X
IDNOMIC : l'identité innovante

News Partenaire

IDNOMIC : l'identité innovante

Spécialiste de la gestion et de la protection de l’identité numérique, IDNOMIC poursuit son développement en proposant de nouvelles solutions pour la sécurisation des objets connectés et du monde industriel. Retour sur 15 ans d’innovations au sein d’une entreprise qui se réinvente de façon permanente.

Logiciels d’entreprise #4 : Slack, Teams, Workplace, nouveau front-end

Les outils collaboratifs ont le vent en poupe et l’une des raisons de leur succès est l’intégration en leur sein de solutions tierces, dont bon nombre de services fréquemment rencontrés dans les entreprises, mais aussi des bots développés en interne.

Il ne vous aura certainement pas échappé que, à l’occasion de conférences ou de communiqués, les éditeurs de plates-formes collaboratives énumèrent les « intégrations ». C’est à qui aura intégré le plus de services tiers, de Trello à SurveyMonkey en passant par Uber, Zendesk ou encore Salesforce. Et c’est sans compter les nombreuses intégrations « maison », notamment des bots1. Ce n’est pas non plus un mystère que le lancement de la fonctionnalité Actions et le rachat de Missions (automatisation de routines) par Slack vont dans ce sens. 

Quant à Microsoft, l’intégration de Teams à l’écosystème Office 365 parle d’elle-même. C’est à croire que ces éditeurs veulent faire de leurs plates-formes le front-end de l’écosystème des solutions utilisées dans les entreprises. Si l’on en croit les chiffres communiqués par ces éditeurs, lesdites entreprises seraient séduites par ces solutions. 

En mai dernier, Facebook Workplace revendiquait 30 000 entreprises utilisatrices. Teams de Microsoft, qui a lancé une version gratuite à la mi-juillet, en dénombrait 200 000 en mars. Slack, pour sa part, recense 8 millions d’utilisateurs quotidiens actifs et 70 000 équipes payant un abonnement. « Ce qui nous a poussé à aller sur Slack, c’est sa popularité auprès des développeurs, notamment pour des questions techniques comme la possibilité d’y copier du code et l’aspect vraiment collaboratif des channels », motive Frédéric de Ascencao, IT Corporate Manager chez Deezer. 

La Ville de Versailles utilise quant à elle Teams, elle en est d’ailleurs un des clients de référence en France. « Lors du déploiement d’Office 365 à tous les utilisateurs au sein de la collectivité, en octobre 2016, nous avons pu constater qu’il manquait un outil transverse, une interface unique et collaborative où les utilisateurs pourraient échanger en mode projet, en ayant accès directement à tous les outils Office 365 », nous explique Guillaume Ors, directeur des Systèmes d’information et du numérique (DSIN) de la Ville de Versailles et de la Communauté d’agglomération Versailles Grand-Parc. Si Yammer a été dans un premier temps envisagé, le service n’a finalement pas paru adapté aux usages prévus par la collectivité : « Lorsque nous avons découvert l’existence de Teams, nous avons immédiatement présenté cet outil à la direction générale, qui l’a validé avec grande rapidité », ajoute Guillaume Ors

Tous les outils en un seul lieu

Quid des services intégrés ? À Versailles, les intégrations dépendent de la direction métier utilisatrice. Sont principalement utilisés, OneNote et Wiki, ainsi que, dans une moindre mesure, Trello. Un chatbot a également été développé, mais n’ayant pas donné satisfaction, il devrait être retravaillé dans les mois qui viennent. Du côté de Deezer, on emploie Drive, Jira et Zendesk pour avoir directement accès aux tickets dans Slack, Trello, divers bots maison pour l’envoi automatisé de messages et de reminders selon des variables définies par les différentes équipes et accessoirement Giphy. Si la plate-forme a mis en place des routines automatisées en donnant les droits aux équipes de “ dev ”, précise Guillaume Ors, la collectivité n’a pas fait ce choix. Néanmoins, elle a fait développer « un moteur qui synchronise toutes les 24 heures notre SIRH avec l’Active Directory puis avec Office 365, et ainsi Teams ».

À entendre Frédéric de Ascencao évoquer Giphy, on pourrait prendre peur et considérer ces plates-formes collaboratives comme des gadgets chronophages diminuant la productivité des salariés. Mais chez Deezer, comme à Versailles, on s’accorde pour soutenir qu’au contraire, ces outils représentent un gain de temps. Et dans les deux cas, on parle d’une plus grande fluidité. « Slack permet d’avoir un écosystème et de passer d’une application à une autre simplement dès lors que l’on a les SSO [Single Sign On] qui vont bien », assure le responsable IT de Deezer. « Cela permet de réunir tous les outils des utilisateurs en un seul et unique espace de travail. C’est simple, performant et cela fait gagner beaucoup de temps », renchérit Guillaume Ors. D’autant que, dans le cas de Slack, il est possible de créer des channels en mode projet auxquels associer des prestataires utilisant la version gratuite de l’application, facilitant un peu plus la collaboration. Avec la sortie de sa mouture gratuite, Teams ne devrait pas être en reste.

Shadow IT

Il ne faut cependant pas considérer les plates-formes collaboratives comme des outils miracles qui règleraient tous les problèmes de l’entreprise avec ses différentes solutions logicielles. Il est bien ici question de « front », et non de back-end. Les services tiers intégrés devront toujours être gérés distinctement. « Nous devons acheter et renouveler les licences, les administrer directement du site de l’éditeur. À ce jour, nous n’avons pas d’interface unique où nous pourrions renouveler les licences de tous les modules que nous avons activés au sein de nos équipes Teams. Ainsi, Teams ne complexifie pas la gestion de ces dernières, mais ne les facilite pas non plus », souligne Guillaume Ors.

Autre souci, qui n’est pas tant lié aux Workplaces et consorts mais à une tendance actuelle : le Shadow IT. « La facilité avec laquelle les applications tierces peuvent être intégrées dans Teams inciter certains utilisateurs à demander à la DSIN d’activer un add-on dans Teams d’une application que la direction métier aurait acquis de manière totalement autonome », explique le DSI de Versailles. « La conséquence serait de devoir valider et intégrer a posteriori une application qui n’aurait pas été “ co-choisie ” par les métiers et la DSIN, et donc qui ne répondrait éventuellement pas à toutes les exigences internes en matière de politique numérique de la collectivité. » Sentiment partagé par Frédéric de Ascencao. « Si on réfléchit urbanisation du système d’information, il faut penser sécurisation. Les administrateurs doivent étudier l’application, voir si elle est “ compliant ” par rapport aux bonnes pratiques de l’entreprise. » En d’autres termes, si les outils collaboratifs et l’intégration d’applications tierces au sein d’un même écosystème représentent pour la majorité des collaborateurs un gain de temps et d’efficacité, ils peuvent également constituer un surcroît de travail pour d’autres.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Logiciel


A votre avis...

Langages

Langages

Quels sont les langages de programmation les plus utilisés par les développeurs et surtout quels sont ceux à « bûcher » pour trouver du travail et être bien payé ? Et, au contraire, quels...

Stockage nouvelle génération

Stockage nouvelle génération

Le volume des données, structurées ou non, augmente sans cesse sous la montée en puissance de nouvelles applications : IoT, IA, Big Data… de ce fait, le stockage fait régulièrement sa révolution...

Multicloud

Multicloud

Le multicloud est le buzzword de 2018. Une stratégie que, selon les cabinets de conseil, la majorité des entreprises vont mettre en place au nom de la flexibilité. C’est qu’il serait dommage de mettre tous ses...

RSS
Afficher tous les dossiers

L'IA EN ACTION : 6 exemples d'exploitation concrète - Les frameworks de Machine Learning - Pourquoi IBM rachète Red Hat ? - La fièvre des conteneurs "managés" - Les nouveaux métiers de l'IT - Rencontre avec Salwa Toko, présidente du CNNum - Quel ultra-portable choisir ? Chromebook ou terminal Windows 10 ?...

 

STOCKAGE NOUVELLE GÉNÉRATION - Prélèvement à la source : les éditeurs confiants - Multicloud : les Français entrent dans la danse - DEV : les langages à connaître... et ceux à éviter - Se former à l'IoT gratuitement - IPV6 : il est plus que temps ! - Rencontre avec Jean-Noël de Galzain, fondateur de Wallix et d'Hexatrust...

 

ENQUÊTE IA & SSI : une attente forte et déjà des solutions concrètes - DPO/DPD : premier bilan du RGPD, pauvre DPO... - Entretien avec Laure de la Raudière, députée - Reportage #Room42 : pas de cyber panique au Luxembourg ! - Cryptojacking - Office 365, cible adorée des pirates - Prophétique Black Mirror - Portrait Nora Cuppens, tête chercheuse...

 

Afficher tous les derniers numéros

Avez-vous le contrôle de vos données Office 365 ? Avez-vous accès à tous les éléments dont vous avez besoin ? À première vue, la réponse est en général « Bien sûr » ou « Microsoft s’en occupe ». Mais à bien y réfléchir, en êtes-vous sûr ?


Tous les secteurs industriels dans le monde sont confrontés à des défis informatiques spécifiques qui conditionnent le succès ou l’échec de l’entreprise.


Au cours de la dernière année, les données volées et vulnérables se sont révélées des armes précieuses pour les adversaires de tous les horizons, dans toutes les régions, et pour toutes les motivations.


Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Les autres principaux moteurs de recherche étrangers (Google et Yahoo) étant déjà bloqués dans le pays asiatique, Bing y était le plus utiliséLe moteur de recherche du géant informatique américain Microsoft, Bing, était jeudi inaccessible en Chine, des internautes s'inquiétant du possible blocage par les autorités d'un énième site internet étranger de premier plan. [Lire la dépêche...]

Amazon a commencé à tester dans les environs de Seattle, où est basé son siège, la livraison de colis par un petit robot nommé "Scout", a annoncé mercredi le géant américain du commerce en ligne. [Lire la dépêche...]

Prototype de la Un prototype de voiture volante de Boeing a réussi son premier essai en vol, a indiqué mercredi le constructeur aéronautique en dévoilant ce projet qui s'inscrit dans le cadre plus large de futurs taxis aériens autonomes. [Lire la dépêche...]

Le gouvernement britannique a cherché à apaiser les craintes d'exode des entreprises effrayées par le chaos des préparatifs du Brexit au Royaume-Uni après des décisions symboliques de Dyson et Sony de déménager leur siège hors du pays.  [Lire la dépêche...]

Un câble de fibre optique sous-marin endommagé sur la plage de Sopelana (Espagne) le 13 juin 2017.Le royaume de Tonga se retrouvait mercredi presque à l'ère pré-internet, avec la rupture d'un câble sous-marin qui prive les habitants de l'archipel du Pacifique de presque tous les sites, notamment Facebook ou YouTube. [Lire la dépêche...]

Sony Europe va passer sous la coupe d'une nouvelle filiale créée aux Pays-Bas, restant ainsi sous les règles de l'Union européenne après le Brexit Le fleuron japonais de l'électronique Sony a décidé de déménager son siège européen depuis la Grande-Bretagne vers les Pays-Bas, dans la perspective de la sortie du Royaume-Uni de l'UE, prévue le 29 mars. [Lire la dépêche...]

Parmi les sources des menaces, le renseignement américain a cité les adversaires traditionnels des Etats-Unis, comme la Russie, la Chine, la Corée du Nord et l'Iran, mais aussi les groupes terroristes et d'autres acteurs non-étatiquesLa Chine a "compressé" les délais pour développer de nouvelles technologies en "volant" la propriété intellectuelle américaine, ce qui lui permet aujourd'hui de contester la suprématie des Etats-Unis dans ce domaine, selon la direction du renseignement américain (DNI). [Lire la dépêche...]

Un véhicule de Waymo, à Las Vegas le 9 janvier 2019Waymo va ouvrir sa propre usine de production de voitures autonomes près de Detroit, berceau historique de l'industrie automobile américaine situé au nord du pays, a annoncé mardi la filiale conduite autonome d'Alphabet, maison mère de Google. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

FIC

FIC FIC
Le 11ème Forum International de la Cybersécurité occupe les 22 et 23 janvier 2019 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

AP CONNECT

La 2ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 29 et 30 janvier 2019 à Espace Grand Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Promotion.

RENCONTRES AMRAE

Les 27èmes Rencontres de l'AMRAE (Association française des professionnels de la gestion des risques et des assurances), le congrès annuel de référence des métiers du risque et des assurances, ont lieu du 6 au 8 février 2019 à Deauville (Centre International) sur le thème : "Le risque au coeur de la transformation". Organisées par l'AMRAE.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 11 et 12 mars 2019 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, la 13ème édition d'IT Partners a lieu les 13 et 14 mars 2019 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury 1). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT