X

News Partenaire

Projet Big Data recherche chef d’orchestre de son IT

Les offres Big Data se développent, mais leur mise en œuvre induit des problématiques issues du digital. L’expertise d’Agarik sur l’exploitation informatique du Big Data a été choisie par différents clients.

Formation aux blockchains : la sensibilisation avant la technique

Avant de lancer un projet blockchain, il faut bien comprendre de quoi on parle. Outre la littérature déjà très abondante sur le sujet, des formations existent, dédiées principalement à la sensibilisation et à la compréhension de ces technologies.

Selon les analyses réalisées par UpWork et Burning Glass Technologies, la demande de compétences dans le domaine des blockchains a doublé voire triplé en 2017. La plate-forme de recrutement de freelances et le cabinet d’études imputent cette hausse au nombre croissant de projets blockchain. IBM ou encore SAP en ont fait leur nouveau cheval de bataille, Facebook explore le sujet tandis que Microsoft et AWS proposent depuis peu des offres Blockchain-as-a-Service. UpWork compare d’ailleurs la blockchain aujourd’hui au Cloud dans les années 2000 : des technologies « en vogue et inexplorées ».

Qui dit nouvelles technologies dit apprentissage. En France, les offres de formation aux blockchains fleurissent depuis l’an dernier. Mais le sujet est encore neuf et les entreprises hexagonales sont encore en phase exploratoire. « Ce sont des technologies très jeunes, très diverses et qui évoluent très vite », nous explique Clément Jeanneau, cofondateur et directeur du pôle ICO & Tokens de Blockchain Partner, une start-up spécialisée dans le domaine. Force est de constater que ces stages, séminaires et autres sont tournés vers la compréhension de ces problématiques, des enjeux et vers les possibilités de mise en œuvre au sein de l’entreprise.

Orientées décideurs

Les formations proposées, que ce soit par Orsys, Blockchain Partner, Capgemini ou encore IB Formation, abordent la blockchain en suivant globalement le même modèle. Il s’agit avant tout de « faire un état de l’art sur la technologie », selon Jean-Emmanuel Roux, responsable de l’Offre Technologies Numériques pour Orsys. Sont traités les propriétés et les principes de la Blockchain, son historique, son contexte, sa gouvernance, ses intérêts à travers ses fonctionnalités, son fonctionnement, les défis qu’elle présente, ses limites, ses outils ainsi que ses applications concrètes. Le tout agrémenté d’études de cas pratiques. L’objectif commun à toutes ces formations est « de permettre aux décideurs, dans les assurances, les banques, chez les opérateurs téléphoniques, etc., de monter rapidement en compétence sur un sujet et de savoir comment orienter sa stratégie à terme, comment utiliser la blockchain », indique Jean-Emmanuel Roux.

Ateliers exploratoires

Les différentes offres varient à la marge, en fonction des spécificités de l’organisme formateur et des intervenants. 

Par exemple, Blockchain Partner est avant tout une ESN dédiée à la blockchain, comprendre qu’elle propose un accompagnement des entreprises souhaitant la déployer, du conseil en stratégie au développement de PoC. C’est pourquoi son offre de formation s’adapte à son client, informant sur les bonnes pratiques et les stratégies en fonction du contexte de l’entreprise. La start-up organise ainsi des « ateliers exploratoires » de trois demi-journées lors desquels les participants seront mis à niveau, après quoi ils se livreront avec les formateurs à une phase brainstorming et d’exploration des cas d’usages adaptés à leur contexte. Dans un troisième temps enfin, il s’agira de faire ressortir un ou deux cas d’usage, les plus pertinents pour l’entreprise en question. La plupart des formations se présentent sous forme de séminaires allant de quelques heures à plusieurs jours. 

Orsys a lancé son premier cours sur la Blockchain en septembre dernier, un séminaire de deux jours qualifié de cours de synthèse, théorique, par opposition à des ateliers centrés sur la pratique. 

De même, Capgemini organise via son institut un séminaire de deux jours faisant intervenir Benjamin Faraggi, CEO et fondateur de Spuro, un éditeur de plate-forme Blockchain. 

Ègalement, des Moocs abordent les questions de blockchain. C’est le cas notamment d’un cours « Comprendre le Bitcoin et la Blockchain » de dix heures proposé sur OpenClassrooms. 

Blockchain Partner est pour sa part partenaire de Lean Assembly sur un Mooc Blockchain comprenant un webinaire, des vidéos explicatives, un quiz et des ressources complémentaires. La jeune pousse organise des interventions, des conférences dans les entreprises, réunissant de 50 à 200 personnes, dont certaines viennent des « métiers ». « Dans nos ateliers, nous souhaitons des gens issus des métiers afin de conjuguer notre expertise blockchain et leur expertise métier », précise Clément Jeanneau.

Et les petites mains ?

Pour autant il serait erroné de croire que les participants à ces formations sont majoritairement issus des métiers ou du développement. Jean-Emmanuel Roux souligne que Orsys ne veut pas restreindre l’accès à sa formation, celle-ci étant ouverte sans prérequis « aux RSSi, architectes, développeurs, admin sys et réseau, etc. ». Mais dans la pratique, les personnes formées sont pour le moment « principalement des décideurs en charge de l’organisation des SI, des DSI qui viennent prendre le pouls ». Chez Blockchain Partners, on identifie plutôt des personnes « qui viennent de la direction de l’innovation et des comités exécutifs, de façon assez diversifiée, des directeurs achats par exemple, et dans une moindre mesure de la direction des services informatiques », détaille Clément Jeanneau. Quid des petites mains ? Des développeurs, des intégrateurs et autres profils opérationnels ?

Pour l’heure, les formations techniques sur la Blockchain, ses outils et ses langages, ne sont pas légion. Quelques organismes proposent des ateliers, Dawan ou l’Ecan, avec des formations sur Solidity et sur la programmation de smart contracts. Blockchain Partner, de son côté, explique ne pas proposer de formation technique « car il n’y a pas suffisamment de demande de nos tarifs ». Pour autant le domaine se développe. Ainsi Orsys devrait très prochainement ajouter de nouveaux cours, en processus d’élection au moment où nous écrivons ces lignes. Il s’agit de deux stages pratiques portant sur la mise en œuvre d’Hyperledger Fabric et sur le langage Go pour l’un et d’Ethereum avec Solidity pour l’autre. 


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Etudes

Zero Trust

Zero Trust

Si le terme n’est plus tout jeune, il revient en force depuis quelques mois. Zero Trust couvre tout un ensemble de processus, de pratiques et d’outils qui viennent s’inscrire dans un certain état d’esprit : la...

Transformation numérique

Transformation numérique

Petites ou grandes, la plupart des entreprises se sont lancées dans une mutation vers le numérique en digitalisant leurs processus. Mais que recouvre aujourd’hui réellement cette notion utilisée à toutes...

Meero

Meero

Qualifiée de « Uber de la photographie », la start-up française Meero poursuit sa croissance fulgurante avec une récente levée de fonds de 230 millions de dollars. Son succès, elle le doit à...

Le sport, vitrine des technologies

Le sport, vitrine des technologies

Le sport est envahi par la technologie à tous les niveaux. De l’entraînement du sportif à la mise en condition du supporter, jusque devant sa télévision, la technologie règne en maître....

ERP

ERP

Déployés à prix d’or dans les années 1990/2000, les grands ERP semblaient un îlot de stabilité dans des systèmes d’information bousculés par la transformation digitale. Pourtant,...

RSS
Afficher tous les dossiers

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

CLOUD MADE IN FRANCE : pure players, telcos, comparatif des offres - Libra, la monnaie Facebook - L'analytique mange le logiciel - ERP, dernier bastion du "on premise" ? -Les métiers de l'ANSSI - Blockchain : projets open source et langages - Le sport, vitrine des technologies - Rencontre avec Alexandre Zapolsky (Linagora)...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Samsung conseille aux utilisateurs des smartphones Galaxy Note10, 10+ et Galaxy S10, S10+, et S10 5G, d'Le conglomérat sud-coréen Samsung a recommandé vendredi aux utilisateurs de plusieurs de ses modèles de smartphones haut de gamme d'effacer toutes les empreintes digitales enregistrées dans leur appareil, une faille du système de reconnaissance permettant le déblocage du téléphone par des tiers. [Lire la dépêche...]

Une employée se présente à un portique de reconnaissance faciale biométrique, le 16 octobre 2019 à l'aéroport d'IstanbulDans le centre d'innovation de TAV Airports à Istanbul, la reconnaissance faciale est le sésame d'un aéroport du futur au parcours passager fluidifié: un simple regard vers un capteur permet de franchir toutes les étapes, de l'enregistrement à l'embarquement.  [Lire la dépêche...]

Le patron d'Apple Tim Cook en septembre 2019 en Californie
Tim Cook, le PDG d'Apple, a été reçu jeudi par des hauts responsables chinois à Pékin, dans un contexte d'apaisement après que le géant américain a été accusé la semaine dernière de soutenir le mouvement pro-démocratie à Hong Kong. [Lire la dépêche...]

Près d'un Français sur dix écoute au moins un podcast dit Près d'un Français sur dix écoute au moins un podcast dit "natif" (qui n'est pas une rediffusion d'émission) chaque semaine, selon une étude publiée vendredi à l'occasion de la 2e édition du Paris Podcast Festival, démontrant l'usage croissant de ce nouveau média en pleine effervescence et en quête de soutien public. [Lire la dépêche...]

Le PDG fndateur de Facebook Mark Zuckerberg lors d'un rare discours sur la philosophie du réseau social en matière de liberté d'expressionMark Zuckerberg, le patron et fondateur de Facebook, s'est livré jeudi à un long plaidoyer en faveur d'une interprétation large de la liberté d'expression. Et d'affirmer: "en cas de doute, nous devrions toujours pencher vers une plus grande liberté d'expression". [Lire la dépêche...]

Samsung a assuré lancer  très prochainement une mise à jour rectificative de son smartphone Galaxy S10Le conglomérat sud-coréen Samsung a annoncé jeudi la prochaine mise à jour des logiciels de son smartphone haut de gamme Galaxy S10 afin de corriger une faille du système de reconnaissance par empreintes digitales qui permettait le déblocage du téléphone par des tiers. [Lire la dépêche...]

Un homme utilise à Beyrouth son téléphone, avec à l'écran plusieurs applications de messagerie par Internet, le 17 octobre 2019Le gouvernement libanais a renoncé jeudi soir à imposer une taxe sur les appels effectués via les applications de messagerie Internet, la plus impopulaires des taxes contre lesquelles des centaines de manifestants sont sortis dans la rue dans tout le pays. [Lire la dépêche...]

Google et Facebook ont réprésenté à eux deux en 2018 plus des trois-quarts du marché français de la publicité en ligneLa part combinée des deux géants américains Google et Facebook a dépassé en 2018 les trois-quarts du marché français de la publicité numérique et va continuer d'augmenter cette année, prévoit le cabinet eMarketer dans une étude publiée jeudi. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

WEB SUMMIT

Le Web Summit réunit plus de 70000 participants et 1200 conférenciers du 4 au 7 novembre 2019 à Lisbonne (Portugal), Altice Arena & Fil. Organisé par Connected Intelligence Ltd.

BLOCKCHAIN

Conférence et exposition sur les applications d'entreprise de la blockchain à Paris, cité universitaire internationale, les 13 et 14 novembre 2019. Organisés par Corp Agency.

DREAMFORCE

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce du 19 au 22 novembre 2019 à San Francisco (Moscone Center). Organisée par Salesforce.

MAKER FAIRE

Du 22 au 24 novembre 2019, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.
RSS
Voir tout l'AgendaIT