X
CA Technologies étend les outils de l’usine à logiciel

News Partenaire

CA Technologies étend les outils de l’usine à logiciel

L’éditeur américain a convié au printemps dernier quelques journalistes et analystes à visiter son laboratoire de Santa Clara et a profité de l’occasion pour présenter des nouveaux produits dans le domaine du DevOps et de la sécurité.


Bullet Point : Gaga des milliards à gogo ?

Les acquisitions dans le secteur informatique deviennent quotidiennes et les prix s’envolent. IBM, SAP, Citrix, VMware font leur marché et, en quelques jours, ce sont des sommes comparables à un mois du déficit de la France qui changent de mains.

Le premier trimestre 2018 a d’ailleurs marqué un record avec 1 200 milliards de dollars dépensés dans des acquisitions d’entreprises, tous secteurs d’activités confondus. En valeur les acquisitions sont en augmentation de 67 % mais en nombre, elles baissent de 10 %. Dans les faits, les prix atteignent des sommets, loin de la réalité commerciale des entreprises achetées. Dans le secteur IT, les fonds ou acquéreurs sont prêts à payer dix fois l’Ebitda d’une cible. C’est à peu près ce qu’a payé IBM pour Red Hat.

Pour SAP, le rachat de Qualtrics est d’une autre teneur. L’éditeur allemand a acheté le manque à gagner de Qualtrics qui allait s’investir en Bourse. La facture se monte à la valorisation estimée après l’introduction de cette entreprise. Cela fait tout de même cher pour une fonction pas si évidente de feedback clients ou utilisateurs. Sans compter qu’il va falloir intégrer cette solution sur l’architecture HANA de SAP, même si les connecteurs et API existent déjà du fait du partenariat antérieur entre les deux entreprises.

Et l’ensemble des observateurs de s’extasier devant l’extravagance de ces rachats. Mais comment expliquer de tels investissements ?

Un contexte favorable

À la suite de la dernière crise économique, les grandes entreprises se sont retrouvées avec des montagnes de cash et qu’elles utilisaient parcimonieusement pour soutenir les cours de leur action avec des programmes de rachat de leurs propres titres ou le distribuait à travers de généreux dividendes. D’un autre côté, l’argent a servi à construire une sorte de bulle autour de start-up sur-capitalisées par des fonds augmentant artificiellement leur valorisation selon le degré de dilution des fondateurs. Des entreprises n’ayant pas encore de produit et encore moins de client devenaient du jour au lendemain des animaux avec une magnifique corne brillante sur le haut du crâne.

Au passage, de toutes ces entreprises qui ont été portées aux nues, combien en reste-t-il aujourd’hui ? La plupart ont été rachetées au prix fort de leur valorisation estimée. D’autres, moins chanceuses, ont choisi le chemin du marché boursier et se sont retrouvées à lever moins de fonds que prévu. Leur valorisation a fondu comme neige au soleil de la finance. Tout cela était soutenu par des analyses et des marketing agressifs sur la transformation nécessaire des entreprises à défaut de dépérir rapidement devant de nouveaux monstres ou barbares qui allaient prendre leur place et leurs clients. Il y a eu même un terme pour cela : ubériser. Devant les revers d’Uber et sa quasi déconfiture, l’explosion de services analogues partout dans le monde, le public s’est bien rendu compte que la fabuleuse histoire finissait plutôt en eau de boudin !

La fin de la récréation risque d’être dure et d’arriver rapidement. Déjà les analystes financiers sur le marché américain commencent à regarder d’un autre œil les valeurs technologiques, ne les adulent plus autant et en viennent à demander de solides compensations. Ainsi IBM a vu sa note de crédit dégradée à la suite du rachat de Red Hat. Ce formidable pari a intérêt à être le bon car les actionnaires d’IBM ne verront plus le cours du titre soutenu par un large programme de rachat d’actions. Cela est sans compter sur le fait que les analystes financiers pensent que la distribution de dividendes va être suspendue pendant les deux ans à venir. Après quelques temps d’euphorie, la raison semble l’emporter mais risque aussi de faire s’écrouler ce magnifique château de cartes qu’ont monté des fonds d’investissement autour des start-up.

Un aveu d’échec

L’autre versant de ces rachats est l’incroyable constat d’échec des grands acteurs de l’IT dans l’innovation et les toute nouvelles technologies. Comment une entreprise comme IBM qui se targue d’être l’entreprise qui dépose le plus de brevets dans l’année depuis plus de dix ans en arrive à lâcher 34 milliards de dollars pour essayer de prendre une position dominante dans le Cloud privé alors qu’elle était l’entreprise qui a créé le concept du on-demand au cours de la première décennie du siècle ? Comment SAP, créateur de l’ERP étendu, a réussi à avoir à remettre 8 milliards au pot pour rattraper ou essayer de dépasser ses concurrents sur le terrain des retours clients dans le CRM ?

Il va bien falloir reconnaître un jour que l’innovation n’est plus du côté de ces grands faiseurs de l’IT et que les start-up et les communautés open source deviennent les véritables créateurs d’innovation dans l’informatique. Ce débat s’est déjà déplacé avec les géants du Web. La plupart des nouvelles technologies de pointe dans les infrastructures ou dans les applications viennent d’eux. D’ailleurs, avant de racheter les petites pépites

technologiques, IBM, SAP et consorts avaient déjà entamé leur révolution en adoptant des interfaces utilisateurs « facebook like » ou proche de celles qu’utilisent les citoyens lambda chez eux loin des outils dits d’entreprise. Il convient aussi d’analyser le retard à l’allumage de tous ces grands de l’informatique sur le Cloud. Le passage d’un modèle de licence, qui gonflait les revenus, à un modèle de souscription n’a pas encouragé les équipes commerciales à vendre du Cloud. De plus leur mutation vers ce modèle a été tardive comparativement à cette lame de fond – de fonds ! – qui monte d’année en année.

Au bilan, en dehors de sortir le chéquier, les acteurs installés de l’informatique ne font plus grand-chose d’innovant et deviennent des suiveurs. Les géants du Web créent les tendances, les start-up exploitent ces technologies innovantes et se vendent au plus haut en s’appuyant sur des communautés de développeurs, de testeurs, que ne peuvent plus s’offrir les acteurs connus du secteur. Dans le grand jeu de la révolution numérique, il n’est pas sûr que ce soit ceux que l’on croit qui gagnent. De surcroît, les tendances comme les prix ou valorisations ne sont pas éternels et les valeurs technologiques commencent à être chahutées sur les marchés boursiers. Pas certain que l’on soit encore longtemps gaga des milliards à gogo ! La fête est en passe de se terminer.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


A votre avis...

Stockage nouvelle génération

Stockage nouvelle génération

Le volume des données, structurées ou non, augmente sans cesse sous la montée en puissance de nouvelles applications : IoT, IA, Big Data… de ce fait, le stockage fait régulièrement sa révolution...

Multicloud

Multicloud

Le multicloud est le buzzword de 2018. Une stratégie que, selon les cabinets de conseil, la majorité des entreprises vont mettre en place au nom de la flexibilité. C’est qu’il serait dommage de mettre tous ses...

Sécurité du poste de travail

Sécurité du poste de travail

Yann Serra
Les hackers considèrent désormais qu’il est bien plus rentable de concevoir des attaques sur-mesure pour dévaliser les entreprises. Le ciblage des salariés atteint un niveau de personnalisation tel que les...

RSS
Afficher tous les dossiers

L'IA EN ACTION : 6 exemples d'exploitation concrète - Les frameworks de Machine Learning - Pourquoi IBM rachète Red Hat ? - La fièvre des conteneurs "managés" - Les nouveaux métiers de l'IT - Rencontre avec Salwa Toko, présidente du CNNum - Quel ultra-portable choisir ? Chromebook ou terminal Windows 10 ?...

 

STOCKAGE NOUVELLE GÉNÉRATION - Prélèvement à la source : les éditeurs confiants - Multicloud : les Français entrent dans la danse - DEV : les langages à connaître... et ceux à éviter - Se former à l'IoT gratuitement - IPV6 : il est plus que temps ! - Rencontre avec Jean-Noël de Galzain, fondateur de Wallix et d'Hexatrust...

 

ENQUÊTE IA & SSI : une attente forte et déjà des solutions concrètes - DPO/DPD : premier bilan du RGPD, pauvre DPO... - Entretien avec Laure de la Raudière, députée - Reportage #Room42 : pas de cyber panique au Luxembourg ! - Cryptojacking - Office 365, cible adorée des pirates - Prophétique Black Mirror - Portrait Nora Cuppens, tête chercheuse...

 

Afficher tous les derniers numéros

Avez-vous le contrôle de vos données Office 365 ? Avez-vous accès à tous les éléments dont vous avez besoin ? À première vue, la réponse est en général « Bien sûr » ou « Microsoft s’en occupe ». Mais à bien y réfléchir, en êtes-vous sûr ?


Tous les secteurs industriels dans le monde sont confrontés à des défis informatiques spécifiques qui conditionnent le succès ou l’échec de l’entreprise.


Au cours de la dernière année, les données volées et vulnérables se sont révélées des armes précieuses pour les adversaires de tous les horizons, dans toutes les régions, et pour toutes les motivations.


Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Mi-décembre, le gouvernement français, à la recherche de recettes pour financer les mesures sociales annoncées par le président Macron, avait annoncé qu'il taxerait dès le 1er janvier les géants du numérique, sans attendre un éventuel accord au sein de l'UEUn "projet de loi spécifique" portant sur une taxe qui touchera "dès cette année" les entreprises proposant des services numériques en France sera présenté "en Conseil des ministres d'ici à fin février", a annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. [Lire la dépêche...]

Les relations sont très tendues entre le Canada et la Chine après l'arrestation à Vancouver d'une haute dirigeante de HuaweiLe gouvernement canadien a rejeté vendredi les menaces chinoises de "répercussions" à son encontre au cas où Ottawa déciderait d'interdire le déploiement au Canada de la technologie de réseau 5G du géant chinois des télécoms Huawei. [Lire la dépêche...]

La Lune vue de Los Angeles le 30 janvier 2018Les agences spatiales américaine et chinoise se parlent et se coordonnent de façon limitée pour explorer la Lune, a confirmé vendredi la Nasa, qui doit opérer dans un cadre légal très étroit imposé par le Congrès, méfiant contre le transfert de technologies vers la Chine. [Lire la dépêche...]

La ministre des Armées, Florence Parly, le 18 janvier 2019 à ParisLes armées françaises sont désormais dotées d'une doctrine de lutte informatique offensive, une manière de muscler leur posture face à la multiplication des menaces dans le cyberespace, devenu un lieu de confrontation à part entière. [Lire la dépêche...]

Ils échangent des centaines de messages Whatsapp, organisent blocages et manifestations: ce travail de fourmi a fait des administrateurs et modérateurs des groupes Facebook de Ils échangent des centaines de messages Whatsapp, passent des heures à relire des commentaires, organisent blocages et manifestations: ce travail de fourmi dans les coulisses a fait des administrateurs et modérateurs des groupes Facebook de "gilets jaunes" des piliers du mouvement qui agite la France depuis deux mois. [Lire la dépêche...]

Le Premier ministre albanais Edi Rama, le 27 août 2018 à TiranaOn peut être premier ministre et "instagrameur" compulsif: pour apaiser les protestataires ou ridiculiser l'opposition, l'Albanais Edi Rama use (abuse disent ses adversaires) des réseaux sociaux dont il est une star dans les Balkans. [Lire la dépêche...]

Wang Jinxiang, 62 ans, se produit devant le Nid d'oiseau, le stade olympique des JO d'été de Pékin, le 26 décembre 2018Internet n'est pas réservé qu'aux jeunes. En Chine, où les personnes âgées aiment se regrouper sur les places publiques pour danser ou chanter, une armée de seniors diffusent leurs performances en direct via leurs smartphones dernier cri. [Lire la dépêche...]

La ministre des Armées Florence Parly quitte l'Elysée à l'issue du Conseil des ministres, le 30 octobre 2018 à ParisLes armées françaises sont désormais dotées d'une doctrine de lutte informatique offensive, une manière de muscler leur posture face à la multiplication des menaces dans le cyberespace, devenu un champ de bataille à part entière. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

FIC

FIC FIC
Le 11ème Forum International de la Cybersécurité occupe les 22 et 23 janvier 2019 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

AP CONNECT

La 2ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 29 et 30 janvier 2019 à Espace Grand Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Promotion.

RENCONTRES AMRAE

Les 27èmes Rencontres de l'AMRAE (Association française des professionnels de la gestion des risques et des assurances), le congrès annuel de référence des métiers du risque et des assurances, ont lieu du 6 au 8 février 2019 à Deauville (Centre International) sur le thème : "Le risque au coeur de la transformation". Organisées par l'AMRAE.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 11 et 12 mars 2019 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, la 13ème édition d'IT Partners a lieu les 13 et 14 mars 2019 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury 1). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT