X
ITrust : l’alliance de l’humain et de l’IA

News Partenaire

ITrust : l’alliance de l’humain et de l’IA

Près de Toulouse, un père et son fils ont créé une société innovante dont l’ambition est de révolutionner la cybersécurité grâce à l’IA. Levée de fond, création d’une école, d’un centre de recherche… la jeune pousse vogue vers de nouveaux horizons. Mais l’esprit startup perdure, inspiré par la « Silicon Valley » et les bonnes pratiques du rugby. Capitale du ballon ovale oblige !

Taxe Gafa : une gaffe ou une baffe ?

Pendant la dernière Coupe du monde de football, 66 millions de Français s’étaient découverts sélectionneurs de l’équipe nationale. Aujourd’hui ils se réinventent en économistes pour juger et donner leur avis sur la taxe Gafa, du nom donné globalement aux géants du Web américains. Et bien sûr chacun d’être pour ou contre suivant les conversations et les derniers qui ont parlé !

Rappelons le contexte. Ces acteurs de l’économie numérique réalisent des revenus colossaux dans les différents pays européens et les exfiltrent vers des pays à la fiscalité beaucoup plus douce, comme l’Irlande, Malte, les Pays-Bas. Ils peuvent être parfois très imaginatifs et utiliser les paradis fiscaux des îles des Antilles ou d’autres continents pour rapatrier ces revenus. Il suffit pour cela de facturer ailleurs qu’en France pour que cela soit possible. Facebook facture ainsi depuis l’Irlande lorsque l’on passe par sa plate-forme pour acheter dans un jeu ou sur une publicité qui s’intègre dans votre fil sur votre mur.

Différents pays s’agacent de cette situation et souhaitent faire rendre gorge à ces entreprises. Selon différents décomptes, 127 pays de l’OCDE seraient prêts à signer un accord pour que les taxes et autres impôts redevables par ces entreprises soient payés dans le pays où les revenus sont générés. Dans la Communauté Européenne, quatre pays seulement sont contre ce principe par crainte de représailles commerciales des États-Unis ou parce qu’ils hébergent les sièges en Europe de ces Gafa. En clair, une réglementation à l’échelle mondiale est en préparation mais celle-ci va évidemment prendre du temps. Sans compter que les Gafa sortent l’artillerie lourde en termes de communication et de lobbying pour éviter ce type de législation.

Enfin du courage politique !

Dans cette vaste confusion, Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a présenté un projet de loi de taxation de ces entreprises. Celui-ci propose de taxer à 3 % le chiffre d’affaires des entreprises du numérique. La taxe nationale toucherait « toutes les entreprises représentant un chiffre d’affaires supérieur à 750 millions d’euros au niveau mondial et 25 millions d’euros en France », et « si ces deux critères ne sont pas réunis, elles ne seront pas imposées ». Elle se veut temporaire jusqu’à ce qu’une législation à l’échelle au moins européenne soit mise en place. Le gouvernement escompte récupérer de 400 millions d’euros dès cette année à 650 millions dans les années à venir si ces entreprises continuent leur croissance sur le même rythme qu’aujourd’hui.

Certains diront évidemment que c’est une paille pour ces géants aux capitalisations boursières gigantesques. Ce n’est cependant pas négligeable. Mais le taux de 3 % n’est pas confiscatoire, loin de là ! Il est question de plus de taux variables selon le seuil de chiffre d’affaires réalisé. Il a été précisé que la taxe sera déductible de la base imposable de l’impôt sur les sociétés, ce qui aura pour effet « de réduire jusqu’à un tiers du montant de cette taxe pour les entreprises qui payent leurs impôts en France ». Sur ce point on ne peut que rendre hommage au courage politique du ministre face au tir de barrage que sa proposition reçoit par les entreprises du numérique qui sortent tout leur pouvoir de lobbying pour jouer sur les scénarios catastrophistes et de voir les sociétés françaises du numérique en victimes collatérales ou d’évoquer « de casser Internet ». L’instauration d’une telle taxe en Espagne n’a pas fait autant de remous. Le RoyaumeUni et l’Italie ont aussi ce type de taxe. Sous d’autres cieux, l’Australie et l’Inde sont dotés également de tels canons fiscaux.

Plusieurs voix se sont élevées pour expliquer que cette taxe est illusoire et que les géants du Web vont augmenter le taux de leur commission pour compenser cette taxe et que cela serait donc le consommateur final français qui paierait la note. Loin de faire de l’angélisme libéral, on peut imaginer que si les commissions deviennent trop élevées, les consommateurs et les vendeurs sur cette plate-forme migreront vers d’autres. Aux États-Unis, on voit ainsi que Lyft, qui traite un peu mieux ses chauffeurs que Uber, gagne du terrain sur son concurrent. Il devrait se passer la même chose pour les places de marché et autres sites d’intermédiation de vente. D’autres pensent que les Gafa sont déjà trop gros et captent déjà trop de valeur pour que leur modèle puisse être remis en cause. Ces commentateurs me rappellent une phrase que l’on attribue à Confucius : « Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire. » Je leur laisse choisir leur camp !

En fait le débat autour de cette taxe pourrait bien reprendre le titre d’une pièce de William Shakespeare, « Beaucoup de bruit pour rien » ! Le seul point à retenir est que cette taxe est temporaire. Quand on sait ce que le temporaire fiscal en France est, on peut penser que cette taxe va durer ! Si en plus Européens ou membres de l’OCDE doivent se mettre d’accord sur un texte, on peut commencer à penser en décennies !

La taxe mise en place ne résoudra pas le problème et n’est qu’un pis-aller devant des entreprises sans vergogne qui n’ont en fait malgré leur discours autour du changement du monde, de leur responsabilité sociale et des actions qu’elles engagent en ce sens dans les pays où ils opèrent, que l’appât du gain.

Récemment, j’ai été sondé par un institut très sérieux sur l’image de marque de ces Gafa. Le lobbying qu’elles effectuent, les procédures de ralentissement et les arguties qu’elles développent dans chaque pays où ces sociétés ont des opérations, font que les masques tombent et que le vernis de bonne conscience qu’elles souhaitent afficher se craquelle pour laisser apparaître le tableau comme celui de Dorian Grey, magnifique en surface, hideux en réalité. Il leur suffirait de payer les impôts là où ils gagnent de l’argent pour que tout cela n’existe pas et que l’on ne discute pas la valeur sociétale de ces Gafa.

Elles profitent hélas de ces avantages pour créer une barrière croissante à la concurrence et ainsi dominer en oligarques le monde de l’Internet en captant la valeur que d’autres créent ; la morale n’est donc pas leur fort. Mais qu’en ont à faire, des actionnaires américains, de la vie et des problèmes de gens qui vivent à des milliers de kilomètres d’eux, alors que dividendes et croissance du cours de l’action ne font que les enrichir. En cela aussi, c’est le miroir d’America First qui se décline pour le plus grand malheur de ce monde. Mais ceci est une constante. Même le président Obama, que tant de gens adulent, n’a jamais souhaité négocier la main mise américaine sur Internet.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


Méthodes agiles

Méthodes agiles

Presque 20 ans après la publication de l’Agile Manifesto , toutes les directions générales veulent pouvoir annoncer que leur DSI a basculé sur les « méthodes agiles ». Les géants du CAC...

Conteneurisation

Conteneurisation

Les environnements à base de conteneurs deviennent le fondement du modèle économique du cloud et commencent à se répliquer dans les centres de données des entreprises. Iront-ils jusqu’à...

Test Huawei P30 Pro

Test Huawei P30 Pro

Disponible en France depuis le 5 avril dernier, le P30 Pro est le nouveau porte-étendard du fabricant chinois Huawei. Six mois après la sortie du Mate 20 Pro, le P30 Pro attire tous les regards à cause de ses innovations,...

RSS
Afficher tous les dossiers

OUTILS COLLABORATIFS : comment ils rendent l'entreprise plus agile - F8, Build, I/O, WWDC : Conf. développeurs, les annonces à retenir, les produits à venir - Supercalculateurs : l'Europe contre-attaque ! - DevSecOps, la sécurité au coeur du changement - Vendre et échanger des données - Migrer d'Oracle DB vers PostgreSQL - Ghidra : le framework de la NSA en Open Source...

 

LE NOUVEL ÂGE DU CLOUD : conteneurisation, services managés et FinOps - Comment faire baisser la facture du Cloud - 2014-2019 : l'avènement d'une Europe du numérique ? - Le défi technique de la 5G - Les entreprises face à l'agilité généralisée - Visual Studio 2019 - Recettes IFTTT - Test Huawei P30 Pro : le roi de la photo !...

 

SMARTPHONES PLIABLES : juste un truc de geeks ? - Toutes les nouveautés du MWC - La 5G en entreprise - Kit de survie en mobilité - La faillite du "10 nm" chez Intel - DaaS : la fièvre du "as a service" gagne le desktop - Identifier les bugs grâce à l'IA - Développeurs : les meilleures plates-formes pour le recrutement - Inner source : de nouvelles communautés open source...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Photo d'un serveur spécialisé dans la cybersécurité, lors d'un Forum international sur cette thématique, le 23 janvier 2018 en FranceDes responsables américains ont affirmé qu'une cyberattaque ordonnée par la Maison Blanche avait neutralisé des systèmes de lancement de missiles iraniens. Mais, comme toujours dans les cyberconflits, la réalité de ce qui s'est passé sera quasiment impossible à établir, préviennent des experts. [Lire la dépêche...]

Le réseau social américain Facebook a promis de fournir directement à la justice française des informations pour identifier les internautes diffusant des contenus haineux, a annoncé mardi à l'AFP l'entourage du secrétaire d'Etat au numérique français Cédric O. [Lire la dépêche...]

Le logo du réseau social InstagramInstagram, la populaire application de partage d'images, ne surveille pas les conversations privées de ses utilisateurs pour leur adresser ensuite des publicités ciblées, a affirmé son patron Adam Mosseri dans une interview à CBS diffusée mardi. [Lire la dépêche...]

L'Iran a abattu jeudi un drone de surveillance américain RQ-4 Global Hawk près du détroit stratégique d'OrmouzLes drones jouent un rôle crucial dans la lutte des Etats-Unis contre des organisations comme les talibans ou le groupe Etat islamique, mais la destruction de l'un de ces appareils la semaine dernière par l'Iran montre leurs limites face à des puissances plus développées. [Lire la dépêche...]

L'offre publique d'achat amicale valorise le groupe de technologies Altran à 14 euros par actionUn colosse français de 17 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel va voir le jour dans le secteur des services informatiques avec le rachat annoncé lundi du groupe de conseil en technologie Altran par le géant des services informatiques Capgemini. [Lire la dépêche...]

Meng Wanzhou, le 8 mai 2019 à Vancouver, au CanadaLes avocats de la dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, arrêtée à Vancouver en décembre, ont écrit lundi au ministre canadien de la Justice pour lui demander d'abandonner la procédure d'extradition vers les Etats-Unis. [Lire la dépêche...]

Photo de la page d'accueil de Facebook, sur laquelle sont projetées des figurines, le 12 mai 2012Facebook a appelé lundi les gouvernements à faire davantage en matière de régulation des géants du numérique, dont les pratiques sont souvent mises en cause notamment sur la protection des données ou la diffusion de fausses informations. [Lire la dépêche...]

Autoportrait du rover Curiosity de la Nasa sur la planète Mars, publié le 7 juin 2018La Nasa a annoncé que son rover Curiosity avait de nouveau détecté sur Mars du méthane, un gaz qui peut être émis par des microbes mais aussi par des interactions entre roches et eau. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT
Dans le cadre de la Cloud Week Paris 2019, les Rencontres du Cloud suivies de la Nuit du Directeur Digital ont lieu le 4 juillet 2019 à Paris (Intercontinental Paris Le Grand). Organisées par EuroCloud france et Prache Media Event.

WEST WEB FESTIVAL

La Tech tient son événement festif breton, le West Web Festival, sur le modèle du SXSW d'Austin (Texas), embarqué avec Les Vieilles Charrues les 18 et 19 juillet 2019 à Carhaix (Finistère).

BLACK HAT

Événement majeur mondial sur la sécurité de l'information la conférence Black Hat USA a lieu du 3 au 8 août 2019 à Las Vegas (Mandalay Bay). Organisé par UBM.

VMWORLD US

VMware réunit clients et partenaires à l'occasion de la conférence VMworld édition américaine à San Francisco du 25 au 29 août 2019. Organisée par VMware.

IFA

IFA IFA
Le plus grand salon professionnel européen de l'électronique grand public a lieu à Berlin du 6 au 11 septembre 2019. Organisé par Messe Berlin.

SALONS SOLUTIONS

ERP, CRM, BI, E-Achats, Démat, Archivage, SDN/InfotoDoc, Serveurs & Applications - du 1er au 3 octobre 2019 à Paris, Porte de Versailles (Pavillon 3). Organisés par Infopromotions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT