X
ITrust : l’alliance de l’humain et de l’IA

News Partenaire

ITrust : l’alliance de l’humain et de l’IA

Près de Toulouse, un père et son fils ont créé une société innovante dont l’ambition est de révolutionner la cybersécurité grâce à l’IA. Levée de fond, création d’une école, d’un centre de recherche… la jeune pousse vogue vers de nouveaux horizons. Mais l’esprit startup perdure, inspiré par la « Silicon Valley » et les bonnes pratiques du rugby. Capitale du ballon ovale oblige !

IPv6 : il est plus que temps de s’y mettre !

Le sujet peut rebuter, il est pourtant essentiel. Face à l’épuisement des adresses IPv4, la transition vers l’IPv6 doit s’imposer. Mais la prise de conscience est toujours en cours et la migration plus lente encore. Le réveil en 2021 risque d’être brutal.

Avouons que le protocole IPv6 n’a rien d’excitant. Le sujet a la mauvaise réputation d’être affreusement technique et « on » en voit difficilement l’intérêt : la transition représente un certain poids en matière d’investissement et d’équipement, sans qu’il soit réellement possible de commercialiser de nouveaux services sur sa seule base. Tant et si bien que la France – et le monde en général – est en retard sur son déploiement, un retard qui s’est accumulé en deux décennies, les spécifications de l’IPv6 ayant été finalisées en 1998. À l’occasion de la publication de son baromètre annuel de l’IPv6 courant octobre, l’Arcep écrit constater « que la majeure partie des acteurs n’envisagent pas un déploiement qui permettrait d’avoir terminé la migration vers l’IPv6 à moyen terme », preuve d’une certaine tiédeur frappant l’ensemble de la chaîne technique.

Vingt ans plus tard

Et pourtant… Pour Nicolas Chagny, président de l’Internet Society (ISOC) France, il y a urgence. « L’importance de l’IPv6, c’est la pénurie d’adresses IPv4, à l’heure où de plus en plus de terminaux sont connectés à Internet. À l’horizon 2020-2021, on arrivera à saturation totale des adresses IPv4. » En d’autres termes, à moins d’une prise de conscience rapide, on court à la catastrophe. En effet, l’épuisement des adresses IPv4 s’accompagne de conséquences fâcheuses à l’échelle d’Internet dans son ensemble. Problème : une des méthodes retenues pour faire face consiste à faire du NAT (Network Address Translation), ou traduction d’adresse réseau, afin de traduire des adresses privées attribuées aux clients en adresses publiques vers Internet, permettant d’utiliser une seule adresse publique pour plusieurs clients. Or le NAT présente quelques inconvénients : dysfonctionnement voire blocage de certaines applications et services (P2P ou géolocalisation par l’IP par exemple), conflits d’adressage ainsi qu’un coût plus élevé d’administration.

Autre souci, la cohabitation difficile entre l’IPv4 et l’IPv6. « On peut trouver des hébergeurs qui a cause de la pénurie d’IPv4 vont avoir des sites uniquement en IPv6. C’est rare pour l’instant mais leur nombre va augmenter, surtout que l’IPv6 est gratuit », explique Nicolas Chagny. Le protocole d’adressage le plus récent n’étant pas rétrocompatible. « Un site web qui ne serait pas en mesure d’avoir une adresse IPv4 ne sera pas accessible aux clients des FAI qui ne proposent pas d’IPv6 », précise l’Arcep dans son baromètre, à moins que les acteurs de la chaîne technique ne fassent des efforts supplémentaires pour permettre cette rétro-compatibilité. Le régulateur français s’inquiète à ce titre du risque de voir émerger un « Internet scindé en deux, l’IPv4 d’un côté et l’IPv6 de l’autre ».

Barrière à l’entrée et à l’innovation

Enfin, comme toute ressource se raréfiant, les adresses IPv4 voient leur prix grimper, créant une barrière de coût à l’entrée et à l’innovation pour de nouveaux acteurs et de nouveaux usages. Parce que le nombre d’adresses est virtuellement illimité, selon l’Arcep « l’IPv6 pourrait donc ouvrir à l’Internet des objets de nouvelles opportunités d’architecture et d’adressage en IP – et les avantages associés. De même, le protocole IPv6 pourrait permettre un acheminement plus performant des flux vidéo ou encore l’adressage interne plus simple des centres de calculs de haute performance ».

Malgré ces conséquences néfastes, la prise de conscience est encore lente. Parmi les chiffres de l’étude menée par l’Arcep, on découvre que, chez les hébergeurs, seuls 5 % des serveurs mail et 16 % des trois millions de sites web des noms de domaine .fr, .re, .pm, .yt, .tf et .wf sont à ce jour accessibles en IPv6. Pourtant, une partie des hébergeurs répondant à l’enquête de l’Arcep comptent parfois 100 % de leurs serveurs activés en IPv6, et tous prévoient l’achat de nouveaux serveurs livrés avec une IPv6 activée par défaut. Du côté des opérateurs, si sur le fixe la très grande majorité de leurs clients sont compatibles, les taux d’activation sont ridiculement bas chez SFR et Bouygues (respectivement 0,9 % et 2,5 % de leur clients sont activés en IPv6) et quand bien même chez Free et Orange les taux d’activation sont plus élevés (de 45 à 50 %), les projections ne permettront pas d’atteindre les objectifs de la transition en 2021, les activations plafonnant à 85 % des clients. Et ne parlons pas des réseaux mobiles, sur lesquels le déploiement est « plus complexe et plus lent du fait des interactions des applications présentes dans les terminaux », nous explique le président de l’ISOC France.

Quid des entreprises ? Qu’ontelles à gagner dans la transition à l’IPv6 ? Outre les limites posées par l’épuisement de l’IPv4 que le nouveau protocole permet de dépasser, « la DSI pourra bénéficier d’une meilleure visibilité sur le trafic, sur la localisation des terminaux », nous apprend une personne bien renseignée mais non-autorisée à aborder publiquement le sujet. Quoique les entreprises soient moins consommatrices d’adresses IP que les opérateurs, le problème de la saturation de l’IPv4 les concerne tout autant. L’Arcep note dans son baromètre que dans les systèmes d’information d’entreprise ou d’administration, la migration vers IPv6 est « faible ou nulle ».

À défaut de prise de conscience, des sanctions ?

En cause, l’un des plus grands maux des services informatiques : les applications legacy, qui peuvent ne pas être en mesure de supporter le nouveau protocole. « Il faut évidemment vérifier que l’application legacy fonctionne en IPv6. Dans le cas contraire, une rétrocompatibilité IPv4 est toujours possible », soutient Nicolas Chagny. « Il faut également avoir des partenaires qui sont en IPv6 par défaut, ça c’est le choix des opérateurs d’infrastructure et des hébergeurs. Ensuite il est nécessaire de vérifier que les équipements de la chaîne réseau de l’entreprise soient à jour. On a constaté dans nos échanges que les équipementiers ont fait des efforts pour être compliant. Du côté des terminaux, la quasi-totalité des systèmes d’exploitation sont compatibles avec l’IPv6* qui est activé par défaut. On a encore des difficultés sur les VPN d’entreprise mais il n’y a pas de barrière technique fondamentale au passage à l’IPV6 », détaille le président de l’ISOC. Le véritable frein à la transition est dans la démarche : il faut que l’ensemble de la chaîne technique se mette en ordre de marche et prenne la responsabilité collective de basculer progressivement vers l’IPv6 afin d’éviter de devoir migrer dans l’urgence d’ici à quelques années. Et au-delà du manque de prise de conscience, le manque de formation est un enjeu à prendre en compte. « Les équipes en interne ne sont pas formées sur ce protocole et doivent l’être pour comprendre l’impact de l’IPv6 sur l’infrastructure informatique de l’entreprise et ses applications », indique notre source. Un constat partagé par Nicolas Chagny, qui déplore ce manque dans les écoles et les organismes de formation. Faute de quoi les ingénieurs et les techniciens se retrouvent fort dépourvus lorsqu’il est question de transition. « Selon les organismes de formation, il n’y a pas de formation à l’IPv6 car il n’y a pas de demande de la part des entreprises et des administrations : le serpent se mord la queue », regrette le patron France de l’ISOC.

Face à cette situation, la question se pose de contraindre les acteurs de la chaîne à passer à l’IPv6. Selon notre source « les acteurs nous disent eux même « il faut nous l’imposer ! Peu importe que cela passe par un discours politique, par une obligation législative ou par l’attitude d’un acteur clé du marché, si par exemple un Google faisait pour l’IPv6 ce qu’il a fait pour le HTTPS, ça forcera tout le marché à bouger ».


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Réseau


Test Huawei P30 Pro

Test Huawei P30 Pro

Disponible en France depuis le 5 avril dernier, le P30 Pro est le nouveau porte-étendard du fabricant chinois Huawei. Six mois après la sortie du Mate 20 Pro, le P30 Pro attire tous les regards à cause de ses innovations,...

Coût du Cloud

Coût du Cloud

Loué pour sa flexibilité et le passage d’un mode Capex à Opex, le cloud public séduit son monde. mais à la fin du mois, la facture est parfois salée ! Il existe pourtant des méthodes...

Anthos

Anthos

Mardi 9 avril, au Moscone North à San Francisco, Google a jeté un pavé dans le cloud en dévoilant Anthos, il s’agit d’une offre de services managés hybride et multicloud, construite sur Kubernetes, ...

RSS
Afficher tous les dossiers

OUTILS COLLABORATIFS : comment ils rendent l'entreprise plus agile - F8, Build, I/O, WWDC : Conf. développeurs, les annonces à retenir, les produits à venir - Supercalculateurs : l'Europe contre-attaque ! - DevSecOps, la sécurité au coeur du changement - Vendre et échanger des données - Migrer d'Oracle DB vers PostgreSQL - Ghidra : le framework de la NSA en Open Source...

 

LE NOUVEL ÂGE DU CLOUD : conteneurisation, services managés et FinOps - Comment faire baisser la facture du Cloud - 2014-2019 : l'avènement d'une Europe du numérique ? - Le défi technique de la 5G - Les entreprises face à l'agilité généralisée - Visual Studio 2019 - Recettes IFTTT - Test Huawei P30 Pro : le roi de la photo !...

 

SMARTPHONES PLIABLES : juste un truc de geeks ? - Toutes les nouveautés du MWC - La 5G en entreprise - Kit de survie en mobilité - La faillite du "10 nm" chez Intel - DaaS : la fièvre du "as a service" gagne le desktop - Identifier les bugs grâce à l'IA - Développeurs : les meilleures plates-formes pour le recrutement - Inner source : de nouvelles communautés open source...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Image de synthèse de la voile solaire LightSail 2 déployée en orbite, par The Planetary SocietyDans quelques jours, une fusée Falcon Heavy de SpaceX va lancer depuis la Floride un satellite de la taille d'un pain et équipé d'une immense voile en polyester brillant: une "voile solaire", son unique moyen de propulsion. [Lire la dépêche...]

Le logo de la cryptomonnaie LibraL'entrée de Facebook dans l'univers nébuleux des cryptomonnaies pourrait, en cas de succès, constituer un tournant majeur pour le réseau social tant critiqué, qui a besoin de se diversifier au-delà de son modèle économique fondé sur la publicité et les données personnelles. [Lire la dépêche...]

Si le smartphone est devenu, par son usage, un symbole de la mondialisation et de la technologie pour tous, il en est également un pur produit, avec des composants provenant bien souvent d'un peu partout dans le monde.Si le smartphone est devenu, par son usage, un symbole de la mondialisation et de la technologie pour tous, il en est également un pur produit, avec des composants provenant bien souvent d'un peu partout dans le monde. [Lire la dépêche...]

La Cnil, le gendarme français des données personnelles, a condamné à 20.000 euros d'amende une petite entreprise parisienne de traduction de neuf salariés pour avoir notamment maintenu un système de vidéosurveillance trop intrusifLa Cnil, le gendarme français des données personnelles, a condamné à 20.000 euros d'amende une petite entreprise parisienne de traduction de neuf salariés pour avoir notamment maintenu un système de vidéosurveillance trop intrusif. [Lire la dépêche...]

Avec sa monnaie virtuelle Libra, Facebook veut bouleverser le système financier mondial, de quoi donner des sueurs froides à certains Etats, inquiets de voir des entreprises privées s'engager sur ce terrain. [Lire la dépêche...]

Le logo de Sanofi, le 30 avril 2019 à ParisLe premier groupe pharmaceutique français Sanofi et le géant mondial du numérique Google ont annoncé mardi une nouvelle collaboration sous la forme d'un laboratoire "virtuel" d'innovation, pour développer de futurs médicaments et services en tirant parti des technologies de données. [Lire la dépêche...]

Vue de la plateforme Pharos, le 23 janvier 2018La plateforme de signalements des contenus illicites Pharos, qui fête ses dix ans cette année, a comptabilisé en 2018 plus de 163.000 signalements, essentiellement pour des escroqueries, un taux quasiment stable par rapport à 2017 (153.586). [Lire la dépêche...]

Trois hommes soupçonnés d'animer le forum French Deep Web-Market (FDW-M), Trois hommes soupçonnés d'animer le forum French Deep Web-Market (FDW-M), "la plus importante plateforme du dark web francophone" selon les autorités, ont été mis en examen quatre jours après le démantèlement par la douane de ce carrefour de la vente illégale de drogues, armes et faux papiers. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

HACK IN PARIS

Pour sa 9ème édition la conférence Hack In Paris sur la sécurité IT se tient du 16 au 20 juin 2019 à Paris, Maison de la Chimie. Organisée par Sysdream.

Le rendez-vous du Cloud français le 25 juin 2019 à Paris (Châteauform’ City, Les Jardins de Saint Dominique) pour une journée de keynotes et tables rondes sur les thèmes Cybersécurité, IA, Big Data, IoT, Protection des données et Smart City. Organisé par Outscale.
Dans le cadre de la Cloud Week Paris 2019, les Rencontres du Cloud suivies de la Nuit du Directeur Digital ont lieu le 4 juillet 2019 à Paris (Intercontinental Paris Le Grand). Organisées par EuroCloud france et Prache Media Event.

SALONS SOLUTIONS

ERP, CRM, BI, E-Achats, Démat, Archivage, SDN/InfotoDoc, Serveurs & Applications - du 1er au 3 octobre 2019 à Paris, Porte de Versailles (Pavillon 3). Organisés par Infopromotions.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 9 au 12 octobre 2019. Organisées par DG Consultants.

CLOUD EXPO EUROPE

Conjointement avec Data Centre World, Cloud Security Expo et Smart IoT Paris, le salon Cloud Expo Europe se tient les 27 et 28 novembre 2019 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par CloserStill Media.
RSS
Voir tout l'AgendaIT