X

IPv6 : il est plus que temps de s’y mettre !

Le sujet peut rebuter, il est pourtant essentiel. Face à l’épuisement des adresses IPv4, la transition vers l’IPv6 doit s’imposer. Mais la prise de conscience est toujours en cours et la migration plus lente encore. Le réveil en 2021 risque d’être brutal.

Avouons que le protocole IPv6 n’a rien d’excitant. Le sujet a la mauvaise réputation d’être affreusement technique et « on » en voit difficilement l’intérêt : la transition représente un certain poids en matière d’investissement et d’équipement, sans qu’il soit réellement possible de commercialiser de nouveaux services sur sa seule base. Tant et si bien que la France – et le monde en général – est en retard sur son déploiement, un retard qui s’est accumulé en deux décennies, les spécifications de l’IPv6 ayant été finalisées en 1998. À l’occasion de la publication de son baromètre annuel de l’IPv6 courant octobre, l’Arcep écrit constater « que la majeure partie des acteurs n’envisagent pas un déploiement qui permettrait d’avoir terminé la migration vers l’IPv6 à moyen terme », preuve d’une certaine tiédeur frappant l’ensemble de la chaîne technique.

Vingt ans plus tard

Et pourtant… Pour Nicolas Chagny, président de l’Internet Society (ISOC) France, il y a urgence. « L’importance de l’IPv6, c’est la pénurie d’adresses IPv4, à l’heure où de plus en plus de terminaux sont connectés à Internet. À l’horizon 2020-2021, on arrivera à saturation totale des adresses IPv4. » En d’autres termes, à moins d’une prise de conscience rapide, on court à la catastrophe. En effet, l’épuisement des adresses IPv4 s’accompagne de conséquences fâcheuses à l’échelle d’Internet dans son ensemble. Problème : une des méthodes retenues pour faire face consiste à faire du NAT (Network Address Translation), ou traduction d’adresse réseau, afin de traduire des adresses privées attribuées aux clients en adresses publiques vers Internet, permettant d’utiliser une seule adresse publique pour plusieurs clients. Or le NAT présente quelques inconvénients : dysfonctionnement voire blocage de certaines applications et services (P2P ou géolocalisation par l’IP par exemple), conflits d’adressage ainsi qu’un coût plus élevé d’administration.

Autre souci, la cohabitation difficile entre l’IPv4 et l’IPv6. « On peut trouver des hébergeurs qui a cause de la pénurie d’IPv4 vont avoir des sites uniquement en IPv6. C’est rare pour l’instant mais leur nombre va augmenter, surtout que l’IPv6 est gratuit », explique Nicolas Chagny. Le protocole d’adressage le plus récent n’étant pas rétrocompatible. « Un site web qui ne serait pas en mesure d’avoir une adresse IPv4 ne sera pas accessible aux clients des FAI qui ne proposent pas d’IPv6 », précise l’Arcep dans son baromètre, à moins que les acteurs de la chaîne technique ne fassent des efforts supplémentaires pour permettre cette rétro-compatibilité. Le régulateur français s’inquiète à ce titre du risque de voir émerger un « Internet scindé en deux, l’IPv4 d’un côté et l’IPv6 de l’autre ».

Barrière à l’entrée et à l’innovation

Enfin, comme toute ressource se raréfiant, les adresses IPv4 voient leur prix grimper, créant une barrière de coût à l’entrée et à l’innovation pour de nouveaux acteurs et de nouveaux usages. Parce que le nombre d’adresses est virtuellement illimité, selon l’Arcep « l’IPv6 pourrait donc ouvrir à l’Internet des objets de nouvelles opportunités d’architecture et d’adressage en IP – et les avantages associés. De même, le protocole IPv6 pourrait permettre un acheminement plus performant des flux vidéo ou encore l’adressage interne plus simple des centres de calculs de haute performance ».

Malgré ces conséquences néfastes, la prise de conscience est encore lente. Parmi les chiffres de l’étude menée par l’Arcep, on découvre que, chez les hébergeurs, seuls 5 % des serveurs mail et 16 % des trois millions de sites web des noms de domaine .fr, .re, .pm, .yt, .tf et .wf sont à ce jour accessibles en IPv6. Pourtant, une partie des hébergeurs répondant à l’enquête de l’Arcep comptent parfois 100 % de leurs serveurs activés en IPv6, et tous prévoient l’achat de nouveaux serveurs livrés avec une IPv6 activée par défaut. Du côté des opérateurs, si sur le fixe la très grande majorité de leurs clients sont compatibles, les taux d’activation sont ridiculement bas chez SFR et Bouygues (respectivement 0,9 % et 2,5 % de leur clients sont activés en IPv6) et quand bien même chez Free et Orange les taux d’activation sont plus élevés (de 45 à 50 %), les projections ne permettront pas d’atteindre les objectifs de la transition en 2021, les activations plafonnant à 85 % des clients. Et ne parlons pas des réseaux mobiles, sur lesquels le déploiement est « plus complexe et plus lent du fait des interactions des applications présentes dans les terminaux », nous explique le président de l’ISOC France.

Quid des entreprises ? Qu’ontelles à gagner dans la transition à l’IPv6 ? Outre les limites posées par l’épuisement de l’IPv4 que le nouveau protocole permet de dépasser, « la DSI pourra bénéficier d’une meilleure visibilité sur le trafic, sur la localisation des terminaux », nous apprend une personne bien renseignée mais non-autorisée à aborder publiquement le sujet. Quoique les entreprises soient moins consommatrices d’adresses IP que les opérateurs, le problème de la saturation de l’IPv4 les concerne tout autant. L’Arcep note dans son baromètre que dans les systèmes d’information d’entreprise ou d’administration, la migration vers IPv6 est « faible ou nulle ».

À défaut de prise de conscience, des sanctions ?

En cause, l’un des plus grands maux des services informatiques : les applications legacy, qui peuvent ne pas être en mesure de supporter le nouveau protocole. « Il faut évidemment vérifier que l’application legacy fonctionne en IPv6. Dans le cas contraire, une rétrocompatibilité IPv4 est toujours possible », soutient Nicolas Chagny. « Il faut également avoir des partenaires qui sont en IPv6 par défaut, ça c’est le choix des opérateurs d’infrastructure et des hébergeurs. Ensuite il est nécessaire de vérifier que les équipements de la chaîne réseau de l’entreprise soient à jour. On a constaté dans nos échanges que les équipementiers ont fait des efforts pour être compliant. Du côté des terminaux, la quasi-totalité des systèmes d’exploitation sont compatibles avec l’IPv6* qui est activé par défaut. On a encore des difficultés sur les VPN d’entreprise mais il n’y a pas de barrière technique fondamentale au passage à l’IPV6 », détaille le président de l’ISOC. Le véritable frein à la transition est dans la démarche : il faut que l’ensemble de la chaîne technique se mette en ordre de marche et prenne la responsabilité collective de basculer progressivement vers l’IPv6 afin d’éviter de devoir migrer dans l’urgence d’ici à quelques années. Et au-delà du manque de prise de conscience, le manque de formation est un enjeu à prendre en compte. « Les équipes en interne ne sont pas formées sur ce protocole et doivent l’être pour comprendre l’impact de l’IPv6 sur l’infrastructure informatique de l’entreprise et ses applications », indique notre source. Un constat partagé par Nicolas Chagny, qui déplore ce manque dans les écoles et les organismes de formation. Faute de quoi les ingénieurs et les techniciens se retrouvent fort dépourvus lorsqu’il est question de transition. « Selon les organismes de formation, il n’y a pas de formation à l’IPv6 car il n’y a pas de demande de la part des entreprises et des administrations : le serpent se mord la queue », regrette le patron France de l’ISOC.

Face à cette situation, la question se pose de contraindre les acteurs de la chaîne à passer à l’IPv6. Selon notre source « les acteurs nous disent eux même « il faut nous l’imposer ! Peu importe que cela passe par un discours politique, par une obligation législative ou par l’attitude d’un acteur clé du marché, si par exemple un Google faisait pour l’IPv6 ce qu’il a fait pour le HTTPS, ça forcera tout le marché à bouger ».


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Réseau

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs
Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

L’emploi aux temps du Corona

L’emploi aux temps du Corona

Bien que moins sinistré que d’autres par la Covid-19, le secteur de l’IT a lui aussi connu de profonds changements durant le confinement et devrait en tirer quelques enseignements.

No Code / Low Code

No Code / Low Code

Le No Code / Low Code ne cesse de faire parler de lui en ce moment avec des outils comme Appian, Intrexx, Lightning, Unqork et autres Microsoft Flow. Est-ce le début de la fin pour les développeurs ? Peut-être, peut-être...

Gestionnaire de mots de passe

Gestionnaire de mots de passe

Enregistrer ses mots de passe dans un coffre-fort numérique plutôt que les noter sur un carnet, un post-it ou un fichier Excel… Tel est le principe des gestionnaires de passwords qui ne cessent de gagner de nouveaux...

Datacenters sur le grill

Datacenters sur le grill

Véritable usine de production de l’économie numérique, le datacenter focalise les critiques des associations environnementales. Ces installations dont les plus grosses peuvent consommer jusqu’à une centaine...

RSS
Afficher tous les dossiers

IT DU MONDE D'APRÈS, IT DE DEMAIN (1) : automatisation, gestion de l'info, mobilité, sécurité - Health Data Hub - Le VPN meilleure solution pour le télétravail ? - Project Reunion Microsoft : retour des apps universelles - Power Over Ethernet, une avancée discrète - Pourquoi Apple choisit ARM plutôt qu'Intel ? - La Silicon Valley dans tous ses états - Produits high tech de loisirs du moment...

 

GESTIONNAIRE DE MOTS DE PASSE : un outil indispensable ? - Pandémie & Tech : gagnants et perdants - Multicloud : réalité d'aujourd'hui, impacts sur l'infrastructure et l'applicatif - Project Reunion Microsoft - No Code/Low Code en plein essor - Cobol V6 - Cyberattaques Covid-19 - L'emploi au temps du Corona...

 

COMMUNICATIONS UNIFIÉES : une convergence accrue entre communication et collaboration - Réussir StopCovid ! - Énergie : les datacenters sur le grill - Le lourd poids de la dette technique - GitLab comme solution DevSecOps - Les femmes, avenir de la filière IT ? - Apps de messagerie, attention danger ? - Pôle IA Toulouse...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Donald Trump persiste et signe: si Microsoft achète TikTok au Chinois ByteDance, "une très grosse proportion du prix doit revenir au Trésor des Etats-Unis", a-t-il répété mardi, alors que cette exigence étonnante suscite de vives critiques et un certain embarras. [Lire la dépêche...]

Un Américain de 17 ans a plaidé mardi non coupable du retentissant piratage à la mi-juillet de comptes Twitter de personnalités, dont Barack Obama et Elon Musk, qu'il est accusé d'avoir orchestré. [Lire la dépêche...]

L'exigence étonnante de Donald Trump qu'une partie de la transaction Microsoft-TikTok soit versée dans les caisses de l'Etat a suscité de vives critiques et interroge jusque parmi les conseillers du président. [Lire la dépêche...]

Marcio Sawamura, directeur adjoint de l'Institut de radiologie de l'hôpital des cliniques de la Faculté de médicine de l'Université de Sao Paulo (USP), examine les images du scanner thoracique d'un patient, le 28 juillet 2020 à Sao Paulo, au BrésilDes algorithmes pour détecter des lésions pulmonaires : au Brésil, pays durement touché par la pandémie de coronavirus, l'intelligence artificielle vient au secours des médecins pour diagnostiquer les cas d'infection au Covid-19 et pallier l'absence de dépistage de masse. [Lire la dépêche...]

Le logo de Google photographié le 25 février 2019 à Barcelone La Commission européenne a annoncé mardi ouvrir une "enquête approfondie" sur le projet de rachat par Google de Fitbit, spécialiste des objets connectés pour les activités physiques, craignant qu'il ne renforce la position du géant américain sur le marché de la publicité en ligne. [Lire la dépêche...]

La youtubeuse française Léna Situations, de son vrai nom Léna Mahfouf, à Paris le 24 juin 2020 "C'est trop gratifiant", mais "c'est épuisant psychologiquement": la youtubeuse Léna Situations s'est lancée dans sa 4e saison de "vlogs d'août", une version accélérée de sa vie de fashionista, de "petite nana hyperactive" autoproclamée. [Lire la dépêche...]

Une image du modèle de navette développé par Virgin Galactic diffusée par la compagnie le 3 août 2020La compagnie de tourisme spatial Virgin Galactic a estimé lundi qu'elle serait en mesure d'effectuer un premier vol touristique dans l'espace au premier trimestre 2021, avec l'envoi de son fondateur Richard Branson. [Lire la dépêche...]

Le président américain Donald Trump a menacé, tour à tour, de forcer le chinois ByteDance à céder l'application TikTok, puis de la bannir des Etats-Unis tout courtAprès avoir soufflé le chaud et le froid, Donald Trump s'est finalement déclaré favorable à un rachat rapide par Microsoft de TikTok, propriété du Chinois ByteDance, tout en exigeant qu'une partie de la transaction soit versée dans "les caisses de l'Etat". [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

HEXATRUST

6ème université d'été de l'association Hexatrust sur le thème "Vers une autonomie stratégique européenne" le 3 septembre 2020 à Paris (CCI). Sur invitation. Organisée par Hexatrust.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 14 et 15 septembre 2020 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par Corp Agency.

AI PARIS

Conférence, exposition et rendez-vous d'affaires sur l'intelligence artificielle à Paris, Porte de Versailles les 14 et 15 septembre 2020. Organisé par Corp Agency.

DOCUMATION

Congrès et exposition Documation du 22 au 24 septembre 2020  à Paris Porte de Versailles (Pavillon 4.3). Organisé par Infopromotions.

AP CONNECT

La 3ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 22 et 23 septembre 2020 à Espace Grande Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Organisation.

RSS
Voir tout l'AgendaIT