X

Collaboratif#6 : Pour Mailjet le collaboratif est une question de survie

Dispersées sur plus d’une dizaine de sites à travers le monde, les équipes de Mailjet ne pourraient accomplir leurs tâches sans Slack, Google Docs ou encore Zoom. Mais l’utilisation de ces outils en interne a un effet de bord : l’ajout d’une dimension collaborative aux propres produits de l’entreprise.

Inspiré par les fonctionnalités de la G Suite, Mailjet a ajouté une dimension collaborative à ses propres outils.

On ne présente plus Mailjet, société française spécialisée dans les campagnes d’e-mails marketing ou transactionnels. L’entreprise, fondée en 2010, a commencé à se développer en France et en Europe, avant d’étendre ses activités au monde entier, avec une présence physique dans neuf pays. Tant et si bien que ses 155 salariés sont répartis entre deux sites en France, un en Grande Bretagne, un en Allemagne, un en Espagne, un au Pays-Bas, deux en Bulgarie, un autre au Vietnam et enfin, pour l’Amérique du Nord, un site à New York et un dernier à Toronto. Soit des équipes très éclatées, qui doivent pourtant travailler ensemble. « La colonne vertébrale de Mailjet, ce sont les outils collaboratifs que nous utilisons au quotidien », nous confie Alexis Renard, le CEO de Mailjet. « Sans eux, il serait absolument impossible de faire tourner l’entreprise. On est presque au-delà du gain de productivité en soi : pour nous, c’est complètement vital ! »

Sont utilisés en interne Slack, G Suite et Zoom. Le premier est le pilier sur lequel s’appuie l’entreprise pour répondre à sa problématique organisationnelle. Les canaux permettent de regrouper très rapidement plusieurs personnes, ponctuellement, pour travailler sur un projet donné par exemple, ou en permanence : la transmission de l’information se fait de manière instantanée. « Tout le travail des équipes est complètement organisé autour, de la livraison des plateaux repas à la structuration des tâches en passant par l’organisation de séances de gym », explique Alexis Renard. Slack donne à Mailjet et à ses salariés une visibilité « de tout ce qu’il se passe très facilement ».

Colonne vertébrale

Pour autant, Slack n’est pas exempt de défauts. Si Alexis Renard reconnaît volontiers la force des intégrations, aussi bien avec des solutions tierces qu’avec des outils de veille développés en interne, Mailjet n’utilise que très peu la partie communication vocale. Elle lui préfère Zoom, qui propose une meilleure qualité audio et vidéo et permet de faire entrer dans les conversations des personnes extérieures. Si le choix de Slack et de Zoom s’est fait ces cinq dernières années, les outils de Google, Drive, Docs, Sheets ou encore Slides, ont toujours été utilisé au sein de Mailjet. « Toutes nos communications internes, nos projets, nos présentations, sont montés sur Google Docs. Il permet un échange d’informations très riches. »

Outre la possibilité de travailler sur un même document à plusieurs en même temps, les solutions de la G Suite comportent des fonctionnalités de traçabilité des modifications et de versionning, « essentiels pour savoir qui a fait quoi pour des grandes équipes ». « On gagne énormément en instantanéité, c’est un gain de temps », ajoute le patron de Mailjet. Il faut également compter sur « une logique de classement », l’ensemble des fichiers étant disponible en un seul et même endroit, Google Drive.

Le collaboratif transposé aux solutions métier

Et à force d’utiliser en interne, ces outils collaboratifs, de constater au quotidien leur force, Mailjet a fini par reproduire cette logique collaborative dans ses propres produits. C’est un constat assez général qu’on peut faire ici : le collaboratif, de très global avec des Teams, des Slack, des RSE et des messageries, s’est exporté vers les métiers, au travers d’outils spécifiques intégrant cette dimension. « Parce que les équipes marketing des entreprises sont de plus en plus décentralisées, on a ajouté toute une suite de fonctionnalités de collaboration à Mailjet, à l’image de G Suite », souligne Alexis Renard. « Pouvoir interagir à plusieurs sur la même interface plutôt que d’envoyer un template sur lequel travailler en pièce jointe d’un mail, c’est devenu un de nos points forts. »

Ces deux dernières années, Mailjet a reconstruit tout un écosystème de fonctionnalités inspirées des outils collaboratifs, d’abord autour de la traçabilité des modifications apportées à un format, et ensuite permettant à plusieurs personnes de travailler sur le même template, de commenter, d’avoir des workflow de validation. « La collaboration va aussi changer la manière de travailler avec les prestataires et les clients », insiste Alexis Renard. « Plus largement, cela correspond à une logique sociétale où les gens sont moins sur leur lieu de travail, font beaucoup de remote, en plus d’une tendance à l’éclatement des équipes, dispersées sur des petits sites. Il faut s’adapter à ces tendances qui sont très fortes : si vous n’avez pas d’outils collaboratifs, vous êtes morts. »


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Logiciel

Blockchain et développement

Blockchain et développement

Après l’engouement rencontré par les projets de développements de Blockchain en 2017, notamment sur Ethereum, où en est la technologie aujourd’hui ? Quels projets ont débouché sur des...

Le Cloud Made in France

Le Cloud Made in France

Face aux géants américains et asiatiques, nos cloud providers suivent deux stratégies : s’adapter ou résister. Si certains, OVH en tête, entendent conquérir le monde, d’autres jouent la...

LIBRA

LIBRA

Elle n’est pas encore née qu’elle fait déjà les gros titres ! Libra, monnaie virtuelle conçue par Facebook, a été dévoilée dans un livre blanc. Indexée sur un panier...

Les métiers de l’Anssi

Les métiers de l’Anssi

Alors qu’elle fête ses dix ans d’existence, l’Anssi poursuit sa croissance à un rythme soutenu. Elle devrait recruter cette année plus d’une centaine de collaborateurs, dont des développeurs,...

Europe du Numérique

Europe du Numérique

Le marché unique du numérique était l’une des priorités de la Commission européenne présidée par Jean-Claude Juncker. Le 6 mai 2015, elle présentait la stratégie pour...

RSS
Afficher tous les dossiers

TRANFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

CLOUD MADE IN FRANCE : pure players, telcos, comparatif des offres - Libra, la monnaie Facebook - L'analytique mange le logiciel - ERP, dernier bastion du "on premise" ? -Les métiers de l'ANSSI - Blockchain : projets open source et langages - Le sport, vitrine des technologies - Rencontre avec Alexandre Zapolsky (Linagora)...

 

OUTILS COLLABORATIFS : comment ils rendent l'entreprise plus agile - F8, Build, I/O, WWDC : Conf. développeurs, les annonces à retenir, les produits à venir - Supercalculateurs : l'Europe contre-attaque ! - DevSecOps, la sécurité au coeur du changement - Vendre et échanger des données - Migrer d'Oracle DB vers PostgreSQL - Ghidra : le framework de la NSA en Open Source...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Une affiche du Quelque 500 millions de dollars pour "The Office", 425 pour "Friends", et bientôt plus d'un milliard pour "The Big Bang Theory": à l'heure où les plateformes de vidéo en ligne, engagées dans une bataille sans merci, rivalisent de nouveautés, les vieilles séries valent encore de l'or. [Lire la dépêche...]

Alain Thébault (à droite) lors d'un test de Sea Bubble en mai 2018 sur la Seine à ParisDes essais des Sea Bubbles, ces "taxis volants" sur l'eau, vont reprendre lundi à Paris, grâce à une dérogation de la préfecture de la région Ile-de-France qui envisage une exploitation commerciale à partir du printemps 2020. [Lire la dépêche...]


Des enquêtes et des reportages de qualité, impliquant un travail d'investigation, vont être mis en avant dans les résultats de recherche de GoogleLes informations exclusives et les reportages originaux impliquant un travail d'investigation vont être mis en avant dans les résultats de recherche de Google, a annoncé le géant américain de l'internet, un changement qui a nécessité des modifications de son algorithme. [Lire la dépêche...]

Le logo de Libra, projet de cryptomonnaie lancé par Facebook, fourni le 17 juin 2019 par Libra PressLes obstacles s'accumulent autour du projet de cryptomonnaie Libra lancé par Facebook, avec l'opposition montante de gouvernements et régulateurs, même s'il demeure en position de force. [Lire la dépêche...]

Un jeune Français, qui s'était lancé dans une vaste arnaque sur internet faisant 28.000 victimes depuis le début de l'année, a été interpellé et placé sous contrôle judiciaireUn jeune Français, qui s'était lancé dans une vaste arnaque sur internet faisant 28.000 victimes depuis le début de l'année, a été interpellé et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier confirmant une information de RTL. [Lire la dépêche...]

Google s'est engagé jeudi à rappeler à ses employés qu'ils sont libres d'exprimer leurs opinions sur les Google s'est engagé jeudi à rappeler à ses employés qu'ils sont libres d'exprimer leurs opinions sur les "questions relatives au travail", en vertu d'un accord avec une agence gouvernementale qui enquêtait sur le géant de l'internet. [Lire la dépêche...]

Le logo de Google photographié sur un écran d'ordinateur. Le géant de la recherche en ligne est visé par une enquête sur des pratiques anti-concurrentielles menée par 40 Etats fédérés américainsUn accord "historique" selon Bercy: le géant américain de l'internet Google, qui était visé par une enquête pour fraude fiscale, a accepté jeudi de verser près d'un milliard d'euros pour solder l'ensemble de ses contentieux avec le fisc français. [Lire la dépêche...]

Séance photos à la Ils posent dans une piscine remplie de boules roses ou en jetant des poignées de confettis multicolores: des jeunes Britanniques se sont offerts, pour quelques heures, un vrai studio photo afin de publier leurs selfies préférés sur les réseaux sociaux. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

SALONS SOLUTIONS

ERP, CRM, BI, E-Achats, Démat, Archivage, SDN/InfotoDoc, Serveurs & Applications - du 1er au 3 octobre 2019 à Paris, Porte de Versailles (Pavillon 3). Organisés par Infopromotions.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 9 au 12 octobre 2019. Organisées par DG Consultants.

PARIS WEB

La conférence francophone des gens qui font du web a lieu du 10 au 12 octobre 2019 à l'IBM Client Center de Bois-Colombes. Organisée par Paris Web.
RSS
Voir tout l'AgendaIT