, il n’indexera plus les « snippets », ces extraits reprenant le début du texte de l’article et souvent une image, ainsi que le titre et l’hyperlien. Non, le géant ne reprendra plus que le titre et l’hyperlien si l’éditeur ne lui donne pas gracieusement le droit de publier plus. Horreur, peut-on lire dans les multiples tribunes et interviews qui fleurissent les pages de la presse française ces trois derniers jours, Google bafoue la loi, il la contourne.

« Soit [les éditeurs] signent un blanc-seing à Google en renonçant à rémunération, et le modèle actuel à base de gratuité perdure […] Soit ils refusent, continuant d’espérer une rémunération. Et on leur promet de redoutables représailles : la visibilité de leurs contenus sera réduite à sa plus simple expression. Plus de photo, plus de textes, un bout de titre, rien de plus, apparaîtra quand les internautes feront des recherches sur une information. Un suicide pour la presse » dénonce une tribune signée par 800 journalistes européens, qui accuse Google de cynisme.

Eh oui, il est sans doute exact que la position de Google sur le sujet est cynique. Et pourtant, Mountain View ne fait en France que respecter la loi. Retour à notre fameuse loi n°2019-775 : celle-ci introduit dans le code de la propriété intellectuelle un article L218-2 qui stipule que « l'autorisation de l'éditeur de presse ou de l'agence de presse est requise avant toute reproduction ou communication au public totale ou partielle de ses publications de presse sous une forme numérique par un service de communication au public en ligne ».

Dura lex, sed lex

Une autorisation soumise à des conditions de rémunération, fixée dans l’article L. 218-4 sur la base des « recettes de l'exploitation de toute nature, directes ou indirectes ou, à défaut, évaluée forfaitairement ». Ainsi, si Google ou toute autre plateforme en ligne souhaite reprendre les snippets sur ses pages, il lui faut obtenir l’autorisation de l’éditeur de presse (ou de l’ayant droit), reprise qu’il doit rémunérer. Toutefois, l’article L. 211-3-1 prévoit pour sa part que « les bénéficiaires des droits ouverts à l'article L. 218-2 ne peuvent interdire 1° Les actes d'hyperlien ; 2° L'utilisation de mots isolés ou de très courts extraits d'une publication de presse ».

Pas de vide juridique, de flou sujet à interprétation. Pas la moindre subtilité. En choisissant de n’utiliser que les titres et les liens hypertextes des articles des acteurs qui persisteraient à exiger une rémunération, Google ne fait donc que respecter la loi telle qu’elle est écrite. Ce qui n’empêche pas l’Alliance de la presse d’information générale de saisir l’Autorité de la Concurrence. L’AFP elle aussi prépare une plainte.

Plus que sur le respect de la loi, le juge sera certainement amené à s’exprimer sur un éventuel abus de position dominante. Et si l’issue de la procédure est incertaine, gageons qu’en cas de défaite, le géant appliquera la même politique qu’en Allemagne ou en Espagne lorsque ceux-ci tentèrent d’imposer des droits voisins : mettre tout le monde au régime « un bout de titre, rien de plus » voire fermer Google Actus. Avec la même conséquence pour les titres de presse en termes de perte de visibilité : « un suicide pour la presse », les frais de justice en plus. 


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Business, Débats

Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

Datacenters sur le grill

Datacenters sur le grill

Véritable usine de production de l’économie numérique, le datacenter focalise les critiques des associations environnementales. Ces installations dont les plus grosses peuvent consommer jusqu’à une centaine...

Apps de messagerie

Apps de messagerie

Le succès d’une application de messagerie instantanée débute souvent dans une cour d’école et finit entre les mains… de PDG. De plus en plus de collaborateurs échangent des invitations, des...

Le lourd poids de la dette technique

Le lourd poids de la dette technique

Prévisible et bien souvent inévitable, la dette technique continue cependant de donner des sueurs froides aux développeurs. Le problème ne vient pourtant pas toujours du code, mais plutôt de la prise de...

RSS
Afficher tous les dossiers

GESTIONNAIRE DE MOTS DE PASSE : un outil indispensable ? - Pandémie & Tech : gagnants et perdants - Multicloud : réalité d'aujourd'hui, impacts sur l'infrastructure et l'applicatif - Project Reunion Microsoft - No Code/Low Code en plein essor - Cobol V6 - Cyberattaques Covid-19 - L'emploi au temps du Corona...

 

COMMUNICATIONS UNIFIÉES : une convergence accrue entre communication et collaboration - Réussir StopCovid ! - Énergie : les datacenters sur le grill - Le lourd poids de la dette technique - GitLab comme solution DevSecOps - Les femmes, avenir de la filière IT ? - Apps de messagerie, attention danger ? - Pôle IA Toulouse...

 

POSTMORTEM cyberattaque CHU Rouen - OUTILS : Cyber, le risque n°1 - SecNumCloud, référentiel de confiance - Techno : pourquoi il devient urgent de mettre en oeuvre des algorithmes post-quantiques - CAHIER SPÉCIAL : DPO externe, quelles conditions pour une prestation idéale ?...

 

Afficher tous les derniers numéros

Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Malgré des investissements massifs dans le développement à hauteur de près de 4 milliards de dollars l'année dernière, près de la moitié du temps consacré au DevOps est perdu dans la répétition des tâches et dans la logistique. Ceci fait que 90% des entreprises qui ont adopté ces pratiques sont déçues par les résultats, selon une étude publiée par le Gartner.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Une femme teste un jeu vidéo au salon Gamescom à Cologne, en Allemagne, le 21 août 2019 Agité depuis des années par des controverses sur le sexisme, le secteur du jeu vidéo est-il en train de connaître son moment #metoo? Le secteur est en tout cas contraint à l'introspection, notent des expertes. [Lire la dépêche...]

Un Français a été interpellé soupçonné d'avoir administré des sites sur le darknet, permettant "Il était dans le Top 10 des pédophiles les plus recherchés au monde": un père de famille français de 40 ans, inconnu de la justice, a été arrêté dans un village du Sud-Ouest de la France, soupçonné d'avoir animé des sites pédopornographiques accessibles à des "milliers de personnes" sur le darknet, la partie cachée d'internet. [Lire la dépêche...]

Un Français a été interpellé soupçonné d'avoir administré des sites sur le darknet, permettant "Il était dans le Top 10 des pédophiles les plus recherchés au monde": un père de famille français de 40 ans, inconnu de la justice, a été arrêté dans un village de Gironde, soupçonné d'avoir animé des sites pédopornographiques accessibles à des "milliers de personnes" sur le darknet, la partie cachée d'internet. [Lire la dépêche...]

Le dirigeant des Travaillistes britanniques Keir Starmer, le 3 juin 2020 à Londres Le parti travailliste britannique a décidé de se joindre au boycott publicitaire lancé contre Facebook pour exiger du réseau social qu'il fasse davantage pour lutter contre les contenus haineux, a annoncé dimanche l'une de ses responsables. [Lire la dépêche...]

E3 electronic entertainment expoExit le numéro deux, la DRH et le chef de l'unité canadienne: l'éditeur de jeux vidéo français Ubisoft, au cœur d'un scandale d'agressions et de harcèlement, a annoncé un remaniement spectaculaire de sa direction et promis des "changements majeurs dans sa culture d'entreprise". [Lire la dépêche...]

Le patron de Twitter Jack Dorsey à New Delhi en Inde en novembre 2018Le patron de Twitter Jack Dorsey va donner trois millions de dollars pour permettre aux maires de plusieurs villes des Etats-Unis d'expérimenter la mise en place d'un revenu universel, a-t-il annoncé dans un tweet. [Lire la dépêche...]

La reconnaissance faciale est de plus en plus utilisée par les forces de police et les agents de douane à travers le monde, ainsi que par des banques ou des magasinsLes régulateurs britannique et australien chargés de la protection des données ont annoncé une enquête conjointe sur la start-up américaine Clearview AI, dont la technologie de reconnaissance faciale suscite les inquiétudes. [Lire la dépêche...]

Photo transmise à l'AFP le 7 juillet 2020 par la Farmhouse Garden Animal Home montrant l'ânesse Buckwheat Devenue une vedette sur Zoom avec ses irruptions surprises - et payantes - au milieu de visioconférences,une ânesse a permis de renflouer les finances d'un refuge pour animaux de ferme au Canada, déserté de ses visiteurs pour cause de coronavirus. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 14 et 15 septembre 2020 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par Corp Agency.

AI PARIS

Conférence, exposition et rendez-vous d'affaires sur l'intelligence artificielle à Paris, Porte de Versailles les 14 et 15 septembre 2020. Organisé par Corp Agency.

DOCUMATION

Congrès et exposition Documation du 22 au 24 septembre 2020  à Paris Porte de Versailles (Pavillon 4.3). Organisé par Infopromotions.

AP CONNECT

La 3ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 22 et 23 septembre 2020 à Espace Grande Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Organisation.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie