X

La taxe GAFAM française sur les rails

Hier en Conseil des Ministres Bercy a présenté son projet de loi créant une taxe sur les services numériques, vulgarisée en taxe GAFAM. Une taxe « temporaire » puisqu’elle ne devrait pas survivre à la future directive de la Commission européenne, dont elle s’inspire toutefois même si elle n'est qu'à l'état de projet.

Le dada de Bruno Le Maire est sur le point de devenir réalité : il a présenté hier en Conseil des ministres son projet de loi « portant création d’une taxe sur les services numériques », appelée par raccourci taxe GAFAM. Il s’agit donc d’une « taxe sur les recettes tirées de certains services fournis par les entreprises du secteur numérique ». Par services, Bercy entend les prestations de ciblage publicitaire, incluant donc la vente de données, et les services dits « d’intermédiation numériques », par exemple les places de marché en ligne.

Les revenus tirés de ces services seront imposés à un taux fixe de 3%. Connaissant la cible de cette taxe et la capacité de ces intervenants à fuir le fisc comme la peste par diverses manœuvres, le ministère a prévu une « règle de rattachement spécifique au territoire national ». Ce sont les revenus mondiaux qui seront taxés, « à proportion de la part des internautes français au sein de l’ensemble des utilisateurs de ce service ». Mais comment définir la part d’internautes français pour, par exemple, la publicité en ligne ? Là encore, Bercy a la solution.

3%

Pour les services d’intermédiation, ils sont considérés comme fournis en France si l’un des utilisateurs effectuant l’opération est localisé en France ou si le compte de l’utilisateur lui permettant d’accéder au service a été ouvert en France. Le ciblage publicitaire est fourni en France si « l’interface numérique affichant la publicité ciblée est consultée depuis la France ». Enfin, la vente de données à des fins publicitaires entre dans cette part si les données ont été générées par un utilisateur depuis le sol national. « Cette proportion sera évaluée, pour chaque service, sur une base annuelle, de manière indépendante des revenus tirés du service » apprend-on du projet de loi.

Cette taxe ne touchera cependant pas toutes les entreprises fournissant ce type de services. Bercy parle des « grands groupes ayant une forte empreinte numérique au niveau mondial et au niveau national ». Soit les sociétés enregistrant au moins 750 millions d’euros par an de ces services numériques taxables au niveau mondial et 25 millions d’euros au niveau français. Pour autant, le Conseil d’Etat n’y voit pas de rupture du principe de l’égalité devant les charges publiques, estimant que les critères retenus par le gouvernement (« chiffre d’affaires élevé » par exemple) sont « objectifs et rationnels ».

Toutefois, l’institution du Palais-Royal appelle à la prudence sur certains points, et notamment sur le projet de directive européenne. La France souhaite mettre en œuvre cette taxe « sans attendre l’issue de la négociation de la directive et son entrée en vigueur, qui pourrait intervenir en 2021 ». Ce qui est susceptible de poser quelques soucis « du point de vue de la stabilité de la norme fiscale ». Néanmoins, rien ne l’interdit dans le droit de l’Union européenne, tant que la directive n’en est qu’à l’état de projet.

En attendant l’Europe

Par ailleurs, le projet de loi s’inspire de la proposition européenne (le taux de 3% est ainsi celui prévu par la directive) et répond « à un impératif immédiat d’équité fiscale ». « La taxe ici introduite n’a donc vocation à s’appliquer que de manière temporaire et sera abrogée lorsque les nouveaux principes internationaux seront adoptés » précise l’étude d’impact. Le rendement de cette taxe sur les services, recouvrée en même temps que la TVA, devrait atteindre 500 millions d’euros par an.

Notons néanmoins ce qui peut apparaître comme une incohérence. L’étude d’impact du gouvernement estime peu probable que les entreprises taxées répercutent la taxe sur leurs utilisateurs en ce qu’elles ne souhaitent pas « dégrader leur compétitivité par rapport à leurs concurrents ». Or ces entreprises étant pour la plupart décrites comme « hégémoniques », il n’est pas certain que cette perspective les effraie réellement. On voit en effet mal un Google soudainement pris de peur panique à l’idée qu’une répercussion de cette taxe sur les prix proposés aux annonceurs les fasse fuir de sa plateforme.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Tendances, Débats

Actuellement à la Une...
A VOTRE AVIS...
GitLab

GitLab

Solution libre de « forge » pour le dépôt de code basé, tout comme GitHub, sur le gestionnaire de versions Git, GitLab continue son ascension. Il offre une solution intégrant parfaitement...

20 TECHNOS

20 TECHNOS

Dossier réalisé par Bertrand Garé et Guillaume Périssat avec Michel Chotard, Alain Clapaud et Bastien Lion.

CI/CD as a Service

CI/CD as a Service

L’intégration et la livraison continues sont des composantes fondamentales de la démarche DevOps. Toutefois, alors que les pipelines doivent prendre en compte les nouvelles architectures – conteneurs notamment –,...

Disque dur

Disque dur

Bousculé par la vitesse des mémoires Flash, le disque dur semble condamné. Pourtant, la demande en capacité ne faiblit pas, au contraire, elle s’envole, portée par les besoins infinis du Cloud…

RSS
Afficher tous les dossiers

BASES DE DONNÉES : le DBaaS va tout balayer - Gestion de l'information : structurer le non structuré ! - Municipales : la politique se numérise, le numérique se politise - Cybersécurité : les planètes Cyber alignées ! - DevOps : WevAssembly, langage assembleur du Web - AMP confié à OpenJS - Pénurie des formations IA - À la recherche de nouvelles compétences IT...

 

20 TECHNOS pour 2020 et au-delà... : multicloud, rpa, edge&fog, apis, quantique... - La transfo numérique exemplaire d'une PME industrielle - BYOK : chiffrer le Cloud - L'Open Source teinté d'Orange - Mettre de l'intelligence dans l'APM - Le disque dur fait de la résistance - CI/CD as a Service - Digital Campus, n°1 des écoles du numérique...

 

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

Afficher tous les derniers numéros

Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O sur le perron de l'Elysée, le 15 janvier 2020 à ParisLe secrétaire d’État chargé du numérique Cédric O a partagé jeudi ses "incertitudes très fortes" sur la réussite du projet StopCovid censé aider à endiguer l'épidémie en traçant les cas-contacts via une application, mais dont l'efficacité et les implications pour la vie privée posent question. [Lire la dépêche...]

L'application de visioconférence Zoom, dont l'usage a explosé avec le confinement en vigueur dans de nombreux pays, a annoncé jeudi un renforcement de la sécurité de ses appels, après une semaine noire, durant laquelle elle a vu sa réputation ternie par une série de scandales. [Lire la dépêche...]

Le robot Qu'ils évoquent le progrès ou des cauchemars de science-fiction, les robots, efficaces, rapides et imperméables à la contagion, n'ont jamais autant prouvé leur utilité que dans la lutte contre l'ennemi invisible numéro un. [Lire la dépêche...]

Karen Dova, la PDG de l'entreprise norvégienne No Isolation, devant un écran Komp destiné principalement aux personnes âgées, le 7 avril 2020 à OsloVeuf, Per Leif Rolid vit seul dans sa ferme, à deux heures de route d'Oslo. Un sentiment d'isolement accentué par la pandémie de Covid-19 mais que le vieillard parvient à briser grâce à un simple écran qui lui permet d'être en ligne sans la moindre compétence numérique. [Lire la dépêche...]

Le logo du service de vidéo à la demande de Disney, Disney+La plateforme de vidéo en streaming Disney+ compte désormais 50 millions d'abonnés payants dans le monde, cinq mois après son lancement aux Etats-Unis et deux semaines après son arrivée en Europe. [Lire la dépêche...]

L'application Snapchat semblait en panne dans certaines régions mercredi, de nombreux utilisateurs européens et américains se plaignant sur Twitter de problèmes pour se connecter ou pour publier des photosSnapchat a annoncé mercredi avoir réparé l'application après une panne qui a affecté de nombreux utilisateurs européens et américains quelques heures plus tôt. [Lire la dépêche...]

Des passants dans les rues de Milan le 28 février 2020, avant le confinementUtiliser les données de nos téléphones pour lutter contre le coronavirus, tout en évitant les atteintes aux libertés individuelles: le gouvernement français planche sur ce sujet épineux avec un projet d'application mobile pour "identifier les chaînes de transmission", sur "la base du volontariat". [Lire la dépêche...]

UN client dans un supermarché à Nanterre consulte son téléphone le 27 mars 2020La France travaille au développement d'une application sur smartphone, utilisable "sur la base du volontariat" pour identifier les personnes ayant été contact avec une personne infectée par le coronavirus, ont affirmé le ministre de la Santé Olivier Véran et le secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La première édition de Ready For IT se déroule du 25 au 27 mai 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 27 et 28 mai 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie