X

Droit voisin : Google ne bafoue pas la loi

Mieux encore, il ne prend pas même la peine de la contourner : le texte inscrivant en droit français un droit voisin est ainsi écrit qu’il permet au géant de refuser de payer les éditeurs, à la condition qu’il ne reprenne pas leurs snippets. Ce que Google est disposé à faire : aucune subtilité ici.

Un « diktat inacceptable », un « coup de force […] qui va à l’encontre de notre démocratie », un « bras d’honneur à la souveraineté nationale » … S’agit-il d’un coup d’Etat ? D’une énième sanction de l’administration Trump ? D’une plainte de la Grèce à l’encontre des accords qui lui ont été imposés par ses créanciers ? Que nenni ! Ces cris du cœur viennent de patrons de presse, mortifiés à l’idée que Google contournerait la loi.

Depuis le 24 octobre, la loi n°2019-775 créant un droit voisin au profit des agences et des éditeurs de presse s’applique. Ce texte est la transposition en droit français de la fameuse directive européenne sur les droits d’auteur, adoptée plus tôt cette année par les eurodéputés. Laquelle prévoit dans son non moins fameux Article 15 que les sites reprenant des extraits d’articles de presse devront rémunérer les éditeurs et agences qui en sont à l’origine.

L’affaire était entendue : par le biais de la législation, les éditeurs de presse seront en mesure de réclamer espèces sonnantes et trébuchantes à Google contre le droit d’alimenter ses résultats de recherche et son onglet Actus. Une presse en difficulté qui trouve enfin une nouvelle et juteuse source de revenus. Mais tout ne s’est pas passé comme les supporters de ce texte le prévoyaient.

Google ne veut pas payer

En effet, Google a annoncé qu’il n’entendait pas payer les éditeurs. Et pour ce faire, il n’indexera plus les « snippets », ces extraits reprenant le début du texte de l’article et souvent une image, ainsi que le titre et l’hyperlien. Non, le géant ne reprendra plus que le titre et l’hyperlien si l’éditeur ne lui donne pas gracieusement le droit de publier plus. Horreur, peut-on lire dans les multiples tribunes et interviews qui fleurissent les pages de la presse française ces trois derniers jours, Google bafoue la loi, il la contourne.

« Soit [les éditeurs] signent un blanc-seing à Google en renonçant à rémunération, et le modèle actuel à base de gratuité perdure […] Soit ils refusent, continuant d’espérer une rémunération. Et on leur promet de redoutables représailles : la visibilité de leurs contenus sera réduite à sa plus simple expression. Plus de photo, plus de textes, un bout de titre, rien de plus, apparaîtra quand les internautes feront des recherches sur une information. Un suicide pour la presse » dénonce une tribune signée par 800 journalistes européens, qui accuse Google de cynisme.

Eh oui, il est sans doute exact que la position de Google sur le sujet est cynique. Et pourtant, Mountain View ne fait en France que respecter la loi. Retour à notre fameuse loi n°2019-775 : celle-ci introduit dans le code de la propriété intellectuelle un article L218-2 qui stipule que « l'autorisation de l'éditeur de presse ou de l'agence de presse est requise avant toute reproduction ou communication au public totale ou partielle de ses publications de presse sous une forme numérique par un service de communication au public en ligne ».

Dura lex, sed lex

Une autorisation soumise à des conditions de rémunération, fixée dans l’article L. 218-4 sur la base des « recettes de l'exploitation de toute nature, directes ou indirectes ou, à défaut, évaluée forfaitairement ». Ainsi, si Google ou toute autre plateforme en ligne souhaite reprendre les snippets sur ses pages, il lui faut obtenir l’autorisation de l’éditeur de presse (ou de l’ayant droit), reprise qu’il doit rémunérer. Toutefois, l’article L. 211-3-1 prévoit pour sa part que « les bénéficiaires des droits ouverts à l'article L. 218-2 ne peuvent interdire 1° Les actes d'hyperlien ; 2° L'utilisation de mots isolés ou de très courts extraits d'une publication de presse ».

Pas de vide juridique, de flou sujet à interprétation. Pas la moindre subtilité. En choisissant de n’utiliser que les titres et les liens hypertextes des articles des acteurs qui persisteraient à exiger une rémunération, Google ne fait donc que respecter la loi telle qu’elle est écrite. Ce qui n’empêche pas l’Alliance de la presse d’information générale de saisir l’Autorité de la Concurrence. L’AFP elle aussi prépare une plainte.

Plus que sur le respect de la loi, le juge sera certainement amené à s’exprimer sur un éventuel abus de position dominante. Et si l’issue de la procédure est incertaine, gageons qu’en cas de défaite, le géant appliquera la même politique qu’en Allemagne ou en Espagne lorsque ceux-ci tentèrent d’imposer des droits voisins : mettre tout le monde au régime « un bout de titre, rien de plus » voire fermer Google Actus. Avec la même conséquence pour les titres de presse en termes de perte de visibilité : « un suicide pour la presse », les frais de justice en plus. 


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Business, Débats

Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

Edge Computing

Edge Computing

Du simple microcontrôleur capable d’exécuter un algorithme d’IA jusqu’au conteneur maritime de 12 mètres, l’informatique se rapproche au plus près des sources de données. L’Edge...

Ansible

Ansible

Ansible tient une assez belle place dans le palmarès des outils favoris des DevOps. Il permet d’automatiser des traitements sur un parc de machines. Nous allons voir quelles sont ses possibilités en la matière.

Transfo avec Salesforce

Transfo avec Salesforce

Dreamforce, conférence géante à San Francisco, regroupait cet automne près de 170000 personnes sur place et près de 15 millions en ligne. Marc Benioff a multiplié les annonces à cette occasion pour...

PowerShell DSC

PowerShell DSC

DSC est la solution DevOps de Microsoft disponible à partir de la version 4 de Powershell pour Windows et de la 6 core pour Linux.

Cybersécurité de l'industrie

Cybersécurité de l'industrie

Mis à part les OIV, bon nombre d’installations industrielles françaises sont vulnérables aux cyberattaques. Système non mis à jour, absence de briques de sécurité de base et défense...

RSS
Afficher tous les dossiers

20 TECHNOS pour 2020 et au-delà... : multicloud, rpa, edge&fog, apis, quantique... - La transfo numérique exemplaire d'une PME industrielle - BYOK : chiffrer le Cloud - L'Open Source teinté d'Orange - Mettre de l'intelligence dans l'APM - Le disque dur fait de la résistance - CI/CD as a Service - Digital Campus, n°1 des écoles du numérique...

 

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

Afficher tous les derniers numéros

OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le colonel Marc Horeau, président du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS), teste un casque de réalité virtuelle dans une ambulance, le 18 février 2020 à Evron, en Mayenne"Monde aquatique ou monde spatial"? Depuis février, les pompiers de Mayenne proposent aux blessés d'utiliser un casque de réalité virtuelle dans leur fourgon, une expérimentation illustrant le recours aux nouvelles technologies dans la prise en charge de la douleur. [Lire la dépêche...]

Twitter a suspendu 70 comptes qui postaient des contenus favorables à Michael Bloomberg, le candidat à l'investiture démocrate qui a engagé des centaines de personnes pour faire sa promotion dans leurs cercles sociaux pendant sa campagneTwitter a suspendu 70 comptes qui postaient des contenus favorables à Michael Bloomberg, le candidat à l'investiture démocrate qui a engagé des centaines de personnes pour faire sa promotion dans leurs cercles sociaux pendant sa campagne. [Lire la dépêche...]

Le nouveau jeu vidéo des Sims présenté en juin 2014 à Los AngelesDes possibilités infinies derrière l'apparence du quotidien: 20 ans après la sortie du premier jeu, les Sims continuent d'inspirer des millions de joueurs, qui construisent des histoires et des bâtiments autant qu'ils se construisent eux-mêmes.       [Lire la dépêche...]

Les Français passent désormais plus de 2 heures par jour sur internetToujours plus mobiles, sociaux et vidéos, mais surtout plus fréquents: les usages des internautes français révèlent une forte augmentation du temps passé en ligne qui atteint en moyenne 2 heures et 12 minutes par jour en 2019, selon une étude de Médiamétrie publiée jeudi. [Lire la dépêche...]

Bouygues ne sera pas affecté financièrement par la cyberattaque qui l'a frappé en début d'annéeBouygues ne sera pas affecté financièrement par la cyberattaque qui l'a frappé en début d'année, a assuré jeudi le groupe, son PDG démentant par ailleurs toute négligence en matière de sécurité. [Lire la dépêche...]

Des patients ayant des symptômes du coronavirus participent à une séance de gymnastique encadrée par du personnel médical en combinaison de protection dans un hôpital de Wuhan, le 17 février 2020Partout dans le monde, l'épidémie du nouveau coronavirus a réveillé des peurs mais également un véritable appétit pour les films, les jeux vidéos et les séries anxiogènes sur le thème de la maladie.  [Lire la dépêche...]

Des entrepreneurs de Kickstarter au Web Summit, le 8 novembre 2016 à LisbonneLes salariés de Kickstarter, une plateforme de financement participatif, ont fondé un syndicat considéré comme le premier du genre dans le secteur américain des technologies, et qui donne de l'espoir à de nombreux employés dont la parole semble souvent étouffée par leur direction. [Lire la dépêche...]

Lawrence L'inventeur de la très populaire commande informatique dite du "copier-coller" est mort à l'âge de 74 ans cette semaine, d'après une annonce de l'entreprise Xerox postée sur Twitter mercredi. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

GALA DSI

La 8ème édition du Gala DSI doit réunir plus de 300 DSI au Pavillon d'Armenonville (Paris 16ème) le 10 mars 2020. Organisé par Agora Managers.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, IT Partners a lieu les 11 et 12 mars 2020 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie