X

News Partenaire

Conformité : le numérique en toute confiance

La transformation numérique des entreprises ne peut se faire que dans un environnement de confiance. Cette notion est essentielle à l’heure où les applications demandent de plus en plus de données personnelles, tout en respectant l’obligation du consentement de l’utilisateur ou de la personne dont on utilise les données. La récente réglementation, RGPD, a remis l’utilisateur au cœur du débat et l’entreprise doit trouver un juste équilibre entre business et sécurité. D’où l’idée de s’appuyer sur un tiers de confiance pour garantir ce lien.

Logiciels d’entreprise #3 : Le low code s’impose en entreprise

L’Informaticien avait parié en début d’année sur la techno du low code en l’incluant dans les grandes tendances 2018. Et ne s’était pas trompé. Cette manière de développer rapidement s’étend à travers différentes plates-formes dans les entreprises et dans les logiciels.

L’idée du Low Code est de permettre à des personnes au profil pas forcément technique de réaliser rapidement des applications sans avoir à utiliser du code informatique ou peu. Au départ ces nouvelles applications ont trouvé leur place pour compléter des plates-formes de gestion des processus ou des outils de gestion de la relation client. Ce type d’outils s’applique cependant à tous les logiciels dépendants d’une plateforme. Les grands noms de ce secteur sont Salesforce, OutSystems, K2, Mendix, ServiceNow, Appian, AgilePoint, Pegasystems. Outsystems, une start-up portugaise a levé 360 millions de dollars auprès de KKR et de Goldman Sachs et est valorisé maintenant au-delà du milliard de dollars. Voilà qui démontre l’intérêt que les investisseurs, mais aussi les entreprises, portent vers cette technologie. L’idée n’est pas nouvelle et s’inspire largement de ce que faisaient les outils de RAD ou Forte à la fin des années 90 avec SynerJ, son kit de développement Java pour les applications web.

Ces outils sont aussi un moyen de contourner le manque de développeurs et décharge le service informatique de projets courts et pas forcément dans les priorités de la DSI.

En 2017, le marché des applications Low Code était estimé à 4 milliards de dollars. Il devrait grimper suivant les mêmes estimations à 27 milliards de dollars en 2022. En clair, ce marché est en pleine expansion et touche l’ensemble des entreprises grandes et petites. Sur ce dernier segment, la demande commence à apparaître.

Un processus dans le logiciel de l’éditeur Appian.

Combler un vide

Entre les grands systèmes legacy et les développements spécifiques qui demandent à la fois du temps et des ressources pour évoluer, le low code permet à certains utilisateurs de développer des outils répondant à leurs besoins sans avoir à solliciter les équipes informatiques souvent occupées à maintenir l’ensemble de l’IT en condition opérationnelle. En pratique, le Low Code propose un enchaînement d’écrans et de formulaires et les orchestre pour réaliser un processus plus ou moins complexe s’adaptant au métier de l’utilisateur. Cela va des formulaires de commandes liées avec les niveaux de stocks et cela en utilisant des fonctions prédéfinies. L’utilisateur n’a plus qu’à agencer ces différents ensembles comme une sorte de Lego par glisser-déposer ou par une interface graphique rendant visuellement l’interface de la future application. Des éditeurs fournissent même des ensembles verticalisés répondant à des secteurs d’activité bien précis. Il est même possible d’intégrer des morceaux d’applications provenant de tiers pour arriver à ce que Matt Calkins, le CEO d’Appian, qualifie d’applications uniques pour les utilisateurs car correspondant à 100 % de leurs besoins.

Il n’est pas nécessaire d’opposer ces outils avec la direction informatique. Les outils Low Code peuvent aussi faire partie de la palette des informaticiens pour créer rapidement des maquettes d’applications ou s’assurer des demandes des utilisateurs en leur présentant un canevas d’application reprenant leurs expressions de besoins. De plus, le Low Code n’implique pas une perte de contrôle par le service informatique. Ce dernier a le contrôle de la plate-forme sur laquelle est développée l’application. Seuls les appels vers des applications tierces représentent un risque. Il est d’ailleurs tout à fait possible de faire respecter certaines règles pour le développement Low Code comme de demander aux « développeurs » de s’enquérir d’abord des contraintes possibles de sécurité ou de conformité avant de lancer son application voire de la soumettre pour validation avant son déploiement. Le but du Low Code étant de produire rapidement une application, ce processus de validation doit, lui aussi, être rapide à défaut d’être contourné ou de ne pas être suivi !

Un processus de commande dans Outsystems.

Présent dans les principaux outils logiciels

La tendance a envahi quasiment l’ensemble des logiciels du marché que ce soit par des outils propriétaires sur la plate-forme de l’éditeur ou par des partenariats avec des spécialistes. SAP a choisi un partenariat avec Mendix autour d’un produit dans le Cloud, SAP Cloud Platform Rapid Application Development by Mendix. Chez Oracle, la plate-forme Low Code, Oracle Application Express, permet d’étendre les fonctionnalités des applications SaaS de l’éditeur et est proposée en option gratuite de la base de données 12c.

Salesforce.com est un pionnier dans le domaine avec Force.com. Son approche Low Code s’est enrichie et des cabinets d’analystes en font le leader de ce marché.

Dans le Cloud, Microsoft est le plus présent avec pas moins de trois platesformes allant des applications sur les objets connectés aux applications mobiles ou autres. Google s’est lancé récemment avec le lancement d’App Maker. AWS n’est pas en reste avec AgilePoint sans compter le nombre d’éditeurs qui ont leurs solutions sur ce backend comme Bonitasoft ou Mendix. On pourrait étendre cette liste à de nombreux autres acteurs de premier plan du monde logiciel qui voient aussi l’appétence des clients pour ce type de solutions.

Au bilan, les entreprises n’ont pas raté l’opportunité venue avec le Low Code et proposée par les différentes plates-formes présentes sur le marché. Plutôt que d’avoir à gérer des développements spécifiques, elles choisissent la solution Low Code permettant de verticaliser et d’adapter les logiciels à leurs besoins sans perdre le contrôle sur les données ou les applications en conservant dans la DSI le contrôle de la plateforme. Accessoirement, le Low Code évite pour une part le shadow IT en conservant les utilisateurs dans le giron de ce qui est préconisé dans l’entreprise. En fait, le Low Code permet concernant les applications d’entreprise d’avoir une relation gagnant-gagnant entre utilisateurs métier et service informatique !


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


DevSecOps

À l’intersection du développement, de l’exploitation et de la sécurité, DevSecOps vise à réconcilier trois populations aux intérêts souvent divergents. Inculquer vitesse et...

Supercalculateurs

Supercalculateurs

En perte de vitesse depuis plusieurs années dans les classements mondiaux, l’Europe a pris conscience de son retard dans un domaine stratégique pour sa recherche et ses industriels. Avec EuroHPC, l’Union...

5G

5G

Le déploiement de la 4G est à peine fini que la 5G frappe à la porte ! Il faut dire que, depuis dix ans, les utilisations de la téléphonie mobile ont évolué, sous la double impulsion des besoins...

RSS
Afficher tous les dossiers

CLOUD MADE IN FRANCE : pure players, telcos, comparatif des offres - Libra, la monnaie Facebook - L'analytique mange le logiciel - ERP, dernier bastion du "on premise" ? -Les métiers de l'ANSSI - Blockchain : projets open source et langages - Le sport, vitrine des technologies - Rencontre avec Alexandre Zapolsky (Linagora)...

 

OUTILS COLLABORATIFS : comment ils rendent l'entreprise plus agile - F8, Build, I/O, WWDC : Conf. développeurs, les annonces à retenir, les produits à venir - Supercalculateurs : l'Europe contre-attaque ! - DevSecOps, la sécurité au coeur du changement - Vendre et échanger des données - Migrer d'Oracle DB vers PostgreSQL - Ghidra : le framework de la NSA en Open Source...

 

LE NOUVEL ÂGE DU CLOUD : conteneurisation, services managés et FinOps - Comment faire baisser la facture du Cloud - 2014-2019 : l'avènement d'une Europe du numérique ? - Le défi technique de la 5G - Les entreprises face à l'agilité généralisée - Visual Studio 2019 - Recettes IFTTT - Test Huawei P30 Pro : le roi de la photo !...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
La police de Londres a été la cible dans la nuit de vendredi à samedi de pirates informatiques qui ont utilisé son compte Twitter et sa messagerie électronique pour diffuser des messages énigmatiques ou injurieuxLa police de Londres a été la cible dans la nuit de vendredi à samedi de pirates informatiques qui ont utilisé son compte Twitter et sa messagerie électronique pour diffuser des messages énigmatiques ou injurieux. [Lire la dépêche...]

Un prototype de combinaison lunaire développée à l'université du Dakota du Nord, photo datée 8 octobre 2013 
L'ingénieur spatial Pablo de Leon a conçu deux prototypes de combinaisons lunaire et martienne et sait le temps que leur développement a pris. Il prévient que pour faire revenir des astronautes sur la Lune en 2024, la Nasa doit se presser. [Lire la dépêche...]

L'application russe FaceApp présentée sur un smartphoneLa populaire application russe FaceApp, qui permet en quelques clics de se voir vieilli, suscite des mises en garde de responsables politiques aux Etats-Unis, un sénateur appelant même la police à enquêter sur les "risques pour la sécurité nationale et la vie privée". [Lire la dépêche...]

La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 18 juillet 2019La Commission européenne a infligé jeudi une amende de 242 millions d'euros au géant américain des composants électroniques Qualcomm, accusé de pratiquer des prix inférieurs aux coûts de production dans le but d'évincer un concurrent du marché. [Lire la dépêche...]

Photo de groupe pour les participants au G7 Finances de Chantilly, dans l'Oise, le 17 juillet 2019Les ministres des Finances du G7 ont trouvé jeudi un consensus en vue de taxer les géants du numérique, ouvrant la voie à un accord international, a indiqué jeudi la présidence française au terme de la réunion de Chantilly, au nord de Paris. [Lire la dépêche...]

Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi et le ministre de français de l'Economie Bruno Le Maire, à Chantilly, à l'occasion du G7 Finances, le 17 juillet 2019Les ministres des Finances du G7 ont alerté jeudi sur les risques pour le système financier international des projets de cryptomonnaies, comme le Libra annoncé par Facebook, lors de leur réunion à Chantilly (Oise), au nord de Paris. [Lire la dépêche...]

Galileo, le système européen de navigation par satellites, muet depuis vendredi, reprend du service, a annoncé jeudi l'agence de l'UE chargée de sa mise en oeuvre évoquant tout de même une "potentielle instabilité". [Lire la dépêche...]

Instagram cherche à diminuer la pression des Instagram, très populaire chez les jeunes, a commencé jeudi à masquer les "likes" sur sa plateforme dans six pays, dont le Japon, le Brésil et l'Italie, assurant vouloir diminuer le stress chez ses utilisateurs après des critiques sur les risques du réseau social pour la santé mentale des utilisateurs. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

BLACK HAT

Événement majeur mondial sur la sécurité de l'information la conférence Black Hat USA a lieu du 3 au 8 août 2019 à Las Vegas (Mandalay Bay). Organisé par UBM.

VMWORLD US

VMware réunit clients et partenaires à l'occasion de la conférence VMworld édition américaine à San Francisco du 25 au 29 août 2019. Organisée par VMware.

RURALITIC

Ruralitic tient à Aurillac (centre des congrès) sa 14ème édition du 27 au 29 août 2019. Organisé par Mon Territoire Numérique et le Conseil départemental du Cantal.

IFA

IFA IFA
Le plus grand salon professionnel européen de l'électronique grand public a lieu à Berlin du 6 au 11 septembre 2019. Organisé par Messe Berlin.

SALONS SOLUTIONS

ERP, CRM, BI, E-Achats, Démat, Archivage, SDN/InfotoDoc, Serveurs & Applications - du 1er au 3 octobre 2019 à Paris, Porte de Versailles (Pavillon 3). Organisés par Infopromotions.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 9 au 12 octobre 2019. Organisées par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT