X
IDNOMIC : l'identité innovante

News Partenaire

IDNOMIC : l'identité innovante

Spécialiste de la gestion et de la protection de l’identité numérique, IDNOMIC poursuit son développement en proposant de nouvelles solutions pour la sécurisation des objets connectés et du monde industriel. Retour sur 15 ans d’innovations au sein d’une entreprise qui se réinvente de façon permanente.

IPv6 : il est plus que temps de s’y mettre !

Le sujet peut rebuter, il est pourtant essentiel. Face à l’épuisement des adresses IPv4, la transition vers l’IPv6 doit s’imposer. Mais la prise de conscience est toujours en cours et la migration plus lente encore. Le réveil en 2021 risque d’être brutal.

Avouons que le protocole IPv6 n’a rien d’excitant. Le sujet a la mauvaise réputation d’être affreusement technique et « on » en voit difficilement l’intérêt : la transition représente un certain poids en matière d’investissement et d’équipement, sans qu’il soit réellement possible de commercialiser de nouveaux services sur sa seule base. Tant et si bien que la France – et le monde en général – est en retard sur son déploiement, un retard qui s’est accumulé en deux décennies, les spécifications de l’IPv6 ayant été finalisées en 1998. À l’occasion de la publication de son baromètre annuel de l’IPv6 courant octobre, l’Arcep écrit constater « que la majeure partie des acteurs n’envisagent pas un déploiement qui permettrait d’avoir terminé la migration vers l’IPv6 à moyen terme », preuve d’une certaine tiédeur frappant l’ensemble de la chaîne technique.

Vingt ans plus tard

Et pourtant… Pour Nicolas Chagny, président de l’Internet Society (ISOC) France, il y a urgence. « L’importance de l’IPv6, c’est la pénurie d’adresses IPv4, à l’heure où de plus en plus de terminaux sont connectés à Internet. À l’horizon 2020-2021, on arrivera à saturation totale des adresses IPv4. » En d’autres termes, à moins d’une prise de conscience rapide, on court à la catastrophe. En effet, l’épuisement des adresses IPv4 s’accompagne de conséquences fâcheuses à l’échelle d’Internet dans son ensemble. Problème : une des méthodes retenues pour faire face consiste à faire du NAT (Network Address Translation), ou traduction d’adresse réseau, afin de traduire des adresses privées attribuées aux clients en adresses publiques vers Internet, permettant d’utiliser une seule adresse publique pour plusieurs clients. Or le NAT présente quelques inconvénients : dysfonctionnement voire blocage de certaines applications et services (P2P ou géolocalisation par l’IP par exemple), conflits d’adressage ainsi qu’un coût plus élevé d’administration.

Autre souci, la cohabitation difficile entre l’IPv4 et l’IPv6. « On peut trouver des hébergeurs qui a cause de la pénurie d’IPv4 vont avoir des sites uniquement en IPv6. C’est rare pour l’instant mais leur nombre va augmenter, surtout que l’IPv6 est gratuit », explique Nicolas Chagny. Le protocole d’adressage le plus récent n’étant pas rétrocompatible. « Un site web qui ne serait pas en mesure d’avoir une adresse IPv4 ne sera pas accessible aux clients des FAI qui ne proposent pas d’IPv6 », précise l’Arcep dans son baromètre, à moins que les acteurs de la chaîne technique ne fassent des efforts supplémentaires pour permettre cette rétro-compatibilité. Le régulateur français s’inquiète à ce titre du risque de voir émerger un « Internet scindé en deux, l’IPv4 d’un côté et l’IPv6 de l’autre ».

Barrière à l’entrée et à l’innovation

Enfin, comme toute ressource se raréfiant, les adresses IPv4 voient leur prix grimper, créant une barrière de coût à l’entrée et à l’innovation pour de nouveaux acteurs et de nouveaux usages. Parce que le nombre d’adresses est virtuellement illimité, selon l’Arcep « l’IPv6 pourrait donc ouvrir à l’Internet des objets de nouvelles opportunités d’architecture et d’adressage en IP – et les avantages associés. De même, le protocole IPv6 pourrait permettre un acheminement plus performant des flux vidéo ou encore l’adressage interne plus simple des centres de calculs de haute performance ».

Malgré ces conséquences néfastes, la prise de conscience est encore lente. Parmi les chiffres de l’étude menée par l’Arcep, on découvre que, chez les hébergeurs, seuls 5 % des serveurs mail et 16 % des trois millions de sites web des noms de domaine .fr, .re, .pm, .yt, .tf et .wf sont à ce jour accessibles en IPv6. Pourtant, une partie des hébergeurs répondant à l’enquête de l’Arcep comptent parfois 100 % de leurs serveurs activés en IPv6, et tous prévoient l’achat de nouveaux serveurs livrés avec une IPv6 activée par défaut. Du côté des opérateurs, si sur le fixe la très grande majorité de leurs clients sont compatibles, les taux d’activation sont ridiculement bas chez SFR et Bouygues (respectivement 0,9 % et 2,5 % de leur clients sont activés en IPv6) et quand bien même chez Free et Orange les taux d’activation sont plus élevés (de 45 à 50 %), les projections ne permettront pas d’atteindre les objectifs de la transition en 2021, les activations plafonnant à 85 % des clients. Et ne parlons pas des réseaux mobiles, sur lesquels le déploiement est « plus complexe et plus lent du fait des interactions des applications présentes dans les terminaux », nous explique le président de l’ISOC France.

Quid des entreprises ? Qu’ontelles à gagner dans la transition à l’IPv6 ? Outre les limites posées par l’épuisement de l’IPv4 que le nouveau protocole permet de dépasser, « la DSI pourra bénéficier d’une meilleure visibilité sur le trafic, sur la localisation des terminaux », nous apprend une personne bien renseignée mais non-autorisée à aborder publiquement le sujet. Quoique les entreprises soient moins consommatrices d’adresses IP que les opérateurs, le problème de la saturation de l’IPv4 les concerne tout autant. L’Arcep note dans son baromètre que dans les systèmes d’information d’entreprise ou d’administration, la migration vers IPv6 est « faible ou nulle ».

À défaut de prise de conscience, des sanctions ?

En cause, l’un des plus grands maux des services informatiques : les applications legacy, qui peuvent ne pas être en mesure de supporter le nouveau protocole. « Il faut évidemment vérifier que l’application legacy fonctionne en IPv6. Dans le cas contraire, une rétrocompatibilité IPv4 est toujours possible », soutient Nicolas Chagny. « Il faut également avoir des partenaires qui sont en IPv6 par défaut, ça c’est le choix des opérateurs d’infrastructure et des hébergeurs. Ensuite il est nécessaire de vérifier que les équipements de la chaîne réseau de l’entreprise soient à jour. On a constaté dans nos échanges que les équipementiers ont fait des efforts pour être compliant. Du côté des terminaux, la quasi-totalité des systèmes d’exploitation sont compatibles avec l’IPv6* qui est activé par défaut. On a encore des difficultés sur les VPN d’entreprise mais il n’y a pas de barrière technique fondamentale au passage à l’IPV6 », détaille le président de l’ISOC. Le véritable frein à la transition est dans la démarche : il faut que l’ensemble de la chaîne technique se mette en ordre de marche et prenne la responsabilité collective de basculer progressivement vers l’IPv6 afin d’éviter de devoir migrer dans l’urgence d’ici à quelques années. Et au-delà du manque de prise de conscience, le manque de formation est un enjeu à prendre en compte. « Les équipes en interne ne sont pas formées sur ce protocole et doivent l’être pour comprendre l’impact de l’IPv6 sur l’infrastructure informatique de l’entreprise et ses applications », indique notre source. Un constat partagé par Nicolas Chagny, qui déplore ce manque dans les écoles et les organismes de formation. Faute de quoi les ingénieurs et les techniciens se retrouvent fort dépourvus lorsqu’il est question de transition. « Selon les organismes de formation, il n’y a pas de formation à l’IPv6 car il n’y a pas de demande de la part des entreprises et des administrations : le serpent se mord la queue », regrette le patron France de l’ISOC.

Face à cette situation, la question se pose de contraindre les acteurs de la chaîne à passer à l’IPv6. Selon notre source « les acteurs nous disent eux même « il faut nous l’imposer ! Peu importe que cela passe par un discours politique, par une obligation législative ou par l’attitude d’un acteur clé du marché, si par exemple un Google faisait pour l’IPv6 ce qu’il a fait pour le HTTPS, ça forcera tout le marché à bouger ».


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Réseau

PowerShell DSC

PowerShell DSC

DSC est la solution DevOps de Microsoft disponible à partir de la version 4 de Powershell pour Windows et de la 6 core pour Linux.

Cybersécurité de l'industrie

Cybersécurité de l'industrie

Mis à part les OIV, bon nombre d’installations industrielles françaises sont vulnérables aux cyberattaques. Système non mis à jour, absence de briques de sécurité de base et défense...

Le stockage s'unifie

Le stockage s'unifie

Jusqu’à présent, on marquait la différence entre stockage primaire, stockage secondaire et archivage. Les baies et les logiciels étaient spécifiques. Ce n’est plus le cas et les variations...

Ville numérique

Ville numérique

Sa transformation numérique, voilà bientôt trente ans que la commune francilienne la fait. Un processus permanent qui voit intervenir de nombreux acteurs mais poursuit un seul et même but : simplifier la vie de...

Epitech Digital

Epitech Digital

Ils restent les "oiseaux rares" des recrutements IT et les entreprises en cours de digitalisation se les arrachent. Ce sont les profils hybrides, alliant compétences techniques et business, capables de discuter aussi bien avec le DSI que...

RSS
Afficher tous les dossiers

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

Afficher tous les derniers numéros

Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le gouvernement britannique s'apprête à prendre une décision lourde de conséquences sur la participation de Huawei au réseau 5G, au risque de froisser les Etats-Unis Le gouvernement britannique s'apprête à prendre une décision lourde de conséquences sur la participation de Huawei au réseau 5G, au risque de froisser les Etats-Unis avec lesquels il envisage de conclure un accord commercial post-Brexit ambitieux. [Lire la dépêche...]

Le gouvernement britannique s'apprête à prendre une décision lourde de conséquences sur la participation de Huawei au réseau 5G, au risque de froisser les Etats-Unis Le gouvernement britannique s'apprête à prendre une décision lourde de conséquences sur la participation de Huawei au réseau 5G, au risque de froisser les Etats-Unis qui viennent de lancer un ultime avertissement via le secrétaire d'Etat Mike Pompeo. [Lire la dépêche...]

Stand de Samsung vantant la 5G au salon de Las Vegas le 8 janvier 2020L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a noté lundi un manque de données scientifiques sur les effets sanitaires de l'exposition à certaines fréquences d'ondes électromagnétiques, dans un rapport préliminaire sur l'impact de la 5G qui doit commencer à être déployée prochainement. [Lire la dépêche...]

Photo d'illustration montrant des Emiratis filmer des écrans montrant le départ d'un de leur concitoyen astronaute pour la station spaciale internationale, à Dubaï, le 25 septembre 2019Avec des infrastructures ultramodernes et des services hyper connectés, les Emirats arabes unis aspirent à la puissance technologique mais la controverse autour d'une application de messagerie a mis en lumière le contrôle étroit d'internet dans le pays. [Lire la dépêche...]

Douze mille visiteurs et 450 exposants sont attendus cette semaine au Forum international sur la cybersécurité (FIC) de LilleDouze mille visiteurs et 450 exposants sont attendus cette semaine au Forum international sur la cybersécurité (FIC) de Lille, un salon incontournable en Europe pour ce secteur en plein boom. [Lire la dépêche...]

Mina Jang, chercheuse en musique baroque et flûtiste professionnelle, tient un clone en 3D d'une flûte traversière, le 17 janvier 2020 au laboratoire du musée de la musique de la Philharmonie de ParisComme une machine musicale à remonter le temps: le musée de la musique de la Philharmonie de Paris s'est lancé dans le "clonage" d'instruments d'époque pour mieux les préserver, en faisant appel à l'impression 3D. [Lire la dépêche...]

Un Boeing 777X à Everett, dans l'Etat de Washington, le 24 janvier 2020Le vent a forcé Boeing vendredi à repousser une nouvelle fois le vol inaugural du long courrier 777X, et le constructeur aéronautique fera une nouvelle tentative samedi. [Lire la dépêche...]

Deux ONG ont déposé des recours contre la 5G, une technologie controversée attendue comme une révolution dans la téléphonie mobile
Deux ONG ont annoncé vendredi un recours en justice contre l'appel à candidatures lancé en décembre pour l'attribution des fréquences 5G, ainsi qu'une pétition contre le déploiement de cette technologie controversée attendue comme une révolution dans la téléphonie mobile. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

RENCONTRES AMRAE

Les 28èmes Rencontres de l'AMRAE (Association française des professionnels de la gestion des risques et des assurances), le congrès annuel de référence des métiers du risque et des assurances, ont lieu du 5 au 7 février 2020 à Deauville (Centre International) sur le thème : "Risque(s) en puissance(s)". Organisées par l'AMRAE.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, IT Partners a lieu les 11 et 12 mars 2020 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie