X

News Partenaire

CA Technologies étend les outils de l’usine à logiciel

L’éditeur américain a convié au printemps dernier quelques journalistes et analystes à visiter son laboratoire de Santa Clara et a profité de l’occasion pour présenter des nouveaux produits dans le domaine du DevOps et de la sécurité.


Bullet Point : Le business de la compassion

Depuis des mois, nous voyons une tendance étonnante se développer dans les entreprises. Elle est parfois digne des meilleurs moments du paternalisme du XIXe siècle. Je veux parler du bonheur des salariés au travail. Et plus particulièrement de l’engagement de ceux-ci dans des associations plus ou moins humanitaires. 

Dans certaines entreprises comme Salesforce, l’engagement dans ce type d’institutions fait partie des objectifs des salariés et donne lieu à un suivi régulier de leurs actions dans ces associations. Alors qu’est-ce qui peut expliquer l’engagement des entreprises dans la Société ?

Il faut d’abord noter que le phénomène est courant aux États-Unis, où il est dans la culture de rendre à la communauté lorsque la vie vous a permis de rencontrer le succès et de gagner beaucoup d’argent. De plus il convient de contribuer à la hauteur de ce que vous avez gagné. Ainsi Warren Buffett, Bill Gates sont de grands philanthropes depuis des années. Dans notre pays, comme pour beaucoup d’autres choses, il a fallu que la loi encadre cela par l’ajout des règles sur le social et l’environnemental pour que les choses bougent. Les entreprises y vont donc de leur fondation, ou de leur engagement dans la Société.

Certains de ces engagements sont d’ailleurs très souvent d’importance au niveau du temps passé ou des ressources abondées. C’est souvent sur des problèmes graves que les entreprises se penchent. Dernièrement, à la conférence des utilisateurs de Splunk, l’entreprise a mis en avant le Global Emancipation Network, un réseau qui lutte contre le trafic humain et l’esclavage sous toutes ses formes. Des employés de Splunk ont aidé au développement de la plate-forme de partage d’informations autour de cette problématique à l’usage de tous, agences gouvernementales et services d’ordre compris. La plate-forme utilise principalement les possibilités d’analyse de Splunk pour déterminer les routes et les « habitudes » des trafiquants.

Plus proche de nous, la fondation Sopra-Steria aide près de 70 projets allant de l’aide à l’éducation, à la recherche sur le cancer, en passant par un herbier numérique pour la gestion des espaces environnementaux. Total et Starbucks se sont engagés à soutenir des associations accueillant des réfugiés. Sodexo, BNP Paribas, Air Liquide ont aussi donné leur obole pour l’accueil ou l’insertion des réfugiés en proposant des programmes de mentorat ou de remise à niveau pour leur donner accès à des emplois.

Il est difficile de trouver à redire sur ces différentes actions. Le phénomène connaît cependant des limites. Ainsi le dépôt des dossiers suppose de s’insérer parfois dans un cadre précis. Par exemple la fondation Sopra-Steria ne soutient que les dossiers demandant du matériel informatique ou des besoins en conseil ou aide, et refuse les dossiers exigeant un soutien financier permanent.

On peut aussi s’interroger sur l’engagement réel du salarié lorsque cet engagement fait partie de ses objectifs. À condition qu’il en soit bien conscient lors de la signature de son contrat de travail. On imagine cependant que son libre consentement est dans ce cas tout relatif. D’ailleurs les salariés répondent le plus souvent avec un sourire figé aux questions sur leur engagement dans ces conditions et aucun n’accepte de parler de pression dans ce cadre. Une telle unanimité semble d’ailleurs étonnante. Combien des 16 millions de bénévoles que compte notre pays sont dans ce cas ? De plus ce mécénat ne concerne que les plus grandes associations dans la plupart des cas. Seulement 9 % des associations sont concernées par ce type de financement dans notre pays. Bien loin de ce qui se fait dans les pays anglo-saxons. Les associations sont encore très dépendantes des subventions des collectivités publiques. La répartition des fonds devrait devenir encore plus difficile à l’avenir avec 70 000 associations se créant chaque année. D’après ces chiffres fournis par le site associations.gouv.fr, les entreprises font des choses, mais peu en comparaison de leurs ressources.

Pourtant il est évident que les entreprises y trouvent leur compte, du moins à moyen terme. Les lois mettant en place le RSE (ou Responsabilité sociale et environnementale des entreprises) ont mis en place un nouveau type de management « anticipatif » fondé sur une stratégie d’entreprise organisée. Cela se traduit par une optimisation des coûts, la mise en place d’indicateurs de performances et par une meilleure préparation aux changements nécessaires à toute organisation. Une étude récente commanditée par France Stratégie (2015-2016) et menée sur 8 500 entreprises de toutes tailles confirme un écart de l’ordre de 13 % concernant les résultats économiques des entreprises ayant de bonnes pratiques RSE.

L’engagement dans la société est aussi un outil de recrutement. L’image de l’entreprise est importante pour attirer les jeunes talents. Bien orchestrée, la communication autour des opérations sociales et environnementales des entreprises a un impact sur leur attractivité auprès de salariés potentiels.

La mise en place de ces mesures a permis aux entreprises d’alléger, faiblement il est vrai, la facture fiscale du fait des réductions d’impôts sur les dons. Sur ce plan, les entreprises ont d’autres possibilités pour optimiser leur fiscalité ! Les multiples scandales autour du sujet ne font que le prouver. Au bilan, il est certainement de bon augure que de plus en plus d’entreprises s’engagent dans ce type de démarche qui allie la croissance de leur activité et leur engagement dans la sphère sociétale. Elles devraient en faire d’ailleurs plus et prendre le relais des pouvoirs publics qui connaissent depuis des années des problèmes de fin de mois.

La limite de la démarche reste dans l’engagement « forcé » des salariés dans des activités hors de leur entreprise. Il est bon que le business soit compassionnel mais pas que la compassion devienne un business ou un simple vecteur d’image de l’entreprise souvent loin de la réalité du monde du travail. Près de 11 500 personnes travaillant dans trente grandes entreprises technologiques ont été interrogées. À la question : « Souffrez-vous actuellement de burn-out ? », plus de 57 % d’entre elles ont répondu « oui ». Étonnant car lorsque les entreprises réalisent des sondages en interne, elles arrivent à presque 90 % de satisfaction des salariés sur les conditions de travail dans leur entreprise. À chacun ses urgences et son appréciation de ce qui est important pour l’entreprise !


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats, Bullet Points


Test Huawei P30 Pro

Test Huawei P30 Pro

Disponible en France depuis le 5 avril dernier, le P30 Pro est le nouveau porte-étendard du fabricant chinois Huawei. Six mois après la sortie du Mate 20 Pro, le P30 Pro attire tous les regards à cause de ses innovations,...

Coût du Cloud

Coût du Cloud

Loué pour sa flexibilité et le passage d’un mode Capex à Opex, le cloud public séduit son monde. mais à la fin du mois, la facture est parfois salée ! Il existe pourtant des méthodes...

Anthos

Anthos

Mardi 9 avril, au Moscone North à San Francisco, Google a jeté un pavé dans le cloud en dévoilant Anthos, il s’agit d’une offre de services managés hybride et multicloud, construite sur Kubernetes, ...

RSS
Afficher tous les dossiers

OUTILS COLLABORATIFS : comment ils rendent l'entreprise plus agile - F8, Build, I/O, WWDC : Conf. développeurs, les annonces à retenir, les produits à venir - Supercalculateurs : l'Europe contre-attaque ! - DevSecOps, la sécurité au coeur du changement - Vendre et échanger des données - Migrer d'Oracle DB vers PostgreSQL - Ghidra : le framework de la NSA en Open Source...

 

LE NOUVEL ÂGE DU CLOUD : conteneurisation, services managés et FinOps - Comment faire baisser la facture du Cloud - 2014-2019 : l'avènement d'une Europe du numérique ? - Le défi technique de la 5G - Les entreprises face à l'agilité généralisée - Visual Studio 2019 - Recettes IFTTT - Test Huawei P30 Pro : le roi de la photo !...

 

SMARTPHONES PLIABLES : juste un truc de geeks ? - Toutes les nouveautés du MWC - La 5G en entreprise - Kit de survie en mobilité - La faillite du "10 nm" chez Intel - DaaS : la fièvre du "as a service" gagne le desktop - Identifier les bugs grâce à l'IA - Développeurs : les meilleures plates-formes pour le recrutement - Inner source : de nouvelles communautés open source...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Image de synthèse de la voile solaire LightSail 2 déployée en orbite, par The Planetary SocietyDans quelques jours, une fusée Falcon Heavy de SpaceX va lancer depuis la Floride un satellite de la taille d'un pain et équipé d'une immense voile en polyester brillant: une "voile solaire", son unique moyen de propulsion. [Lire la dépêche...]

Le logo de la cryptomonnaie LibraL'entrée de Facebook dans l'univers nébuleux des cryptomonnaies pourrait, en cas de succès, constituer un tournant majeur pour le réseau social tant critiqué, qui a besoin de se diversifier au-delà de son modèle économique fondé sur la publicité et les données personnelles. [Lire la dépêche...]

Si le smartphone est devenu, par son usage, un symbole de la mondialisation et de la technologie pour tous, il en est également un pur produit, avec des composants provenant bien souvent d'un peu partout dans le monde.Si le smartphone est devenu, par son usage, un symbole de la mondialisation et de la technologie pour tous, il en est également un pur produit, avec des composants provenant bien souvent d'un peu partout dans le monde. [Lire la dépêche...]

La Cnil, le gendarme français des données personnelles, a condamné à 20.000 euros d'amende une petite entreprise parisienne de traduction de neuf salariés pour avoir notamment maintenu un système de vidéosurveillance trop intrusifLa Cnil, le gendarme français des données personnelles, a condamné à 20.000 euros d'amende une petite entreprise parisienne de traduction de neuf salariés pour avoir notamment maintenu un système de vidéosurveillance trop intrusif. [Lire la dépêche...]

Avec sa monnaie virtuelle Libra, Facebook veut bouleverser le système financier mondial, de quoi donner des sueurs froides à certains Etats, inquiets de voir des entreprises privées s'engager sur ce terrain. [Lire la dépêche...]

Le logo de Sanofi, le 30 avril 2019 à ParisLe premier groupe pharmaceutique français Sanofi et le géant mondial du numérique Google ont annoncé mardi une nouvelle collaboration sous la forme d'un laboratoire "virtuel" d'innovation, pour développer de futurs médicaments et services en tirant parti des technologies de données. [Lire la dépêche...]

Vue de la plateforme Pharos, le 23 janvier 2018La plateforme de signalements des contenus illicites Pharos, qui fête ses dix ans cette année, a comptabilisé en 2018 plus de 163.000 signalements, essentiellement pour des escroqueries, un taux quasiment stable par rapport à 2017 (153.586). [Lire la dépêche...]

Trois hommes soupçonnés d'animer le forum French Deep Web-Market (FDW-M), Trois hommes soupçonnés d'animer le forum French Deep Web-Market (FDW-M), "la plus importante plateforme du dark web francophone" selon les autorités, ont été mis en examen quatre jours après le démantèlement par la douane de ce carrefour de la vente illégale de drogues, armes et faux papiers. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

HACK IN PARIS

Pour sa 9ème édition la conférence Hack In Paris sur la sécurité IT se tient du 16 au 20 juin 2019 à Paris, Maison de la Chimie. Organisée par Sysdream.

Le rendez-vous du Cloud français le 25 juin 2019 à Paris (Châteauform’ City, Les Jardins de Saint Dominique) pour une journée de keynotes et tables rondes sur les thèmes Cybersécurité, IA, Big Data, IoT, Protection des données et Smart City. Organisé par Outscale.
Dans le cadre de la Cloud Week Paris 2019, les Rencontres du Cloud suivies de la Nuit du Directeur Digital ont lieu le 4 juillet 2019 à Paris (Intercontinental Paris Le Grand). Organisées par EuroCloud france et Prache Media Event.

SALONS SOLUTIONS

ERP, CRM, BI, E-Achats, Démat, Archivage, SDN/InfotoDoc, Serveurs & Applications - du 1er au 3 octobre 2019 à Paris, Porte de Versailles (Pavillon 3). Organisés par Infopromotions.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 9 au 12 octobre 2019. Organisées par DG Consultants.

CLOUD EXPO EUROPE

Conjointement avec Data Centre World, Cloud Security Expo et Smart IoT Paris, le salon Cloud Expo Europe se tient les 27 et 28 novembre 2019 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par CloserStill Media.
RSS
Voir tout l'AgendaIT