X
CA Technologies étend les outils de l’usine à logiciel

News Partenaire

CA Technologies étend les outils de l’usine à logiciel

L’éditeur américain a convié au printemps dernier quelques journalistes et analystes à visiter son laboratoire de Santa Clara et a profité de l’occasion pour présenter des nouveaux produits dans le domaine du DevOps et de la sécurité.


STOCKAGE#1 : 2018 aura été l’année NVMe

Encore émergent l’année d’avant, le non volatile memory on express (NVMe) s’est imposé en 2018 chez la plupart des constructeurs et fournisseurs de solutions de gestion de données. Premier volet du dossier stockage paru dans L’Informaticien n°172.

HPE Nimble.

Si 2017 avait vu le démarrage du NVMe (Non Volatile Memory on Express) dans les baies de stockage, 2018 a été sa consécration chez la plupart des constructeurs. Il représente une évolution importante en termes de performance et de latence. Cette spécification permet à la technologie Flash de faire un usage optimal des capacités du bus PCI Express (Peripheral Component Interconnect Express). Auparavant les disques Flash étaient interfacés avec les SATA ou SCSI. La limite de cela était que ces bus avaient été optimisés pour les disques durs classiques. Les disques Flash se « déguisaient » en disques durs mais on ne tirait donc pas totalement avantage de la technologie Flash.

La spécification NVMe autorise, elle, l’utilisation d’un bus plus efficace et plus direct et optimise l’utilisation du Flash dans le stockage. Grâce à cela, la latence est fortement réduite. Les constructeurs de baies de stockage proposent de manière habituelle des latences aux alentours de 100 microsecondes soit des latences plus faibles d’un facteur 4 à 10 vis-à-vis des générations précédentes. La technologie autorise aussi un traitement plus grand d’IOPS par un nombre de files d’attente plus important via l’utilisation du parallélisme.

Le protocole NVMe prend en charge jusqu’à 64 000 commandes par file d’attente et jusqu’à 64 000 files d’attente par périphérique, alors que les disques SAS standard ne prennent en charge que 256 commandes dans une seule file d’attente et les lecteurs SATA ne supportent que 32 commandes par file. En outre, la technologie supporte le multipathing ce qui permet d’optimiser le routage des données pour le traitement.

Une technologie évolutive

La spécification peut évoluer et déjà pointe sur le marché le NVMoF (NVM over Fabric). Ce standard permet à l’interface NVMe de se connecter par des réseaux compatibles RDMA (Remote Direct Memory Access). Couplé avec Ethernet ou Infiniband, le standard va contourner la principale limite d’aujourd’hui, le réseau. Par le biais du RDMA, les données en mémoire peuvent être transférées des serveurs vers l’équipement de stockage, sans ou avec peu de puissance processeur. Les performances sont alors bien supérieures à celles obtenues par le traitement par des SSD locaux du fait que les files d’attentes n’engorgent pas la CPU qui devient dans ce cas le goulet d’étranglement. Certains constructeurs ont d’ailleurs contourné le problème en utilisant les multiples cœurs de processeurs graphiques, en particulier ceux de NVidia qui devient un acteur majeur dans le domaine.

Une baie Huawei OceanStor NVMe.

Proposé par l’ensemble du marché

Pure Storage a lancé le bal en début d’année en indiquant vouloir intégrer le NVMe dans toutes ses baies de stockage de la série X qui préadoptent le protocole NVMoF. La FlashArray//X90 propose une capacité effective de 3 Po – après déduplication et compression – dans un rack 6U. Cette baie offre des latences de 250 µs et des performances jusqu’à deux fois plus élevées que la précédente génération. L’idée est d’approcher les performances des stockages directement attachés. Ces baies représentent aujourd’hui 60 % des ventes de Pure Storage en France.

Depuis lors les autres constructeurs ont suivi. IBM a annoncé le support du NVMoF pour l’ensemble de son portefeuille de stockage à la fin du troisième trimestre de cette année. Ce support est réalisé sur l’ensemble des protocoles de communication : FC, Ethernet et Infiniband.

La galaxie Dell EMC n’est pas en reste avec l’annonce de son PowerMax, qui prend le relais du Vmax. Cette série de baies supporte de bout en bout NVMe et affiche la possibilité de traiter 10 millions d’IOPS pour sa baie PowerMax 8000. Avec cette architecture, Dell EMC s’ouvre la voie du SCM (Storage Class Memory) qui, en termes de rapidité, se placera entre la DRAM volatile et les systèmes Flash, en apportant du stockage persistant.

Micron produit déjà en volume

Quasiment dans le même temps, HPE annonçait le support du NVMe pour ses baies issues du rachat de Nimble Storage. L’exploitation de la technologie devra cependant attendre que les prix des disques NVMe baissent. Les prix devraient devenir compétitifs durant l’année prochaine et des fabricants comme Micron produisent déjà des disques NVMe en volume et en quantité suffisante. Il reste cependant qu’aujourd’hui ce sont plutôt les fournisseurs de Cloud qui les utilisent. Les entreprises devraient s’y convertir plus tard.

NetApp s’est aussi placé sur cette technologie avec sa baie AFF 8000 qui complète par le haut ses baies AFF 700 et 700s. Se présentant sous la forme d’un système Rack bicontrôleur de 4U, elle propose 48 emplacements pour disques NVMe à deux ports. La baie combine des disques NVMe et des disques Flash SAS. Cet hybride peut supporter un maximum de 240 disques SSD pour une capacité brute maximale de 6,6 Po et une capacité utile de 26,4 Po. Le constructeur a annoncé aussi le support prochain du NVMoF sur Fibre Channel (FC) qui sera intégré à la prochaine mouture de l’OS de stockage maison, OnTap 9.4. L’OS étendra le support de FC-NVMe aux baies Flash existantes du constructeur.

Plus récemment, DDN (DataDirect Networks) indiquait refondre son offre Exascaler via des disques NVMe avec 24 SSD NVMe à double port dans des châssis rack 2U.

Modèle purement logiciel

D’autres acteurs sont très actifs dans le domaine : Excelero, Apeiron, Vexata, E8 et Kaminario. Il est à noter que les deux dernières entreprises citées se tournent désormais vers un modèle purement logiciel et ont arrêté de fournir des appliances. E8 a certifié des serveurs de HPE, Dell EMC et Lenovo pour accueillir sa solution de stockage haute performance NVMe. Vexata pense lui aussi à une version 100 % logicielle de son offre.

On le voit, la concurrence est rude sur les environnements haut de gamme et le NVMe est le fer de lance des constructeurs pour les environnements demandant à la fois performance en IOPS et une faible latence. Le NVMe devient le nouveau standard. Si les gros consommateurs du monde du Cloud se sont déjà convertis, les entreprises devraient cependant mettre plus de temps à adopter pleinement le NVMe, même si la demande est forte selon les différents constructeurs.

Cet article est extrait du dossier Stockage paru dans L'Informaticien n°172.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Stockage


5G et sécurité

5G et sécurité

Des faiblesses subsistent dans certains protocoles hérités de la 4G et même de la 3G. Le niveau de sécurité de la 5G sera-t-il à la hauteur des enjeux ? Quelques éléments de réponse ici.

Solutions cloud on-premise

Solutions cloud on-premise

Le Cloud public s’invite dans les infrastructures privées des entreprises. Après Microsoft, c’est au tour d’AWS de proposer un service cloud public sous forme de serveur matériel. Est-ce là le moyen...

RSS
Afficher tous les dossiers

BIG DATA : la maturité ! marché, technologies, retours d'expérience - L'informatique du Grand Débat - Google & les DSI : des armes de séduction fatales ? - Dataops ou quand les méthodes agiles rencontrent le Big Data - Entretien avec Luc Julia, co-créateur de Siri - Tests assistants vocaux avec écrans...

 

CYBER-RÉSILIENCE : une question d'anticipation - Tendances 2019 : Edge, SD-Wan, Cloud hybride, collaboratif, IA/deep learning, Blockchain, SaaS - 5G enjeux sécurité - Cloud chez soi : idée géniale ou idiote ? - Fin des mainframes ? - Langages les plus buggés - Véhicules autonomes : les débouchés pour les informaticiens...

 

ENQUÊTE IAM / IAG : identité, la question de confiance - Cloud Act : Y a-t-il un problème ? - Le reCAPTCHA de Google est-il conforme au RGPD ? - Reportage Eset à Bratislava : À l’Est du nouveau - Les objets connectés, nouvelle cible privilégiée des pirates - Dans l’armurerie de Deutsche Telekom - Portrait John Fokker, tall guy, smart guy...

 

Afficher tous les derniers numéros

Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Au cours de l'année 2018, VansonBourne a mené une enquête pour le compte de Nutanix afin de connaître les intentions des entreprises en matière d'adoption de clouds privés, hybrides et publics.

 


Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Google a promis mardi de révolutionner le monde du jeu vidéo, en lançant cette année une plateforme permettant de jouer en streaming, mais aussi en dévoilant une nouvelle manette ou encore en lançant son propre studio de création. [Lire la dépêche...]

La Commission européenne a infligé mercredi pour la troisième fois en moins de deux ans une forte amende au géant américain de l'internet Google, l'accusant de nouveau de pratiques anticoncurrentielles dans l'UE. [Lire la dépêche...]

Une balance de la justiceLe procès d'un des cyberharceleurs soupçonné d'avoir menacé la journaliste Nadia Daam, après une chronique sur Europe 1 dans laquelle elle dénonçait une campagne de haine à l'encontre de deux militants féministes, a débuté mercredi soir à Rennes. [Lire la dépêche...]

Une réplique de l'engin spatial Orion de Lockheed Martin, le 12 mars 2019 à Austin (Texas)Une fois qu'un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel que des logiciels ou systèmes d'exploitation embarqués. [Lire la dépêche...]

Facebook déploiera fin mars son dispositif de transparence en matière de publicités politiques au sein de l'UE
Facebook déploiera fin mars son dispositif de transparence en matière de publicités politiques au sein de l'UE, dans le cadre de ses efforts pour endiguer les tentatives de manipulations avant les élections européennes de mai, a confirmé mercredi une responsable du groupe. [Lire la dépêche...]

Harald Krueger, le patron du constructeur allemand BMW, présente les résultats 2018 de la marque, le 20 mars 2018 à MunichBénéfices en baisse, suppressions d'emplois, programmes d'économies: l'électrification des voitures, nécessaire pour respecter les normes environnementales européennes, malmène d'ores et déjà un secteur automobile allemand divisé sur la meilleure stratégie pour engager sa mue. [Lire la dépêche...]

Des parlementaires américains ont demandé mardi aux dirigeants de quatre géants de l'internet de venir s'expliquer sur la prolifération en ligne de la vidéo du massacre perpétré vendredi dans une mosquée de Nouvelle-Zélande, qui avait été diffusée en direct sur Facebook par le tireur. [Lire la dépêche...]

Jade Raymond la patronne du nouveau studio de création de jeux vidéos de Google mardi pour le lancement de Stadia, la plateforme de streaming de jeux du géant de l'internet En mettant la puissance de son "cloud" informatique au service du jeu vidéo, Google ouvre de nouveaux horizons --quasi-illimités-- aux créateurs de jeu comme aux "gamers", qui pourront maintenant jouer en streaming. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

IOT WORLD

IoT World se tient, en parallèle de Cloud Computing World Expo et de Solutions Datacenter Management, les 20 et 21 mars 2019 à Paris, Porte de Versailles (Hall 5.2). Organisée par Cherche Midi Expo.

LAVAL VIRTUAL

Salon des nouvelles technologies et usages du virtuel (réalité virtuelle et augmentée), Laval Virtual se tient du 20 au 24 mars 2019 à Laval (salle polyvalente, place de Hercé). Organisé par l'association Virtual Laval.
WINDEV TECH TOUR 24 est une série de séminaires gratuits 100% techniques autour des produits WINDEV, WEBDEV et WINDEV Mobile dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Bordeaux (Talence) le mercredi 20 mars de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
RSS
Voir tout l'AgendaIT