X
Olivier Derrien et le rôle des DSI

News Partenaire

Olivier Derrien et le rôle des DSI

Directeur général de Salesforce France qu'il a rejoint voici 9 années, Olivier Derrien explique le rôle des DSI en triangle avec le directeur marketing et le directeur du contenu pour la mise en place de solutions s'appuyant sur la plateforme Salesforce et l'ensemble de ses composants.


BIGDATA#4 : Des technologies en évolution constante

Les technologies pour mettre en œuvre le big data n’ont plus rien à voir  avec celles qui l’ont porté sur les fonts baptismaux il y a une dizaine d’années. Retour sur ces évolutions et description de l’état de l’art aujourd’hui.

Certains annonçaient la mort d’Hadoop et du Big Data. En réalité, c’est bien l’inverse dont il s’agit avec une évolution constante et une adaptation de la plate-forme aux besoins des utilisateurs. Mohamed Mahdi Benaissa le résume ainsi : « Hadoop a simplement changé d’identité. » Des traitements Map/Reduce de ses débuts, Hadoop a adapté sa plate-forme pour d’abord rendre les données plus interactives. C’est l’apparition des moteurs de requêtes comme Impala, qui réalisait la même chose que Hive (autre moteur de requête sur Hadoop), mais avec plus de réactivité. Dans la même veine, il existe AtScale (OLAP sur Hadoop) et LLAP (Live Long And Process). Les outils ajoutaient cet aspect interactif des données sur Hive. Maintenant les entreprises recherchent des traitements en temps réel. Ces traitements sont issus des applications qui se fondent sur l’Internet des Objets ou sur des cas où le facteur temps est essentiel comme la détection de la fraude. Le deuxième besoin vient de la possibilité d’analyser des données en flux. Streaming et temps réel ont donc fait évoluer l’écosystème d’Hadoop pour l’adapter à ces nouveaux besoins. On entend donc plus parler aujourd’hui de Spark, de Kafka ou même de Storm ou de NiFi – dont une version est devenue Hortonworks Data Flow – pour les plates-formes actuelles.

L’évolution touche l’ensemble de la plate-forme. Les entreprises ont tout d’abord refondu les entrepôts de données qui étaient en place pour des « data lakes », puis se sont tournées ensuite vers des stockages peu onéreux dans le Cloud comme Glacier ou des stockages objets de type S3 ou analogues. Certains ont choisi des NAS évolutifs horizontalement comme Qumulo. Plus récemment, du fait des coûts qu’engendrent le stockage sur ces plates-formes, les entreprises reviennent vers une approche hybride combinant un Cloud privé et les opportunités du Cloud public. La couche supérieure de l’orchestrateur a aussi connu quelques chamboulements. À l’origine, Yarn, le gestionnaire des ressources sur la plate-forme Hadoop, n’était pas conçu pour supporter les traitements en temps réel ou en streaming. Les développeurs se sont donc tournés vers les containers et Kubernetes pour exécuter ce type de tâches. Les dernières versions d’Hadoop (3.1 et 3.2, encore en Beta) apportent quelques aménagements avec la possibilité de modifier et d’optimiser par l’ajout d’attributs sur les nœuds de gestion (node manager) pour gérer une exécution sur des machines spécifiques. D’autre part le projet Hadoop Submarine, présent dans la 3.2, permet d’exécuter des traitements d’apprentissage machine ou d’apprentissage (Tensorflow) profond directement sur Yarn. Son slogan est « du Edge au Cloud ».

Quel que soit le moyen employé, les différents moteurs de traitement sur Hadoop correspondent chacun à des cas d’usage précis selon les besoins en temps de traitement, de latence, ou de volume des données à traiter. Une analyse précise est donc nécessaire pour bien choisir la plate-forme adéquate à l’adaptation des besoins du projet.

D’autres possibilités

Évidemment, il n’y a pas que Hadoop pour réaliser des projets de Big Data et nous avons commencé à l’évoquer lors des choix des plates-formes de stockage des données dans le Cloud. À la place de la plate-forme à l’Éléphant jaune, il est tout à fait possible d’utiliser un backend de stockage objet ou de scale-out NAS et d’y réaliser des traitements parallélisés sur les données pour obtenir des traitements analytiques. Microsoft, Google, AWS, IBM, Snowflake et bien d’autres l’autorisent aujourd’hui. Là encore les contraintes de latence, de temps de traitement et de coûts de la plateforme sont à prendre en compte avant de lancer le projet.

Ce que les utilisateurs attendent

Plus que les technologies, les utilisateurs de Big Data attendent certains choses de la plate-forme comme la possibilité d’intégrer les résultats des traitements dans d’autres applications. La plateforme doit de plus prendre en compte de nombreuses sources de données et des types de données différents. Des outils ou des plug-ins doivent simplifier les étapes de découverte ou d’exploration des données. Elle doit pouvoir supporter différents types de méthodes d’analyses. La plate-forme doit pouvoir s’adapter rapidement et suivre l’augmentation du volume des données tout en restant véloce et s’étendre en prenant en compte des données variables d’une source de données à l’autre. Ce dernier critère de variabilité devient d’ailleurs aujourd’hui plus important que le volume qui décrit la technologie. Cela doit permettre aussi à l’utilisateur de n’avoir à utiliser qu’une seule plate-forme pour son travail. Elle doit donc pouvoir s’intégrer facilement avec le reste du système d’information. Elle doit ainsi permettre de bien gérer les données tout en respectant les contraintes réglementaires ou de conformité à la loi comme le RGPD ou autres. La plate-forme doit être sécurisée en ce sens.

Des freins largement identifiés

Les principaux freins sont connus et restent cependant toujours présents. Le manque de ressources humaines et de spécialistes est toujours là et les data scientists ne se forment pas en un jour. Corp, dans son iconographie de présentation du Salon Big Data, parle d’un besoin de 130 000 emplois d’ici à 2020 pour des postes dont les salaires iraient de 45 000 à 65 000 € par an. Pas si mal aujourd’hui ! L’autre point noir – nous l’avons mis en exergue – porte sur la difficulté à convertir en bénéfice l’utilisation d’une plate-forme de Big Data. Les entreprises ont beaucoup de mal à identifier des retours sur investissements précis sur ces projets malgré les investissements lourds demandés. Un autre élément doit être pris en compte : l’impossibilité parfois d’expliquer les résultats des analyses en particulier dans l’utilisation de l’Intelligence artificielle créant ainsi une vision « boîte noire » qui fait reculer beaucoup de gens ou, tout du moins, renforce la résistance au changement face à ses technologies.

À l’analyse, les données vont toujours continuer à grossir et si on ne parle plus de Big Data, c’est parce qu’il est devenu la normalité dans les entreprises. En dix ans, celles-ci le maîtrise de mieux en mieux même si tout n’est pas encore parfait.

Cet article est paru dans le dossier Big Data de L'Informaticien n°175.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Big Data


5G

5G

Le déploiement de la 4G est à peine fini que la 5G frappe à la porte ! Il faut dire que, depuis dix ans, les utilisations de la téléphonie mobile ont évolué, sous la double impulsion des besoins...

Méthodes agiles

Méthodes agiles

Presque 20 ans après la publication de l’Agile Manifesto , toutes les directions générales veulent pouvoir annoncer que leur DSI a basculé sur les « méthodes agiles ». Les géants du CAC...

Conteneurisation

Conteneurisation

Les environnements à base de conteneurs deviennent le fondement du modèle économique du cloud et commencent à se répliquer dans les centres de données des entreprises. Iront-ils jusqu’à...

RSS
Afficher tous les dossiers

CLOUD MADE IN FRANCE : pure players, telcos, comparatif des offres - Libra, la monnaie Facebook - L'analytique mange le logiciel - ERP, dernier bastion du "on premise" ? -Les métiers de l'ANSSI - Blockchain : projets open source et langages - Le sport, vitrine des technologies - Rencontre avec Alexandre Zapolsky (Linagora)...

 

OUTILS COLLABORATIFS : comment ils rendent l'entreprise plus agile - F8, Build, I/O, WWDC : Conf. développeurs, les annonces à retenir, les produits à venir - Supercalculateurs : l'Europe contre-attaque ! - DevSecOps, la sécurité au coeur du changement - Vendre et échanger des données - Migrer d'Oracle DB vers PostgreSQL - Ghidra : le framework de la NSA en Open Source...

 

LE NOUVEL ÂGE DU CLOUD : conteneurisation, services managés et FinOps - Comment faire baisser la facture du Cloud - 2014-2019 : l'avènement d'une Europe du numérique ? - Le défi technique de la 5G - Les entreprises face à l'agilité généralisée - Visual Studio 2019 - Recettes IFTTT - Test Huawei P30 Pro : le roi de la photo !...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Lancement par Ariane 5 de quatre satellites Galileo, à Kourou le 25 juillet 2018Galileo, le système européen de navigation par satellites européen, restait muet, mardi, cinq jour après un énigmatique problème "lié à son infrastructure au sol". [Lire la dépêche...]

Le logo du moteur de recherche Google Donald Trump a laissé entendre mardi que son administration allait mener des investigations sur Google, récemment pris pour cible par le milliardaire Peter Thiel qui l'accuse d'être infiltré par les services de renseignements chinois. [Lire la dépêche...]

Eoliennes à Radenac (Morbihan), le 28 septembre 2018Le gendarme français de l'énergie a évalué à 7,916 milliards d'euros pour 2020 le montant des charges permettant notamment le soutien public aux énergies renouvelables, une hausse de 1,75% par rapport à la prévision pour 2019. [Lire la dépêche...]

Le ministre des Finances de Donald Trump, Steven Mnuchin, s'exprime le 15 juillet 2019 à la Maison Blanche à WashingtonLe ministre des Finances de Donald Trump, Steven Mnuchin, a lancé un avertissement à Facebook lundi contre son projet de cryptomonnaie Libra, le gouvernement redoutant qu'une telle monnaie virtuelle ne soit utilisée pour blanchir de l'argent ou tromper le fisc. [Lire la dépêche...]

Facebook affirme vouloir répondre aux préoccupations de tous les régulateurs avant de lancer sa cryptomonnaie LibraFacebook ne lancera pas sa nouvelle cryptomonnaie Libra avant d'avoir répondu à toutes les préoccupations des régulateurs, promet le responsable du projet au sein du groupe américain, David Marcus. [Lire la dépêche...]

La France a lancé officiellement sa procédure d'attribution des fréquences 5G aux opérateurs télécomsLa France a lancé officiellement lundi sa procédure d'attribution des fréquences 5G aux opérateurs télécoms, espérant un premier déploiement commercial dans quelques grandes villes françaises à la fin de 2020 et la couverture des deux tiers de la population d'ici 2026. [Lire la dépêche...]

19% des utilisateurs américains de Twitter suivent le compte officiel de Donald Trump sur le réseau social, selon une enquête publiée lundi.Près d'un utilisateur américain de Twitter sur cinq (19%) suit le compte officiel du président Donald Trump, fort de près de 62 millions d'abonnés sur le réseau social, selon une enquête publiée lundi par le Pew Research Center. [Lire la dépêche...]

Immortaliser un paysage de rêve et le partager sur Instagram... Ce geste peut avoir des conséquences sur le tourisme et sur la pollution, avertit le WWF, qui lance lundi une campagne pour protéger les sites naturels, via une localisation fictive. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

WEST WEB FESTIVAL

La Tech tient son événement festif breton, le West Web Festival, sur le modèle du SXSW d'Austin (Texas), embarqué avec Les Vieilles Charrues les 18 et 19 juillet 2019 à Carhaix (Finistère).

BLACK HAT

Événement majeur mondial sur la sécurité de l'information la conférence Black Hat USA a lieu du 3 au 8 août 2019 à Las Vegas (Mandalay Bay). Organisé par UBM.

VMWORLD US

VMware réunit clients et partenaires à l'occasion de la conférence VMworld édition américaine à San Francisco du 25 au 29 août 2019. Organisée par VMware.

RURALITIC

Ruralitic tient à Aurillac (centre des congrès) sa 14ème édition du 27 au 29 août 2019. Organisé par Mon Territoire Numérique et le Conseil départemental du Cantal.

IFA

IFA IFA
Le plus grand salon professionnel européen de l'électronique grand public a lieu à Berlin du 6 au 11 septembre 2019. Organisé par Messe Berlin.

SALONS SOLUTIONS

ERP, CRM, BI, E-Achats, Démat, Archivage, SDN/InfotoDoc, Serveurs & Applications - du 1er au 3 octobre 2019 à Paris, Porte de Versailles (Pavillon 3). Organisés par Infopromotions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT