X

Taxe Gafa : une gaffe ou une baffe ?

Pendant la dernière Coupe du monde de football, 66 millions de Français s’étaient découverts sélectionneurs de l’équipe nationale. Aujourd’hui ils se réinventent en économistes pour juger et donner leur avis sur la taxe Gafa, du nom donné globalement aux géants du Web américains. Et bien sûr chacun d’être pour ou contre suivant les conversations et les derniers qui ont parlé !

Rappelons le contexte. Ces acteurs de l’économie numérique réalisent des revenus colossaux dans les différents pays européens et les exfiltrent vers des pays à la fiscalité beaucoup plus douce, comme l’Irlande, Malte, les Pays-Bas. Ils peuvent être parfois très imaginatifs et utiliser les paradis fiscaux des îles des Antilles ou d’autres continents pour rapatrier ces revenus. Il suffit pour cela de facturer ailleurs qu’en France pour que cela soit possible. Facebook facture ainsi depuis l’Irlande lorsque l’on passe par sa plate-forme pour acheter dans un jeu ou sur une publicité qui s’intègre dans votre fil sur votre mur.

Différents pays s’agacent de cette situation et souhaitent faire rendre gorge à ces entreprises. Selon différents décomptes, 127 pays de l’OCDE seraient prêts à signer un accord pour que les taxes et autres impôts redevables par ces entreprises soient payés dans le pays où les revenus sont générés. Dans la Communauté Européenne, quatre pays seulement sont contre ce principe par crainte de représailles commerciales des États-Unis ou parce qu’ils hébergent les sièges en Europe de ces Gafa. En clair, une réglementation à l’échelle mondiale est en préparation mais celle-ci va évidemment prendre du temps. Sans compter que les Gafa sortent l’artillerie lourde en termes de communication et de lobbying pour éviter ce type de législation.

Enfin du courage politique !

Dans cette vaste confusion, Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a présenté un projet de loi de taxation de ces entreprises. Celui-ci propose de taxer à 3 % le chiffre d’affaires des entreprises du numérique. La taxe nationale toucherait « toutes les entreprises représentant un chiffre d’affaires supérieur à 750 millions d’euros au niveau mondial et 25 millions d’euros en France », et « si ces deux critères ne sont pas réunis, elles ne seront pas imposées ». Elle se veut temporaire jusqu’à ce qu’une législation à l’échelle au moins européenne soit mise en place. Le gouvernement escompte récupérer de 400 millions d’euros dès cette année à 650 millions dans les années à venir si ces entreprises continuent leur croissance sur le même rythme qu’aujourd’hui.

Certains diront évidemment que c’est une paille pour ces géants aux capitalisations boursières gigantesques. Ce n’est cependant pas négligeable. Mais le taux de 3 % n’est pas confiscatoire, loin de là ! Il est question de plus de taux variables selon le seuil de chiffre d’affaires réalisé. Il a été précisé que la taxe sera déductible de la base imposable de l’impôt sur les sociétés, ce qui aura pour effet « de réduire jusqu’à un tiers du montant de cette taxe pour les entreprises qui payent leurs impôts en France ». Sur ce point on ne peut que rendre hommage au courage politique du ministre face au tir de barrage que sa proposition reçoit par les entreprises du numérique qui sortent tout leur pouvoir de lobbying pour jouer sur les scénarios catastrophistes et de voir les sociétés françaises du numérique en victimes collatérales ou d’évoquer « de casser Internet ». L’instauration d’une telle taxe en Espagne n’a pas fait autant de remous. Le RoyaumeUni et l’Italie ont aussi ce type de taxe. Sous d’autres cieux, l’Australie et l’Inde sont dotés également de tels canons fiscaux.

Plusieurs voix se sont élevées pour expliquer que cette taxe est illusoire et que les géants du Web vont augmenter le taux de leur commission pour compenser cette taxe et que cela serait donc le consommateur final français qui paierait la note. Loin de faire de l’angélisme libéral, on peut imaginer que si les commissions deviennent trop élevées, les consommateurs et les vendeurs sur cette plate-forme migreront vers d’autres. Aux États-Unis, on voit ainsi que Lyft, qui traite un peu mieux ses chauffeurs que Uber, gagne du terrain sur son concurrent. Il devrait se passer la même chose pour les places de marché et autres sites d’intermédiation de vente. D’autres pensent que les Gafa sont déjà trop gros et captent déjà trop de valeur pour que leur modèle puisse être remis en cause. Ces commentateurs me rappellent une phrase que l’on attribue à Confucius : « Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire. » Je leur laisse choisir leur camp !

En fait le débat autour de cette taxe pourrait bien reprendre le titre d’une pièce de William Shakespeare, « Beaucoup de bruit pour rien » ! Le seul point à retenir est que cette taxe est temporaire. Quand on sait ce que le temporaire fiscal en France est, on peut penser que cette taxe va durer ! Si en plus Européens ou membres de l’OCDE doivent se mettre d’accord sur un texte, on peut commencer à penser en décennies !

La taxe mise en place ne résoudra pas le problème et n’est qu’un pis-aller devant des entreprises sans vergogne qui n’ont en fait malgré leur discours autour du changement du monde, de leur responsabilité sociale et des actions qu’elles engagent en ce sens dans les pays où ils opèrent, que l’appât du gain.

Récemment, j’ai été sondé par un institut très sérieux sur l’image de marque de ces Gafa. Le lobbying qu’elles effectuent, les procédures de ralentissement et les arguties qu’elles développent dans chaque pays où ces sociétés ont des opérations, font que les masques tombent et que le vernis de bonne conscience qu’elles souhaitent afficher se craquelle pour laisser apparaître le tableau comme celui de Dorian Grey, magnifique en surface, hideux en réalité. Il leur suffirait de payer les impôts là où ils gagnent de l’argent pour que tout cela n’existe pas et que l’on ne discute pas la valeur sociétale de ces Gafa.

Elles profitent hélas de ces avantages pour créer une barrière croissante à la concurrence et ainsi dominer en oligarques le monde de l’Internet en captant la valeur que d’autres créent ; la morale n’est donc pas leur fort. Mais qu’en ont à faire, des actionnaires américains, de la vie et des problèmes de gens qui vivent à des milliers de kilomètres d’eux, alors que dividendes et croissance du cours de l’action ne font que les enrichir. En cela aussi, c’est le miroir d’America First qui se décline pour le plus grand malheur de ce monde. Mais ceci est une constante. Même le président Obama, que tant de gens adulent, n’a jamais souhaité négocier la main mise américaine sur Internet.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

Datacenters sur le grill

Datacenters sur le grill

Véritable usine de production de l’économie numérique, le datacenter focalise les critiques des associations environnementales. Ces installations dont les plus grosses peuvent consommer jusqu’à une centaine...

Apps de messagerie

Apps de messagerie

Le succès d’une application de messagerie instantanée débute souvent dans une cour d’école et finit entre les mains… de PDG. De plus en plus de collaborateurs échangent des invitations, des...

Le lourd poids de la dette technique

Le lourd poids de la dette technique

Prévisible et bien souvent inévitable, la dette technique continue cependant de donner des sueurs froides aux développeurs. Le problème ne vient pourtant pas toujours du code, mais plutôt de la prise de...

RSS
Afficher tous les dossiers

IT DU MONDE D'APRÈS, IT DE DEMAIN (1) : automatisation, gestion de l'info, mobilité, sécurité - Health Data Hub - Le VPN meilleure solution pour le télétravail ? - Project Reunion Microsoft : retour des apps universelles - Power Over Ethernet, une avancée discrète - Pourquoi Apple choisit ARM plutôt qu'Intel ? - La Silicon Valley dans tous ses états - Produits high tech de loisirs du moment...

 

GESTIONNAIRE DE MOTS DE PASSE : un outil indispensable ? - Pandémie & Tech : gagnants et perdants - Multicloud : réalité d'aujourd'hui, impacts sur l'infrastructure et l'applicatif - Project Reunion Microsoft - No Code/Low Code en plein essor - Cobol V6 - Cyberattaques Covid-19 - L'emploi au temps du Corona...

 

COMMUNICATIONS UNIFIÉES : une convergence accrue entre communication et collaboration - Réussir StopCovid ! - Énergie : les datacenters sur le grill - Le lourd poids de la dette technique - GitLab comme solution DevSecOps - Les femmes, avenir de la filière IT ? - Apps de messagerie, attention danger ? - Pôle IA Toulouse...

 

Afficher tous les derniers numéros

Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Malgré des investissements massifs dans le développement à hauteur de près de 4 milliards de dollars l'année dernière, près de la moitié du temps consacré au DevOps est perdu dans la répétition des tâches et dans la logistique. Ceci fait que 90% des entreprises qui ont adopté ces pratiques sont déçues par les résultats, selon une étude publiée par le Gartner.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Une amende de 600.000 euros à Google Belgium pour non respect du droit à l'oubli demandé par un citoyen, une décision L'Autorité pour la protection des données en Belgique a annoncé mardi avoir infligé une amende de 600.000 euros à Google Belgium pour non respect du droit à l'oubli demandé par un citoyen, une décision "historique" pour la protection des données personnelles. [Lire la dépêche...]

Me Simon Takoudjulors, l'avocat du pédophile interpellé en Gironde, d'une conférence de presse à Bordeaux le 14 juillet 2020L'homme de 40 ans interpellé en Gironde, parmi les pédophiles les plus recherchés au monde, "a souhaité collaborer avec la justice", a assuré mardi à l'AFP son avocat qui a évoqué pour son client, "pris dans un engrenage", "une "arrestation quasi-salvatrice". [Lire la dépêche...]

Le Royaume-Uni a annoncé le 14 juillet qu'il allait expurger son réseau 5G de tout équipement produit par le géant chinois HuaweiLe Royaume-Uni a annoncé mardi qu'il allait expurger son réseau 5G de tout équipement produit par le géant chinois Huawei en raison d'un risque pour la sécurité du pays, un durcissement qui risque d'exacerber les tensions avec Pékin mais réjouit Washington. [Lire la dépêche...]

Une femme teste un jeu vidéo au salon Gamescom à Cologne, en Allemagne, le 21 août 2019 Agité depuis des années par des controverses sur le sexisme, le secteur du jeu vidéo est-il en train de connaître son moment #metoo? Le secteur est en tout cas contraint à l'introspection, notent des expertes. [Lire la dépêche...]

Un Français a été interpellé soupçonné d'avoir administré des sites sur le darknet, permettant "Il était dans le Top 10 des pédophiles les plus recherchés au monde": un père de famille français de 40 ans, inconnu de la justice, a été arrêté dans un village du Sud-Ouest de la France, soupçonné d'avoir animé des sites pédopornographiques accessibles à des "milliers de personnes" sur le darknet, la partie cachée d'internet. [Lire la dépêche...]

Le dirigeant des Travaillistes britanniques Keir Starmer, le 3 juin 2020 à Londres Le parti travailliste britannique a décidé de se joindre au boycott publicitaire lancé contre Facebook pour exiger du réseau social qu'il fasse davantage pour lutter contre les contenus haineux, a annoncé dimanche l'une de ses responsables. [Lire la dépêche...]

E3 electronic entertainment expoExit le numéro deux, la DRH et le chef de l'unité canadienne: l'éditeur de jeux vidéo français Ubisoft, au cœur d'un scandale d'agressions et de harcèlement, a annoncé un remaniement spectaculaire de sa direction et promis des "changements majeurs dans sa culture d'entreprise". [Lire la dépêche...]

Le patron de Twitter Jack Dorsey à New Delhi en Inde en novembre 2018Le patron de Twitter Jack Dorsey va donner trois millions de dollars pour permettre aux maires de plusieurs villes des Etats-Unis d'expérimenter la mise en place d'un revenu universel, a-t-il annoncé dans un tweet. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 14 et 15 septembre 2020 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par Corp Agency.

AI PARIS

Conférence, exposition et rendez-vous d'affaires sur l'intelligence artificielle à Paris, Porte de Versailles les 14 et 15 septembre 2020. Organisé par Corp Agency.

DOCUMATION

Congrès et exposition Documation du 22 au 24 septembre 2020  à Paris Porte de Versailles (Pavillon 4.3). Organisé par Infopromotions.

AP CONNECT

La 3ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 22 et 23 septembre 2020 à Espace Grande Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Organisation.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie