X
CA Technologies étend les outils de l’usine à logiciel

News Partenaire

CA Technologies étend les outils de l’usine à logiciel

L’éditeur américain a convié au printemps dernier quelques journalistes et analystes à visiter son laboratoire de Santa Clara et a profité de l’occasion pour présenter des nouveaux produits dans le domaine du DevOps et de la sécurité.


Le réseau c'est l'entreprise

Il y a 25 ans, John Gage lançait cette phrase qui deviendra la devise de Sun Microsystems pour des années : « Le réseau est l’ordinateur. » Le monde d’aujourd’hui a dépassé et de loin cette affirmation initiale.

D’un simple réseau, bien peu pratique dans ses premiers jours avec une bande passante faible et une vitesse d’escargot pour échanger les fichiers et autres paquets, on est maintenant dans une réalité hyperconnectée par des terminaux mobiles aussi puissants que nos ordinateurs d’antan. Qui aujourd’hui imaginerait une entreprise sans Internet ? Il suffit de voir les visages défaits dès que le réseau tombe pour une raison ou pour une autre. D’ailleurs, bien peu d’entreprises seraient capables de restaurer, même pour quelques jours, le bon vieux travail sur papier comme nous le connaissions quand John Gage a lancé cette idée. C’est cependant ce qu’a fait le FSB (services secrets russes) après les révélations de Snowden en revenant pour les échanges les plus importants à la machine à écrire et les échanges par courrier !

La phrase de John Gage résonne encore plus fort maintenant avec l’irrésistible montée en puissance des environnements cloud. Car même les plus réticents d’hier comme les banques ou les financiers se lancent gaillardement vers des Clouds publics.

Saluons ce revirement qui nous fait dire qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Mais le Cloud sans un réseau suffisamment et largement provisionné ne serait qu’une contrainte voire une limite pour les entreprises. Les années ASP nous l’ont appris lorsque les applications étaient bien prêtes mais ne pouvaient bénéficier de cette infrastructure nécessaire pour fonctionner au mieux.

La dépendance au réseau devient évidente lorsque l’on constate l’utilisation des applications en SaaS. Plus de 85 % des entreprises du Fortune 500 utilisent les services Microsoft Cloud, et chaque mois, plus de 500 000 petites entreprises viennent s’ajouter à Office 365. Les applications mobiles d’Office ont été téléchargées plus de 340 millions de fois. Autres chiffres : 4 000 milliards d’e-mails envoyés avec Office 365, 1 milliard de réunions créées par mois et 3 milliards de minutes d’appels Skype par jour. Microsoft revendique plus de 135 millions d’utilisateurs actifs par mois en entreprise. Les utilisateurs seraient bien en peine de réaliser leur travail sans la connexion nécessaire pour accéder à l’application. De même vos vendeurs ne serviraient pas à grand chose sans le support d’un éditeur comme Salesforce.com ou SAP. Nous ne les citons que pour l’exemple et pour montrer que désormais sans le réseau de nombreux salariés ne peuvent effectuer leurs tâches. Cette dépendance a pour premier signe une augmentation du stress des salariés confrontés à des traitements en urgence de tâches sans priorisation ni hiérarchie : Une perte de sens de leur travail.

En dehors de l’entreprise le phénomène est encore pire avec une dépendance aux différentes applications de réseaux sociaux ou à l’Internet. La pathologie est réellement reconnue aujourd’hui. Avouez que ne plus faire votre soirée de photos de vacances sur votre mur vous manquerait !

Un pilier fragile

Malgré son importance, Internet reste fragile. Les attaques de déni de services contre DynDNS ont rendu des sites comme Spotify et Twitter indisponibles pendant plusieurs heures. D’ailleurs, certains « spécialistes» ont déjà prédit la fin ou le crash de l’Internet. Ainsi à l’image des Mayas et de leur astrologie qui prévoyait la fin du monde pour 2016, un très sérieux universitaire britannique a prévu le crash pour 2023. Le réseau s’écroulerait sous le poids des données circulant, du fait de l’importance prise par les flux envoyés depuis les éléments de l’Internet des objets. Bon, tout comme la fin du monde prévue par les Mayas, celle d’Internet a été remise à plus tard… Plutôt vers 2053, à cause du manque d’électricité pour approvisionner les routeurs et autres éléments indispensables au réseau dans les centres de données. Là encore, la date avancée est sujette à caution et repose plus sur de la spéculation que des chiffres réels vérifiables.

Nous ne reviendrons pas sur les différents arrêts de service chez les hébergeurs ou fournisseurs de services internet lors des dernières années et les heures d’indisponibilité subies. Plus récemment encore, Visa et Mastercard ont été touchés par des arrêts de leurs services empêchant les clients de régler leurs achats dans les magasins. Dans le cas de Mastercard, une mise à jour intempestive et mal réalisée a eu des conséquences néfastes.

Jusqu’à présent, tous les scénarios évoqués ont eu une réponse. Pour l’Internet des objets et le manque d’adresses IP, nous sommes passés d’IPv4 à IPv6, redonnant de l’air au réseau. De la même manière, il faudra compter sur la recherche pour palier les futures possibles faiblesses de l’Internet. Cela ne sera pas simple si, comme c’est souhaitable, nous désirons un Internet comme celui d’aujourd’hui : libre, neutre et fiable. Dans le cas contraire, la neutralité du Net va voler en éclats devant la rareté de la ressource et seuls les plus riches pourront alors se l’offrir. Les autres se contenteront de ce que nous avons connu lors des débuts d’Internet : des échanges lents avec des coupures et une qualité de service que l’on pouvait qualifier de « défaillante ».

De nouveau, Internet deviendra dans les entreprises une contrainte et non plus un accélérateur de productivité. Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui tout fonctionne bien que l’on doit s’imaginer que c’est acquis pour toujours. Et de toutes façons, on pourra toujours connecter la roue dans la cage du hamster ou de la souris blanche pour se fournir en électricité. Tout ça pour regarder les nouvelles sur son téléphone ou faire une partie de Candy Crush dans les transports. Allez, invoquons les mânes de Pangloss et disons-nous que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !

Article publié dans L'Informaticien n°170.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats, Bullet Points


A votre avis...

OpenClassrooms

OpenClassrooms

Jeune pousse montante de l’EdTech française, OpenClassrooms propose des formations 100 % online qui attirent plus de 3 millions d’utilisateurs par mois. Après les cours gratuits, l’école se développe...

Fido 2

Fido 2

Insuffisamment complexes, les mots de passe sont à l’origine d’un nombre croissant de fuites de données et, à l’heure du RGPD, l’intérêt d’une authentification forte...

Open Street Map

Open Street Map

À l’heure où Google revoit sa politique tarifaire pour l’exploitation des données et des cartes Google Maps, la solution open source créée par l’informaticien britannique Steve Coast offre une...

RSS
Afficher tous les dossiers

LOGICIELS D'ENTREPRISE : UNE TRANSFORMATION PROFONDE - Licences logicielles : éditeurs/entreprises, le clash ! - La 5G sort des labos - Windows Subsystem for Linux - Recherche désespérément ingénieurs système - 3 solutions pour booster le réseau WiFi - Rencontre avec Serge Tisseron : nous devons savoir à tout moment avec qui/quoi nous interagissons...

 

BÂTIR LA MAISON INTELLIGENTE - GitHub by Microsoft + alternatives - FIDO2, l'après mot de passe - Open Street Map alternative à Google Maps ? - Java 10/Java 11 ne loupez pas le train - Marseille, 1er port numérique européen ? - OpenClassrooms : l'e-learning "non élitiste" à la conquête du monde...

 

DOSSIER ANTI-VIRUS : chronique d'une mort annoncée... ou mutation profonde ? - DPO/DPD : notification des violations de données personnelles - Tribune Philippe Loudenot - Entretien avec Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la Cnil - Aspects juridiques du Bug Bounty - Reportage au X-Force Command center IBM à Wroclaw - Cylance, le nouveau trublion - MOOC Anssi - Portrait Manuel Dorne alias "Korben"...

 

Afficher tous les derniers numéros

Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Aujourd’hui, les entreprises doivent ouvrir leur SI à un nombre toujours plus important de prestataires extérieurs, d’abord pour réduire le budget informatique – recours à des prestataires externes pour des compétences qui ne font pas partie du cœur de métier de la DSI - ensuite pour gagner en rapidité dans le déploiement de nouvelles solutions.

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Apple fabrique la plupart de ses produits en ChineLa dernière salve de taxes imposées par Donald Trump à la Chine semble épargner largement les produits d'Apple ou d'autres fabricants d'appareils électroniques, ce qui n'empêche pas le secteur de s'inquiéter de l'aggravation de la guerre commerciale entre les deux pays. [Lire la dépêche...]

Le député Cédric Villani visite le nouveau laboratoire de recherche en intelligence artificielle de Google à Paris, le 18 septembre 2018Google a inauguré mardi à Paris son nouveau laboratoire de recherche en intelligence artificielle, annoncé en janvier lors du sommet de grands patrons mondiaux "Choose France". [Lire la dépêche...]

Twitter Twitter s'apprête à faire machine arrière après avoir provoqué la grogne de ses utilisateurs il y a deux ans, en modifiant son algorithme pour leur permettre de voir les messages les plus marquants sur leur fil d'actualité, rompant avec l'habituel ordre chronologique dans lequel apparaissaient les messages.   [Lire la dépêche...]

Le logo de BlaBlaCar photographié le 30 janvier 2018 à ParisL'Assemblée nationale a voté lundi soir des dérogations aux obligations déclaratives fiscales pour certaines plateformes d'économie collaboratives, de type Blablacar, dans le cadre des discussions du projet de loi antifraude. [Lire la dépêche...]

Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa au siège de SpaceX à Hawthorne, le 17 septembre 2018 en CalifornieAvant de se prévaloir du titre de futur "premier touriste lunaire" de SpaceX, le milliardaire japonais Yusaku Maezawa s'est fait connaître comme collectionneur d'art contemporain et mécène. [Lire la dépêche...]

Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa, lundi au siège de SpaceX à Hawthorne le 17 septembre 2018Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa, qui a fait fortune dans la vente en ligne de vêtements et est collectionneur d'art contemporain, sera le premier touriste envoyé autour de la Lune par la compagnie spatiale privée américaine SpaceX. Ses compagnons de voyage seront des artistes. [Lire la dépêche...]

Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa, lundi au siège de SpaceX à Hawthorne le 17 septembre 2018Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa, qui a fait fortune dans la vente en ligne de vêtements et est collectionneur d'art contemporain, devrait être le premier touriste envoyé autour de la Lune par la compagnie spatiale privée américaine SpaceX. Ses compagnons de voyage seront des artistes, qui seront ses invités. [Lire la dépêche...]

Le président Emmanuel Macron (d) et le chancelier autrichien Sebastian Kurz lors d'une rencontre à l'Elysée, le 17 septembre 2018 à ParisLe président français Emmanuel Macron et le chancelier autrichien Sebastien Kurz ont dit lundi espérer obtenir un accord au sein de l'UE d'ici la fin de l'année sur le texte de la Commission européenne sur la taxation des géants du numérique. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce du 25 au 28 septembre 2018 à San Francisco (Moscone Center). Organisée par Salesforce.
Journée de partage d’expériences sur l'IA, la Blockchain, l'Internet des Objets, le Cloud, la Sécurité, le 9 octobre 2018 à Paris (Carrousel du Louvre). Organisée par IBM.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 10 au 13 octobre 2018. Organisées par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT