X

News Partenaire

Attaques DDoS : ne vous laissez pas submerger !

GitHub, OVH ou le Liberia et même récemment l’ANSSI, ont en commun d’avoir été ciblés par des attaques de type DDoS (Distributed Denial of Service) avec des conséquences allant de la perte d’activité, de visibilité jusqu’à une absence totale de connectivité. Ces offensives s’appuient sur des systèmes informatiques (PC, serveurs ou objets connectés) qui envoient massivement des requêtes à un site pour le saturer et au final le faire tomber.

Se former à l’IoT gratuitement dans une « Hacking House » Sigfox

Le fleuron français des réseaux IoT lance sa première formation autour des applications pratiques de l’Internet des objets. Principe : confier aux participants le développement d’une solution IoT innovante et viable commercialement en seulement trois mois. Une formation gratuite que Sigfox déclinera en Europe dès 2019.

«Une Hacking House est un lieu où nous transformons les idées en véritables solutions IoT en moins de cent jours », résume Raouti Chehih, Chief Adoption Officer chez Sigfox. L’entreprise toulousaine a recruté en juillet 2017 ce co-fondateur d’EuraTechnologies, le plus grand incubateur de start-up en Europe. Sa mission : donner un coup d’accélérateur à l’écosystème IoT (Internet of Things). Car si le réseau Sigfox couvre déjà plus de 50 pays et régions, il lui manque encore des solutions IoT pour l’exploiter à pleine capacité.

« Pour renforcer l’adoption de l’IoT, il faut développer l’offre de solutions déjà disponibles sur le marché. Certains projets IoT coûtent trop cher et prennent trop de temps car ils nécessitent de lourds développements de solutions. Ce qu’il manque, ce sont des solutions sur étagères, correspondant aux principales attentes du marché. »

C’est justement pour développer l’offre de solutions IoT, que Sigfox a imaginé son concept de Hacking House. Les participants vont pouvoir se former gratuitement aux technologies IoT, en travaillant sur des projets concrets pendant trois mois. Les entreprises partenaires et clientes de Sigfox, à la recherche de solutions IoT, co-financent l’ensemble de la formation. Mais en retour, les « apprenants » vont développer des solutions étoffant « l’écosystème IoT », ce qui bénéficiera à Sigfox, ses partenaires et ses clients.

La première Hacking House a ouvert ses portes en septembre à Fremont (Californie), dans les locaux de l’École 42 de Xavier Niel, avec laquelle Sigfox a passé un partenariat. Les apprenants séjournent sur place durant toute la formation, selon le principe du co-working – co-living. Sigfox prend ainsi en charge les frais d’hébergement.

L’informaticien, premier public des Hacking Houses

La sélection s’est effectuée sur la base d’entretiens, complétés par des tests de création hardware et de développement software. Il faut donc clairement disposer d’un background technologique, mais aussi d’un minimum de compétences dans le développement commercial d’un produit. L’objectif est bien de créer une ébauche de solution IoT qui serait viable commercialement. « L’idée est de dénicher les futurs talents de l’IoT. Cela peut être des entrepreneurs, des étudiants, des professionnels en reconversion… de tous âges, des toutes nationalités et tous horizons professionnels. Nous n’avons pas réellement de profil type. Mais les informaticiens sont les bienvenus. Ils constituent même le premier public que nous souhaitons toucher avec les Hacking Houses », poursuit Raouti Chehih.

Les profils recherchés peuvent cependant avoir une orientation plutôt : « ingénieur software », « ingénieur hardware », « manager de projet », « designer » ou même « business analyst ». « Ils vont travailler en équipe, donc nous cherchons aussi la complémentarité des talents », poursuit-on chez Sigfox. Pour la première promotion californienne, Sigfox a retenu 12 candidatures parmi plus de 200 candidats internationaux. Durant l’été 2018, l’entreprise avait organisé à Paris un camp d’été, le « Summer Hack », dont les gagnants ont obtenu leur place dans la Hacking House. « Nous visons des sessions de formation de 30 à 40 élèves, à raison de quatre promotions par an par Hacking House », précise Raouti Chehih.

Apprentissage par la pratique

Une fois dans la Hacking House, l’apprenant a dix jours pour choisir le projet qu’il va mener en petit groupe de deux ou trois personnes. Ces projets sont proposés par les équipes de Sigfox ou correspondent à des demandes réelles d’entreprises partenaires et clientes. Pour la première promotion, une dizaine de projets ont été proposés et trois retenus par les participants. Il s’agit notamment de développer une solution dédiée à la prévention des feux de forêt, problématique qui touche particulièrement la Californie. La solution doit exploiter des capteurs IoT pour déclencher une alarme prévenant les incendies avant que la situation ne soit hors de contrôle.

Autre projet : développer un système de « connected seal » (scellé connecté) pour des cartons d’emballage, afin de savoir quand un colis a été ouvert. Le troisième projet retenu tourne autour d’un système d’étagères connectées destinées à « délivrer aux retailers différentes informations d’approvisionnement des stocks », indique Sigfox. Pour mener à bien leur projet, les « apprenants » disposent de ressources techniques mises à disposition par Sigfox et ses partenaires. Il s’agit bien entendu d’un accès au réseau de communication IoT de Sigfox, mais aussi de matériel et composants pour réaliser le prototype de la solution.

Les apprenants sont encadrés durant leur travail, mais il n’y a aucun cours théorique. « C’est du pur “ learn by doing ” », souligne Raouti Chehih. Ils reçoivent les conseils d’experts de Sigfox, mais aussi de partenaires industriels comme STmicro, de spécialistes de l’IoT comme Vantiq ou encore d’accélérateurs de start-up, comme l’américain HAX. Le projet suit trois phases : le design thinking (élaboration du concept), le prototypage de la solution et le pitch de présentation auprès d’experts et partenaires Sigfox. À la fin du cursus, les apprenants reçoivent une validation de compétences. « À terme, nous souhaitons pouvoir proposer un véritable certificat de formation. Mais pour cela, nous devons devenir un centre de certification. Ce sera la deuxième étape du projet Hacking House, prévue d’ici une année ou deux », indique-t-on chez Sigfox.

Direction Taïwan, puis l’Europe

Pour l’heure, les participants ont déjà « toutes leurs chances » d’être recrutés par Sigfox ou un de ses partenaires ou clients, souligne l’entreprise toulousaine. « Ils peuvent même créer leur start-up et nous les accompagneront dans cette démarche », indique Raouti Chehih. Après la première Hacking House américaine, Sigfox compte décliner le concept à Taipei (Taïwan) à la fin 2018, puis en Europe en 2019. Des villes comme Paris, Lille, Berlin, Munich ou Londres pourraient accueillir ces lieux de formation. Et dans les trois années à venir, Sigfox espère déployer une cinquantaine de Hacking Houses dans autant de pays. « L’objectif est de former six mille personnes et de voir émerger environ deux mille projets IoT d’ici à cinq ans », conclut Raouti Chehih.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos IoT


5G et sécurité

5G et sécurité

Des faiblesses subsistent dans certains protocoles hérités de la 4G et même de la 3G. Le niveau de sécurité de la 5G sera-t-il à la hauteur des enjeux ? Quelques éléments de réponse ici.

Solutions cloud on-premise

Solutions cloud on-premise

Le Cloud public s’invite dans les infrastructures privées des entreprises. Après Microsoft, c’est au tour d’AWS de proposer un service cloud public sous forme de serveur matériel. Est-ce là le moyen...

RSS
Afficher tous les dossiers

BIG DATA : la maturité ! marché, technologies, retours d'expérience - L'informatique du Grand Débat - Google & les DSI : des armes de séduction fatales ? - Dataops ou quand les méthodes agiles rencontrent le Big Data - Entretien avec Luc Julia, co-créateur de Siri - Tests assistants vocaux avec écrans...

 

CYBER-RÉSILIENCE : une question d'anticipation - Tendances 2019 : Edge, SD-Wan, Cloud hybride, collaboratif, IA/deep learning, Blockchain, SaaS - 5G enjeux sécurité - Cloud chez soi : idée géniale ou idiote ? - Fin des mainframes ? - Langages les plus buggés - Véhicules autonomes : les débouchés pour les informaticiens...

 

ENQUÊTE IAM / IAG : identité, la question de confiance - Cloud Act : Y a-t-il un problème ? - Le reCAPTCHA de Google est-il conforme au RGPD ? - Reportage Eset à Bratislava : À l’Est du nouveau - Les objets connectés, nouvelle cible privilégiée des pirates - Dans l’armurerie de Deutsche Telekom - Portrait John Fokker, tall guy, smart guy...

 

Afficher tous les derniers numéros

Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Au cours de l'année 2018, VansonBourne a mené une enquête pour le compte de Nutanix afin de connaître les intentions des entreprises en matière d'adoption de clouds privés, hybrides et publics.

 


Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Google a promis mardi de révolutionner le monde du jeu vidéo, en lançant cette année une plateforme permettant de jouer en streaming, mais aussi en dévoilant une nouvelle manette ou encore en lançant son propre studio de création. [Lire la dépêche...]

La Commission européenne a infligé mercredi pour la troisième fois en moins de deux ans une forte amende au géant américain de l'internet Google, l'accusant de nouveau de pratiques anticoncurrentielles dans l'UE. [Lire la dépêche...]

Une balance de la justiceLe procès d'un des cyberharceleurs soupçonné d'avoir menacé la journaliste Nadia Daam, après une chronique sur Europe 1 dans laquelle elle dénonçait une campagne de haine à l'encontre de deux militants féministes, a débuté mercredi soir à Rennes. [Lire la dépêche...]

Une réplique de l'engin spatial Orion de Lockheed Martin, le 12 mars 2019 à Austin (Texas)Une fois qu'un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel que des logiciels ou systèmes d'exploitation embarqués. [Lire la dépêche...]

Facebook déploiera fin mars son dispositif de transparence en matière de publicités politiques au sein de l'UE
Facebook déploiera fin mars son dispositif de transparence en matière de publicités politiques au sein de l'UE, dans le cadre de ses efforts pour endiguer les tentatives de manipulations avant les élections européennes de mai, a confirmé mercredi une responsable du groupe. [Lire la dépêche...]

Harald Krueger, le patron du constructeur allemand BMW, présente les résultats 2018 de la marque, le 20 mars 2018 à MunichBénéfices en baisse, suppressions d'emplois, programmes d'économies: l'électrification des voitures, nécessaire pour respecter les normes environnementales européennes, malmène d'ores et déjà un secteur automobile allemand divisé sur la meilleure stratégie pour engager sa mue. [Lire la dépêche...]

Des parlementaires américains ont demandé mardi aux dirigeants de quatre géants de l'internet de venir s'expliquer sur la prolifération en ligne de la vidéo du massacre perpétré vendredi dans une mosquée de Nouvelle-Zélande, qui avait été diffusée en direct sur Facebook par le tireur. [Lire la dépêche...]

Jade Raymond la patronne du nouveau studio de création de jeux vidéos de Google mardi pour le lancement de Stadia, la plateforme de streaming de jeux du géant de l'internet En mettant la puissance de son "cloud" informatique au service du jeu vidéo, Google ouvre de nouveaux horizons --quasi-illimités-- aux créateurs de jeu comme aux "gamers", qui pourront maintenant jouer en streaming. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

IOT WORLD

IoT World se tient, en parallèle de Cloud Computing World Expo et de Solutions Datacenter Management, les 20 et 21 mars 2019 à Paris, Porte de Versailles (Hall 5.2). Organisée par Cherche Midi Expo.

LAVAL VIRTUAL

Salon des nouvelles technologies et usages du virtuel (réalité virtuelle et augmentée), Laval Virtual se tient du 20 au 24 mars 2019 à Laval (salle polyvalente, place de Hercé). Organisé par l'association Virtual Laval.
WINDEV TECH TOUR 24 est une série de séminaires gratuits 100% techniques autour des produits WINDEV, WEBDEV et WINDEV Mobile dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Bordeaux (Talence) le mercredi 20 mars de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
RSS
Voir tout l'AgendaIT