X

News Partenaire

Conformité d’un hébergeur cloud au RGPD : des preuves techniques ?

A l’heure où le règlement général sur la protection des données va entrer en application, entreprises et administrations se demandent toujours comment procéder. Certaines décident d’y aller seules, d’autres se tournent vers des hébergeurs cloud pour les aider et les accompagner. Agarik assume ce rôle en mettant en avant son expertise en matière de sécurité.

Logiciels d’entreprise #2 : Le SaaS fait son nid

Toutes les entreprises ne sont pas encore passées au cloud, loin de là. Mais le SaaS fait tranquillement son nid et s’impose parmi les logiciels d’entreprise comme un modèle bien plus flexible et moins coûteux que les solutions on-premise, aussi bien pour les PME que pour les grands groupes.

Le SaaS… voilà des années que l’on en parle, que l’on vante ses mérites, la révolution, le tournant incontournable qu’il représente. À en croire la pléthorique littérature publiée à la fin des années 2000, toutes les entreprises devraient aujourd’hui « être sur le cloud » tant ce modèle est avantageux. Nous ne vous apprendrons rien en soulignant qu’en 2018, ce n’est toujours pas le cas : il faut croire que les éditeurs traditionnels ont la peau dure. Pour autant, on aurait bien tort de nier les bénéfices du SaaS. Et le premier d’entre eux est bien évidemment la souplesse de ce modèle de distribution de logiciels.

SaaS présente bien

Alors que Good Gout, une jeune entreprise spécialisée en produits alimentaires pour bébés et jeunes enfants, se développait, elle s’est mise en quête d’un CRM/ERP autre qu’un simple tableur Excel. « Le on-premise demandait un savoir-faire en interne. Nous sommes une petite équipe et n’avons pas de ” gros ” SI. Le SaaS nous a paru plus souple et évolutif », nous explique Mikaël Aubertin, CEO et fondateur de Good Gout, dont le choix s’est finalement porté sur Salesforce Automation. En effet, en mode SaaS les entreprises n’ont plus besoin d’héberger leurs applications sur leurs propres serveurs, éliminant ainsi le coût d’acquisition de matériel ainsi que la nécessité d’avoir des compétences spécifiques en interne. « Le grand avantage est le gain de temps puisque en mode SaaS le déploiement ne mobilise pas nos propres équipes qui peuvent être occupées ailleurs à déployer d’autres outils dans notre propre environnement », souligne Frantz Waze, directeur général délégué et directeur financier de Ditto Bank. Cette banque en ligne filiale de Travelex lancée en février dernier utilise Unit4Financial depuis octobre 2017. Frantz Waze souligne par ailleurs la proximité avec l’éditeur, qui dispose de ses propres équipes d’intégration. « Comme il maîtrise notre environnement, si on a un problème ou pour tout ce qui est évolution, paramétrage, environnement d’hébergement, c’est Unit4 qui gère. Dans le cas d’un logiciel comptable, cela reste difficile de trouver des informaticiens qui ont une double casquette informatique et appréhension des problèmes comptables », ajoute-t-il. Ditto Bank se félicite d’ailleurs du déploiement rapide de la solution, opérationnelle en moins de trois mois.

Les solutions d’entreprise dans le Cloud sont accessibles de n’importe où et de n’importe quel terminal.

Choisir le bon intégrateur

Il ne faut pas pour autant se voiler la face, l’intégration d’une nouvelle solution n’est pas toujours aisée, peu importe qu’elle soit en SaaS ou on-premise. EasyMovie, plate-forme de création de contenus vidéo destinée aux entreprises, elle-même en SaaS, décrit une intégration du CRM de Salesforce « un peu compliquée au début ». « Ce n’est pas tant une question de SaaS ou d’éditeur » indique Julien Bianchi, son CEO. « Nous avions choisi un intégrateur dont on avait l’impression qu’il découvrait comment déployer Salesforce : au bout de trois mois, nous n’étions toujours pas en mesure de sortir des factures clients correctes et avons pris du retard. » Finalement la jeune pousse opte pour un nouvel intégrateur, cette fois-ci conseillée par les commerciaux de Salesforce, et migre ses données de son ancien CRM open-source vers celui du géant américain. Malgré cette expérience, Julien Bianchi insiste sur les apports du SaaS, notamment en termes d’accessibilité. « La solution peut être utilisée n’importe où, y compris sur mobile », un avantage non négligeable pour un logiciel utilisé par des équipes commerciales souvent sur le terrain.

Taillée sur mesure

De même, la maintenance et la mise à jour du logiciel est assurée en externe par le prestataire. On en revient tout d’abord au point précédemment abordé : le SaaS permet dans une certaine mesure de libérer les services informatiques au sein des entreprises. Soit une évolutivité et une modularité facilitée. « On regarde les nouvelles releases et on voit si l’on est potentiellement intéressé par des fonctionnalités nouvelle », explique le CFO de Ditto Bank. « Et si nous avons besoin de faire évoluer le produit, la mise à niveau se fera de manière indolore pour notre équipe IT. » Unit4 a la main sur son environnement et la montée se fait de manière transparente. D’autant que les mises à jour se font généralement sans surcoût, contrairement aux « montées de versions » des solutions sur site.

Cette externalisation a également un impact en termes d’infrastructure : on entendra souvent dire que le SaaS promet une meilleure scalabilité. « Quand nous sommes passés sur Unit4, nous ne savions pas du tout quel serait notre volume d’activité, il est très difficile de calibrer le nombre d’entrées comptables par jour. Lors de la phase d’acquisition de clientèles, le nombre d’opérations a augmenté de manière exponentielle. Avec une solution SaaS, Unit4 nous a aidé à optimiser le stockage et le traitement », ajoute Frantz Waze. Là encore, une montée sans douleur. Force est de reconnaître que la dimension tarifaire joue un rôle important dans le choix du mode SaaS. Basé système d’abonnement par utilisateur par mois, on peut parler d’un modèle de tarification à la consommation. « C’est de l’utilisation à la demande et de la tarification à la demande, beaucoup plus souple, du sur-mesure par rapport à l’entreprise qui l’utilise », selon Julien Bianchi. « Lorsqu’un nouveau commercial arrive, on prend un abonnement supplémentaire, c’est aussi simple que ça. » « Quand une PME fait appel à du SaaS, c’est un avantage en termes de trésorerie. Le paiement mensuel par utilisateur permet de lisser la charge », renchérit Mikaël Aubertin, contrairement à l’achat de licences qui représente un investissement étalé sur plusieurs années.

TPE ou grand groupe, les mêmes avantages

Si ce modèle a des arguments pour séduire les TPE/PME, les grands groupes ne sont pas en reste. C’est le cas par exemple de Schneider Electric, lui aussi client de Salesforce. Et on ne parle pas ici d’une dizaine de collaborateurs connectés au CRM mais de 42 000 utilisateurs. « Là où nous avions différentes solutions avec différents degrés de customisation, différentes instances et des données pas forcément accessibles d’une instance à l’autre, nous avons fait le choix d’une solution unique pour tous les utilisateurs à travers le monde », expose Audrey Hazak, SVP Digital Sales & Support chez Schneider Electric. Les enjeux pour une entreprise de cette taille sont bien différents de ceux d’une structure comptant tout au plus quelques dizaines de salariés. Pourtant, les avantages du SaaS sont les mêmes. « C’est accessible par tous, la solution est beaucoup facile à implémenter et à déployer, et à adapter à nos besoins. On peut ainsi faire travailler les équipes de manière uniformisée et avoir une vue centralisée. »


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Logiciel


Fin du réseau RTC

Encore 70 % des entreprises utilisent le Réseau téléphonique commuté, dit « RTC », analogique, dont les premières coupures sont prévues en 2023. Parmi les usages persistants de ce...

RSS
Afficher tous les dossiers

STOCKAGE NOUVELLE GÉNÉRATION - Prélèvement à la source : les éditeurs confiants - Multicloud : les Français entrent dans la danse - DEV : les langages à connaître... et ceux à éviter - Se former à l'IoT gratuitement - IPV6 : il est plus que temps ! - Rencontre avec Jean-Noël de Galzain, fondateur de Wallix et d'Hexatrust...

 

SÉCURITÉ IT : LES ENJEUX POUR 2019 - Quel O.S. pour l'auto numérique ? - GENZ, le serveur du futur - Rencontre avec Mounir Mahjoubi - Préparer l'après RTC - Au coeur d'Hexatrust : IDnomic ou l'identité innovante - Langages informatiques : quoi de neuf ? - Digital Learning Manager, le métier qui monte...

 

LOGICIELS D'ENTREPRISE : UNE TRANSFORMATION PROFONDE - Licences logicielles : éditeurs/entreprises, le clash ! - La 5G sort des labos - Windows Subsystem for Linux - Recherche désespérément ingénieurs système - 3 solutions pour booster le réseau WiFi - Rencontre avec Serge Tisseron : nous devons savoir à tout moment avec qui/quoi nous interagissons...

 

Afficher tous les derniers numéros

Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Un joueur teste un jeu, dans le Tuer des zombies dans le désert, puis résoudre les énigmes d'un corsaire maudit avant d'embarquer à bord d'un vaisseau spatial: autant d'univers de réalité virtuelle qui seront bientôt ouverts à "Illucity" à Paris, et les salles dédiées à ces jeux devraient se multiplier en 2019. [Lire la dépêche...]

Pour échapper aux blocages imposés par Pékin à Google, Facebook et autres réseaux sociaux, les Chinois ont recours à des réseaux privés virtuels (VPN)Bloqué en Chine depuis belle lurette, Twitter, comme d'autres réseaux sociaux occidentaux, n'en est pas moins utilisé par les adversaires du régime communiste pour communiquer. Mais la censure sévit désormais aussi à l'extérieur de la Grande muraille informatique. [Lire la dépêche...]

Amazon va implanter deux nouveaux sièges à New York et dans la banlieue de WashingtonAlors que New York et la banlieue de Washington savourent d'avoir obtenu l'implantation de deux nouveaux sièges d'Amazon, le débat fait rage aux Etats-Unis sur les milliards de dollars d'incitations offertes par ces collectivités pour attirer le géant du commerce en ligne. [Lire la dépêche...]

La nouvelle polémique dans laquelle se trouve empêtré Facebook enflait vendredi avec les demandes d'explications pressantes de puissants sénateurs démocrates choqués par les méthodes d'une agence de relations publiques employée par le premier réseau social mondial pour décrédibiliser ses détracteurs. [Lire la dépêche...]

Ryan Kramer, photographié ici à San Francisco le 1er novembre 2018, a retrouvé son père biologique en 2005 par un site de test ADN.Il a suffi à Ryan Kramer d'un peu de salive et de neuf jours de recherches généalogiques pour découvrir l'identité de son père biologique, alors même que cet homme n'avait jamais testé son propre ADN et croyait qu'il ne serait jamais retrouvé. [Lire la dépêche...]

Jeff Bezos, en octobre 2018Des membres du Parlement européen ont appelé vendredi le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, à cesser de distribuer via sa plate-forme de vente en ligne les produits portant des symboles soviétiques, offensant, selon eux, les victimes du régime. [Lire la dépêche...]

Une voiture électrique Volkswagen le 2 février 2016Le géant allemand de l'automobile Volkswagen, désireux de laisser les ravages du dieselgate derrière lui, a annoncé vendredi 44 milliards d'euros d'investissements pour accentuer son virage vers les voitures électriques et autonomes. [Lire la dépêche...]

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange sur le balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres, le 19 mai 2017 Reclus depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres, Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks qui a publié en 2010 de nombreux documents confidentiels américains, a été inculpé secrètement aux Etats-Unis, a annoncé WikiLeaks jeudi soir. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

MAKER FAIRE

Du 23 au 25 novembre 2018, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la deuxième fois la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux "technologies de la confiance" est organisé à Cannes (palais des festivals) du 27 au 29 novembre 2018. Organisé par Comexposium.

CLOUD EXPO EUROPE

Conjointement avec Data Centre World, Cloud Security Expo et Smart IoT Paris, le salon Cloud Expo Europe se tient les 27 et 28 novembre 2018 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par CloserStill Media.

CES

CES CES

L'International Consumer Electronics Show (International CES) se tient du 8 au 11 janvier 2019 à Las Vegas (LVCC, Westgate, Renaissance, Sands/Venetian,...). C'est le plus grand salon mondial professionnel dédié aux technologies grand public : 3900 exposants et 170000 visiteurs attendus. Thématique principale de cette édition 2019 : The global stage for innovation. Organisé par la CTA (Consumer Technology Association).

RSS
Voir tout l'AgendaIT