X

Bullet Point : Gaga des milliards à gogo ?

Les acquisitions dans le secteur informatique deviennent quotidiennes et les prix s’envolent. IBM, SAP, Citrix, VMware font leur marché et, en quelques jours, ce sont des sommes comparables à un mois du déficit de la France qui changent de mains.

Le premier trimestre 2018 a d’ailleurs marqué un record avec 1 200 milliards de dollars dépensés dans des acquisitions d’entreprises, tous secteurs d’activités confondus. En valeur les acquisitions sont en augmentation de 67 % mais en nombre, elles baissent de 10 %. Dans les faits, les prix atteignent des sommets, loin de la réalité commerciale des entreprises achetées. Dans le secteur IT, les fonds ou acquéreurs sont prêts à payer dix fois l’Ebitda d’une cible. C’est à peu près ce qu’a payé IBM pour Red Hat.

Pour SAP, le rachat de Qualtrics est d’une autre teneur. L’éditeur allemand a acheté le manque à gagner de Qualtrics qui allait s’investir en Bourse. La facture se monte à la valorisation estimée après l’introduction de cette entreprise. Cela fait tout de même cher pour une fonction pas si évidente de feedback clients ou utilisateurs. Sans compter qu’il va falloir intégrer cette solution sur l’architecture HANA de SAP, même si les connecteurs et API existent déjà du fait du partenariat antérieur entre les deux entreprises.

Et l’ensemble des observateurs de s’extasier devant l’extravagance de ces rachats. Mais comment expliquer de tels investissements ?

Un contexte favorable

À la suite de la dernière crise économique, les grandes entreprises se sont retrouvées avec des montagnes de cash et qu’elles utilisaient parcimonieusement pour soutenir les cours de leur action avec des programmes de rachat de leurs propres titres ou le distribuait à travers de généreux dividendes. D’un autre côté, l’argent a servi à construire une sorte de bulle autour de start-up sur-capitalisées par des fonds augmentant artificiellement leur valorisation selon le degré de dilution des fondateurs. Des entreprises n’ayant pas encore de produit et encore moins de client devenaient du jour au lendemain des animaux avec une magnifique corne brillante sur le haut du crâne.

Au passage, de toutes ces entreprises qui ont été portées aux nues, combien en reste-t-il aujourd’hui ? La plupart ont été rachetées au prix fort de leur valorisation estimée. D’autres, moins chanceuses, ont choisi le chemin du marché boursier et se sont retrouvées à lever moins de fonds que prévu. Leur valorisation a fondu comme neige au soleil de la finance. Tout cela était soutenu par des analyses et des marketing agressifs sur la transformation nécessaire des entreprises à défaut de dépérir rapidement devant de nouveaux monstres ou barbares qui allaient prendre leur place et leurs clients. Il y a eu même un terme pour cela : ubériser. Devant les revers d’Uber et sa quasi déconfiture, l’explosion de services analogues partout dans le monde, le public s’est bien rendu compte que la fabuleuse histoire finissait plutôt en eau de boudin !

La fin de la récréation risque d’être dure et d’arriver rapidement. Déjà les analystes financiers sur le marché américain commencent à regarder d’un autre œil les valeurs technologiques, ne les adulent plus autant et en viennent à demander de solides compensations. Ainsi IBM a vu sa note de crédit dégradée à la suite du rachat de Red Hat. Ce formidable pari a intérêt à être le bon car les actionnaires d’IBM ne verront plus le cours du titre soutenu par un large programme de rachat d’actions. Cela est sans compter sur le fait que les analystes financiers pensent que la distribution de dividendes va être suspendue pendant les deux ans à venir. Après quelques temps d’euphorie, la raison semble l’emporter mais risque aussi de faire s’écrouler ce magnifique château de cartes qu’ont monté des fonds d’investissement autour des start-up.

Un aveu d’échec

L’autre versant de ces rachats est l’incroyable constat d’échec des grands acteurs de l’IT dans l’innovation et les toute nouvelles technologies. Comment une entreprise comme IBM qui se targue d’être l’entreprise qui dépose le plus de brevets dans l’année depuis plus de dix ans en arrive à lâcher 34 milliards de dollars pour essayer de prendre une position dominante dans le Cloud privé alors qu’elle était l’entreprise qui a créé le concept du on-demand au cours de la première décennie du siècle ? Comment SAP, créateur de l’ERP étendu, a réussi à avoir à remettre 8 milliards au pot pour rattraper ou essayer de dépasser ses concurrents sur le terrain des retours clients dans le CRM ?

Il va bien falloir reconnaître un jour que l’innovation n’est plus du côté de ces grands faiseurs de l’IT et que les start-up et les communautés open source deviennent les véritables créateurs d’innovation dans l’informatique. Ce débat s’est déjà déplacé avec les géants du Web. La plupart des nouvelles technologies de pointe dans les infrastructures ou dans les applications viennent d’eux. D’ailleurs, avant de racheter les petites pépites

technologiques, IBM, SAP et consorts avaient déjà entamé leur révolution en adoptant des interfaces utilisateurs « facebook like » ou proche de celles qu’utilisent les citoyens lambda chez eux loin des outils dits d’entreprise. Il convient aussi d’analyser le retard à l’allumage de tous ces grands de l’informatique sur le Cloud. Le passage d’un modèle de licence, qui gonflait les revenus, à un modèle de souscription n’a pas encouragé les équipes commerciales à vendre du Cloud. De plus leur mutation vers ce modèle a été tardive comparativement à cette lame de fond – de fonds ! – qui monte d’année en année.

Au bilan, en dehors de sortir le chéquier, les acteurs installés de l’informatique ne font plus grand-chose d’innovant et deviennent des suiveurs. Les géants du Web créent les tendances, les start-up exploitent ces technologies innovantes et se vendent au plus haut en s’appuyant sur des communautés de développeurs, de testeurs, que ne peuvent plus s’offrir les acteurs connus du secteur. Dans le grand jeu de la révolution numérique, il n’est pas sûr que ce soit ceux que l’on croit qui gagnent. De surcroît, les tendances comme les prix ou valorisations ne sont pas éternels et les valeurs technologiques commencent à être chahutées sur les marchés boursiers. Pas certain que l’on soit encore longtemps gaga des milliards à gogo ! La fête est en passe de se terminer.



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Vient de paraître

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs
Yuka

Yuka

Près d’un quart des Français utilise cette application évaluant si un produit, alimentaire ou cosmétique, est bon pour la santé ! L’outil YuKa a changé le comportement de nombreux...

École 42

École 42

Fondée en 2013, l’École 42 s’est installée sur la plus haute marche du podium des «écoles de code», selon le classement CodinGame. Dirigée par Sophie Viger depuis la fin 2018,...

Apple préfère ARM

Apple préfère ARM

La rumeur courait depuis plusieurs années. Elle a été confirmée à l’occasion de la Conférence développeurs WWDC 2020 : Apple divorce d’avec Intel. Les futurs ordinateurs de la marque...

Culture & Numérique

Culture & Numérique

Si la culture a pu être aussi avidement consommée lors du confinement, c’est avant tout parce que le secteur n’a pas attendu la Covid-19 pour faire sa transformation numérique. Une transformation qui s’est...

Project Reunion

Project Reunion

Microsoft a dévoilé à l’occasion de sa conférence annuelle Build, dédiée aux développeurs, les tout premiers contours de Project Reunion. L’objectif recherché est de faciliter le...

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Afficher tous les dossiers

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

QUELLE IT POUR DEMAIN ? SaaS, Hybride, Shadow IT, Green IT... - Collaboration dans le Cloud : quelles alternatives à Office 365 ? - Intégration continue : les meilleurs outils et pratiques CI/CD - École 42 : le peer to peer learning ça fonctionne ! - Startups : les bonnes recettes de Yuka - 2010-2019 : la décennie qui changea l’information géographique...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Deux jours avant une audition parlementaire sur les plateformes et les contenus qu'elles hébergent, des modérateurs de Facebook demandent à être mieux traités et écoutés par le géant des réseaux sociauxDeux jours avant une audition parlementaire sur les plateformes et les contenus qu'elles hébergent, des modérateurs de Facebook, en première ligne face aux messages de haine et images violentes, demandent à être mieux traités et écoutés par le géant des réseaux sociaux. [Lire la dépêche...]

Twitter multiplie les mesures pour limiter la désinformation sur les élections américaines
Twitter, à l'approche des élections américaines du 3 novembre, diffuse depuis lundi en évidence sur son fil d'actualités des messages destinés à prévenir ses utilisateurs de possibles manoeuvres de désinformation sur le vote par correspondance et les résultats.  [Lire la dépêche...]

Plusieurs dizaines de petits sites internet français ont été touchés par une vague de piratages informatiques consistant à leur faire afficher des messages de propagande islamistePlusieurs dizaines de petits sites internet français ont été touchés par une vague de piratages informatiques consistant à leur faire afficher des messages de propagande islamiste, a constaté lundi l'AFP. [Lire la dépêche...]

Lee Kun-hee avant une audience devant le tribunal à Séoul, le 1er juillet 2008Le plus riche et le plus puissant industriel de Corée du Sud, Lee Kun-hee, décédé dimanche à l'âge de 78 ans, avait fait de Samsung Electronics un géant mondial des télécommunications, tout en menant une existence solitaire. [Lire la dépêche...]

Le Premier ministre français Jean Castex et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le 23 octobre 2020 à BruxellesLe Premier ministre français Jean Castex a souligné vendredi à Bruxelles l'urgence d'une "régulation beaucoup plus forte" des réseaux sociaux, après la décapitation de l'enseignant Samuel Paty. [Lire la dépêche...]

Croquis d'audience montrant le Russe Alexander Vinnik (C) devant le tribunal correctionnel, le 19 octobre 2020 à ParisIl a été qualifié de "pirate extrêmement doué", "pionnier" des cyberattaques: dix ans de prison ont été requis vendredi contre le Russe Alexander Vinnik, jugé à Paris pour des escroqueries massives au bitcoin. [Lire la dépêche...]

Prototype d'Des sortes de capsules, individuelles, en duo ou prévues pour un vélo : le projet "Urbanloop" d'élèves ingénieurs lorrains pourrait se concrétiser dès 2024, à Nancy voire à proximité d'un site des jeux Olympiques de Paris. [Lire la dépêche...]

Une cour d'appel californienne a estimé jeudi qu'Uber et Lyft ont bien enfreint la loi de l'Etat qui veut les contraindre à requalifier leurs chauffeurs en employésUne cour d'appel californienne a estimé jeudi qu'Uber et Lyft ont bien enfreint la loi de l'Etat qui veut les contraindre à requalifier leurs chauffeurs en employés, mais les deux entreprises ont un sursis jusqu'à ce que les électeurs aient voté sur leur proposition alternative le 3 novembre. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 novembre 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Voir tout l'AgendaIT