X
Le rack. La pièce essentielle de votre infrastructure informatique

News Partenaire

Le rack. La pièce essentielle de votre infrastructure informatique

Protégez et alimentez vos équipements IT grâce au rack le plus polyvalent au monde pour les environnements IT exigeants : le rack NetShelter et les bandeaux de prises rackables APC by Schneider Electric.
Choisissez les racks informatiques et les bandeaux de prises APC pour une tranquillité d'esprit totale !

Existe-t-il un Made in France technologique ?

Les déclarations d’intention sont nombreuses  : devenir une start-up nation…  devenir le champion des ICO… démontrer un savoir-faire en envoyant des centaines de jeunes pousses à Las Vegas pour mettre en valeur leurs technologies à la face du monde… la French Tech et autres types d’organisations pour promouvoir la technologie française… On peut dire que l’effort est là, mais est-il cependant efficace ?

Osons poser la question : le Made in France dans les technologies est-il un argument pour nos entreprises ou non ? La réponse est mitigée, entre les grands enthousiastes qui mettent en avant la liste d’entreprises françaises du secteur informatique ayant un certain renom et d’autres, comme le laissent penser les commentaires sur les produits français sur le site de L’Informaticien, qui dénigrent à-tout-va ce Made in France, ne lui trouvant aucune qualité ni technique ni sur leur poids sur le marché.

La face brillante de la pièce

Les enthousiastes proposent le plus souvent les mêmes arguments. Le système éducatif est une base solide pour notre pays et nous formons de bons ingénieurs. La preuve est que de nombreux industriels de l’informatique viennent y créer des centres de recherche et développement. Cisco, SAP, Huawei, IBM sont de ceux-là. Au passage, les thuriféraires du Made in France nous expliquent comment nous sommes parmi les meilleurs en mathématiques en collectionnant les médailles Fields, ce qui va être une grande chance pour la prochaine révolution autour de l’Intelligence artificielle et de la création d’algorithmes pour analyser les données.

Ils ajoutent ensuite la liste des entreprises françaises, il est vrai de plus en plus importante, qui ont atteint un certain niveau de notoriété : Withings, Netatmo, Critéo, Scality, Esker, Dassault Systèmes… Et chacun de vendre sa propre salade !

Il faut cependant noter que pour la plupart des noms cités, les entreprises ont soit fait leur place sur une niche de marché, soit sont devenues globales et on peut clairement se demander si elles sont encore Made in France. La plupart d’entre elles conservent des centres de R & D en France du fait que les développeurs sont souvent mieux formés en France et d’un meilleur niveau qu’aux États-Unis, tout en leur coûtant beaucoup moins cher vu les salaires pratiqués dans la Silicon Valley et plus généralement outre-Atlantique. Plus que reconnaître la valeur de nos ingénieurs ou spécialistes, les entreprises profitent beaucoup de notre « near shore à la française » tout en caressant notre orgueil national dans le sens du poil.

En revanche, si l’on demande « Est-ce que le Made in France est reconnu dans les technologies ? », les réponses sont beaucoup moins nombreuses. La plupart du temps, il est vu comme une alternative aux grands faiseurs américains ou comme une garantie pour répondre à certaines règles de conformité.

La face moins reluisante

Pour une autre partie, le Made in France n’est absolument pas un argument qui compte. La plupart explique que, de toutes façons, les produits français sont évidemment moins bons, c’est-à-dire de qualité médiocre comparativement aux autres produits sur le marché, avec des couvertures fonctionnelles moindres. Bref, tout cela ne sert à rien et que de toutes façons les jeux sont faits et que les gros, comme Google et d’autres, vont rafler la mise et que nos entrepreneurs français n’ont qu’à retourner à bricoler dans leur coin. Là, c’est pour les plus gentils ! Ce french bashing auto-infligé n’est pas le seul point qui font du Made in France dans l’IT un parent pauvre. Pour beaucoup de ces entreprises, une sorte de plafond de verre les empêchent réellement de décoller sauf à s’exiler sous d’autres cieux. Critéo, Snowflake, Scality n’ont véritablement pris leur dimension que lorsque les fonds américains se sont intéressés à leur technologie. On a beau hurler cocorico aujourd’hui, dans un contexte purement français ces entreprises n’auraient jamais eu leur heure de gloire.

En faire une priorité

Le Made in France n’est cependant pas si mauvais pour vendre des produits dans le luxe, l’art de vivre, le nucléaire, l’aéronautique, l’automobile, la défense. Pourquoi devrait-il en être autrement pour notre industrie informatique ?

Le gouvernement semble cependant vouloir faire de la transformation numérique un de ses chevaux de bataille pour moderniser notre pays et il fait feu de tout bois pour valoriser notre savoir-faire. Sur le papier, c’est vrai. Ensuite, quels sont les moyens réellement mis en place pour cette énième priorité gouvernementale ? Pourquoi lors des visites de nos ministres ou du président de la République à l’étranger, il est rare que des représentants de notre industrie informatique soient invités alors que les autres industries, celles déjà citées sont des habituées des vols présidentiels. Il serait temps que l’industrie IT nationale devienne aussi importante que les autres. Au passage, vu le nombre de milliards que dépensent les entreprises françaises dans des technologies étrangères, notre balance commerciale ne s’en porterait que mieux. Pourquoi les Postes d’expansion économique dans nos ambassades ne poussent pas nos savoir-faire dans le domaine ? Qui aujourd’hui oserait, sans rougir, dire que les solutions de sécurité informatique ou que les logiciels développés en France sont moins bons ou moins innovants que ceux sur le marché ?

De nombreuses demandes dans le sens d’un développement de l’industrie IT en France existent depuis des années. Au bout du bout, comparativement à d’autres pays dans le monde, pas de « Small Business Act » pour favoriser nos start-up ou industriels locaux, des règles de mieux-disant tellement floues que n’importe quel DSI peut les contourner et choisir un produit étranger sans avoir de compte à rendre sur son choix. Car c’est un point avéré : les DSI choisissent le produit qui va leur apporter le moindre risque possible pour leur position. Aucune chance qu’ils choisissent un produit français alors que les cabinets d’analystes ont mis bien en haut à droite des produits américains et, étrangement, bien peu de produits provenant d’autres zones géographiques. Avez-vous vu un de ces tableaux où un produit chinois ou européen est tout seul en haut à droite ? Entre la petite lâcheté de nos entreprises et les velléités gouvernementales sur le plan international, le Made in France perd du terrain, ce qui oblige les entreprises du secteur informatique français à choisir entre s’expatrier pour réussir ou rester cantonné à un rôle subalterne sur le marché. Il est cependant possible de changer les choses avec un minimum de volonté, non pas de simples velléités.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats, Bullet Points

GitLab

GitLab

Solution libre de « forge » pour le dépôt de code basé, tout comme GitHub, sur le gestionnaire de versions Git, GitLab continue son ascension. Il offre une solution intégrant parfaitement...

20 TECHNOS

20 TECHNOS

Dossier réalisé par Bertrand Garé et Guillaume Périssat avec Michel Chotard, Alain Clapaud et Bastien Lion.

CI/CD as a Service

CI/CD as a Service

L’intégration et la livraison continues sont des composantes fondamentales de la démarche DevOps. Toutefois, alors que les pipelines doivent prendre en compte les nouvelles architectures – conteneurs notamment –,...

Disque dur

Disque dur

Bousculé par la vitesse des mémoires Flash, le disque dur semble condamné. Pourtant, la demande en capacité ne faiblit pas, au contraire, elle s’envole, portée par les besoins infinis du Cloud…

RSS
Afficher tous les dossiers

BASES DE DONNÉES : le DBaaS va tout balayer - Gestion de l'information : structurer le non structuré ! - Municipales : la politique se numérise, le numérique se politise - Cybersécurité : les planètes Cyber alignées ! - DevOps : WevAssembly, langage assembleur du Web - AMP confié à OpenJS - Pénurie des formations IA - À la recherche de nouvelles compétences IT...

 

20 TECHNOS pour 2020 et au-delà... : multicloud, rpa, edge&fog, apis, quantique... - La transfo numérique exemplaire d'une PME industrielle - BYOK : chiffrer le Cloud - L'Open Source teinté d'Orange - Mettre de l'intelligence dans l'APM - Le disque dur fait de la résistance - CI/CD as a Service - Digital Campus, n°1 des écoles du numérique...

 

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

Afficher tous les derniers numéros

Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le Conseil d’État  consacre la victoire de Google sur la Cnil à propos du droit à l'oubli des internautes, reconnaissant que celui-ci ne s'appliquait pas hors d'EuropeLe Conseil d’État a consacré vendredi la victoire de Google sur la Cnil à propos du droit à l'oubli des internautes, reconnaissant que celui-ci ne s'appliquait pas hors d'Europe, contrairement à ce que voulait le gardien français de la vie privée. [Lire la dépêche...]

Tablette pour suivre à distance l'état d'un patientSuivre à distance les malades angoissés, limiter les appels au samu, trouver des bras pour les hôpitaux débordés... Face au déferlement du coronavirus, la bataille passe aussi par des outils numériques, déployés à toute vitesse sur le territoire. [Lire la dépêche...]

Des étudiants et des professeurs de l'université de Zenica, en Bosnie centrale, fabriquent à l'aide d'imprimantes 3D des masques spéciaux, plus précisément les pare-visages qui sont gratuitement distribués dans les hôpitaux et les ambulances, au sein du laboratoire iDEAlab, le 25 mars 2020Une petite communauté a organisé en Bosnie, qui est loin de figurer parmi les leaders des nouvelles technologies, l'impression en 3D de masques destinés au personnel médical, en première ligne dans la lutte contre le nouveau coronavirus. [Lire la dépêche...]

La question revient régulièrement auprès des autorités et des géants des technologies: ne dispose-t-on pas d'outils informatiques d'analyse des données qui pourraient nous permettre de mieux anticiper, gérer et contrer la pandémie de coronavirus?La question revient régulièrement auprès des autorités et des géants des technologies: ne dispose-t-on pas d'outils informatiques d'analyse des données qui pourraient nous permettre de mieux anticiper, gérer et contrer la pandémie de coronavirus? [Lire la dépêche...]

Les services funéraires s'adaptent aux contraintes du confinement et proposent désormais aux Viennois endeuillés de suivre en direct sur internet la cérémonie de funérailles de leurs prochesLes services funéraires s'adaptent aux contraintes du confinement et proposent désormais aux Viennois endeuillés de suivre en direct sur internet la cérémonie de funérailles de leurs proches. [Lire la dépêche...]

Un homme et une femme portant un masque consultent leur téléphone dans le métro à Pékin le 11 mars 2020Faut-il utiliser les données de géolocalisation que recèlent nos portables pour aider à lutter contre la pandémie de coronavirus? Certains professionnels ou responsables politiques français se posent la question, mais le débat est explosif en termes de libertés publiques. [Lire la dépêche...]

L'évêque auxiliaire Emmanuel Gobilliard, filmé par un technicien, lors d'une messe retransmise sur la chaîne Youtube du diocèse, le 24 mars 2020 à LyonDepuis le début du confinement décidé face à la menace du coronavirus, le diocèse de Lyon donne rendez-vous à ses fidèles sur internet, entretenant avec eux un lien aussi spirituel que virtuel en ces temps troublés. [Lire la dépêche...]

Adam Duford, patron de Surf City, dans son minibus, le 23 mars 2020 à Santa Monica, en Californie"Nous sommes arrivés à l'océan les gars!". Adam Duford a répété cette phrase des milliers de fois en garant son minibus touristique devant la plage de Santa Monica, près de Los Angeles. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La première édition de Ready For IT se déroule du 25 au 27 mai 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 27 et 28 mai 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie