X

News Partenaire

Qualys VMDR : protéger efficacement & simplement toute son infrastructure IT

Dans le cadre de l’explosion du travail à distance, VMDR offre une protection renforcée y compris pour des postes de travail qui ne font habituellement pas partie du système d’information de l’entreprise. Durant les 60 prochains jours, la solution est offerte gracieusement à tout le monde, clients ou non de Qualys.

Bullet Point : Gaga des milliards à gogo ?

Les acquisitions dans le secteur informatique deviennent quotidiennes et les prix s’envolent. IBM, SAP, Citrix, VMware font leur marché et, en quelques jours, ce sont des sommes comparables à un mois du déficit de la France qui changent de mains.

Le premier trimestre 2018 a d’ailleurs marqué un record avec 1 200 milliards de dollars dépensés dans des acquisitions d’entreprises, tous secteurs d’activités confondus. En valeur les acquisitions sont en augmentation de 67 % mais en nombre, elles baissent de 10 %. Dans les faits, les prix atteignent des sommets, loin de la réalité commerciale des entreprises achetées. Dans le secteur IT, les fonds ou acquéreurs sont prêts à payer dix fois l’Ebitda d’une cible. C’est à peu près ce qu’a payé IBM pour Red Hat.

Pour SAP, le rachat de Qualtrics est d’une autre teneur. L’éditeur allemand a acheté le manque à gagner de Qualtrics qui allait s’investir en Bourse. La facture se monte à la valorisation estimée après l’introduction de cette entreprise. Cela fait tout de même cher pour une fonction pas si évidente de feedback clients ou utilisateurs. Sans compter qu’il va falloir intégrer cette solution sur l’architecture HANA de SAP, même si les connecteurs et API existent déjà du fait du partenariat antérieur entre les deux entreprises.

Et l’ensemble des observateurs de s’extasier devant l’extravagance de ces rachats. Mais comment expliquer de tels investissements ?

Un contexte favorable

À la suite de la dernière crise économique, les grandes entreprises se sont retrouvées avec des montagnes de cash et qu’elles utilisaient parcimonieusement pour soutenir les cours de leur action avec des programmes de rachat de leurs propres titres ou le distribuait à travers de généreux dividendes. D’un autre côté, l’argent a servi à construire une sorte de bulle autour de start-up sur-capitalisées par des fonds augmentant artificiellement leur valorisation selon le degré de dilution des fondateurs. Des entreprises n’ayant pas encore de produit et encore moins de client devenaient du jour au lendemain des animaux avec une magnifique corne brillante sur le haut du crâne.

Au passage, de toutes ces entreprises qui ont été portées aux nues, combien en reste-t-il aujourd’hui ? La plupart ont été rachetées au prix fort de leur valorisation estimée. D’autres, moins chanceuses, ont choisi le chemin du marché boursier et se sont retrouvées à lever moins de fonds que prévu. Leur valorisation a fondu comme neige au soleil de la finance. Tout cela était soutenu par des analyses et des marketing agressifs sur la transformation nécessaire des entreprises à défaut de dépérir rapidement devant de nouveaux monstres ou barbares qui allaient prendre leur place et leurs clients. Il y a eu même un terme pour cela : ubériser. Devant les revers d’Uber et sa quasi déconfiture, l’explosion de services analogues partout dans le monde, le public s’est bien rendu compte que la fabuleuse histoire finissait plutôt en eau de boudin !

La fin de la récréation risque d’être dure et d’arriver rapidement. Déjà les analystes financiers sur le marché américain commencent à regarder d’un autre œil les valeurs technologiques, ne les adulent plus autant et en viennent à demander de solides compensations. Ainsi IBM a vu sa note de crédit dégradée à la suite du rachat de Red Hat. Ce formidable pari a intérêt à être le bon car les actionnaires d’IBM ne verront plus le cours du titre soutenu par un large programme de rachat d’actions. Cela est sans compter sur le fait que les analystes financiers pensent que la distribution de dividendes va être suspendue pendant les deux ans à venir. Après quelques temps d’euphorie, la raison semble l’emporter mais risque aussi de faire s’écrouler ce magnifique château de cartes qu’ont monté des fonds d’investissement autour des start-up.

Un aveu d’échec

L’autre versant de ces rachats est l’incroyable constat d’échec des grands acteurs de l’IT dans l’innovation et les toute nouvelles technologies. Comment une entreprise comme IBM qui se targue d’être l’entreprise qui dépose le plus de brevets dans l’année depuis plus de dix ans en arrive à lâcher 34 milliards de dollars pour essayer de prendre une position dominante dans le Cloud privé alors qu’elle était l’entreprise qui a créé le concept du on-demand au cours de la première décennie du siècle ? Comment SAP, créateur de l’ERP étendu, a réussi à avoir à remettre 8 milliards au pot pour rattraper ou essayer de dépasser ses concurrents sur le terrain des retours clients dans le CRM ?

Il va bien falloir reconnaître un jour que l’innovation n’est plus du côté de ces grands faiseurs de l’IT et que les start-up et les communautés open source deviennent les véritables créateurs d’innovation dans l’informatique. Ce débat s’est déjà déplacé avec les géants du Web. La plupart des nouvelles technologies de pointe dans les infrastructures ou dans les applications viennent d’eux. D’ailleurs, avant de racheter les petites pépites

technologiques, IBM, SAP et consorts avaient déjà entamé leur révolution en adoptant des interfaces utilisateurs « facebook like » ou proche de celles qu’utilisent les citoyens lambda chez eux loin des outils dits d’entreprise. Il convient aussi d’analyser le retard à l’allumage de tous ces grands de l’informatique sur le Cloud. Le passage d’un modèle de licence, qui gonflait les revenus, à un modèle de souscription n’a pas encouragé les équipes commerciales à vendre du Cloud. De plus leur mutation vers ce modèle a été tardive comparativement à cette lame de fond – de fonds ! – qui monte d’année en année.

Au bilan, en dehors de sortir le chéquier, les acteurs installés de l’informatique ne font plus grand-chose d’innovant et deviennent des suiveurs. Les géants du Web créent les tendances, les start-up exploitent ces technologies innovantes et se vendent au plus haut en s’appuyant sur des communautés de développeurs, de testeurs, que ne peuvent plus s’offrir les acteurs connus du secteur. Dans le grand jeu de la révolution numérique, il n’est pas sûr que ce soit ceux que l’on croit qui gagnent. De surcroît, les tendances comme les prix ou valorisations ne sont pas éternels et les valeurs technologiques commencent à être chahutées sur les marchés boursiers. Pas certain que l’on soit encore longtemps gaga des milliards à gogo ! La fête est en passe de se terminer.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

Datacenters sur le grill

Datacenters sur le grill

Véritable usine de production de l’économie numérique, le datacenter focalise les critiques des associations environnementales. Ces installations dont les plus grosses peuvent consommer jusqu’à une centaine...

Apps de messagerie

Apps de messagerie

Le succès d’une application de messagerie instantanée débute souvent dans une cour d’école et finit entre les mains… de PDG. De plus en plus de collaborateurs échangent des invitations, des...

Le lourd poids de la dette technique

Le lourd poids de la dette technique

Prévisible et bien souvent inévitable, la dette technique continue cependant de donner des sueurs froides aux développeurs. Le problème ne vient pourtant pas toujours du code, mais plutôt de la prise de...

RSS
Afficher tous les dossiers

GESTIONNAIRE DE MOTS DE PASSE : un outil indispensable ? - Pandémie & Tech : gagnants et perdants - Multicloud : réalité d'aujourd'hui, impacts sur l'infrastructure et l'applicatif - Project Reunion Microsoft - No Code/Low Code en plein essor - Cobol V6 - Cyberattaques Covid-19 - L'emploi au temps du Corona...

 

COMMUNICATIONS UNIFIÉES : une convergence accrue entre communication et collaboration - Réussir StopCovid ! - Énergie : les datacenters sur le grill - Le lourd poids de la dette technique - GitLab comme solution DevSecOps - Les femmes, avenir de la filière IT ? - Apps de messagerie, attention danger ? - Pôle IA Toulouse...

 

POSTMORTEM cyberattaque CHU Rouen - OUTILS : Cyber, le risque n°1 - SecNumCloud, référentiel de confiance - Techno : pourquoi il devient urgent de mettre en oeuvre des algorithmes post-quantiques - CAHIER SPÉCIAL : DPO externe, quelles conditions pour une prestation idéale ?...

 

Afficher tous les derniers numéros

Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Malgré des investissements massifs dans le développement à hauteur de près de 4 milliards de dollars l'année dernière, près de la moitié du temps consacré au DevOps est perdu dans la répétition des tâches et dans la logistique. Ceci fait que 90% des entreprises qui ont adopté ces pratiques sont déçues par les résultats, selon une étude publiée par le Gartner.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le patron de Twitter Jack Dorsey à New Delhi en Inde en novembre 2018Le patron de Twitter Jack Dorsey va donner trois millions de dollars pour permettre aux maires de plusieurs villes des Etats-Unis d'expérimenter la mise en place d'un revenu universel, a-t-il annoncé dans un tweet. [Lire la dépêche...]

La reconnaissance faciale est de plus en plus utilisée par les forces de police et les agents de douane à travers le monde, ainsi que par des banques ou des magasinsLes régulateurs britannique et australien chargés de la protection des données ont annoncé une enquête conjointe sur la start-up américaine Clearview AI, dont la technologie de reconnaissance faciale suscite les inquiétudes. [Lire la dépêche...]

Photo transmise à l'AFP le 7 juillet 2020 par la Farmhouse Garden Animal Home montrant l'ânesse Buckwheat Devenue une vedette sur Zoom avec ses irruptions surprises - et payantes - au milieu de visioconférences,une ânesse a permis de renflouer les finances d'un refuge pour animaux de ferme au Canada, déserté de ses visiteurs pour cause de coronavirus. [Lire la dépêche...]

Des chercheurs d'emploi lors d'un événement Amazon en septembre 2019 à Crystal City en VirginieLes entreprises ne sont pas souvent prêtes à se lancer dans un examen de conscience sur la diversité - ou son absence - au sein de leur personnel, mais l'élan de colère provoqué par la mort de George Floyd aux Etats-Unis les a obligées à afficher leur solidarité avec les Afro-Américains, voire à faire des dons ou des promesses. [Lire la dépêche...]

Un rapport indépendant commandé par Facebook estime que les progrès effectués par le groupe sur le sujet des droits civiques sont obscurcis par quelques décisions Facebook a pris des décisions "problématiques" et "déchirantes" en matière de droits civiques, en particulier concernant des messages du président américain, conclut mercredi un audit indépendant mené à la demande du premier réseau social du monde. [Lire la dépêche...]

A l'heure où les géants Twitter et Facebook sont exhortés à surveiller les contenus qu'ils laissent circuler, les conservateurs américains qui s'estiment censurés par ces réseaux se ruent sur la toute jeune plateforme Parler, qui met en avant la liberté d'expressionA l'heure où les géants Twitter et Facebook sont exhortés à surveiller les contenus qu'ils laissent circuler, les conservateurs américains qui s'estiment censurés par ces réseaux se ruent sur la toute jeune plateforme Parler, qui met en avant la liberté d'expression. [Lire la dépêche...]

Les patrons de Google, Apple, Facebook et Amazon vont être interrogés par des parlementaires américains sur d'éventuelles pratiques anti-concurrentiellesLes patrons des quatre géants de la tech - Google, Apple, Facebook et Amazon - vont être interrogés par des parlementaires américains dans le cadre d'une des enquêtes sur d'éventuelles pratiques anti-concurrentielles. [Lire la dépêche...]

Le logo de l'application Tiktok s'affiche à l'écran d'une tablette, le 21 novembre 2019 à ParisL'accroissement des pouvoirs visant à censurer Internet à Hong Kong, en vertu de la nouvelle loi de Pékin, a suscité une levée de boucliers chez les géants américains des réseaux sociaux, tout en provoquant la suspension de la plateforme chinoise TikTok dans l'ancienne colonie.  [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 14 et 15 septembre 2020 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par Corp Agency.

AI PARIS

Conférence, exposition et rendez-vous d'affaires sur l'intelligence artificielle à Paris, Porte de Versailles les 14 et 15 septembre 2020. Organisé par Corp Agency.

DOCUMATION

Congrès et exposition Documation du 22 au 24 septembre 2020  à Paris Porte de Versailles (Pavillon 4.3). Organisé par Infopromotions.

AP CONNECT

La 3ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 22 et 23 septembre 2020 à Espace Grande Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Organisation.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie