X

News Partenaire

Etude Symantec sur la cybersécurité

Selon une nouvelle étude, les entreprises ont tout intérêt à recruter des RSSI ayant déjà été confrontés à un incident de sécurité, car cette expérience change le mode de pensée et le ressenti des professionnels de la cybersécurité.


IPv6 : il est plus que temps de s’y mettre !

Le sujet peut rebuter, il est pourtant essentiel. Face à l’épuisement des adresses IPv4, la transition vers l’IPv6 doit s’imposer. Mais la prise de conscience est toujours en cours et la migration plus lente encore. Le réveil en 2021 risque d’être brutal.

Avouons que le protocole IPv6 n’a rien d’excitant. Le sujet a la mauvaise réputation d’être affreusement technique et « on » en voit difficilement l’intérêt : la transition représente un certain poids en matière d’investissement et d’équipement, sans qu’il soit réellement possible de commercialiser de nouveaux services sur sa seule base. Tant et si bien que la France – et le monde en général – est en retard sur son déploiement, un retard qui s’est accumulé en deux décennies, les spécifications de l’IPv6 ayant été finalisées en 1998. À l’occasion de la publication de son baromètre annuel de l’IPv6 courant octobre, l’Arcep écrit constater « que la majeure partie des acteurs n’envisagent pas un déploiement qui permettrait d’avoir terminé la migration vers l’IPv6 à moyen terme », preuve d’une certaine tiédeur frappant l’ensemble de la chaîne technique.

Vingt ans plus tard

Et pourtant… Pour Nicolas Chagny, président de l’Internet Society (ISOC) France, il y a urgence. « L’importance de l’IPv6, c’est la pénurie d’adresses IPv4, à l’heure où de plus en plus de terminaux sont connectés à Internet. À l’horizon 2020-2021, on arrivera à saturation totale des adresses IPv4. » En d’autres termes, à moins d’une prise de conscience rapide, on court à la catastrophe. En effet, l’épuisement des adresses IPv4 s’accompagne de conséquences fâcheuses à l’échelle d’Internet dans son ensemble. Problème : une des méthodes retenues pour faire face consiste à faire du NAT (Network Address Translation), ou traduction d’adresse réseau, afin de traduire des adresses privées attribuées aux clients en adresses publiques vers Internet, permettant d’utiliser une seule adresse publique pour plusieurs clients. Or le NAT présente quelques inconvénients : dysfonctionnement voire blocage de certaines applications et services (P2P ou géolocalisation par l’IP par exemple), conflits d’adressage ainsi qu’un coût plus élevé d’administration.

Autre souci, la cohabitation difficile entre l’IPv4 et l’IPv6. « On peut trouver des hébergeurs qui a cause de la pénurie d’IPv4 vont avoir des sites uniquement en IPv6. C’est rare pour l’instant mais leur nombre va augmenter, surtout que l’IPv6 est gratuit », explique Nicolas Chagny. Le protocole d’adressage le plus récent n’étant pas rétrocompatible. « Un site web qui ne serait pas en mesure d’avoir une adresse IPv4 ne sera pas accessible aux clients des FAI qui ne proposent pas d’IPv6 », précise l’Arcep dans son baromètre, à moins que les acteurs de la chaîne technique ne fassent des efforts supplémentaires pour permettre cette rétro-compatibilité. Le régulateur français s’inquiète à ce titre du risque de voir émerger un « Internet scindé en deux, l’IPv4 d’un côté et l’IPv6 de l’autre ».

Barrière à l’entrée et à l’innovation

Enfin, comme toute ressource se raréfiant, les adresses IPv4 voient leur prix grimper, créant une barrière de coût à l’entrée et à l’innovation pour de nouveaux acteurs et de nouveaux usages. Parce que le nombre d’adresses est virtuellement illimité, selon l’Arcep « l’IPv6 pourrait donc ouvrir à l’Internet des objets de nouvelles opportunités d’architecture et d’adressage en IP – et les avantages associés. De même, le protocole IPv6 pourrait permettre un acheminement plus performant des flux vidéo ou encore l’adressage interne plus simple des centres de calculs de haute performance ».

Malgré ces conséquences néfastes, la prise de conscience est encore lente. Parmi les chiffres de l’étude menée par l’Arcep, on découvre que, chez les hébergeurs, seuls 5 % des serveurs mail et 16 % des trois millions de sites web des noms de domaine .fr, .re, .pm, .yt, .tf et .wf sont à ce jour accessibles en IPv6. Pourtant, une partie des hébergeurs répondant à l’enquête de l’Arcep comptent parfois 100 % de leurs serveurs activés en IPv6, et tous prévoient l’achat de nouveaux serveurs livrés avec une IPv6 activée par défaut. Du côté des opérateurs, si sur le fixe la très grande majorité de leurs clients sont compatibles, les taux d’activation sont ridiculement bas chez SFR et Bouygues (respectivement 0,9 % et 2,5 % de leur clients sont activés en IPv6) et quand bien même chez Free et Orange les taux d’activation sont plus élevés (de 45 à 50 %), les projections ne permettront pas d’atteindre les objectifs de la transition en 2021, les activations plafonnant à 85 % des clients. Et ne parlons pas des réseaux mobiles, sur lesquels le déploiement est « plus complexe et plus lent du fait des interactions des applications présentes dans les terminaux », nous explique le président de l’ISOC France.

Quid des entreprises ? Qu’ontelles à gagner dans la transition à l’IPv6 ? Outre les limites posées par l’épuisement de l’IPv4 que le nouveau protocole permet de dépasser, « la DSI pourra bénéficier d’une meilleure visibilité sur le trafic, sur la localisation des terminaux », nous apprend une personne bien renseignée mais non-autorisée à aborder publiquement le sujet. Quoique les entreprises soient moins consommatrices d’adresses IP que les opérateurs, le problème de la saturation de l’IPv4 les concerne tout autant. L’Arcep note dans son baromètre que dans les systèmes d’information d’entreprise ou d’administration, la migration vers IPv6 est « faible ou nulle ».

À défaut de prise de conscience, des sanctions ?

En cause, l’un des plus grands maux des services informatiques : les applications legacy, qui peuvent ne pas être en mesure de supporter le nouveau protocole. « Il faut évidemment vérifier que l’application legacy fonctionne en IPv6. Dans le cas contraire, une rétrocompatibilité IPv4 est toujours possible », soutient Nicolas Chagny. « Il faut également avoir des partenaires qui sont en IPv6 par défaut, ça c’est le choix des opérateurs d’infrastructure et des hébergeurs. Ensuite il est nécessaire de vérifier que les équipements de la chaîne réseau de l’entreprise soient à jour. On a constaté dans nos échanges que les équipementiers ont fait des efforts pour être compliant. Du côté des terminaux, la quasi-totalité des systèmes d’exploitation sont compatibles avec l’IPv6* qui est activé par défaut. On a encore des difficultés sur les VPN d’entreprise mais il n’y a pas de barrière technique fondamentale au passage à l’IPV6 », détaille le président de l’ISOC. Le véritable frein à la transition est dans la démarche : il faut que l’ensemble de la chaîne technique se mette en ordre de marche et prenne la responsabilité collective de basculer progressivement vers l’IPv6 afin d’éviter de devoir migrer dans l’urgence d’ici à quelques années. Et au-delà du manque de prise de conscience, le manque de formation est un enjeu à prendre en compte. « Les équipes en interne ne sont pas formées sur ce protocole et doivent l’être pour comprendre l’impact de l’IPv6 sur l’infrastructure informatique de l’entreprise et ses applications », indique notre source. Un constat partagé par Nicolas Chagny, qui déplore ce manque dans les écoles et les organismes de formation. Faute de quoi les ingénieurs et les techniciens se retrouvent fort dépourvus lorsqu’il est question de transition. « Selon les organismes de formation, il n’y a pas de formation à l’IPv6 car il n’y a pas de demande de la part des entreprises et des administrations : le serpent se mord la queue », regrette le patron France de l’ISOC.

Face à cette situation, la question se pose de contraindre les acteurs de la chaîne à passer à l’IPv6. Selon notre source « les acteurs nous disent eux même « il faut nous l’imposer ! Peu importe que cela passe par un discours politique, par une obligation législative ou par l’attitude d’un acteur clé du marché, si par exemple un Google faisait pour l’IPv6 ce qu’il a fait pour le HTTPS, ça forcera tout le marché à bouger ».


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Réseau

Certifications Datacenters

Certifications Datacenters

Si longtemps la réputation d’un centre de données s’est limitée au seul critère de continuité de service, de nouvelles caractéristiques ont aujourd’hui pris de l’importance,...

Que deviennent les DataLabs ?

Que deviennent les DataLabs ?

Lancés en pleine vague Big Data afin d’aider les organisations à entrer dans l’ère de la donnée, les DataLabs doivent aujourd’hui évoluer. Fini “ l’usine à poc ”,...

Processeurs

Processeurs

Avec la promesse d’une performance multipliée par deux, la nouvelle génération de microprocesseurs AMD pour serveurs a de quoi faire bouger les lignes, notamment auprès d’opérateurs de services...

RSS
Afficher tous les dossiers

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Deux toiles du collectif français Obvious, réalisées avec l'utilisation de l'intelligence artificielle, ont été vendues vendredi chez Sotheby's à des prix très inférieurs à celui d'un de leurs précédents tableaux, parti pour 432.500 dollars l'an dernier. [Lire la dépêche...]

Twitter announced it would exmpt some Twitter a indiqué vendredi qu'il allait exempter les bonnes causes, comme la défense de l'environnement ou la promotion de l'égalité sociale, de son interdiction de passer des publicités politiques sur le réseau. [Lire la dépêche...]

Le service de paiement Apple Pay, lancé en 2014 aux Etats-Unis et présent depuis dans toute l'UE, est étudié avec attention par la Commission européenne, qui soupçonne l'américain d'enfreindre les règles de la concurrenceLe service de paiement Apple Pay, lancé en 2014 aux Etats-Unis et présent depuis dans toute l'UE, est étudié avec attention par la Commission européenne, qui soupçonne l'américain d'enfreindre les règles de la concurrence, ont affirmé vendredi plusieurs sources à l'AFP. [Lire la dépêche...]

Alibaba is one of the world's most valuable companiesNée dans un modeste appartement de Hangzhou en 1999, Alibaba a nourri l'appétit insatiable des Chinois pour le commerce en ligne en devenant l'une des entreprises les plus prospères au monde, rattrapant peu à peu son modèle et rival, le géant américain Amazon.  [Lire la dépêche...]

Une démonstration d'un système de reconnaissance faciale dans la foule au salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas le 10 janvier 2019Comment éviter de tomber dans une société entre "Black Mirror" et "Big Brother"? La commission nationale informatique et libertés (Cnil) a dessiné vendredi des "lignes rouges" à ne pas franchir dans l'utilisation de la reconnaissance faciale, en matière de respect de la vie privée des citoyens notamment. [Lire la dépêche...]

Une démonstration d'un système de reconnaissance faciale dans la foule au salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas le 10 janvier 2019La Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a défendu vendredi le développement de l'utilisation de la reconnaissance faciale par les pouvoirs publics, tout en traçant des "lignes rouges" claires à ne pas franchir, notamment en matière de respect de la vie privée des citoyens. [Lire la dépêche...]

Le PDG d'Alibaba, Daniel Zhang, lors de la commémoration des 20 ans de la création du groupe, à Hangzhou dans l'est de la Chine, le 10 septembre 2019Le géant chinois du commerce électronique Alibaba a lancé vendredi une colossale opération boursière à Hong Kong, où il espère lever plus de 12 milliards d'euros, au moment où l'ex-colonie britannique s'enfonce dans la violence politique. [Lire la dépêche...]

Amazon says the Pentagon's procurement process that gave the US military's $10 billion JEDI cloud computing contract to Microsoft included Amazon a contesté jeudi l'attribution par le Pentagone à Microsoft d'un mégacontrat de stockage de données en ligne (cloud) de 10 milliards de dollars, pour lequel le géant du commerce en ligne et leader du marché était considéré comme favori. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce du 19 au 22 novembre 2019 à San Francisco (Moscone Center). Organisée par Salesforce.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Bruxelles (Braine-l'Alleud) le mardi 19 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Lille (Lomme) le mercredi 20 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Paris (UGC Normandie) le jeudi 21 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.

MAKER FAIRE

Du 22 au 24 novembre 2019, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux paiements, à l'identification et à la sécurité est organisé à Cannes du 26 au 28 novembre 2019. Organisé par Comexposium.

RSS
Voir tout l'AgendaIT