X
Mon voisin, le Hacker !

News Partenaire

Mon voisin, le Hacker !

On a l’habitude de dire que l’été est une période propice aux cambriolages. Mais il en de même pour le piratage qui ne « baisse pas pavillon »… bien au contraire. En effet, la cuvée 2018 a été marquée par une série de cyberattaques diverses et variées. C’est l’occasion de rappeler que la cybersécurité est un enjeu crucial tant au niveau local que global, qu’il s’agisse de grandes entreprises ou de petites structures, du secteur privé ou public.

Bullet Point : Voyage en absurdie !

Vous connaissez maintenant mon amour immodéré pour la transition dite numérique, en une paraphrase, un business process reengineering qui implique de numériser les processus de l’entreprise. Revenons sur ces process. Ils découpent en multiples petites tâches les métiers de l’entreprise.

Longtemps dévolus à l’industrie et aux chaînes de fabrication, ce dont le film Les Temps modernes de Chaplin démontra l’inanité malgré les gains de productivité apportés, ces processus ont été ensuite adaptés aux services. Aujourd’hui, tout salarié réalise de petites tâches pour, à la fin, fournir un service au client ou à l’utilisateur du service. Il n’a donc pas la vision globale de ce qui est effectué et tout cela sert plus au contrôle de son travail – a-t-il atteint la productivité attendue ? – sans véritablement donner un sens à son travail. D’ailleurs, on ne lui demande que de suivre les instructions et de faire ce qu’on lui demande.

Dans ce cadre, on veut insérer « l’innovation ». À quoi cela correspond-t-il ? Changer les processus et donc ne plus suivre les processus existants, mais ceux remplacés par la numérisation ou suivre les mêmes processus qui ont été numérisés ? Là-dessus on ne dit mot et, au fond, on ne change pas grand-chose si ce n’est de s’appuyer sur du numérique plutôt que sur des supports papier. Le plus grand défaut de cette transition numérique est donc de ne pas dire son nom et de s’appuyer sur des technologies pour automatiser et augmenter la productivité, mais absolument pas pour changer les processus de l’entreprise in fine. Le pendant innovateur n’est donc juste qu’un habillage pour faire passer la pilule d’un bon vieux reengineering dont le seul but est d’obtenir plus de résultat du salarié et donc d’améliorer les marges. Les conséquences sont évidemment d’alimenter le cash des entreprises dont la plupart ne savent plus quoi faire. Une étude américaine récente montrait d’ailleurs que plutôt que de redistribuer ces gains vers les salariés, les entreprises rachetaient leurs propres actions, ce qui leur donnait le moyen ensuite de réaliser des rachats d’entreprises avec ces actions gelées et, en principe, retirées du marché. Les salariés ne sont pas si sots et voient bien que tout cela ne rime pas à grandchose, si ce n’est plus de pression et de craintes diffuses face aux technologies déployées. Prenons l’exemple de l’Intelligence artificielle.

La robotisation de l’humain

De brillants esprits nous indiquent régulièrement que les robots et autres technologies intelligentes vont remplacer ou supprimer de nombreux travaux ou postes dans les entreprises. On recherche même les métiers qui ne seraient pas inquiétés par cette « révolution ». Une fois de plus, l’application de cette technologie n’a pour but que de baisser les coûts opérationnels en apportant automatisation et augmentation de la productivité pour satisfaire les besoins des clients ou des utilisateurs. Dans le meilleur des cas !

Cela a été rendu possible par les processus mis en place. Ces processus n’ont en fait que « robotisé » le travail des humains. Il n’est donc pas surprenant qu’un robot puisse le remplacer. Ce dernier présente d’ailleurs de nombreux avantages : il ne fera que les erreurs qui ont été programmées, il n’aura pas d’état d’âmes, pas de fatigue et sera disponible 24/24 sans présenter de vieillissement ni de problèmes de santé ou d’absentéisme. Le robot sera donc le salarié idéal dont la productivité sera ajustable à volonté et prévisible sans risques de grèves ou de syndicalisme, encore moins de récriminations ou de demandes scandaleuses autour d’augmentation de salaires ! En attendant ces temps bénis, il faut bien faire contre mauvaise fortune bon cœur et répondre aux exigences de ces humains qui n’ont rien compris à l’économie et qui empêchent l’entrepreneur de recueillir les justes revenus de sa prise de risque.

L’instrumentalisation du bonheur

L’idée est de faire de l’espace de travail un endroit où le salarié heureux connaîtra son épanouissement complet. Cela passe de la triviale fourniture de croissants et de petits-déjeuners au déjeuner de groupe Sodexo, dans une cantine à prix réduit, en passant par des espaces de loisirs avec tables de ping-pong et aux jeux pour détendre le salarié stressé. J’en passe et des meilleures ! Sur ce dernier point on arrive maintenant au « management par la bienveillance ». Extraordinaire, on sermonne gentiment avant de virer avec fracas ! Mais rien n’est fait pour alléger la pression et encore moins la demande de productivité. Certaines entreprises ont même créé des Chief Happiness Officers, des responsables du bonheur des salariés. On croit rêver ! Comme si tout cela correspondait à la demande de bonheur des salariés qui comme tout-un-chacun ont un mal fou à donner une simple définition de ce mot : « Qu’est-ce que le bonheur ? Vous avez quatre heures ! » La fourniture de pis-aller de ce genre rate son but qui va de toute façon toujours dans le sens de l’équation salarié heureux = salarié plus productif. Tout n’est en fait que la recherche d’une plus grande productivité qui se définit aujourd’hui par la notion d’engagement : « Engagez-vous. Rengagez-vous, vous verrez du pays qu’ils disaient ! » Comme le légionnaire romain dans Astérix le Gaulois, toujours aussi réfractaire, il ne verra de toutes façons que le côté à moitié vide du gobelet de cervoise tiède. Il ne viendrait évidemment jamais à l’idée du pondeur de processus que de fournir d’abord les bons outils puis une charge de travail raisonnable, un travail intéressant avec plus d’autonomie puissent apporter non pas l’indéfinissable bonheur mais les éléments où un salarié se sente bien dans son entreprise et y mette du sien pour un projet qui n’est pas le sien. La France se découvre la fibre entrepreneuriale mais c’est justement parce que fonder son entreprise est un projet où l’ex-salarié, ou celui qui ne veut pas vivre ce que ses parents subissent, retrouve l’autonomie, la vision globale de son projet et qu’il est prêt à s’y investir pleinement et que sa réussite sera un accomplissement de luimême. Ce n’est que la conséquence de la vision réductrice du vécu dans l’entreprise avec ses processus et d’une culture du contrôle du salarié, qui comme chacun sait, n’est qu’un fainéant qui s’ignore…

Article publié dans L'Informaticien n°171.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats, Bullet Points

Actuellement à la Une...

A votre avis...

Les alternatives à GitHub

Les alternatives à GitHub

Microsoft venant tout juste d’officialiser le rachat de GitHub, certains usagers de la plate-forme seront sans doute tentés de chercher des alternatives. Nous allons voir dans ces lignes quelles plates-formes peuvent la remplacer et...

GitHub by Microsoft

GitHub by Microsoft

Près de 70 millions de projets open source hébergés par Microsoft ! L’acquisition de GitHub a soulevé une levée de boucliers dans les communautés open-source, avec le risque de voir le repository...

THD filaire partout !

THD filaire partout !

Yann Serra
Du gigabit Ethernet déployé à partir d’un simple tableau électrique permet, pour moins de 250 €, de desservir une douzaine de postes en TPE, dans un point de vente, ou en habitation.

RSS
Afficher tous les dossiers

SÉCURITÉ IT : LES ENJEUX POUR 2019 - Quel O.S. pour l'auto numérique ? - GENZ, le serveur du futur - Rencontre avec Mounir Mahjoubi - Préparer l'après RTC - Au coeur d'Hexatrust : IDnomic ou l'identité innovante - Langages informatiques : quoi de neuf ? - Digital Learning Manager, le métier qui monte...

 

LOGICIELS D'ENTREPRISE : UNE TRANSFORMATION PROFONDE - Licences logicielles : éditeurs/entreprises, le clash ! - La 5G sort des labos - Windows Subsystem for Linux - Recherche désespérément ingénieurs système - 3 solutions pour booster le réseau WiFi - Rencontre avec Serge Tisseron : nous devons savoir à tout moment avec qui/quoi nous interagissons...

 

BÂTIR LA MAISON INTELLIGENTE - GitHub by Microsoft + alternatives - FIDO2, l'après mot de passe - Open Street Map alternative à Google Maps ? - Java 10/Java 11 ne loupez pas le train - Marseille, 1er port numérique européen ? - OpenClassrooms : l'e-learning "non élitiste" à la conquête du monde...

 

Afficher tous les derniers numéros

Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Mark Zuckerberg dont des fonds d'investissement publics demandent qu'il laisse son poste de président du conseil d'administration à un directeur indépendant
 Quatre fonds publics d'investissement ont rejoint mercredi les investisseurs qui réclament le remplacement de Mark Zuckerberg au poste de président du conseil d'administration de Facebook, pour améliorer la gouvernance au sein du premier réseau social du monde. [Lire la dépêche...]

Twitter a publié des donées liées à 10 millions de tweets de trolls surtout russes qui ont lancé des campagnes de manipulation Twitter a rendu public mercredi des données liées à des campagnes de manipulation lancées par des trolls, pour l'essentiel russes et iraniens, et concernant une dizaine de millions de tweets remontant parfois à 2009. [Lire la dépêche...]

Les logos des réseaux sociaux Twitter et Facebook.Devra-t-on bientôt aller sur Facebook ou Twitter pour regarder ses programmes préférés? Après Netflix et Amazon, ce sont les réseaux sociaux qui s'attaquent au monde de la télévision avec un avantage de taille : une parfaite connaissance de leurs utilisateurs. [Lire la dépêche...]

Un employé de Panasonic analyse les données recueillies par les capteurs d'un fauteuil prototype permettant d'évaluer le degré de stress et l'humeur d'une personne pendant qu'elle est assise, le 17 octobre 2018 au salon Ceatec, à Chiba, près de Tokyo"Asseyez-vous confortablement, posez votre main ici sur le capteur d'odeur": l'invitation peut surprendre mais l'objectif est louable, évaluer le degré de stress et l'humeur d'une personne avec des puces électroniques, un des domaines de prédilection des Japonais. [Lire la dépêche...]

(ILLUSTRATION) Uber espère réaliser l'an prochain la plus grosse entrée en Bourse du secteur technologique, à plus de 100 milliards de dollarsUber peine à redorer une image ternie par les controverses et perd des sommes astronomiques. Pourtant, le groupe américain espère bien réaliser l'an prochain la plus grosse entrée en Bourse du secteur technologique, à plus de 100 milliards de dollars. [Lire la dépêche...]

Capture d'écran d'une vidéo fournie par la Parliamentary Recording Unit (PRU) du Parlement britannique montrant le robot Pepper devant la commission parlementaire sur l'éducation à Londres, le 16 octobre 2018 (AFP PHOTO/PRU)Un robot est venu témoigner mardi devant la commission parlementaire britannique sur l'éducation, une première au Royaume-Uni.  [Lire la dépêche...]

Un moteur d'une Audi A3 TDI testée à Washington DC La facture du "dieselgate" s'est encore alourdie mardi pour Volkswagen, avec l'amende de 800 millions d'euros infligée à sa filiale Audi par la justice allemande, tandis que plusieurs enquêtes pénales se poursuivent contre des dirigeants. [Lire la dépêche...]

La Première ministre britannique Theresa May visite une école d'ingénieurs à Birmingham le 20 novembre 2017Le Royaume-Uni est le pays européen où sont basées le plus de start-up actives dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA), devant la France et l'Allemagne, selon un baromètre France Digitale/Roland Berger publié mardi.  [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

WEB SUMMIT

Le Web Summit réunit plus de 70000 participants et 1200 conférenciers du 5 au 8 novembre 2018 à Lisbonne (Portugal), Altice Arena. Organisé par Connected Intelligence Ltd.

EXPERIENCES

Microsoft Experiences 18, « l'événement de l'intelligence numérique », aura lieu les 6 et 7 novembre 2018 à Paris, palais des congrès de la porte Maillot. Organisé par Microsoft.

MAKER FAIRE

Du 23 au 25 novembre 2018, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la deuxième fois la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.
RSS
Voir tout l'AgendaIT