X
Le rack. La pièce essentielle de votre infrastructure informatique

News Partenaire

Le rack. La pièce essentielle de votre infrastructure informatique

Protégez et alimentez vos équipements IT grâce au rack le plus polyvalent au monde pour les environnements IT exigeants : le rack NetShelter et les bandeaux de prises rackables APC by Schneider Electric.
Choisissez les racks informatiques et les bandeaux de prises APC pour une tranquillité d'esprit totale !

STOCKAGE#5 : De l’hyperconvergence au composable

Les environnements hyperconvergents (hci) prennent une place de plus en plus grande, mais connaissent certaines limites que les infrastructures composables essaient de corriger.

HPE Synergy, le serveur composable d'HPE.

Si les systèmes convergents, qui combinent seulement puissance de calcul et stockage, semblent stagner, si l’on en croit les chiffres du 2e trimestre fournis par les cabinets d’analystes comme IDC, le segment de l’hyperconvergence continue lui de connaître une forte croissance. En plus du calcul et du stockage, les baies hyperconvergentes ajoutent la supervision par la console d’administration qui gère les machines virtuelles installées sur la baie. Au 2e trimestre de cette année, il s’est vendu pour 1,5 milliard de dollars de ce type de systèmes, en croissance de 78 % d’une année sur l’autre. Cela représente désormais 46 % des systèmes convergents au sens large – convergents et hyperconvergents.

Tout comme pour le stockage objet, la plupart des grands fournisseurs de serveurs ou de stockage ont une gamme hyperconvergente. En tête VMware, de la galaxie Dell EMC, avec ses VXRack ou Rail. Selon les trimestres et les machines prises en compte, VMware est premier ou deuxième du secteur derrière Nutanix. Pure player de l’hyperconvergence, Nutanix s’appuie maintenant sur un modèle purement logiciel et certifie certaines machines ou configurations pour déployer sa solution. Dell est ainsi un partenaire de Nutanix et vend beaucoup d’appliances hyperconvergentes accueillant le logiciel de Nutanix. Cela semble étonnant que l’allié de VMware puisse vendre autre chose que son propre produit mais les demandes sont telles que Dell continue ce partenariat qui avait sa logique propre : pour les clients fortement virtualisés avec VMware, Vx Rack, pour les clients ayant fait le choix d’Hyper-v de Microsoft, Nutanix.

Les besoins en puissance de calcul et en stockage peuvent diverger

Avec son propre hyperviseur, Acropolis, Nutanix essaie de plus d’attirer des clients sous l’hyperviseur de VMware vers d’autres cieux. Bref, s’il n’y a pas de conflit entre les deux officiellement, la tension monte mais on fait « business as usual ». Nutanix a d’ailleurs développé d’autres partenariats avec Lenovo et IBM pour porter sa solution sur Power, le processeur d’IBM. Derrière ces deux leaders indiscutables, Simplivity, désormais dans le giron de HPE, entame une remontée. Étonnamment, ce système hyperconvergent, qui était plutôt destiné aux grandes PME lorsque l’entreprise était indépendante, devient un fer de lance de la consolidation et du renouvellement chez les clients des serveurs de chez HPE. Cisco, Datacore, HTBase, Huawei, Pivot 3, Scale Computing, Stratoscale sont les autres acteurs majeurs de ce marché.

Si le secteur se porte bien il connaît cependant un point critique. Lors de l’évolution du système, les besoins en puissance de calcul et en stockage peuvent diverger. Le simple ajout de nœud fait que l’utilisateur risque de se retrouver avec de la puissance de calcul inutile ou de la capacité de stockage excédentaire. Les offreurs de solutions hyperconvergentes ont tout d’abord essayé de contourner le problème en multipliant les configurations et les architectures de références. Industriellement parlant, cette solution semblait peu viable. Des constructeurs ont donc eu l’idée de décorréler cette évolution et de proposer ce que l’on appelle une architecture composable pour permettre au client d’utiliser la bonne puissance de calcul ou de rester au plus juste de ses besoins pour la capacité de stockage.

Le composable ou l’hyperconvergent décomposé

Le premier constructeur à avoir présenté cette idée a été HPE avec ses machines Synergy. Dans un rack hyperdense, la machine regroupe des serveurs x86 et du stockage SSD, le tout supervisé par le logiciel One View. One View Composer, qui réside sur un serveur dédié qui permet d’affecter « à la volée » telle unité de traitement avec telle application et le volume de stockage désiré pour répondre aux besoins spécifiques d’une application ou à la charge de travail qu’elle requiert. L’ensemble est complété par une infrastructure réseau qui gère à la fois le réseau entre les serveurs mais aussi vers le Cloud ou les autres éléments distants. Le « plus » : ce réseau peut être lui-même virtualisé, simplifiant la mise en œuvre du SDN (Software Defined Network). Cette fonction est apportée par Plexxi, une entreprise de supervision réseau récemment acquise par HPE. Des plug-ins dans Plexxi autorisent de plus des intégrations avec la plupart des environnements hyperconvergents du marché. Et la virtualisation du réseau permet d’améliorer le niveau de sécurité avec la mise en œuvre de la micro-segmentation sur les VLan. Fortement lié au logiciel, Synergy permet réellement de mettre en place une « Infrastructure As A Code » pour les développeurs. La configuration demande d’une à quelques lignes de codes. HPE annonçait 1 400 clients autour de sa solution en août dernier.

Plus récemment, NetApp a annoncé une solution d’hyperconvergence qui reprend peu ou prou les principes d’une infrastructure composable. Sa solution, du nom de HCI, reprend les environnements de VMware. Les clients peuvent ainsi moduler la solution en fonction de leur besoin : plus de calcul ou plus de stockage. Le pilotage de l’ensemble est assuré par les logiciels de Solidfire. À son tour, Dell s’est mis sur les rangs avec le PowerMax MX qui, lui aussi, combine calcul, stockage et réseau, offrant aux clients « une véritable désagrégation des architectures serveurs » et « une totale composabilité qui permet une vitesse comparable à celle du Cloud », a expliqué à CRN Brian Payne, responsable du marketing de la nouvelle offre.

Des performances équivalentes à des environnements « bare metal »

DriveScale est une entreprise récente créée en 2013 par Tom Lyon et Satya Nishtala, deux anciens cadres de Sun Microsystems et de Cisco. La jeune pousse propose une architecture software pour composer une infrastructure répondant aux besoins des tâches dans le Cloud par le biais du switch réseau. La solution de l’éditeur compose l’infrastructure hardware à la volée en combinant calcul et stockage nécessaire à la juste charge pour exécuter une application avec des performances équivalentes à des environnements « bare metal » et du stockage attaché directement (DAS, Direct Attached Storage) sans nécessiter de changement à l’application. De la même manière, l’environnement se redéploie en cas de changement pour s’adapter au plus juste.

La solution se compose d’un logiciel, DriveSCale Management System qui collecte les données, réalise la composition et la configuration des clusters, gère les contraintes et supervise le statut logique et physique des clusters. Les informations sont envoyées vers la console par des agents (placés sur des serveurs Linux pour l’instant) et qui peuvent être déployés automatiquement.

L’ensemble est centralisé au travers d’un portail en Cloud pour l’administration des différents sites tout en gérant les mises à jour, la revue des logs, la documentation… Tous les échanges se réalise par le switch réseau, appelé Adapter dans le vocabulaire de DriveScale, et les switchs « top of the rack » pour les éléments du cluster.

Le principal avantage de la solution est de combiner l’agilité du Cloud et les performances du « bare metal » avec une administration simplifiée par logiciel pour des adaptations et des déploiements réellement dynamiques et en temps réel.

L'architecture de la solution de DriveScale.

Cet article est extrait du dossier Stockage paru dans L'Informaticien n°172.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Stockage

Cybersécurité de l'industrie

Cybersécurité de l'industrie

Mis à part les OIV, bon nombre d’installations industrielles françaises sont vulnérables aux cyberattaques. Système non mis à jour, absence de briques de sécurité de base et défense...

Le stockage s'unifie

Le stockage s'unifie

Jusqu’à présent, on marquait la différence entre stockage primaire, stockage secondaire et archivage. Les baies et les logiciels étaient spécifiques. Ce n’est plus le cas et les variations...

Ville numérique

Ville numérique

Sa transformation numérique, voilà bientôt trente ans que la commune francilienne la fait. Un processus permanent qui voit intervenir de nombreux acteurs mais poursuit un seul et même but : simplifier la vie de...

Epitech Digital

Epitech Digital

Ils restent les "oiseaux rares" des recrutements IT et les entreprises en cours de digitalisation se les arrachent. Ce sont les profils hybrides, alliant compétences techniques et business, capables de discuter aussi bien avec le DSI que...

Suprématie quantique

Suprématie quantique

Le mystère reste entier. Un article publié sur le site de la NASA fait état de l’avancée majeure obtenue par l’équipe de recherche de Google. Or, le retrait précipité de l’article...

RSS
Afficher tous les dossiers

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Mercredi, un accord commercial préliminaire a été signé à Washington entre les deux premières puissances économiques mondiales. Il constitue une trêve dans la guerre commerciale qu'ils se mènent depuis 2018Le secteur américain des technologies a poussé cette semaine un soupir de soulagement avec l'adoption durement négociée d'une trêve commerciale, mais de nombreuses questions restent en suspens.  [Lire la dépêche...]

L'application TikTok annonce l'installation d'un centre régional en Europe, localisé à DublinL'application TikTok, prisée des adolescents pour ses formats vidéo courts et ludiques, a annoncé vendredi l'installation d'un centre régional en Europe, localisé à Dublin. [Lire la dépêche...]

L'analyse des données personnelles pourrait permettre Nous sommes en 2035. Un candidat à l'immigration veut s'installer en France, mais l'analyse de ses faits et gestes grâce au big data laisse penser aux autorités qu'il ne s'intègrera pas correctement. Sa demande est rejetée. Science-fiction? Pas sûr, pense l'OCDE. [Lire la dépêche...]

Des analystes s'accordent à dire que Téhéran n'a pas renoncé à venger la mort du général Soleimani et fourbit une riposte sur le front numériqueDes cyberattaques plutôt que des missiles: le spectre d'une guerre ouverte entre l'Iran et les Etats-Unis semble se dissiper mais des analystes s'accordent à dire que Téhéran n'a pas renoncé à venger la mort du général Soleimani et fourbit une riposte sur le front numérique.  [Lire la dépêche...]

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, à Paris le 7 janvier 2020La France a fait des "propositions" aux Etats-Unis, dont le principe d'une progression "par étape", pour les rallier à l'accord international en cours de négociations à l'OCDE sur la taxation du numérique, a annoncé vendredi le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire. [Lire la dépêche...]

Au salon du divertissement électronique de Los Angeles, le 14 juin 2017Les Américains ont dépensé moins en jeux vidéos en 2019 que l'année précédente, dans l'attente du lancement de services de streaming par des géants de l'industrie, a-t-on appris jeudi dans un rapport.  [Lire la dépêche...]

Numéro deux sur le marché des smartphones, champion des équipements télécoms, le fleuron technologique chinois Huawei intrigue autant qu'il inquiète, et ce dans le monde entier, à l'heure où le déploiement de la 5G ravive les interrogations sur la sécurisation des réseaux. [Lire la dépêche...]

Microsoft a promis jeudi que son empreinte carbone serait négative d'ici à 2030, affichant sa volonté de lutter contre le changement climatiqueMicrosoft a promis jeudi que son empreinte carbone serait négative d'ici à 2030, dans un contexte de pression accrue sur les grandes entreprises pour répondre au défi climatique.  [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

RENCONTRES AMRAE

Les 28èmes Rencontres de l'AMRAE (Association française des professionnels de la gestion des risques et des assurances), le congrès annuel de référence des métiers du risque et des assurances, ont lieu du 5 au 7 février 2020 à Deauville (Centre International) sur le thème : "Risque(s) en puissance(s)". Organisées par l'AMRAE.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, IT Partners a lieu les 11 et 12 mars 2020 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie