X

News Partenaire

Conformité d’un hébergeur cloud au RGPD : des preuves techniques ?

A l’heure où le règlement général sur la protection des données va entrer en application, entreprises et administrations se demandent toujours comment procéder. Certaines décident d’y aller seules, d’autres se tournent vers des hébergeurs cloud pour les aider et les accompagner. Agarik assume ce rôle en mettant en avant son expertise en matière de sécurité.

STOCKAGE#1 : 2018 aura été l’année NVMe

Encore émergent l’année d’avant, le non volatile memory on express (NVMe) s’est imposé en 2018 chez la plupart des constructeurs et fournisseurs de solutions de gestion de données. Premier volet du dossier stockage paru dans L’Informaticien n°172.

HPE Nimble.

Si 2017 avait vu le démarrage du NVMe (Non Volatile Memory on Express) dans les baies de stockage, 2018 a été sa consécration chez la plupart des constructeurs. Il représente une évolution importante en termes de performance et de latence. Cette spécification permet à la technologie Flash de faire un usage optimal des capacités du bus PCI Express (Peripheral Component Interconnect Express). Auparavant les disques Flash étaient interfacés avec les SATA ou SCSI. La limite de cela était que ces bus avaient été optimisés pour les disques durs classiques. Les disques Flash se « déguisaient » en disques durs mais on ne tirait donc pas totalement avantage de la technologie Flash.

La spécification NVMe autorise, elle, l’utilisation d’un bus plus efficace et plus direct et optimise l’utilisation du Flash dans le stockage. Grâce à cela, la latence est fortement réduite. Les constructeurs de baies de stockage proposent de manière habituelle des latences aux alentours de 100 microsecondes soit des latences plus faibles d’un facteur 4 à 10 vis-à-vis des générations précédentes. La technologie autorise aussi un traitement plus grand d’IOPS par un nombre de files d’attente plus important via l’utilisation du parallélisme.

Le protocole NVMe prend en charge jusqu’à 64 000 commandes par file d’attente et jusqu’à 64 000 files d’attente par périphérique, alors que les disques SAS standard ne prennent en charge que 256 commandes dans une seule file d’attente et les lecteurs SATA ne supportent que 32 commandes par file. En outre, la technologie supporte le multipathing ce qui permet d’optimiser le routage des données pour le traitement.

Une technologie évolutive

La spécification peut évoluer et déjà pointe sur le marché le NVMoF (NVM over Fabric). Ce standard permet à l’interface NVMe de se connecter par des réseaux compatibles RDMA (Remote Direct Memory Access). Couplé avec Ethernet ou Infiniband, le standard va contourner la principale limite d’aujourd’hui, le réseau. Par le biais du RDMA, les données en mémoire peuvent être transférées des serveurs vers l’équipement de stockage, sans ou avec peu de puissance processeur. Les performances sont alors bien supérieures à celles obtenues par le traitement par des SSD locaux du fait que les files d’attentes n’engorgent pas la CPU qui devient dans ce cas le goulet d’étranglement. Certains constructeurs ont d’ailleurs contourné le problème en utilisant les multiples cœurs de processeurs graphiques, en particulier ceux de NVidia qui devient un acteur majeur dans le domaine.

Une baie Huawei OceanStor NVMe.

Proposé par l’ensemble du marché

Pure Storage a lancé le bal en début d’année en indiquant vouloir intégrer le NVMe dans toutes ses baies de stockage de la série X qui préadoptent le protocole NVMoF. La FlashArray//X90 propose une capacité effective de 3 Po – après déduplication et compression – dans un rack 6U. Cette baie offre des latences de 250 µs et des performances jusqu’à deux fois plus élevées que la précédente génération. L’idée est d’approcher les performances des stockages directement attachés. Ces baies représentent aujourd’hui 60 % des ventes de Pure Storage en France.

Depuis lors les autres constructeurs ont suivi. IBM a annoncé le support du NVMoF pour l’ensemble de son portefeuille de stockage à la fin du troisième trimestre de cette année. Ce support est réalisé sur l’ensemble des protocoles de communication : FC, Ethernet et Infiniband.

La galaxie Dell EMC n’est pas en reste avec l’annonce de son PowerMax, qui prend le relais du Vmax. Cette série de baies supporte de bout en bout NVMe et affiche la possibilité de traiter 10 millions d’IOPS pour sa baie PowerMax 8000. Avec cette architecture, Dell EMC s’ouvre la voie du SCM (Storage Class Memory) qui, en termes de rapidité, se placera entre la DRAM volatile et les systèmes Flash, en apportant du stockage persistant.

Micron produit déjà en volume

Quasiment dans le même temps, HPE annonçait le support du NVMe pour ses baies issues du rachat de Nimble Storage. L’exploitation de la technologie devra cependant attendre que les prix des disques NVMe baissent. Les prix devraient devenir compétitifs durant l’année prochaine et des fabricants comme Micron produisent déjà des disques NVMe en volume et en quantité suffisante. Il reste cependant qu’aujourd’hui ce sont plutôt les fournisseurs de Cloud qui les utilisent. Les entreprises devraient s’y convertir plus tard.

NetApp s’est aussi placé sur cette technologie avec sa baie AFF 8000 qui complète par le haut ses baies AFF 700 et 700s. Se présentant sous la forme d’un système Rack bicontrôleur de 4U, elle propose 48 emplacements pour disques NVMe à deux ports. La baie combine des disques NVMe et des disques Flash SAS. Cet hybride peut supporter un maximum de 240 disques SSD pour une capacité brute maximale de 6,6 Po et une capacité utile de 26,4 Po. Le constructeur a annoncé aussi le support prochain du NVMoF sur Fibre Channel (FC) qui sera intégré à la prochaine mouture de l’OS de stockage maison, OnTap 9.4. L’OS étendra le support de FC-NVMe aux baies Flash existantes du constructeur.

Plus récemment, DDN (DataDirect Networks) indiquait refondre son offre Exascaler via des disques NVMe avec 24 SSD NVMe à double port dans des châssis rack 2U.

Modèle purement logiciel

D’autres acteurs sont très actifs dans le domaine : Excelero, Apeiron, Vexata, E8 et Kaminario. Il est à noter que les deux dernières entreprises citées se tournent désormais vers un modèle purement logiciel et ont arrêté de fournir des appliances. E8 a certifié des serveurs de HPE, Dell EMC et Lenovo pour accueillir sa solution de stockage haute performance NVMe. Vexata pense lui aussi à une version 100 % logicielle de son offre.

On le voit, la concurrence est rude sur les environnements haut de gamme et le NVMe est le fer de lance des constructeurs pour les environnements demandant à la fois performance en IOPS et une faible latence. Le NVMe devient le nouveau standard. Si les gros consommateurs du monde du Cloud se sont déjà convertis, les entreprises devraient cependant mettre plus de temps à adopter pleinement le NVMe, même si la demande est forte selon les différents constructeurs.

Cet article est extrait du dossier Stockage paru dans L'Informaticien n°172.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Stockage


Test Huawei P30 Pro

Test Huawei P30 Pro

Disponible en France depuis le 5 avril dernier, le P30 Pro est le nouveau porte-étendard du fabricant chinois Huawei. Six mois après la sortie du Mate 20 Pro, le P30 Pro attire tous les regards à cause de ses innovations,...

Coût du Cloud

Coût du Cloud

Loué pour sa flexibilité et le passage d’un mode Capex à Opex, le cloud public séduit son monde. mais à la fin du mois, la facture est parfois salée ! Il existe pourtant des méthodes...

Anthos

Anthos

Mardi 9 avril, au Moscone North à San Francisco, Google a jeté un pavé dans le cloud en dévoilant Anthos, il s’agit d’une offre de services managés hybride et multicloud, construite sur Kubernetes, ...

RSS
Afficher tous les dossiers

OUTILS COLLABORATIFS : comment ils rendent l'entreprise plus agile - F8, Build, I/O, WWDC : Conf. développeurs, les annonces à retenir, les produits à venir - Supercalculateurs : l'Europe contre-attaque ! - DevSecOps, la sécurité au coeur du changement - Vendre et échanger des données - Migrer d'Oracle DB vers PostgreSQL - Ghidra : le framework de la NSA en Open Source...

 

LE NOUVEL ÂGE DU CLOUD : conteneurisation, services managés et FinOps - Comment faire baisser la facture du Cloud - 2014-2019 : l'avènement d'une Europe du numérique ? - Le défi technique de la 5G - Les entreprises face à l'agilité généralisée - Visual Studio 2019 - Recettes IFTTT - Test Huawei P30 Pro : le roi de la photo !...

 

SMARTPHONES PLIABLES : juste un truc de geeks ? - Toutes les nouveautés du MWC - La 5G en entreprise - Kit de survie en mobilité - La faillite du "10 nm" chez Intel - DaaS : la fièvre du "as a service" gagne le desktop - Identifier les bugs grâce à l'IA - Développeurs : les meilleures plates-formes pour le recrutement - Inner source : de nouvelles communautés open source...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Image de synthèse de la voile solaire LightSail 2 déployée en orbite, par The Planetary SocietyDans quelques jours, une fusée Falcon Heavy de SpaceX va lancer depuis la Floride un satellite de la taille d'un pain et équipé d'une immense voile en polyester brillant: une "voile solaire", son unique moyen de propulsion. [Lire la dépêche...]

Le logo de la cryptomonnaie LibraL'entrée de Facebook dans l'univers nébuleux des cryptomonnaies pourrait, en cas de succès, constituer un tournant majeur pour le réseau social tant critiqué, qui a besoin de se diversifier au-delà de son modèle économique fondé sur la publicité et les données personnelles. [Lire la dépêche...]

Si le smartphone est devenu, par son usage, un symbole de la mondialisation et de la technologie pour tous, il en est également un pur produit, avec des composants provenant bien souvent d'un peu partout dans le monde.Si le smartphone est devenu, par son usage, un symbole de la mondialisation et de la technologie pour tous, il en est également un pur produit, avec des composants provenant bien souvent d'un peu partout dans le monde. [Lire la dépêche...]

La Cnil, le gendarme français des données personnelles, a condamné à 20.000 euros d'amende une petite entreprise parisienne de traduction de neuf salariés pour avoir notamment maintenu un système de vidéosurveillance trop intrusifLa Cnil, le gendarme français des données personnelles, a condamné à 20.000 euros d'amende une petite entreprise parisienne de traduction de neuf salariés pour avoir notamment maintenu un système de vidéosurveillance trop intrusif. [Lire la dépêche...]

Avec sa monnaie virtuelle Libra, Facebook veut bouleverser le système financier mondial, de quoi donner des sueurs froides à certains Etats, inquiets de voir des entreprises privées s'engager sur ce terrain. [Lire la dépêche...]

Le logo de Sanofi, le 30 avril 2019 à ParisLe premier groupe pharmaceutique français Sanofi et le géant mondial du numérique Google ont annoncé mardi une nouvelle collaboration sous la forme d'un laboratoire "virtuel" d'innovation, pour développer de futurs médicaments et services en tirant parti des technologies de données. [Lire la dépêche...]

Vue de la plateforme Pharos, le 23 janvier 2018La plateforme de signalements des contenus illicites Pharos, qui fête ses dix ans cette année, a comptabilisé en 2018 plus de 163.000 signalements, essentiellement pour des escroqueries, un taux quasiment stable par rapport à 2017 (153.586). [Lire la dépêche...]

Trois hommes soupçonnés d'animer le forum French Deep Web-Market (FDW-M), Trois hommes soupçonnés d'animer le forum French Deep Web-Market (FDW-M), "la plus importante plateforme du dark web francophone" selon les autorités, ont été mis en examen quatre jours après le démantèlement par la douane de ce carrefour de la vente illégale de drogues, armes et faux papiers. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

HACK IN PARIS

Pour sa 9ème édition la conférence Hack In Paris sur la sécurité IT se tient du 16 au 20 juin 2019 à Paris, Maison de la Chimie. Organisée par Sysdream.

Le rendez-vous du Cloud français le 25 juin 2019 à Paris (Châteauform’ City, Les Jardins de Saint Dominique) pour une journée de keynotes et tables rondes sur les thèmes Cybersécurité, IA, Big Data, IoT, Protection des données et Smart City. Organisé par Outscale.
Dans le cadre de la Cloud Week Paris 2019, les Rencontres du Cloud suivies de la Nuit du Directeur Digital ont lieu le 4 juillet 2019 à Paris (Intercontinental Paris Le Grand). Organisées par EuroCloud france et Prache Media Event.

SALONS SOLUTIONS

ERP, CRM, BI, E-Achats, Démat, Archivage, SDN/InfotoDoc, Serveurs & Applications - du 1er au 3 octobre 2019 à Paris, Porte de Versailles (Pavillon 3). Organisés par Infopromotions.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 9 au 12 octobre 2019. Organisées par DG Consultants.

CLOUD EXPO EUROPE

Conjointement avec Data Centre World, Cloud Security Expo et Smart IoT Paris, le salon Cloud Expo Europe se tient les 27 et 28 novembre 2019 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par CloserStill Media.
RSS
Voir tout l'AgendaIT