X
SYNETIS : dans le feu de l'action

News Partenaire

SYNETIS : dans le feu de l'action

Située en plein cœur de Paris, comme beaucoup d’entreprises d’Hexatrust qui veulent à la fois attirer les jeunes générations pour qui les tours de La Défense appartiennent au passé, tout en restant proche des grands clients, SYNETIS, créée en 2010, respire l’adrénaline et l’énergie. En plein travaux le jour de notre visite, on y est reçu comme on y travaille : cash et sans fard.

Bullet Point : Le business de la compassion

Depuis des mois, nous voyons une tendance étonnante se développer dans les entreprises. Elle est parfois digne des meilleurs moments du paternalisme du XIXe siècle. Je veux parler du bonheur des salariés au travail. Et plus particulièrement de l’engagement de ceux-ci dans des associations plus ou moins humanitaires. 

Dans certaines entreprises comme Salesforce, l’engagement dans ce type d’institutions fait partie des objectifs des salariés et donne lieu à un suivi régulier de leurs actions dans ces associations. Alors qu’est-ce qui peut expliquer l’engagement des entreprises dans la Société ?

Il faut d’abord noter que le phénomène est courant aux États-Unis, où il est dans la culture de rendre à la communauté lorsque la vie vous a permis de rencontrer le succès et de gagner beaucoup d’argent. De plus il convient de contribuer à la hauteur de ce que vous avez gagné. Ainsi Warren Buffett, Bill Gates sont de grands philanthropes depuis des années. Dans notre pays, comme pour beaucoup d’autres choses, il a fallu que la loi encadre cela par l’ajout des règles sur le social et l’environnemental pour que les choses bougent. Les entreprises y vont donc de leur fondation, ou de leur engagement dans la Société.

Certains de ces engagements sont d’ailleurs très souvent d’importance au niveau du temps passé ou des ressources abondées. C’est souvent sur des problèmes graves que les entreprises se penchent. Dernièrement, à la conférence des utilisateurs de Splunk, l’entreprise a mis en avant le Global Emancipation Network, un réseau qui lutte contre le trafic humain et l’esclavage sous toutes ses formes. Des employés de Splunk ont aidé au développement de la plate-forme de partage d’informations autour de cette problématique à l’usage de tous, agences gouvernementales et services d’ordre compris. La plate-forme utilise principalement les possibilités d’analyse de Splunk pour déterminer les routes et les « habitudes » des trafiquants.

Plus proche de nous, la fondation Sopra-Steria aide près de 70 projets allant de l’aide à l’éducation, à la recherche sur le cancer, en passant par un herbier numérique pour la gestion des espaces environnementaux. Total et Starbucks se sont engagés à soutenir des associations accueillant des réfugiés. Sodexo, BNP Paribas, Air Liquide ont aussi donné leur obole pour l’accueil ou l’insertion des réfugiés en proposant des programmes de mentorat ou de remise à niveau pour leur donner accès à des emplois.

Il est difficile de trouver à redire sur ces différentes actions. Le phénomène connaît cependant des limites. Ainsi le dépôt des dossiers suppose de s’insérer parfois dans un cadre précis. Par exemple la fondation Sopra-Steria ne soutient que les dossiers demandant du matériel informatique ou des besoins en conseil ou aide, et refuse les dossiers exigeant un soutien financier permanent.

On peut aussi s’interroger sur l’engagement réel du salarié lorsque cet engagement fait partie de ses objectifs. À condition qu’il en soit bien conscient lors de la signature de son contrat de travail. On imagine cependant que son libre consentement est dans ce cas tout relatif. D’ailleurs les salariés répondent le plus souvent avec un sourire figé aux questions sur leur engagement dans ces conditions et aucun n’accepte de parler de pression dans ce cadre. Une telle unanimité semble d’ailleurs étonnante. Combien des 16 millions de bénévoles que compte notre pays sont dans ce cas ? De plus ce mécénat ne concerne que les plus grandes associations dans la plupart des cas. Seulement 9 % des associations sont concernées par ce type de financement dans notre pays. Bien loin de ce qui se fait dans les pays anglo-saxons. Les associations sont encore très dépendantes des subventions des collectivités publiques. La répartition des fonds devrait devenir encore plus difficile à l’avenir avec 70 000 associations se créant chaque année. D’après ces chiffres fournis par le site associations.gouv.fr, les entreprises font des choses, mais peu en comparaison de leurs ressources.

Pourtant il est évident que les entreprises y trouvent leur compte, du moins à moyen terme. Les lois mettant en place le RSE (ou Responsabilité sociale et environnementale des entreprises) ont mis en place un nouveau type de management « anticipatif » fondé sur une stratégie d’entreprise organisée. Cela se traduit par une optimisation des coûts, la mise en place d’indicateurs de performances et par une meilleure préparation aux changements nécessaires à toute organisation. Une étude récente commanditée par France Stratégie (2015-2016) et menée sur 8 500 entreprises de toutes tailles confirme un écart de l’ordre de 13 % concernant les résultats économiques des entreprises ayant de bonnes pratiques RSE.

L’engagement dans la société est aussi un outil de recrutement. L’image de l’entreprise est importante pour attirer les jeunes talents. Bien orchestrée, la communication autour des opérations sociales et environnementales des entreprises a un impact sur leur attractivité auprès de salariés potentiels.

La mise en place de ces mesures a permis aux entreprises d’alléger, faiblement il est vrai, la facture fiscale du fait des réductions d’impôts sur les dons. Sur ce plan, les entreprises ont d’autres possibilités pour optimiser leur fiscalité ! Les multiples scandales autour du sujet ne font que le prouver. Au bilan, il est certainement de bon augure que de plus en plus d’entreprises s’engagent dans ce type de démarche qui allie la croissance de leur activité et leur engagement dans la sphère sociétale. Elles devraient en faire d’ailleurs plus et prendre le relais des pouvoirs publics qui connaissent depuis des années des problèmes de fin de mois.

La limite de la démarche reste dans l’engagement « forcé » des salariés dans des activités hors de leur entreprise. Il est bon que le business soit compassionnel mais pas que la compassion devienne un business ou un simple vecteur d’image de l’entreprise souvent loin de la réalité du monde du travail. Près de 11 500 personnes travaillant dans trente grandes entreprises technologiques ont été interrogées. À la question : « Souffrez-vous actuellement de burn-out ? », plus de 57 % d’entre elles ont répondu « oui ». Étonnant car lorsque les entreprises réalisent des sondages en interne, elles arrivent à presque 90 % de satisfaction des salariés sur les conditions de travail dans leur entreprise. À chacun ses urgences et son appréciation de ce qui est important pour l’entreprise !


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats, Bullet Points


5G et sécurité

5G et sécurité

Des faiblesses subsistent dans certains protocoles hérités de la 4G et même de la 3G. Le niveau de sécurité de la 5G sera-t-il à la hauteur des enjeux ? Quelques éléments de réponse ici.

Solutions cloud on-premise

Solutions cloud on-premise

Le Cloud public s’invite dans les infrastructures privées des entreprises. Après Microsoft, c’est au tour d’AWS de proposer un service cloud public sous forme de serveur matériel. Est-ce là le moyen...

RSS
Afficher tous les dossiers

BIG DATA : la maturité ! marché, technologies, retours d'expérience - L'informatique du Grand Débat - Google & les DSI : des armes de séduction fatales ? - Dataops ou quand les méthodes agiles rencontrent le Big Data - Entretien avec Luc Julia, co-créateur de Siri - Tests assistants vocaux avec écrans...

 

CYBER-RÉSILIENCE : une question d'anticipation - Tendances 2019 : Edge, SD-Wan, Cloud hybride, collaboratif, IA/deep learning, Blockchain, SaaS - 5G enjeux sécurité - Cloud chez soi : idée géniale ou idiote ? - Fin des mainframes ? - Langages les plus buggés - Véhicules autonomes : les débouchés pour les informaticiens...

 

ENQUÊTE IAM / IAG : identité, la question de confiance - Cloud Act : Y a-t-il un problème ? - Le reCAPTCHA de Google est-il conforme au RGPD ? - Reportage Eset à Bratislava : À l’Est du nouveau - Les objets connectés, nouvelle cible privilégiée des pirates - Dans l’armurerie de Deutsche Telekom - Portrait John Fokker, tall guy, smart guy...

 

Afficher tous les derniers numéros

Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Au cours de l'année 2018, VansonBourne a mené une enquête pour le compte de Nutanix afin de connaître les intentions des entreprises en matière d'adoption de clouds privés, hybrides et publics.

 


Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Google a promis mardi de révolutionner le monde du jeu vidéo, en lançant cette année une plateforme permettant de jouer en streaming, mais aussi en dévoilant une nouvelle manette ou encore en lançant son propre studio de création. [Lire la dépêche...]

La Commission européenne a infligé mercredi pour la troisième fois en moins de deux ans une forte amende au géant américain de l'internet Google, l'accusant de nouveau de pratiques anticoncurrentielles dans l'UE. [Lire la dépêche...]

Une balance de la justiceLe procès d'un des cyberharceleurs soupçonné d'avoir menacé la journaliste Nadia Daam, après une chronique sur Europe 1 dans laquelle elle dénonçait une campagne de haine à l'encontre de deux militants féministes, a débuté mercredi soir à Rennes. [Lire la dépêche...]

Une réplique de l'engin spatial Orion de Lockheed Martin, le 12 mars 2019 à Austin (Texas)Une fois qu'un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel que des logiciels ou systèmes d'exploitation embarqués. [Lire la dépêche...]

Facebook déploiera fin mars son dispositif de transparence en matière de publicités politiques au sein de l'UE
Facebook déploiera fin mars son dispositif de transparence en matière de publicités politiques au sein de l'UE, dans le cadre de ses efforts pour endiguer les tentatives de manipulations avant les élections européennes de mai, a confirmé mercredi une responsable du groupe. [Lire la dépêche...]

Harald Krueger, le patron du constructeur allemand BMW, présente les résultats 2018 de la marque, le 20 mars 2018 à MunichBénéfices en baisse, suppressions d'emplois, programmes d'économies: l'électrification des voitures, nécessaire pour respecter les normes environnementales européennes, malmène d'ores et déjà un secteur automobile allemand divisé sur la meilleure stratégie pour engager sa mue. [Lire la dépêche...]

Des parlementaires américains ont demandé mardi aux dirigeants de quatre géants de l'internet de venir s'expliquer sur la prolifération en ligne de la vidéo du massacre perpétré vendredi dans une mosquée de Nouvelle-Zélande, qui avait été diffusée en direct sur Facebook par le tireur. [Lire la dépêche...]

Jade Raymond la patronne du nouveau studio de création de jeux vidéos de Google mardi pour le lancement de Stadia, la plateforme de streaming de jeux du géant de l'internet En mettant la puissance de son "cloud" informatique au service du jeu vidéo, Google ouvre de nouveaux horizons --quasi-illimités-- aux créateurs de jeu comme aux "gamers", qui pourront maintenant jouer en streaming. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

IOT WORLD

IoT World se tient, en parallèle de Cloud Computing World Expo et de Solutions Datacenter Management, les 20 et 21 mars 2019 à Paris, Porte de Versailles (Hall 5.2). Organisée par Cherche Midi Expo.

LAVAL VIRTUAL

Salon des nouvelles technologies et usages du virtuel (réalité virtuelle et augmentée), Laval Virtual se tient du 20 au 24 mars 2019 à Laval (salle polyvalente, place de Hercé). Organisé par l'association Virtual Laval.
WINDEV TECH TOUR 24 est une série de séminaires gratuits 100% techniques autour des produits WINDEV, WEBDEV et WINDEV Mobile dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Bordeaux (Talence) le mercredi 20 mars de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
RSS
Voir tout l'AgendaIT