X

News Partenaire

PRA : ne perdez pas l’essentiel !

Ransomwares, panne d’électricité, inondations, tremblement de terre, les dirigeants d’entreprise ont pris conscience qu’ils pouvaient tout perdre en quelques minutes. Comment se prémunir de tels désastres ? La réponse se trouve dans le PRA, le plan de reprise d’activité. Méconnu, il reste incontournable pour se protéger d’un incident. Agarik accompagne les PME dans cette démarche en apportant conseils et expertises. Christophe Ruault, directeur avant-vente apporte un éclairage sur le PRA.

Zac de Vivoka : l’innovation à portée de voix

Après trois ans de développement, la start-up messine Vivoka s’apprête à lancer un assistant vocal 100 % « Made in France ». William Simonin qui est le PDG et l’un des trois fondateurs de Vivoka nous dévoile ses projets dans le secteur prometteur de la reconnaissance vocale.

Pouvez-vous nous présenter Vivoka ? 

C’est une société basée sur Metz qui compte aujourd’hui douze salariés et qui est spécialisée dans les technologies de reconnaissance vocale et de l’Intelligence artificielle. Nous avons construit ce projet il y a un peu plus de trois ans avec l’ambition de révolutionner le domaine de la domotique. L’idée était de créer une interface qui affiche un petit hologramme – un majordome que l’on a nommé Zac – par l’intermédiaire duquel on puisse contrôler tous les équipements connectés de la maison à la voix. Un système intelligent, d’une simplicité d’utilisation maximale, capable de comprendre des phrases en langage courant du type : « Zac, est-ce que tu peux allumer les lumières, augmenter le chauffage, baisser les volets, etc. » Zac est non seulement capable de comprendre tout ce qu’on lui dit, mais également d’exécuter directement toutes les commandes. 

Aujourd’hui, on a ajouté à tout cela une couche d’Intelligence artificielle qui va lui permettre, par l’intermédiaire de certaines technologies de Deep Learning ou autres, d’apprendre en observant et en étudiant le comportement des utilisateurs. Le but est par exemple de pouvoir mettre en place automatiquement des scénarios. On peut imaginer par exemple un scénario dans lequel lorsqu’une personne sort de chez elle, une alerte va remonter sur le système qui va éteindre les lumières, baisser le chauffage pour faire des économies d’énergie, activer l’alarme, etc.

Pour tout ce qui concerne les commandes domotiques, Zac est capable de comprendre des phrases beaucoup plus complexes que Google Home ou Amazon Alexa.

Quelle est la différence entre votre assistant vocal et celui d’Amazon ou de Google ? 

Nous avons poussé le concept d’« assistant » pour les utilisateurs le plus loin possible. Avec Amazon Echo ou Google Home, vous allez pouvoir effectuer des paramétrages afin qu’ils se connectent à certains équipements connectés. Il n’y a aucun problème par exemple pour connecter des équipements Nest à Home, car cette société appartient à Google. On peut bien sûr synchroniser un certain nombre d’autres équipements, mais assez rapidement on s’aperçoit que si on veut connecter une alarme par exemple, il va falloir acheter plusieurs passerelles sans quoi elle ne sera pas compatible. 

Finalement, ce sont des solutions assez limitées en termes de connectivité, tout simplement parce que leurs cartes électroniques internes ne possèdent pas les émetteurs-récepteurs nécessaires pour activer tous les types de protocoles. Sur Zac, on a intégré par défaut tout ce qu’il faut pour pouvoir contrôler vraiment tous les objets connectés. Par ailleurs, notre technologie de reconnaissance vocale, Lola, est capable de comprendre des phrases beaucoup plus complexes – en langue française uniquement, car il y a de grosses différences entre les langues – que ce que peut faire Google Home par exemple pour la création de scénarios à la voix. Aujourd’hui, si je prononce une phrase comme : « Je veux me lever tous les jours de la semaine à 8 heures en écoutant le dernier album d’ACDC, en ouvrant les volets et en allumant la lumière », Zac va être capable de comprendre et d’intégrer automatiquement ce scénario et de l’exécuter. 

Pour faire la même chose avec Google Home, il faut passer par l’application pour créer le scénario brique par brique. Ils n’ont pas poussé jusque-là le concept de la reconnaissance vocale. Home va être en revanche capable de répondre à des questions beaucoup plus génériques n’ayant rien à voir avec la domotique comme « Quel est le nom de l’actuel président français », ou ce genre de choses. Nous sommes beaucoup plus spécialisés dans certains domaines que les Gafa, c’est la grosse différence entre nos produits.

Comment avez-vous fait pour rendre Zac compatible avec tous les objets connectés, alors que les assistants de Google et d’Amazon sont beaucoup plus limités à ce niveau-là ? 

Tout d’abord, c’est un choix technique. Sur notre hardware, nous avons directement inclus le maximum de protocoles tels que Z-Wave, l’EnOcean, le KNX, le Bluetooth, etc., pour pouvoir proposer la compatibilité la plus vaste possible. De son côté, Google a fait le choix de se limiter à certains d’entre eux, car son but est de proposer un produit pas cher et de travailler ensuite sur la data en collectant un maximum de données utilisateur. Ensuite, nous avons également travaillé en partenariat avec une quarantaine de marques (Philips, Fibaro, Arlo, Withings, Divacore…) pour intégrer une couche supplémentaire à notre système afin qu’il soit directement compatible avec leurs produits. Cela nous permet aujourd’hui de vraiment couvrir la totalité des objets connectés du marché.

Pourquoi avoir créé un hologramme ? 

Pour répondre à cette question, il faut que je remonte à la genèse du produit. Au tout début, on avait créé une solution qui n’avait pas du tout d’hologramme, c’était un simple boîtier. On a fait des tests d’utilisateurs qui ont bien fonctionné, mais on s’est vite rendu compte que les gens n’étaient pas à l’aise. C’est le même constat qu’avec Siri d’Apple, on a du mal à parler à son téléphone ou à un cube. Nous sommes des humains qui avons l’habitude de parler à d’autres humains, donc on s’est dit qu’il fallait personnaliser et personnifier notre système avec un personnage. On a voulu quelque chose qui soit à la fois attachant et un peu sérieux quand même. Finalement, on s’est orienté vers un animal, un raton laveur, que l’on a vêtu comme un majordome. Ensuite on a décidé de l’afficher sous la forme d’un hologramme pour le côté un peu futuriste et innovant.

Quand allez-vous lancer le produit et à quel prix ? 

Nous avons lancé l’industrialisation du produit au mois de septembre dernier et commencé à communiquer dessus début janvier au salon du CES de Las Vegas. Pour le moment, nous ne pouvons pas donner un ordre de prix ni une date de commercialisation, car nous travaillons encore sur le conditionnement du produit. Ce que nous pouvons dire en revanche, c’est que si Zac devait être commercialisé aujourd’hui, il coûterait plus cher que les assistants Google Home ou Amazon Echo. Nous ne pouvons pas encore l’annoncer officiellement, mais nous ciblons en priorité le secteur B2B dans l’immobilier haut de gamme et certains hôtels. À terme, l’idée est de s’ouvrir sur d’autres marchés, mais pour le moment il est beaucoup plus simple pour nous d’équiper un client qui va avoir cent appartements, que cent clients qui vont équiper chacun un appartement.

Visez-vous uniquement le domaine de la domotique ? 

L’année dernière avec l’arrivée des Gafa sur ce marché, on a eu énormément de demandes autour de la technologie de reconnaissance vocale. C’est pour cela que cette année, on a profité du CES de Las Vegas pour ouvrir notre technologie à d’autres domaines. Il y a vraiment beaucoup d’effervescence autour des interfaces homme-machine via la voix. En creusant un peu, on a constaté qu’il n’y avait finalement pas beaucoup de sociétés comme la nôtre ayant misé très tôt sur la reconnaissance vocale. Notre technologie peut s’adapter à de nombreux autres secteurs et c’est la raison pour laquelle nous avons commencé à spécialiser notre IA. Dans le cas de la grande distribution par exemple, il existe des applications pour faire vos courses et aller les chercher ensuite dans un Drive. 

Avec notre technologie, il est possible d’ajouter à ces applications des fonctions permettant d’exécuter des commandes vocales complexes telles que : « J’ai envie de manger des crêpes, ajoute tout ce qu’il faut à mon panier pour faire des crêpes pour 4 personnes ». En fonction du goût, le système va aller chercher directement la bonne recette, les bons ingrédients sur le stock, et en 2 ou 3 secondes on réussit à faire une recherche qui en temps normal prendrait 3 ou 4 minutes. J’aurais pu dire également : « J’ai envie de faire un repas pour moins de 50 euros, propose-moi une liste de course », et cela fonctionne ! « Ce sont des exemples parmi beaucoup d’autres de ce que l’on peut automatiser grâce à notre technologie de reconnaissance vocale qui constitue notre vrai cœur de métier. »

Vivoka a récemment levé 1 million d’euros pour commercialiser son assistant vocal holographique.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Objets connectés


Sécurité du poste de travail

Sécurité du poste de travail

Yann Serra
Les hackers considèrent désormais qu’il est bien plus rentable de concevoir des attaques sur-mesure pour dévaliser les entreprises. Le ciblage des salariés atteint un niveau de personnalisation tel que les...

Prélèvement à la source

Prélèvement à la source

Après un report d’un an, pour cause d’ajustements techniques et réglementaires, le prélèvement à la source deviendra une réalité pour l’ensemble des entreprises à compter...

Digital Learning Manager

La transformation digitale des entreprises passe nécessairement par une phase de formation. C’est là que le Digital Learning Manager (DLM) intervient. Coup de projecteur sur ce nouveau métier qui a le vent en poupe.

RSS
Afficher tous les dossiers

L'IA EN ACTION : 6 exemples d'exploitation concrète - Les frameworks de Machine Learning - Pourquoi IBM rachète Red Hat ? - La fièvre des conteneurs "managés" - Les nouveaux métiers de l'IT - Rencontre avec Salwa Toko, présidente du CNNum - Quel ultra-portable choisir ? Chromebook ou terminal Windows 10 ?...

 

STOCKAGE NOUVELLE GÉNÉRATION - Prélèvement à la source : les éditeurs confiants - Multicloud : les Français entrent dans la danse - DEV : les langages à connaître... et ceux à éviter - Se former à l'IoT gratuitement - IPV6 : il est plus que temps ! - Rencontre avec Jean-Noël de Galzain, fondateur de Wallix et d'Hexatrust...

 

SÉCURITÉ IT : LES ENJEUX POUR 2019 - Quel O.S. pour l'auto numérique ? - GENZ, le serveur du futur - Rencontre avec Mounir Mahjoubi - Préparer l'après RTC - Au coeur d'Hexatrust : IDnomic ou l'identité innovante - Langages informatiques : quoi de neuf ? - Digital Learning Manager, le métier qui monte...

 

Afficher tous les derniers numéros

Tous les secteurs industriels dans le monde sont confrontés à des défis informatiques spécifiques qui conditionnent le succès ou l’échec de l’entreprise.


Au cours de la dernière année, les données volées et vulnérables se sont révélées des armes précieuses pour les adversaires de tous les horizons, dans toutes les régions, et pour toutes les motivations.


Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Une voiture autonome de la compagnie Uber dans les rues de San Francisco, le 27 mars 2017Uber a reçu le feu vert des autorités de l'état américain de Pennsylvanie pour reprendre des essais de conduite autonome sur la voie publique, a-t-il indiqué mardi à l'AFP. [Lire la dépêche...]

Photo d'archive montrant le logo du réseau social Facebook affiché sur un écran à Paris le 29 avril 2018Facebook a annoncé la fermeture de centaines de comptes et de pages liés à l'armée birmane pour tenter de répondre aux critiques qui accusent la plate-forme de servir à véhiculer des discours de haine dans le pays, notamment contre les musulmans rohingyas. [Lire la dépêche...]

Facebook est confronté à la colère d'ONG américaines de défense des droits civiquesLe retour de bâton continue: longtemps vu comme un porte-voix pour les dissidents politiques ou défenseurs des libertés, Facebook est confronté désormais à la vive colère d'ONG américaines de défense des droits civiques et à un appel au boycott. [Lire la dépêche...]

(ILLUSTRATION) L'usage de la cigarette électronique peut entraver le développement du cerveau chez les jeunesLe directeur général de la santé publique aux Etats-Unis a recommandé mardi des mesures "incisives" contre la cigarette électronique, dont l'usage en pleine expansion chez les jeunes menace leur santé et notamment leur développement cérébral. [Lire la dépêche...]

L'immeuble de Huawei à Dongguan dans la province chinoise du Guangdong, le 18 décembre 2018Le président du géant chinois Huawei a réfuté mardi tout lien avec les services de renseignements de Pékin, à l'heure où l'entreprise fait face à une vague de rejets de ses équipements télécoms 5G en Occident. [Lire la dépêche...]

Le commissaire européen Pierre Moscovici à Bruxelles le 5 décembre 2018Le commissaire européen Pierre Moscovici a assuré mardi que la proposition de taxe européenne sur les géants du numérique (Gafa) était "toujours sur la table", au lendemain de la décision de la France de la prélever dès le 1er janvier. [Lire la dépêche...]

Twitter et Facebook ont fermé des milliers de comptes liés à la RussieLa campagne de propagande menée par la Russie sur les réseaux sociaux avant la présidentielle américaine de 2016 a tenté d'inciter les Noirs à s'abstenir de voter, avant de prendre le procureur spécial Robert Mueller lui-même pour cible après la victoire de Donald Trump, selon des rapports commandés par le Sénat. [Lire la dépêche...]

Alfonso Ribeiro le 15 novembre 2018 à HollywoodL'acteur américain Alfonso Ribeiro, qui incarnait Carlton dans la série télévisée "Le Prince de Bel Air", a porté plainte lundi contre les créateurs du jeu vidéo Fortnite, les accusant d'avoir plagié la célèbre danse qu'il avait inventée pour son personnage en 1991. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

CES

CES CES

L'International Consumer Electronics Show (International CES) se tient du 8 au 11 janvier 2019 à Las Vegas (LVCC, Westgate, Renaissance, Sands/Venetian,...). C'est le plus grand salon mondial professionnel dédié aux technologies grand public : 3900 exposants et 170000 visiteurs attendus. Thématique principale de cette édition 2019 : The global stage for innovation. Organisé par la CTA (Consumer Technology Association).

FIC

FIC FIC
Le 11ème Forum International de la Cybersécurité occupe les 22 et 23 janvier 2019 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

AP CONNECT

La 2ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 29 et 30 janvier 2019 à Espace Grand Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Promotion.

RENCONTRES AMRAE

Les 27èmes Rencontres de l'AMRAE (Association française des professionnels de la gestion des risques et des assurances), le congrès annuel de référence des métiers du risque et des assurances, ont lieu du 6 au 8 février 2019 à Deauville (Centre International) sur le thème : "Le risque au coeur de la transformation". Organisées par l'AMRAE.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, la 13ème édition d'IT Partners a lieu les 13 et 14 mars 2019 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury 1). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT