X

News Partenaire

Conformité d’un hébergeur cloud au RGPD : des preuves techniques ?

A l’heure où le règlement général sur la protection des données va entrer en application, entreprises et administrations se demandent toujours comment procéder. Certaines décident d’y aller seules, d’autres se tournent vers des hébergeurs cloud pour les aider et les accompagner. Agarik assume ce rôle en mettant en avant son expertise en matière de sécurité.

Bullet Point : Gaga des milliards à gogo ?

Les acquisitions dans le secteur informatique deviennent quotidiennes et les prix s’envolent. IBM, SAP, Citrix, VMware font leur marché et, en quelques jours, ce sont des sommes comparables à un mois du déficit de la France qui changent de mains.

Le premier trimestre 2018 a d’ailleurs marqué un record avec 1 200 milliards de dollars dépensés dans des acquisitions d’entreprises, tous secteurs d’activités confondus. En valeur les acquisitions sont en augmentation de 67 % mais en nombre, elles baissent de 10 %. Dans les faits, les prix atteignent des sommets, loin de la réalité commerciale des entreprises achetées. Dans le secteur IT, les fonds ou acquéreurs sont prêts à payer dix fois l’Ebitda d’une cible. C’est à peu près ce qu’a payé IBM pour Red Hat.

Pour SAP, le rachat de Qualtrics est d’une autre teneur. L’éditeur allemand a acheté le manque à gagner de Qualtrics qui allait s’investir en Bourse. La facture se monte à la valorisation estimée après l’introduction de cette entreprise. Cela fait tout de même cher pour une fonction pas si évidente de feedback clients ou utilisateurs. Sans compter qu’il va falloir intégrer cette solution sur l’architecture HANA de SAP, même si les connecteurs et API existent déjà du fait du partenariat antérieur entre les deux entreprises.

Et l’ensemble des observateurs de s’extasier devant l’extravagance de ces rachats. Mais comment expliquer de tels investissements ?

Un contexte favorable

À la suite de la dernière crise économique, les grandes entreprises se sont retrouvées avec des montagnes de cash et qu’elles utilisaient parcimonieusement pour soutenir les cours de leur action avec des programmes de rachat de leurs propres titres ou le distribuait à travers de généreux dividendes. D’un autre côté, l’argent a servi à construire une sorte de bulle autour de start-up sur-capitalisées par des fonds augmentant artificiellement leur valorisation selon le degré de dilution des fondateurs. Des entreprises n’ayant pas encore de produit et encore moins de client devenaient du jour au lendemain des animaux avec une magnifique corne brillante sur le haut du crâne.

Au passage, de toutes ces entreprises qui ont été portées aux nues, combien en reste-t-il aujourd’hui ? La plupart ont été rachetées au prix fort de leur valorisation estimée. D’autres, moins chanceuses, ont choisi le chemin du marché boursier et se sont retrouvées à lever moins de fonds que prévu. Leur valorisation a fondu comme neige au soleil de la finance. Tout cela était soutenu par des analyses et des marketing agressifs sur la transformation nécessaire des entreprises à défaut de dépérir rapidement devant de nouveaux monstres ou barbares qui allaient prendre leur place et leurs clients. Il y a eu même un terme pour cela : ubériser. Devant les revers d’Uber et sa quasi déconfiture, l’explosion de services analogues partout dans le monde, le public s’est bien rendu compte que la fabuleuse histoire finissait plutôt en eau de boudin !

La fin de la récréation risque d’être dure et d’arriver rapidement. Déjà les analystes financiers sur le marché américain commencent à regarder d’un autre œil les valeurs technologiques, ne les adulent plus autant et en viennent à demander de solides compensations. Ainsi IBM a vu sa note de crédit dégradée à la suite du rachat de Red Hat. Ce formidable pari a intérêt à être le bon car les actionnaires d’IBM ne verront plus le cours du titre soutenu par un large programme de rachat d’actions. Cela est sans compter sur le fait que les analystes financiers pensent que la distribution de dividendes va être suspendue pendant les deux ans à venir. Après quelques temps d’euphorie, la raison semble l’emporter mais risque aussi de faire s’écrouler ce magnifique château de cartes qu’ont monté des fonds d’investissement autour des start-up.

Un aveu d’échec

L’autre versant de ces rachats est l’incroyable constat d’échec des grands acteurs de l’IT dans l’innovation et les toute nouvelles technologies. Comment une entreprise comme IBM qui se targue d’être l’entreprise qui dépose le plus de brevets dans l’année depuis plus de dix ans en arrive à lâcher 34 milliards de dollars pour essayer de prendre une position dominante dans le Cloud privé alors qu’elle était l’entreprise qui a créé le concept du on-demand au cours de la première décennie du siècle ? Comment SAP, créateur de l’ERP étendu, a réussi à avoir à remettre 8 milliards au pot pour rattraper ou essayer de dépasser ses concurrents sur le terrain des retours clients dans le CRM ?

Il va bien falloir reconnaître un jour que l’innovation n’est plus du côté de ces grands faiseurs de l’IT et que les start-up et les communautés open source deviennent les véritables créateurs d’innovation dans l’informatique. Ce débat s’est déjà déplacé avec les géants du Web. La plupart des nouvelles technologies de pointe dans les infrastructures ou dans les applications viennent d’eux. D’ailleurs, avant de racheter les petites pépites

technologiques, IBM, SAP et consorts avaient déjà entamé leur révolution en adoptant des interfaces utilisateurs « facebook like » ou proche de celles qu’utilisent les citoyens lambda chez eux loin des outils dits d’entreprise. Il convient aussi d’analyser le retard à l’allumage de tous ces grands de l’informatique sur le Cloud. Le passage d’un modèle de licence, qui gonflait les revenus, à un modèle de souscription n’a pas encouragé les équipes commerciales à vendre du Cloud. De plus leur mutation vers ce modèle a été tardive comparativement à cette lame de fond – de fonds ! – qui monte d’année en année.

Au bilan, en dehors de sortir le chéquier, les acteurs installés de l’informatique ne font plus grand-chose d’innovant et deviennent des suiveurs. Les géants du Web créent les tendances, les start-up exploitent ces technologies innovantes et se vendent au plus haut en s’appuyant sur des communautés de développeurs, de testeurs, que ne peuvent plus s’offrir les acteurs connus du secteur. Dans le grand jeu de la révolution numérique, il n’est pas sûr que ce soit ceux que l’on croit qui gagnent. De surcroît, les tendances comme les prix ou valorisations ne sont pas éternels et les valeurs technologiques commencent à être chahutées sur les marchés boursiers. Pas certain que l’on soit encore longtemps gaga des milliards à gogo ! La fête est en passe de se terminer.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

DevSecOps

DevSecOps

À l’intersection du développement, de l’exploitation et de la sécurité, DevSecOps vise à réconcilier trois populations aux intérêts souvent divergents. Inculquer vitesse et...

Supercalculateurs

Supercalculateurs

En perte de vitesse depuis plusieurs années dans les classements mondiaux, l’Europe a pris conscience de son retard dans un domaine stratégique pour sa recherche et ses industriels. Avec EuroHPC, l’Union...

5G

5G

Le déploiement de la 4G est à peine fini que la 5G frappe à la porte ! Il faut dire que, depuis dix ans, les utilisations de la téléphonie mobile ont évolué, sous la double impulsion des besoins...

RSS
Afficher tous les dossiers

CLOUD MADE IN FRANCE : pure players, telcos, comparatif des offres - Libra, la monnaie Facebook - L'analytique mange le logiciel - ERP, dernier bastion du "on premise" ? -Les métiers de l'ANSSI - Blockchain : projets open source et langages - Le sport, vitrine des technologies - Rencontre avec Alexandre Zapolsky (Linagora)...

 

OUTILS COLLABORATIFS : comment ils rendent l'entreprise plus agile - F8, Build, I/O, WWDC : Conf. développeurs, les annonces à retenir, les produits à venir - Supercalculateurs : l'Europe contre-attaque ! - DevSecOps, la sécurité au coeur du changement - Vendre et échanger des données - Migrer d'Oracle DB vers PostgreSQL - Ghidra : le framework de la NSA en Open Source...

 

LE NOUVEL ÂGE DU CLOUD : conteneurisation, services managés et FinOps - Comment faire baisser la facture du Cloud - 2014-2019 : l'avènement d'une Europe du numérique ? - Le défi technique de la 5G - Les entreprises face à l'agilité généralisée - Visual Studio 2019 - Recettes IFTTT - Test Huawei P30 Pro : le roi de la photo !...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Un système de géolocalisation d'urgence existe depuis plusieurs années et est utilisé dans une dizaine de pays européensLe décès du randonneur français Simon Gautier en Italie, retrouvé mort après une chute et alors qu'il avait réussi à joindre les secours, pose la question de la géolocalisation d'urgence, alors qu'un système existe depuis plusieurs années et est utilisé dans une dizaine de pays européens. [Lire la dépêche...]

Le logo du géant chinois des télécoms HuaweiWashington a accordé lundi un nouveau répit de trois mois au géant chinois des télécoms Huawei et à certains de ses clients américains. [Lire la dépêche...]

Des étudiants devant leur ordinateur à l'Ecole 42, école qui forme avec des méthodes originales des  ingénieurs informatiques. Photo du 19 février 2019Au coeur de l'été, Paris vit au ralenti. Mais en ce mois d'août, ce n'est pas le cas pour quelques centaines de jeunes gens, entrés dans la troisième semaine d'un marathon pour tenter d'intégrer une école d'un genre nouveau, l'école 42. [Lire la dépêche...]

Des Surtout connue pour ses plages de sable blanc, ses palmiers et ses alligators lézardant dans les piscines, Miami se rêve aujourd'hui en nouvelle Silicon Valley où pourraient bientôt prospérer les "iguanacornes". [Lire la dépêche...]

Tim Cook et Donald Trump, le 6 mars 2019 à WashingtonLe président américain Donald Trump a affirmé vendredi, avant de dîner avec le PDG d'Apple Tim Cook, que le groupe allait investir massivement aux Etats-Unis. [Lire la dépêche...]

Le short biomécanique pèse 5 kilos, batterie sanglée autour de la taille comprise. Le moteur, situé au niveau des reins, actionne des câbles assistant l'effort fourni par les jambesUn accessoire qui évoque les bandes dessinées de superhéros: le short robotisé pourrait devenir l'équipement sportif à faire rêver tout marcheur ou coureur avide d'améliorer ses performances. [Lire la dépêche...]

La salle de contrôle de Virgin Galactic, installée dans la base La compagnie de tourisme spatial Virgin Galactic a présenté jeudi ses nouveaux quartiers généraux dans l'Etat américain du Nouveau-Mexique et dévoilé le calendrier de ses derniers vols d'essai, s'approchant encore un peu plus de ses premiers vols commerciaux.   [Lire la dépêche...]

Instagram encourage ses usagers à dénoncer la désinformationLes usagers d'Instagram vont bientôt pouvoir signaler en quelques clics des publications qu'ils estiment être de la désinformation. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

VMWORLD US

VMware réunit clients et partenaires à l'occasion de la conférence VMworld édition américaine à San Francisco du 25 au 29 août 2019. Organisée par VMware.

RURALITIC

Ruralitic tient à Aurillac (centre des congrès) sa 14ème édition du 27 au 29 août 2019. Organisé par Mon Territoire Numérique et le Conseil départemental du Cantal.

IFA

IFA IFA
Le plus grand salon professionnel européen de l'électronique grand public a lieu à Berlin du 6 au 11 septembre 2019. Organisé par Messe Berlin.

SALONS SOLUTIONS

ERP, CRM, BI, E-Achats, Démat, Archivage, SDN/InfotoDoc, Serveurs & Applications - du 1er au 3 octobre 2019 à Paris, Porte de Versailles (Pavillon 3). Organisés par Infopromotions.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 9 au 12 octobre 2019. Organisées par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT