X

STOCKAGE#5 : De l’hyperconvergence au composable

Les environnements hyperconvergents (hci) prennent une place de plus en plus grande, mais connaissent certaines limites que les infrastructures composables essaient de corriger.

HPE Synergy, le serveur composable d'HPE.

Si les systèmes convergents, qui combinent seulement puissance de calcul et stockage, semblent stagner, si l’on en croit les chiffres du 2e trimestre fournis par les cabinets d’analystes comme IDC, le segment de l’hyperconvergence continue lui de connaître une forte croissance. En plus du calcul et du stockage, les baies hyperconvergentes ajoutent la supervision par la console d’administration qui gère les machines virtuelles installées sur la baie. Au 2e trimestre de cette année, il s’est vendu pour 1,5 milliard de dollars de ce type de systèmes, en croissance de 78 % d’une année sur l’autre. Cela représente désormais 46 % des systèmes convergents au sens large – convergents et hyperconvergents.

Tout comme pour le stockage objet, la plupart des grands fournisseurs de serveurs ou de stockage ont une gamme hyperconvergente. En tête VMware, de la galaxie Dell EMC, avec ses VXRack ou Rail. Selon les trimestres et les machines prises en compte, VMware est premier ou deuxième du secteur derrière Nutanix. Pure player de l’hyperconvergence, Nutanix s’appuie maintenant sur un modèle purement logiciel et certifie certaines machines ou configurations pour déployer sa solution. Dell est ainsi un partenaire de Nutanix et vend beaucoup d’appliances hyperconvergentes accueillant le logiciel de Nutanix. Cela semble étonnant que l’allié de VMware puisse vendre autre chose que son propre produit mais les demandes sont telles que Dell continue ce partenariat qui avait sa logique propre : pour les clients fortement virtualisés avec VMware, Vx Rack, pour les clients ayant fait le choix d’Hyper-v de Microsoft, Nutanix.

Les besoins en puissance de calcul et en stockage peuvent diverger

Avec son propre hyperviseur, Acropolis, Nutanix essaie de plus d’attirer des clients sous l’hyperviseur de VMware vers d’autres cieux. Bref, s’il n’y a pas de conflit entre les deux officiellement, la tension monte mais on fait « business as usual ». Nutanix a d’ailleurs développé d’autres partenariats avec Lenovo et IBM pour porter sa solution sur Power, le processeur d’IBM. Derrière ces deux leaders indiscutables, Simplivity, désormais dans le giron de HPE, entame une remontée. Étonnamment, ce système hyperconvergent, qui était plutôt destiné aux grandes PME lorsque l’entreprise était indépendante, devient un fer de lance de la consolidation et du renouvellement chez les clients des serveurs de chez HPE. Cisco, Datacore, HTBase, Huawei, Pivot 3, Scale Computing, Stratoscale sont les autres acteurs majeurs de ce marché.

Si le secteur se porte bien il connaît cependant un point critique. Lors de l’évolution du système, les besoins en puissance de calcul et en stockage peuvent diverger. Le simple ajout de nœud fait que l’utilisateur risque de se retrouver avec de la puissance de calcul inutile ou de la capacité de stockage excédentaire. Les offreurs de solutions hyperconvergentes ont tout d’abord essayé de contourner le problème en multipliant les configurations et les architectures de références. Industriellement parlant, cette solution semblait peu viable. Des constructeurs ont donc eu l’idée de décorréler cette évolution et de proposer ce que l’on appelle une architecture composable pour permettre au client d’utiliser la bonne puissance de calcul ou de rester au plus juste de ses besoins pour la capacité de stockage.

Le composable ou l’hyperconvergent décomposé

Le premier constructeur à avoir présenté cette idée a été HPE avec ses machines Synergy. Dans un rack hyperdense, la machine regroupe des serveurs x86 et du stockage SSD, le tout supervisé par le logiciel One View. One View Composer, qui réside sur un serveur dédié qui permet d’affecter « à la volée » telle unité de traitement avec telle application et le volume de stockage désiré pour répondre aux besoins spécifiques d’une application ou à la charge de travail qu’elle requiert. L’ensemble est complété par une infrastructure réseau qui gère à la fois le réseau entre les serveurs mais aussi vers le Cloud ou les autres éléments distants. Le « plus » : ce réseau peut être lui-même virtualisé, simplifiant la mise en œuvre du SDN (Software Defined Network). Cette fonction est apportée par Plexxi, une entreprise de supervision réseau récemment acquise par HPE. Des plug-ins dans Plexxi autorisent de plus des intégrations avec la plupart des environnements hyperconvergents du marché. Et la virtualisation du réseau permet d’améliorer le niveau de sécurité avec la mise en œuvre de la micro-segmentation sur les VLan. Fortement lié au logiciel, Synergy permet réellement de mettre en place une « Infrastructure As A Code » pour les développeurs. La configuration demande d’une à quelques lignes de codes. HPE annonçait 1 400 clients autour de sa solution en août dernier.

Plus récemment, NetApp a annoncé une solution d’hyperconvergence qui reprend peu ou prou les principes d’une infrastructure composable. Sa solution, du nom de HCI, reprend les environnements de VMware. Les clients peuvent ainsi moduler la solution en fonction de leur besoin : plus de calcul ou plus de stockage. Le pilotage de l’ensemble est assuré par les logiciels de Solidfire. À son tour, Dell s’est mis sur les rangs avec le PowerMax MX qui, lui aussi, combine calcul, stockage et réseau, offrant aux clients « une véritable désagrégation des architectures serveurs » et « une totale composabilité qui permet une vitesse comparable à celle du Cloud », a expliqué à CRN Brian Payne, responsable du marketing de la nouvelle offre.

Des performances équivalentes à des environnements « bare metal »

DriveScale est une entreprise récente créée en 2013 par Tom Lyon et Satya Nishtala, deux anciens cadres de Sun Microsystems et de Cisco. La jeune pousse propose une architecture software pour composer une infrastructure répondant aux besoins des tâches dans le Cloud par le biais du switch réseau. La solution de l’éditeur compose l’infrastructure hardware à la volée en combinant calcul et stockage nécessaire à la juste charge pour exécuter une application avec des performances équivalentes à des environnements « bare metal » et du stockage attaché directement (DAS, Direct Attached Storage) sans nécessiter de changement à l’application. De la même manière, l’environnement se redéploie en cas de changement pour s’adapter au plus juste.

La solution se compose d’un logiciel, DriveSCale Management System qui collecte les données, réalise la composition et la configuration des clusters, gère les contraintes et supervise le statut logique et physique des clusters. Les informations sont envoyées vers la console par des agents (placés sur des serveurs Linux pour l’instant) et qui peuvent être déployés automatiquement.

L’ensemble est centralisé au travers d’un portail en Cloud pour l’administration des différents sites tout en gérant les mises à jour, la revue des logs, la documentation… Tous les échanges se réalise par le switch réseau, appelé Adapter dans le vocabulaire de DriveScale, et les switchs « top of the rack » pour les éléments du cluster.

Le principal avantage de la solution est de combiner l’agilité du Cloud et les performances du « bare metal » avec une administration simplifiée par logiciel pour des adaptations et des déploiements réellement dynamiques et en temps réel.

L'architecture de la solution de DriveScale.

Cet article est extrait du dossier Stockage paru dans L'Informaticien n°172.



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Stockage

Vient de paraître

Ce Livre Blanc vous permet de découvrir toutes les étapes nécessaires pour choisir le prestataire informatique adapté à votre entreprise et ses enjeux.


Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Tous les Livres Blancs
Serverless

Serverless

En quelques années, le Serverless – ou informatique sans serveur – est devenu une nouvelle corde à l’arc des architectes logiciels et développeurs afin de créer des applications. La technologie est...

Le Cybercrime as a Service

Le Cybercrime as a Service

Le ministère de l’Intérieur a évoqué, dans son rapport annuel 2019 sur les menaces liées au numérique, le développement d’outils malveillants « clés en main ». Le...

Intégration continue

Intégration continue

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter les pratiques DevOps pour leurs projets informatiques. L’intégration continue (CI), le déploiement et la livraison en continu (CD) sont devenus partie...

RSS
Afficher tous les dossiers

STOCKAGE : NVMe s'impose, Fichier et Objet se rapprochent, Solutions de stockage pour TPE/PME - La 5G... et après ? - Le LiFi au lycée - L'IA au service du recrutement - Cybersécurité : externaliser jusqu'où ? - Windows et Linux, la fusion continue - Les meilleurs outils pour les cours à distance - YesWeHack à l'assaut du monde - Rencontre avec Armand Thiberge, CEO de SendInBlue...

 

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, sort de son domicile, le 17 novembre 2020 à Vancouver, au CanadaLe géant chinois des télécoms Huawei discute d'un accord avec l'administration américaine qui permettrait à sa directrice financière Meng Wanzhou de regagner la Chine, deux ans après son arrestation au Canada, affirme jeudi le Wall Street Journal (WSJ). [Lire la dépêche...]

Au siège de Facebook à Menlo Park en Californie, le 23 octobre 2019Les autorités américaines ont lancé jeudi des poursuites judiciaires pour "discrimination" à l'embauche contre Facebook, accusé d'avoir réservé des postes à des salariés étrangers au détriment des Américains, deux jours après avoir subi un revers sur le gel de visas très utilisés dans la tech. [Lire la dépêche...]

Dans une unité de production d'adjuvant pour le vaccin du Covid-19 de GlaxoSmithKline, à Saint-Amand-les-Eaux dans le nord de la France, le 3 décebre 2020
Les vaccins contre le coronavirus suscitent la convoitise des cybercriminels qui multiplient les attaques pour perturber leur acheminement ou s'emparer de secrets industriels, contraignant les laboratoires et les acteurs de la chaîne logistique à redoubler de vigilance. [Lire la dépêche...]

Au siège de Facebook à Menlo Park, en Californie, le 23 octobre 2019Régulièrement vilipendé pour laisser passer trop de messages haineux et racistes, Facebook modifie actuellement ses algorithmes pour réprimer plus sévèrement les insultes contre les minorités tout en cessant de retirer systématiquement les attaques contre les personnes d'origine caucasienne, les hommes ou les Américains. [Lire la dépêche...]

Google épinglé par l'administration américaine pour la surveillance de ses employésUne agence fédérale a donné mercredi deux semaines au géant du numérique Google pour répondre à des accusations de surveillance, interrogatoire et usage d'autres méthodes à l'encontre de ses employés militants. [Lire la dépêche...]

Twitter a décidé mercredi d'élargir sa définition des messages à caractère haineux en interdisant toute publication qui Twitter a décidé mercredi d'élargir sa définition des messages à caractère haineux en interdisant toute publication cherchant à déshumaniser selon des critères raciaux, ethniques ou de nationalité.   [Lire la dépêche...]

Le gratte-ciel Salesforce à San FranciscoSalesforce, le spécialiste des technologies de relation client, s'est offert Slack pour près de 28 milliards de dollars, une acquisition qui le place en meilleure position pour concurrencer Microsoft, mais ne le dispensera sans doute pas d'autres investissements s'il veut faire de l'ombre au géant informatique. [Lire la dépêche...]

Facebook a annoncé mardi le lancement en janvier prochain au Royaume-Uni de Facebook News, sa section d'informations diffusant des articles de presse contre rémunération pour les éditeursFacebook a annoncé mardi le lancement en janvier prochain au Royaume-Uni de Facebook News, sa section d'informations diffusant des articles de presse contre rémunération pour les éditeurs.  [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE TO YOU : DREAMTX

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce dans un format 2020 100% online et gratuit avec deux temps forts : pour le keynote de Marc Benioff et du 14 au 17 décembre pour DreamTX, 4 jours d'ateliers et de démonstrations. En revanche pas de sessions de formation et de certification cette année. Organisé par Salesforce.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Pour une cybersécurité coopérative et collaborative", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 6, 7 et 8 avril 2021 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 mai 2021 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT