X

Marseille bientôt premier port numérique européen ?

Afin de réduire la latence vers leurs utilisateurs en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, les géants d’Internet installent leurs serveurs à Marseille.

Alors que les câbles en provenance d’Amérique arrivent en divers points au nord de l’Europe, Marseille fédère tous ceux qui transitent par la Méditerranée.

Marseille, second port de marine marchande en Méditerranée, est en passe de devenir le premier port numérique d’Europe. D’ici à 2019 et l’ajout de trois nouveaux câbles optiques « backbones » aux dix existants, la cité Phocéenne véhiculera à elle seule 300 Tbits/s d’Internet occidental vers les internautes d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique. Soit vers plus de 4 milliards d’individus ! Au nord de l’Europe, les câbles en provenance d’Amérique arrivent à différents endroits des côtes atlantiques et de la Mer du Nord, puis convergent vers des hubs terrestres, comme Londres, Amsterdam, Paris et Francfort.

« Sachant que les câbles sous-marins coûtent dix fois moins cher que les terrestres, Marseille est idéalement située entre le Rhône, d’où arrivent les backbones de Paris et Francfort, et la Méditerranée, d’où partent les backbones qui longent les côtes de l’Afrique et de l’océan Indien, jusqu’à Pékin », explique à L’Informaticien Fabrice Coquio, le président d’Interxion, la chaîne de datacenters néerlandaise qui inaugure justement ces jours-ci 4 500 m2 de salles blanches supplémentaires sur le port de Marseille.

Marseille, relais de l’Internet occidental...

Car pour les géants d’Internet, l’idée est à présent de se servir de Marseille comme point de relais pour diffuser plus vite leurs contenus au-delà de l’Europe. Ainsi, en installant leurs propres serveurs dans le bâtiment MRS1, ou le nouveau MRS2, que Interxion vient d’ouvrir sur le port, des éditeurs américains comme Netflix ou Facebook seraient à 10 millisecondes de leurs utilisateurs à Singapour, alors qu’il faut compter plusieurs centaines de millisecondes depuis leurs serveurs-relais situés dans le nord de l’Europe, à Londres, Amsterdam, Paris ou Francfort. « Contrairement à nos autres datacenters d’Europe, qui servent des besoins locaux, ceux de Marseille hébergent désormais une majorité d’entreprises étrangères. Car nous sommes à l’endroit où il est le plus simple de s’installer pour proposer des services à l’Asie ou à l’Afrique », commente ainsi Fabrice Coquio.

Google, avec l’appui d’Orange, serait même en train d’installer un câble qui relie plus directement la côte est des États-Unis à Marseille. Partant de Virginie, celui-ci arrivera dans quelques mois en Vendée, à SaintHilaire-de-Riez, pour repartir vers Marseille via la Loire et le Rhône, sans passer par Paris.

…et hébergeur des entreprises africaines et asiatiques

Par ailleurs, les datacenters du port de Marseille représentent une opportunité économique pour les opérateurs africains et asiatiques euxmêmes. « Il faut savoir que les marchés télécoms ne sont pas encore totalement dérégulés en Afrique ou en Asie. Sans concurrence, les prix des connexions restent particulièrement élevés et par là-même celui du fret télécom. Comptez par exemple 5 000 € par mois au Maroc pour une liaison à 10 Gbits/s entre une entreprise et un datacenter situé dans la même zone urbaine, alors qu’une liaison en 100 Gbits/s coûte 250 € par mois en France », dévoile Fabrice Coquio.

Fabrice Coquio, président d’Interxion, à l’inauguration du bâtiment MRS2.

Résultat, plutôt que de faire héberger leur SI chez des opérateurs locaux, les banques, les compagnies d’assurance et autres industriels préfèrent s’installer à Marseille pour alimenter des services qui seront hébergés – souvent via Capgemini ou Atos – depuis les bâtiments d’Interxion. Selon des détails que L’Informaticien a pu obtenir, les institutions financières chinoises seraient d’ailleurs particulièrement friandes de ce procédé qui leur permet de conquérir le marché africain avec un minimum d’investissement pour un débit maximal. Autre exemple, c’est aussi à Marseille que Total aurait installé le datacenter qui sert sa plate-forme pétrolière flottante au large de l’Angola, et ce, via Angola Telecom, également installé dans les bâtiments d’Interxion.

Si Fabrice Coquio se refuse à révéler les noms des entreprises qui installent leurs serveurs au MRS1 (250 clients à ce jour) et bientôt au MRS2, certaines sources indiquent que la plupart des opérateurs de Cloud public ont déjà passé commande pour plusieurs dizaines de mètres carrés, sinon une salle entière. Une hypothèse que l’on est tenté de croire, tant AWS, Google et Azure sont sur les rangs pour promettre à leurs clients du haut débit vers leurs utilisateurs ; haut débit qu’ils factureront plus cher car la bande passante consommée entre dans leurs grilles tarifaires.

La question de l’opportunité économique pour la ville

Reste à savoir comment l’opportunité géoéconomique de Marseille va se transformer en opportunité économique tout court pour la ville. Pour l’heure, Interxion n’embauche en tout qu’une quarantaine de personnes pour s’occuper de la maintenance de ses bâtiments. Ces personnels, dont 28 arrivent avec le MRS2, sont principalement des électriciens et des plombiers, qui assurent le fonctionnement des circuits d’énergie et de refroidissement des salles informatiques. « La dynamique économique pour la ville n’est pas à chercher dans les emplois que nous créons nous-mêmes, mais dans les salariés que nos clients installent ici, dans des bureaux et des logements marseillais, pour s’occuper des baies de serveurs qu’ils installent chez nous », affirme Fabrice Coquio.

S’il n’indique pas le nombre de ces travailleurs détachés, Fabrice Coquio estime à 250 le nombre de visites quotidiennes au sein des MRS1 et MRS2 pour effectuer des opérations de maintenance physique – ajout de serveurs, remplacement de disques, sauvegardes sur bandes, etc. Comme ces opérations ne sont pas quotidiennes, il est raisonnable de penser que ce sont plus d’un millier d’informaticiens qui s’installeront alentour pour intervenir à tour de rôle.

De leur côté, les pouvoirs publics y croient. « Marseille est désormais sur les rangs pour faire partie des acteurs les plus décisifs en matière de hub numérique, ce qui attirera des investissements du monde entier et des opportunités de développement économiques », a ainsi déclaré Christine Cabeau Woehrel, directrice générale du Grand port maritime de Marseille, lors de l’inauguration du MRS2.

L’opportunité d’exploiter des sites inutilisés

En attendant, le chantier même du MRS2 (76 millions d’euros) et, bientôt, celui du MRS3, bénéficient à la ville. Dans les deux cas, Interxion rénove et occupe des bâtiments historiques que Marseille ne pouvait pas rentabiliser. Le MRS2 est ainsi installé au sein d’une halle Freyssinet similaire à celle dans laquelle s’est installé l’incubateur Station F à Paris et inoccupée depuis 1995. Le MRS3, dont les travaux devraient débuter d’ici à la fin de l’année, prendra quant à lui place au sein d’une ancienne base de sous-marins allemands construite en 1943 et jamais utilisée depuis. Et pour cause : conçue abriter trente U-Boote, elle se compose d’alvéoles de 13 mètres de haut sur 9 000 m2, derrière un mur de 2,85 m d’épaisseur et sous un toit épais de 6 mètres.

« Le coût de démantèlement de ce bâtiment est de 26 millions d’euros, c’est-à-dire qu’aucune entreprise n’a jamais trouvé un intérêt économique à venir le détruire pour s’installer à sa place. Nous sommes les seuls dont l’activité est compatible avec cette construction particulière en alvéoles. D’autant plus que la solidité du toit nous permet d’y entreposer toute l’infrastructure de froid ainsi que les trois citernes de 80 000 litres de fuel dont nous nous servons en cas de coupure électrique », conclut Fabrice Coquio.

Interxion avait débuté son activité à Marseille en rachetant le site Netcenter de SFR en 2014 pour en faire le bâtiment MRS1 (2 000 m2). L’avenir dira si la croissance des bandes passantes à Marseille suscitera l’installationde chaînes de datacenters concurrentes. 

 

Maquette du bâtiment MRS2 construit au sein d’une ancienne halle Freyssinet.

Maquette du MRS2 et du futur MRS3, qui totaliseront 13 000 m2 de datacenters.

Article paru dans L'Informaticien n°169.


 

Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Réseau

A VOTRE AVIS...
Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

Emploi IT

Emploi IT

Avec l’évolution des technologies, portées par le Cloud, les conteneurs, les data sciences et le développement cross-platform, les métiers sont eux aussi amenés à changer. Malt, plate-forme de mise...

Gestion de l'information

Gestion de l'information

La gestion de l’information s’est imposée depuis dix ans comme un pan important de la transformation numérique des entreprises. Comment satisfaire un client si vous ne le connaissez pas finement par des informations...

French Tech FT120

French Tech FT120

83 entreprises sont sélectionnées pour le French Tech 120, où elles siègent aux côtés du Next 40. L’e-santé et le retail y sont surreprésentés, quand la...

AMP

AMP

Lancé par Google, AMP vient récemment de changer de gouvernance. C’est désormais un projet en incubation sous la responsabilité de la fondation OpenJS, elle-même née de la fusion des fondations...

WebAssembly

WebAssembly

Va-t-il réussir là où le Java a échoué ? WebAssembly ne semblait être qu’une solution pour faire tourner du C/C++ dans le navigateur web, une technologie qui séduit et qui pourrait bien avoir...

RSS
Afficher tous les dossiers

COMMUNICATIONS UNIFIÉES : une convergence accrue entre communication et collaboration - Réussir StopCovid ! - Énergie : les datacenters sur le grill - Le lourd poids de la dette technique - GitLab comme solution DevSecOps - Les femmes, avenir de la filière IT ? - Apps de messagerie, attention danger ? - Pôle IA Toulouse...

 

BASES DE DONNÉES : le DBaaS va tout balayer - Gestion de l'information : structurer le non structuré ! - Municipales : la politique se numérise, le numérique se politise - Cybersécurité : les planètes Cyber alignées ! - DevOps : WebAssembly, langage assembleur du Web - AMP confié à OpenJS - Pénurie des formations IA - À la recherche de nouvelles compétences IT...

 

20 TECHNOS pour 2020 et au-delà... : multicloud, rpa, edge&fog, apis, quantique... - La transfo numérique exemplaire d'une PME industrielle - BYOK : chiffrer le Cloud - L'Open Source teinté d'Orange - Mettre de l'intelligence dans l'APM - Le disque dur fait de la résistance - CI/CD as a Service - Digital Campus, n°1 des écoles du numérique...

 

Afficher tous les derniers numéros

Malgré des investissements massifs dans le développement à hauteur de près de 4 milliards de dollars l'année dernière, près de la moitié du temps consacré au DevOps est perdu dans la répétition des tâches et dans la logistique. Ceci fait que 90% des entreprises qui ont adopté ces pratiques sont déçues par les résultats, selon une étude publiée par le Gartner.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Un membre de l'équipe du théâtre L'Européen, à Paris, le 18 mai 2020, quelques jours après le déconfinement"Opéra chez soi", "théâtre et canapé": en temps de coronavirus, les théâtres ont donné un accès sans précédent à leurs productions grâce au streaming, tout en espérant que ça ne soit qu'une parenthèse. Mais celle-ci risque d'être longue. [Lire la dépêche...]

une loi sur la désinformation à Singapour Facebook a critiqué lundi la sévérité d'une loi sur la désinformation en vigueur à Singapour, et pointé une menace pour la liberté d'expression, après avoir été de nouveau contraint à bloquer une page dans la cité-Etat. [Lire la dépêche...]

Moe Myint May Thu, 8 ans, vedette des réseaux sociaux grâce à ses cours de cuisine en ligne, le 21 mai 2020 à Rangoun, en Birmanie De la soupe de poisson aux cuisses de grenouille épicées, les cours de cuisine d'une fillette de huit ans en pyjama et charlotte sur la tête fait le bonheur des internautes Birmans, toujours invités à rester chez eux en raison de l'épidémie de coronavirus. [Lire la dépêche...]

Le clash entre Twitter et Donald Trump éclabousse Facebook, en position délicate depuis que son patron, Mark Zuckerberg, a refusé de sanctionner des propos polémiques du présidentLe clash entre Twitter et Donald Trump éclabousse Facebook, en position délicate depuis que son patron, Mark Zuckerberg, a refusé de sanctionner des propos polémiques du président et est désavoué publiquement par des employés - un phénomène rare dans la Silicon Valley. [Lire la dépêche...]

Image transmise par la Nasa de Robert Behnken (2e d) et Doug Hurley (d), à leur arrivée dans l'ISS, avec les autres astronautes de la station spatiale, le 31 mai 2020Les deux astronautes de la Nasa transportés par la capsule de SpaceX sont entrés dimanche dans la station spatiale internationale, une nouvelle étape franchie avec succès pour cette mission qui marque le retour des transports américains vers l'ISS après neuf ans d'interruption. [Lire la dépêche...]

Décollage d'une fusée Soyouz MS-16 transportant les membres de la Station spatiale internationale (ISS), le 9 avril 2020 à BaïkonourLa Russie a réagi dimanche au lancement réussi d'une fusée américaine de SpaceX vers la Station spatiale internationale (ISS), promettant de tester deux nouvelles fusées en 2020 et de reprendre son programme lunaire l'an prochain. [Lire la dépêche...]

L'application StopCovid devrait finalement être disponible à partir du mardi 2 juin à midiL'application de traçage StopCovid, destinée à repérer la propagation du coronavirus, devrait finalement être disponible à partir du mardi 2 juin à midi, a annoncé dimanche le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O. [Lire la dépêche...]

"Le trampoline fonctionne": Elon Musk, le fondateur de SpaceX qui a envoyé samedi deux astronautes dans l'espace, a répondu au patron de l'agence spatiale russe qui s'était moqué il y a six ans de l'incapacité américaine à mener des vols spatiaux habités. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 14 et 15 septembre 2020 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par Corp Agency.

AI PARIS

Conférence, exposition et rendez-vous d'affaires sur l'intelligence artificielle à Paris, Porte de Versailles les 14 et 15 septembre 2020. Organisé par Corp Agency.

DOCUMATION

Congrès et exposition Documation du 22 au 24 septembre 2020  à Paris Porte de Versailles (Pavillon 4.3). Organisé par Infopromotions.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie