X

Logiciels d’entreprise #4 : Slack, Teams, Workplace, nouveau front-end

Les outils collaboratifs ont le vent en poupe et l’une des raisons de leur succès est l’intégration en leur sein de solutions tierces, dont bon nombre de services fréquemment rencontrés dans les entreprises, mais aussi des bots développés en interne.

Il ne vous aura certainement pas échappé que, à l’occasion de conférences ou de communiqués, les éditeurs de plates-formes collaboratives énumèrent les « intégrations ». C’est à qui aura intégré le plus de services tiers, de Trello à SurveyMonkey en passant par Uber, Zendesk ou encore Salesforce. Et c’est sans compter les nombreuses intégrations « maison », notamment des bots1. Ce n’est pas non plus un mystère que le lancement de la fonctionnalité Actions et le rachat de Missions (automatisation de routines) par Slack vont dans ce sens. 

Quant à Microsoft, l’intégration de Teams à l’écosystème Office 365 parle d’elle-même. C’est à croire que ces éditeurs veulent faire de leurs plates-formes le front-end de l’écosystème des solutions utilisées dans les entreprises. Si l’on en croit les chiffres communiqués par ces éditeurs, lesdites entreprises seraient séduites par ces solutions. 

En mai dernier, Facebook Workplace revendiquait 30 000 entreprises utilisatrices. Teams de Microsoft, qui a lancé une version gratuite à la mi-juillet, en dénombrait 200 000 en mars. Slack, pour sa part, recense 8 millions d’utilisateurs quotidiens actifs et 70 000 équipes payant un abonnement. « Ce qui nous a poussé à aller sur Slack, c’est sa popularité auprès des développeurs, notamment pour des questions techniques comme la possibilité d’y copier du code et l’aspect vraiment collaboratif des channels », motive Frédéric de Ascencao, IT Corporate Manager chez Deezer. 

La Ville de Versailles utilise quant à elle Teams, elle en est d’ailleurs un des clients de référence en France. « Lors du déploiement d’Office 365 à tous les utilisateurs au sein de la collectivité, en octobre 2016, nous avons pu constater qu’il manquait un outil transverse, une interface unique et collaborative où les utilisateurs pourraient échanger en mode projet, en ayant accès directement à tous les outils Office 365 », nous explique Guillaume Ors, directeur des Systèmes d’information et du numérique (DSIN) de la Ville de Versailles et de la Communauté d’agglomération Versailles Grand-Parc. Si Yammer a été dans un premier temps envisagé, le service n’a finalement pas paru adapté aux usages prévus par la collectivité : « Lorsque nous avons découvert l’existence de Teams, nous avons immédiatement présenté cet outil à la direction générale, qui l’a validé avec grande rapidité », ajoute Guillaume Ors

Tous les outils en un seul lieu

Quid des services intégrés ? À Versailles, les intégrations dépendent de la direction métier utilisatrice. Sont principalement utilisés, OneNote et Wiki, ainsi que, dans une moindre mesure, Trello. Un chatbot a également été développé, mais n’ayant pas donné satisfaction, il devrait être retravaillé dans les mois qui viennent. Du côté de Deezer, on emploie Drive, Jira et Zendesk pour avoir directement accès aux tickets dans Slack, Trello, divers bots maison pour l’envoi automatisé de messages et de reminders selon des variables définies par les différentes équipes et accessoirement Giphy. Si la plate-forme a mis en place des routines automatisées en donnant les droits aux équipes de “ dev ”, précise Guillaume Ors, la collectivité n’a pas fait ce choix. Néanmoins, elle a fait développer « un moteur qui synchronise toutes les 24 heures notre SIRH avec l’Active Directory puis avec Office 365, et ainsi Teams ».

À entendre Frédéric de Ascencao évoquer Giphy, on pourrait prendre peur et considérer ces plates-formes collaboratives comme des gadgets chronophages diminuant la productivité des salariés. Mais chez Deezer, comme à Versailles, on s’accorde pour soutenir qu’au contraire, ces outils représentent un gain de temps. Et dans les deux cas, on parle d’une plus grande fluidité. « Slack permet d’avoir un écosystème et de passer d’une application à une autre simplement dès lors que l’on a les SSO [Single Sign On] qui vont bien », assure le responsable IT de Deezer. « Cela permet de réunir tous les outils des utilisateurs en un seul et unique espace de travail. C’est simple, performant et cela fait gagner beaucoup de temps », renchérit Guillaume Ors. D’autant que, dans le cas de Slack, il est possible de créer des channels en mode projet auxquels associer des prestataires utilisant la version gratuite de l’application, facilitant un peu plus la collaboration. Avec la sortie de sa mouture gratuite, Teams ne devrait pas être en reste.

Shadow IT

Il ne faut cependant pas considérer les plates-formes collaboratives comme des outils miracles qui règleraient tous les problèmes de l’entreprise avec ses différentes solutions logicielles. Il est bien ici question de « front », et non de back-end. Les services tiers intégrés devront toujours être gérés distinctement. « Nous devons acheter et renouveler les licences, les administrer directement du site de l’éditeur. À ce jour, nous n’avons pas d’interface unique où nous pourrions renouveler les licences de tous les modules que nous avons activés au sein de nos équipes Teams. Ainsi, Teams ne complexifie pas la gestion de ces dernières, mais ne les facilite pas non plus », souligne Guillaume Ors.

Autre souci, qui n’est pas tant lié aux Workplaces et consorts mais à une tendance actuelle : le Shadow IT. « La facilité avec laquelle les applications tierces peuvent être intégrées dans Teams inciter certains utilisateurs à demander à la DSIN d’activer un add-on dans Teams d’une application que la direction métier aurait acquis de manière totalement autonome », explique le DSI de Versailles. « La conséquence serait de devoir valider et intégrer a posteriori une application qui n’aurait pas été “ co-choisie ” par les métiers et la DSIN, et donc qui ne répondrait éventuellement pas à toutes les exigences internes en matière de politique numérique de la collectivité. » Sentiment partagé par Frédéric de Ascencao. « Si on réfléchit urbanisation du système d’information, il faut penser sécurisation. Les administrateurs doivent étudier l’application, voir si elle est “ compliant ” par rapport aux bonnes pratiques de l’entreprise. » En d’autres termes, si les outils collaboratifs et l’intégration d’applications tierces au sein d’un même écosystème représentent pour la majorité des collaborateurs un gain de temps et d’efficacité, ils peuvent également constituer un surcroît de travail pour d’autres.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Logiciel

100 milliards !

100 milliards !

Des responsables de l’UE ont profité de la nouvelle Commission Européenne pour demander la création d’un fonds d’investissement de 100 milliards d’euros pour financer les pépites de la tech et...

Externaliser (ou pas) son «SOC» ?

Externaliser (ou pas) son «SOC» ?

Devant le renforcement de la réglementation… devant aussi la recrudescence des cyberattaques… de plus en plus d’entreprises songent à se doter d’un centre d’opérations de...

Devenir “Growth hacker”

Devenir “Growth hacker”

Comment réorienter sa carrière d’informaticien vers le secteur à forte croissance de l’e-marketing ? La Rocket School propose une formation accélérée de douze semaines, suivie par une ou deux...

RSS
Afficher tous les dossiers

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
L'accusateur d'Elon Musk, Vernon Unsworth, arrive au tribunal fédéral de Los Angeles le 3 décembre 2019 Le spéléologue britannique qui poursuit devant un tribunal de Los Angeles Elon Musk pour diffamation a réclamé vendredi 190 millions de dollars d'indemnités pour un tweet dans lequel le patron de Tesla l'avait insulté de "mec pédo" ("pedo guy"). [Lire la dépêche...]

Alexander Nix, ancien dirigeant de la firme Cambridge Analytica, le 6 juin 2018 à LondresLes autorités américaines ont déclaré mercredi que la firme britannique Cambridge Analytica, connue pour le scandale de détournement massif de données d'utilisateurs de Facebook, a trompé les utilisateurs du réseau social sur sa façon de collecter et de traiter leurs informations personnelles. [Lire la dépêche...]

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée, le 5 décembre 2019La proposition américaine d'une "solution optionnelle" pour la taxation du numérique est "inacceptable", a tranché vendredi le ministre français des Finances Bruno Le Maire, appelant les États-Unis, qui menacent Paris de sanctions douanières, à reprendre "de bonne foi" les discussions à l'OCDE. [Lire la dépêche...]

Baptiste Robert, hacker qui revendique une Baptiste Robert, 30 ans, est un hacker renommé à l'international. Depuis Toulouse où il vit, il débusque des failles jusque dans la messagerie sécurisée du gouvernement français ou une application du Vatican, une "action politique d'intérêt général", plaide-t-il. [Lire la dépêche...]

Près de 6.000 agressions sexuelles ont été signalées à Uber aux Etats-Unis en 2017 et 2018 Uber a révélé que près de 6.000 agressions sexuelles ont été rapportées par des utilisateurs ou des conducteurs de son service, ainsi que des tiers, aux Etats-Unis en 2017 et 2018, dans un rapport sur la sécurité publié jeudi. [Lire la dépêche...]

Avis de recherche publié par le FBI concernant Maxime Yakoubets, le dirigeant présumé du groupe de pirates informatiques Evil Corp, le 5 décembre 2019 à Washington
D'un clic, ils ont infecté des centaines d'ordinateurs dans le monde, accumulant plus de 100 millions de dollars en une décennie: deux hackers russes, accusés d'être à la tête d'un groupe de pirates informatiques lié aux services de renseignement du Kremlin, ont été inculpés aux Etats-Unis. [Lire la dépêche...]

Photo fournie par le média Noticias RCN du lieu à Bogota où un ingénieur français de Thales a été tué, le 2 décembre 2019La famille de l'ingénieur français du groupe Thales assassiné lundi soir en pleine rue dans un quartier huppé de Bogota par un "tueur à gages" est "très très remontée contre Thales", a indiqué jeudi le maire de la localité où vit la famille, près de Toulouse.  [Lire la dépêche...]

Huawei annule le lancement à Taïwan de son dernier smartphone et d'une montre connectée après que Taipei eut suspendu las vente de trois produits du géant chinois, qui présentaient dans les réglages l'île comme étant Huawei a annulé le lancement à Taïwan de son smartphone dernier cri et d'une montre connectée après que Taipei eut suspendu les ventes de trois produits du géant chinois des télécommunications qui présentaient dans leurs réglages l'île comme étant "Taïwan, Chine". [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

CES

CES CES

L'International Consumer Electronics Show (International CES) se tient du 7 au 10 janvier 2020 à Las Vegas (LVCC, Westgate, Renaissance, Sands/Venetian,...). C'est le plus grand salon mondial professionnel dédié aux technologies grand public : 3900 exposants et 170000 visiteurs attendus. Thématique principale : The global stage for innovation. Organisé par la CTA (Consumer Technology Association).

AFCDP

L'Association Française des Correspondants à la protection des Données à caractère Personnel (AFCDP) organise la 14ème université des DPO (Data Protection Officers) le 14 janvier 2020

à Paris Maison de la Mutualité. Organisée par l'AFCDP.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT