X

News Partenaire

Conformité d’un hébergeur cloud au RGPD : des preuves techniques ?

A l’heure où le règlement général sur la protection des données va entrer en application, entreprises et administrations se demandent toujours comment procéder. Certaines décident d’y aller seules, d’autres se tournent vers des hébergeurs cloud pour les aider et les accompagner. Agarik assume ce rôle en mettant en avant son expertise en matière de sécurité.

Marseille bientôt premier port numérique européen ?

Afin de réduire la latence vers leurs utilisateurs en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, les géants d’Internet installent leurs serveurs à Marseille.

Alors que les câbles en provenance d’Amérique arrivent en divers points au nord de l’Europe, Marseille fédère tous ceux qui transitent par la Méditerranée.

Marseille, second port de marine marchande en Méditerranée, est en passe de devenir le premier port numérique d’Europe. D’ici à 2019 et l’ajout de trois nouveaux câbles optiques « backbones » aux dix existants, la cité Phocéenne véhiculera à elle seule 300 Tbits/s d’Internet occidental vers les internautes d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique. Soit vers plus de 4 milliards d’individus ! Au nord de l’Europe, les câbles en provenance d’Amérique arrivent à différents endroits des côtes atlantiques et de la Mer du Nord, puis convergent vers des hubs terrestres, comme Londres, Amsterdam, Paris et Francfort.

« Sachant que les câbles sous-marins coûtent dix fois moins cher que les terrestres, Marseille est idéalement située entre le Rhône, d’où arrivent les backbones de Paris et Francfort, et la Méditerranée, d’où partent les backbones qui longent les côtes de l’Afrique et de l’océan Indien, jusqu’à Pékin », explique à L’Informaticien Fabrice Coquio, le président d’Interxion, la chaîne de datacenters néerlandaise qui inaugure justement ces jours-ci 4 500 m2 de salles blanches supplémentaires sur le port de Marseille.

Marseille, relais de l’Internet occidental...

Car pour les géants d’Internet, l’idée est à présent de se servir de Marseille comme point de relais pour diffuser plus vite leurs contenus au-delà de l’Europe. Ainsi, en installant leurs propres serveurs dans le bâtiment MRS1, ou le nouveau MRS2, que Interxion vient d’ouvrir sur le port, des éditeurs américains comme Netflix ou Facebook seraient à 10 millisecondes de leurs utilisateurs à Singapour, alors qu’il faut compter plusieurs centaines de millisecondes depuis leurs serveurs-relais situés dans le nord de l’Europe, à Londres, Amsterdam, Paris ou Francfort. « Contrairement à nos autres datacenters d’Europe, qui servent des besoins locaux, ceux de Marseille hébergent désormais une majorité d’entreprises étrangères. Car nous sommes à l’endroit où il est le plus simple de s’installer pour proposer des services à l’Asie ou à l’Afrique », commente ainsi Fabrice Coquio.

Google, avec l’appui d’Orange, serait même en train d’installer un câble qui relie plus directement la côte est des États-Unis à Marseille. Partant de Virginie, celui-ci arrivera dans quelques mois en Vendée, à SaintHilaire-de-Riez, pour repartir vers Marseille via la Loire et le Rhône, sans passer par Paris.

…et hébergeur des entreprises africaines et asiatiques

Par ailleurs, les datacenters du port de Marseille représentent une opportunité économique pour les opérateurs africains et asiatiques euxmêmes. « Il faut savoir que les marchés télécoms ne sont pas encore totalement dérégulés en Afrique ou en Asie. Sans concurrence, les prix des connexions restent particulièrement élevés et par là-même celui du fret télécom. Comptez par exemple 5 000 € par mois au Maroc pour une liaison à 10 Gbits/s entre une entreprise et un datacenter situé dans la même zone urbaine, alors qu’une liaison en 100 Gbits/s coûte 250 € par mois en France », dévoile Fabrice Coquio.

Fabrice Coquio, président d’Interxion, à l’inauguration du bâtiment MRS2.

Résultat, plutôt que de faire héberger leur SI chez des opérateurs locaux, les banques, les compagnies d’assurance et autres industriels préfèrent s’installer à Marseille pour alimenter des services qui seront hébergés – souvent via Capgemini ou Atos – depuis les bâtiments d’Interxion. Selon des détails que L’Informaticien a pu obtenir, les institutions financières chinoises seraient d’ailleurs particulièrement friandes de ce procédé qui leur permet de conquérir le marché africain avec un minimum d’investissement pour un débit maximal. Autre exemple, c’est aussi à Marseille que Total aurait installé le datacenter qui sert sa plate-forme pétrolière flottante au large de l’Angola, et ce, via Angola Telecom, également installé dans les bâtiments d’Interxion.

Si Fabrice Coquio se refuse à révéler les noms des entreprises qui installent leurs serveurs au MRS1 (250 clients à ce jour) et bientôt au MRS2, certaines sources indiquent que la plupart des opérateurs de Cloud public ont déjà passé commande pour plusieurs dizaines de mètres carrés, sinon une salle entière. Une hypothèse que l’on est tenté de croire, tant AWS, Google et Azure sont sur les rangs pour promettre à leurs clients du haut débit vers leurs utilisateurs ; haut débit qu’ils factureront plus cher car la bande passante consommée entre dans leurs grilles tarifaires.

La question de l’opportunité économique pour la ville

Reste à savoir comment l’opportunité géoéconomique de Marseille va se transformer en opportunité économique tout court pour la ville. Pour l’heure, Interxion n’embauche en tout qu’une quarantaine de personnes pour s’occuper de la maintenance de ses bâtiments. Ces personnels, dont 28 arrivent avec le MRS2, sont principalement des électriciens et des plombiers, qui assurent le fonctionnement des circuits d’énergie et de refroidissement des salles informatiques. « La dynamique économique pour la ville n’est pas à chercher dans les emplois que nous créons nous-mêmes, mais dans les salariés que nos clients installent ici, dans des bureaux et des logements marseillais, pour s’occuper des baies de serveurs qu’ils installent chez nous », affirme Fabrice Coquio.

S’il n’indique pas le nombre de ces travailleurs détachés, Fabrice Coquio estime à 250 le nombre de visites quotidiennes au sein des MRS1 et MRS2 pour effectuer des opérations de maintenance physique – ajout de serveurs, remplacement de disques, sauvegardes sur bandes, etc. Comme ces opérations ne sont pas quotidiennes, il est raisonnable de penser que ce sont plus d’un millier d’informaticiens qui s’installeront alentour pour intervenir à tour de rôle.

De leur côté, les pouvoirs publics y croient. « Marseille est désormais sur les rangs pour faire partie des acteurs les plus décisifs en matière de hub numérique, ce qui attirera des investissements du monde entier et des opportunités de développement économiques », a ainsi déclaré Christine Cabeau Woehrel, directrice générale du Grand port maritime de Marseille, lors de l’inauguration du MRS2.

L’opportunité d’exploiter des sites inutilisés

En attendant, le chantier même du MRS2 (76 millions d’euros) et, bientôt, celui du MRS3, bénéficient à la ville. Dans les deux cas, Interxion rénove et occupe des bâtiments historiques que Marseille ne pouvait pas rentabiliser. Le MRS2 est ainsi installé au sein d’une halle Freyssinet similaire à celle dans laquelle s’est installé l’incubateur Station F à Paris et inoccupée depuis 1995. Le MRS3, dont les travaux devraient débuter d’ici à la fin de l’année, prendra quant à lui place au sein d’une ancienne base de sous-marins allemands construite en 1943 et jamais utilisée depuis. Et pour cause : conçue abriter trente U-Boote, elle se compose d’alvéoles de 13 mètres de haut sur 9 000 m2, derrière un mur de 2,85 m d’épaisseur et sous un toit épais de 6 mètres.

« Le coût de démantèlement de ce bâtiment est de 26 millions d’euros, c’est-à-dire qu’aucune entreprise n’a jamais trouvé un intérêt économique à venir le détruire pour s’installer à sa place. Nous sommes les seuls dont l’activité est compatible avec cette construction particulière en alvéoles. D’autant plus que la solidité du toit nous permet d’y entreposer toute l’infrastructure de froid ainsi que les trois citernes de 80 000 litres de fuel dont nous nous servons en cas de coupure électrique », conclut Fabrice Coquio.

Interxion avait débuté son activité à Marseille en rachetant le site Netcenter de SFR en 2014 pour en faire le bâtiment MRS1 (2 000 m2). L’avenir dira si la croissance des bandes passantes à Marseille suscitera l’installationde chaînes de datacenters concurrentes. 

 

Maquette du bâtiment MRS2 construit au sein d’une ancienne halle Freyssinet.

Maquette du MRS2 et du futur MRS3, qui totaliseront 13 000 m2 de datacenters.

Article paru dans L'Informaticien n°169.


 

Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Réseau


Les alternatives à GitHub

Les alternatives à GitHub

Microsoft venant tout juste d’officialiser le rachat de GitHub, certains usagers de la plate-forme seront sans doute tentés de chercher des alternatives. Nous allons voir dans ces lignes quelles plates-formes peuvent la remplacer et...

RSS
Afficher tous les dossiers

STOCKAGE NOUVELLE GÉNÉRATION - Prélèvement à la source : les éditeurs confiants - Multicloud : les Français entrent dans la danse - DEV : les langages à connaître... et ceux à éviter - Se former à l'IoT gratuitement - IPV6 : il est plus que temps ! - Rencontre avec Jean-Noël de Galzain, fondateur de Wallix et d'Hexatrust...

 

SÉCURITÉ IT : LES ENJEUX POUR 2019 - Quel O.S. pour l'auto numérique ? - GENZ, le serveur du futur - Rencontre avec Mounir Mahjoubi - Préparer l'après RTC - Au coeur d'Hexatrust : IDnomic ou l'identité innovante - Langages informatiques : quoi de neuf ? - Digital Learning Manager, le métier qui monte...

 

LOGICIELS D'ENTREPRISE : UNE TRANSFORMATION PROFONDE - Licences logicielles : éditeurs/entreprises, le clash ! - La 5G sort des labos - Windows Subsystem for Linux - Recherche désespérément ingénieurs système - 3 solutions pour booster le réseau WiFi - Rencontre avec Serge Tisseron : nous devons savoir à tout moment avec qui/quoi nous interagissons...

 

Afficher tous les derniers numéros

Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
 les conditions de travail dans les usines en Chine qui fournissent Les géants mondiaux de l'électronique contribuent au suicide d'employés, affirme une étude publiée mercrediStress lié aux cadences, crainte de perdre son emploi, sanctions: les conditions de travail dans les usines en Chine qui fournissent les géants mondiaux de l'électronique contribuent au suicide d'employés, affirme une étude publiée mercredi. [Lire la dépêche...]

Un employé sur le toit d'un un Apple store de PékinLes entreprises technologiques, qui ont mené Wall Street à ses sommets, vivent une période particulièrement chahutée à la Bourse par crainte de voir leurs fabuleux bénéfices s'étioler. [Lire la dépêche...]

Jadis quartier industriel, Long Island City (LIC), où va s'implanter Amazon, a déjà vu pousser des dizaines de tours, le LIC pris en photo le 7 novembre 2018  Avec ses milliers d'emplois et ses investissements massifs, l'implantation d'une partie du nouveau siège d'Amazon à Long Island City, annoncée mardi, a ravi certains New-Yorkais tandis que d'autres dénonçaient un marché de dupes. [Lire la dépêche...]

Abou Ahmad, un étudiant de l'association des Dans le nord-ouest syrien, une dizaine de non-voyants réunis dans une salle pianotent sur leur smartphone, apprenant à suivre les instructions d'un guide vocal. A l'origine de l'application: un ex-combattant rebelle, aveugle depuis une blessure sur le champ de bataille. [Lire la dépêche...]

(ILLUSTRATION) Environ 400 personnes utilisent déjà le service de taxis sans chauffeur de WaymoWaymo, filiale d'Alphabet, va "petit à petit" ouvrir son service de voitures autonomes à plus de clients dans la région de Phoenix (Arizona), a annoncé mardi John Krafcik, le PDG de l'entreprise. [Lire la dépêche...]

Un panneau d'accueil à Crystal City photographié le 7 novembre et où amazon va installer l'un de ses nouveaux siègesAmazon installera ses deux nouveaux sièges à New York et aux portes de la capitale américaine, ainsi qu'un centre d'excellence de gestion de ses opérations à Nashville. En jeu: des milliards de dollars d'investissement, des dizaines de milliers d'emplois et beaucoup de subventions. [Lire la dépêche...]

Le logo d'Orange apparaît sur l'écran d'une tablette, le 19 avril 2018 à ParisÀ compter de jeudi, Orange ne proposera plus en boutique d'offres de téléphonie fixe utilisant le réseau téléphonique RTC, né au XIXe siècle, que l'opérateur historique va abandonner au profit d'une autre technologie, le protocole IP. [Lire la dépêche...]

Binny Bansal, cofondateur du site Flipkart, le 30 octobre 2015 à Hyderabad en IndeLe cofondateur du site d'e-commerce indien Flipkart, le trentenaire Binny Bansal, a démissionné mardi de ses fonctions de PDG du groupe à l'issue d'une enquête pour "inconduite personnelle grave", d'une nature non précisée. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT
Jalios Digital Summit 2018 est une journée de conférences, sessions thématiques et ateliers pour bien préparer un projet collaboratif. Elle a lieu le 15 novembre 2018 à Paris La Défense. Organisée par Jalios.

MAKER FAIRE

Du 23 au 25 novembre 2018, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la deuxième fois la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux "technologies de la confiance" est organisé à Cannes (palais des festivals) du 27 au 29 novembre 2018. Organisé par Comexposium.

CLOUD EXPO EUROPE

Conjointement avec Data Centre World, Cloud Security Expo et Smart IoT Paris, le salon Cloud Expo Europe se tient les 27 et 28 novembre 2018 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par CloserStill Media.
RSS
Voir tout l'AgendaIT