X
Accélérer notre vision

News Partenaire

Accélérer notre vision

Depuis le 26 juillet dernier, Tenable est officiellement devenue une entreprise cotée en bourse, sous le symbole TENB au NASDAQ.

IPv6 : il est plus que temps de s’y mettre !

Le sujet peut rebuter, il est pourtant essentiel. Face à l’épuisement des adresses IPv4, la transition vers l’IPv6 doit s’imposer. Mais la prise de conscience est toujours en cours et la migration plus lente encore. Le réveil en 2021 risque d’être brutal.

Avouons que le protocole IPv6 n’a rien d’excitant. Le sujet a la mauvaise réputation d’être affreusement technique et « on » en voit difficilement l’intérêt : la transition représente un certain poids en matière d’investissement et d’équipement, sans qu’il soit réellement possible de commercialiser de nouveaux services sur sa seule base. Tant et si bien que la France – et le monde en général – est en retard sur son déploiement, un retard qui s’est accumulé en deux décennies, les spécifications de l’IPv6 ayant été finalisées en 1998. À l’occasion de la publication de son baromètre annuel de l’IPv6 courant octobre, l’Arcep écrit constater « que la majeure partie des acteurs n’envisagent pas un déploiement qui permettrait d’avoir terminé la migration vers l’IPv6 à moyen terme », preuve d’une certaine tiédeur frappant l’ensemble de la chaîne technique.

Vingt ans plus tard

Et pourtant… Pour Nicolas Chagny, président de l’Internet Society (ISOC) France, il y a urgence. « L’importance de l’IPv6, c’est la pénurie d’adresses IPv4, à l’heure où de plus en plus de terminaux sont connectés à Internet. À l’horizon 2020-2021, on arrivera à saturation totale des adresses IPv4. » En d’autres termes, à moins d’une prise de conscience rapide, on court à la catastrophe. En effet, l’épuisement des adresses IPv4 s’accompagne de conséquences fâcheuses à l’échelle d’Internet dans son ensemble. Problème : une des méthodes retenues pour faire face consiste à faire du NAT (Network Address Translation), ou traduction d’adresse réseau, afin de traduire des adresses privées attribuées aux clients en adresses publiques vers Internet, permettant d’utiliser une seule adresse publique pour plusieurs clients. Or le NAT présente quelques inconvénients : dysfonctionnement voire blocage de certaines applications et services (P2P ou géolocalisation par l’IP par exemple), conflits d’adressage ainsi qu’un coût plus élevé d’administration.

Autre souci, la cohabitation difficile entre l’IPv4 et l’IPv6. « On peut trouver des hébergeurs qui a cause de la pénurie d’IPv4 vont avoir des sites uniquement en IPv6. C’est rare pour l’instant mais leur nombre va augmenter, surtout que l’IPv6 est gratuit », explique Nicolas Chagny. Le protocole d’adressage le plus récent n’étant pas rétrocompatible. « Un site web qui ne serait pas en mesure d’avoir une adresse IPv4 ne sera pas accessible aux clients des FAI qui ne proposent pas d’IPv6 », précise l’Arcep dans son baromètre, à moins que les acteurs de la chaîne technique ne fassent des efforts supplémentaires pour permettre cette rétro-compatibilité. Le régulateur français s’inquiète à ce titre du risque de voir émerger un « Internet scindé en deux, l’IPv4 d’un côté et l’IPv6 de l’autre ».

Barrière à l’entrée et à l’innovation

Enfin, comme toute ressource se raréfiant, les adresses IPv4 voient leur prix grimper, créant une barrière de coût à l’entrée et à l’innovation pour de nouveaux acteurs et de nouveaux usages. Parce que le nombre d’adresses est virtuellement illimité, selon l’Arcep « l’IPv6 pourrait donc ouvrir à l’Internet des objets de nouvelles opportunités d’architecture et d’adressage en IP – et les avantages associés. De même, le protocole IPv6 pourrait permettre un acheminement plus performant des flux vidéo ou encore l’adressage interne plus simple des centres de calculs de haute performance ».

Malgré ces conséquences néfastes, la prise de conscience est encore lente. Parmi les chiffres de l’étude menée par l’Arcep, on découvre que, chez les hébergeurs, seuls 5 % des serveurs mail et 16 % des trois millions de sites web des noms de domaine .fr, .re, .pm, .yt, .tf et .wf sont à ce jour accessibles en IPv6. Pourtant, une partie des hébergeurs répondant à l’enquête de l’Arcep comptent parfois 100 % de leurs serveurs activés en IPv6, et tous prévoient l’achat de nouveaux serveurs livrés avec une IPv6 activée par défaut. Du côté des opérateurs, si sur le fixe la très grande majorité de leurs clients sont compatibles, les taux d’activation sont ridiculement bas chez SFR et Bouygues (respectivement 0,9 % et 2,5 % de leur clients sont activés en IPv6) et quand bien même chez Free et Orange les taux d’activation sont plus élevés (de 45 à 50 %), les projections ne permettront pas d’atteindre les objectifs de la transition en 2021, les activations plafonnant à 85 % des clients. Et ne parlons pas des réseaux mobiles, sur lesquels le déploiement est « plus complexe et plus lent du fait des interactions des applications présentes dans les terminaux », nous explique le président de l’ISOC France.

Quid des entreprises ? Qu’ontelles à gagner dans la transition à l’IPv6 ? Outre les limites posées par l’épuisement de l’IPv4 que le nouveau protocole permet de dépasser, « la DSI pourra bénéficier d’une meilleure visibilité sur le trafic, sur la localisation des terminaux », nous apprend une personne bien renseignée mais non-autorisée à aborder publiquement le sujet. Quoique les entreprises soient moins consommatrices d’adresses IP que les opérateurs, le problème de la saturation de l’IPv4 les concerne tout autant. L’Arcep note dans son baromètre que dans les systèmes d’information d’entreprise ou d’administration, la migration vers IPv6 est « faible ou nulle ».

À défaut de prise de conscience, des sanctions ?

En cause, l’un des plus grands maux des services informatiques : les applications legacy, qui peuvent ne pas être en mesure de supporter le nouveau protocole. « Il faut évidemment vérifier que l’application legacy fonctionne en IPv6. Dans le cas contraire, une rétrocompatibilité IPv4 est toujours possible », soutient Nicolas Chagny. « Il faut également avoir des partenaires qui sont en IPv6 par défaut, ça c’est le choix des opérateurs d’infrastructure et des hébergeurs. Ensuite il est nécessaire de vérifier que les équipements de la chaîne réseau de l’entreprise soient à jour. On a constaté dans nos échanges que les équipementiers ont fait des efforts pour être compliant. Du côté des terminaux, la quasi-totalité des systèmes d’exploitation sont compatibles avec l’IPv6* qui est activé par défaut. On a encore des difficultés sur les VPN d’entreprise mais il n’y a pas de barrière technique fondamentale au passage à l’IPV6 », détaille le président de l’ISOC. Le véritable frein à la transition est dans la démarche : il faut que l’ensemble de la chaîne technique se mette en ordre de marche et prenne la responsabilité collective de basculer progressivement vers l’IPv6 afin d’éviter de devoir migrer dans l’urgence d’ici à quelques années. Et au-delà du manque de prise de conscience, le manque de formation est un enjeu à prendre en compte. « Les équipes en interne ne sont pas formées sur ce protocole et doivent l’être pour comprendre l’impact de l’IPv6 sur l’infrastructure informatique de l’entreprise et ses applications », indique notre source. Un constat partagé par Nicolas Chagny, qui déplore ce manque dans les écoles et les organismes de formation. Faute de quoi les ingénieurs et les techniciens se retrouvent fort dépourvus lorsqu’il est question de transition. « Selon les organismes de formation, il n’y a pas de formation à l’IPv6 car il n’y a pas de demande de la part des entreprises et des administrations : le serpent se mord la queue », regrette le patron France de l’ISOC.

Face à cette situation, la question se pose de contraindre les acteurs de la chaîne à passer à l’IPv6. Selon notre source « les acteurs nous disent eux même « il faut nous l’imposer ! Peu importe que cela passe par un discours politique, par une obligation législative ou par l’attitude d’un acteur clé du marché, si par exemple un Google faisait pour l’IPv6 ce qu’il a fait pour le HTTPS, ça forcera tout le marché à bouger ».


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Réseau


A votre avis...

Stockage nouvelle génération

Stockage nouvelle génération

Le volume des données, structurées ou non, augmente sans cesse sous la montée en puissance de nouvelles applications : IoT, IA, Big Data… de ce fait, le stockage fait régulièrement sa révolution...

Multicloud

Multicloud

Le multicloud est le buzzword de 2018. Une stratégie que, selon les cabinets de conseil, la majorité des entreprises vont mettre en place au nom de la flexibilité. C’est qu’il serait dommage de mettre tous ses...

Sécurité du poste de travail

Sécurité du poste de travail

Yann Serra
Les hackers considèrent désormais qu’il est bien plus rentable de concevoir des attaques sur-mesure pour dévaliser les entreprises. Le ciblage des salariés atteint un niveau de personnalisation tel que les...

RSS
Afficher tous les dossiers

L'IA EN ACTION : 6 exemples d'exploitation concrète - Les frameworks de Machine Learning - Pourquoi IBM rachète Red Hat ? - La fièvre des conteneurs "managés" - Les nouveaux métiers de l'IT - Rencontre avec Salwa Toko, présidente du CNNum - Quel ultra-portable choisir ? Chromebook ou terminal Windows 10 ?...

 

STOCKAGE NOUVELLE GÉNÉRATION - Prélèvement à la source : les éditeurs confiants - Multicloud : les Français entrent dans la danse - DEV : les langages à connaître... et ceux à éviter - Se former à l'IoT gratuitement - IPV6 : il est plus que temps ! - Rencontre avec Jean-Noël de Galzain, fondateur de Wallix et d'Hexatrust...

 

ENQUÊTE IA & SSI : une attente forte et déjà des solutions concrètes - DPO/DPD : premier bilan du RGPD, pauvre DPO... - Entretien avec Laure de la Raudière, députée - Reportage #Room42 : pas de cyber panique au Luxembourg ! - Cryptojacking - Office 365, cible adorée des pirates - Prophétique Black Mirror - Portrait Nora Cuppens, tête chercheuse...

 

Afficher tous les derniers numéros

Avez-vous le contrôle de vos données Office 365 ? Avez-vous accès à tous les éléments dont vous avez besoin ? À première vue, la réponse est en général « Bien sûr » ou « Microsoft s’en occupe ». Mais à bien y réfléchir, en êtes-vous sûr ?


Tous les secteurs industriels dans le monde sont confrontés à des défis informatiques spécifiques qui conditionnent le succès ou l’échec de l’entreprise.


Au cours de la dernière année, les données volées et vulnérables se sont révélées des armes précieuses pour les adversaires de tous les horizons, dans toutes les régions, et pour toutes les motivations.


Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Un câble de fibre optique sous-marin endommagé sur la plage de Sopelana (Espagne) le 13 juin 2017.Le royaume de Tonga se retrouvait mercredi presque à l'ère pré-internet, avec la rupture d'un câble sous-marin qui prive les habitants de l'archipel du Pacifique de presque tous les sites, notamment Facebook ou YouTube. [Lire la dépêche...]

Sony Europe va passer sous la coupe d'une nouvelle filiale créée aux Pays-Bas, restant ainsi sous les règles de l'Union européenne après le Brexit Le fleuron japonais de l'électronique Sony a décidé de déménager son siège européen depuis la Grande-Bretagne vers les Pays-Bas, dans la perspective de la sortie du Royaume-Uni de l'UE, prévue le 29 mars. [Lire la dépêche...]

Parmi les sources des menaces, le renseignement américain a cité les adversaires traditionnels des Etats-Unis, comme la Russie, la Chine, la Corée du Nord et l'Iran, mais aussi les groupes terroristes et d'autres acteurs non-étatiquesLa Chine a "compressé" les délais pour développer de nouvelles technologies en "volant" la propriété intellectuelle américaine, ce qui lui permet aujourd'hui de contester la suprématie des Etats-Unis dans ce domaine, selon la direction du renseignement américain (DNI). [Lire la dépêche...]

Un véhicule de Waymo, à Las Vegas le 9 janvier 2019Waymo va ouvrir sa propre usine de production de voitures autonomes près de Detroit, berceau historique de l'industrie automobile américaine situé au nord du pays, a annoncé mardi la filiale conduite autonome d'Alphabet, maison mère de Google. [Lire la dépêche...]

La fusée New Shepard de Blue Origin, le 29 avril 2018 au TexasBlue Origin, la société spatiale du patron d'Amazon Jeff Bezos, en concurrence avec Virgin Galactic pour emmener des touristes dans l'espace, réalisera mercredi le dixième vol d'essai de sa fusée. [Lire la dépêche...]

L'amende de 50 millions d'euros infligée lundi à Google par la Cnil au nom de la défense de la vie privée n'est probablement que le début d'une longue série de batailles juridiquesL'amende de 50 millions d'euros infligée lundi à Google par la Cnil au nom de la défense de la vie privée n'est probablement que le début d'une longue série de batailles juridiques, cruciales pour le secteur de la publicité en ligne, estiment les juristes. [Lire la dépêche...]

WhatsApp compte plus de 1,5 milliard d'utilisateurs, qui s'échangent quelque 65 milliards de messages par jourL'application de messagerie instantanée de l'entreprise WhatsApp, filiale de Facebook, a annoncé lundi sa décision de limiter le partage de messages dans le cadre de la lutte contre les "fake news". [Lire la dépêche...]

Les 28 Etats membres de l'UE continuent de se déchirer sur la très controversée réforme européenne du droit d'auteurLes 28 Etats membres de l'UE continuent de se déchirer sur la très controversée réforme européenne du droit d'auteur, objet depuis des mois d'une bataille rangée entre médias et géants du numérique, au moment où les négociations entrent dans leur phase finale. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

FIC

FIC FIC
Le 11ème Forum International de la Cybersécurité occupe les 22 et 23 janvier 2019 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

AP CONNECT

La 2ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 29 et 30 janvier 2019 à Espace Grand Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Promotion.

RENCONTRES AMRAE

Les 27èmes Rencontres de l'AMRAE (Association française des professionnels de la gestion des risques et des assurances), le congrès annuel de référence des métiers du risque et des assurances, ont lieu du 6 au 8 février 2019 à Deauville (Centre International) sur le thème : "Le risque au coeur de la transformation". Organisées par l'AMRAE.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 11 et 12 mars 2019 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, la 13ème édition d'IT Partners a lieu les 13 et 14 mars 2019 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury 1). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT