X
HPE NIMBLE STORAGE

News Partenaire

HPE NIMBLE STORAGE

En collectant des millions de données chaque seconde, les baies HPE Nimble Storage équipées de processeurs évolutifs Intel® Xeon® atteignent aujourd’hui un taux de disponibilité proche de 100%, un chiffre unique sur le marché.

Zac de Vivoka : l’innovation à portée de voix

Après trois ans de développement, la start-up messine Vivoka s’apprête à lancer un assistant vocal 100 % « Made in France ». William Simonin qui est le PDG et l’un des trois fondateurs de Vivoka nous dévoile ses projets dans le secteur prometteur de la reconnaissance vocale.

Pouvez-vous nous présenter Vivoka ? 

C’est une société basée sur Metz qui compte aujourd’hui douze salariés et qui est spécialisée dans les technologies de reconnaissance vocale et de l’Intelligence artificielle. Nous avons construit ce projet il y a un peu plus de trois ans avec l’ambition de révolutionner le domaine de la domotique. L’idée était de créer une interface qui affiche un petit hologramme – un majordome que l’on a nommé Zac – par l’intermédiaire duquel on puisse contrôler tous les équipements connectés de la maison à la voix. Un système intelligent, d’une simplicité d’utilisation maximale, capable de comprendre des phrases en langage courant du type : « Zac, est-ce que tu peux allumer les lumières, augmenter le chauffage, baisser les volets, etc. » Zac est non seulement capable de comprendre tout ce qu’on lui dit, mais également d’exécuter directement toutes les commandes. 

Aujourd’hui, on a ajouté à tout cela une couche d’Intelligence artificielle qui va lui permettre, par l’intermédiaire de certaines technologies de Deep Learning ou autres, d’apprendre en observant et en étudiant le comportement des utilisateurs. Le but est par exemple de pouvoir mettre en place automatiquement des scénarios. On peut imaginer par exemple un scénario dans lequel lorsqu’une personne sort de chez elle, une alerte va remonter sur le système qui va éteindre les lumières, baisser le chauffage pour faire des économies d’énergie, activer l’alarme, etc.

Pour tout ce qui concerne les commandes domotiques, Zac est capable de comprendre des phrases beaucoup plus complexes que Google Home ou Amazon Alexa.

Quelle est la différence entre votre assistant vocal et celui d’Amazon ou de Google ? 

Nous avons poussé le concept d’« assistant » pour les utilisateurs le plus loin possible. Avec Amazon Echo ou Google Home, vous allez pouvoir effectuer des paramétrages afin qu’ils se connectent à certains équipements connectés. Il n’y a aucun problème par exemple pour connecter des équipements Nest à Home, car cette société appartient à Google. On peut bien sûr synchroniser un certain nombre d’autres équipements, mais assez rapidement on s’aperçoit que si on veut connecter une alarme par exemple, il va falloir acheter plusieurs passerelles sans quoi elle ne sera pas compatible. 

Finalement, ce sont des solutions assez limitées en termes de connectivité, tout simplement parce que leurs cartes électroniques internes ne possèdent pas les émetteurs-récepteurs nécessaires pour activer tous les types de protocoles. Sur Zac, on a intégré par défaut tout ce qu’il faut pour pouvoir contrôler vraiment tous les objets connectés. Par ailleurs, notre technologie de reconnaissance vocale, Lola, est capable de comprendre des phrases beaucoup plus complexes – en langue française uniquement, car il y a de grosses différences entre les langues – que ce que peut faire Google Home par exemple pour la création de scénarios à la voix. Aujourd’hui, si je prononce une phrase comme : « Je veux me lever tous les jours de la semaine à 8 heures en écoutant le dernier album d’ACDC, en ouvrant les volets et en allumant la lumière », Zac va être capable de comprendre et d’intégrer automatiquement ce scénario et de l’exécuter. 

Pour faire la même chose avec Google Home, il faut passer par l’application pour créer le scénario brique par brique. Ils n’ont pas poussé jusque-là le concept de la reconnaissance vocale. Home va être en revanche capable de répondre à des questions beaucoup plus génériques n’ayant rien à voir avec la domotique comme « Quel est le nom de l’actuel président français », ou ce genre de choses. Nous sommes beaucoup plus spécialisés dans certains domaines que les Gafa, c’est la grosse différence entre nos produits.

Comment avez-vous fait pour rendre Zac compatible avec tous les objets connectés, alors que les assistants de Google et d’Amazon sont beaucoup plus limités à ce niveau-là ? 

Tout d’abord, c’est un choix technique. Sur notre hardware, nous avons directement inclus le maximum de protocoles tels que Z-Wave, l’EnOcean, le KNX, le Bluetooth, etc., pour pouvoir proposer la compatibilité la plus vaste possible. De son côté, Google a fait le choix de se limiter à certains d’entre eux, car son but est de proposer un produit pas cher et de travailler ensuite sur la data en collectant un maximum de données utilisateur. Ensuite, nous avons également travaillé en partenariat avec une quarantaine de marques (Philips, Fibaro, Arlo, Withings, Divacore…) pour intégrer une couche supplémentaire à notre système afin qu’il soit directement compatible avec leurs produits. Cela nous permet aujourd’hui de vraiment couvrir la totalité des objets connectés du marché.

Pourquoi avoir créé un hologramme ? 

Pour répondre à cette question, il faut que je remonte à la genèse du produit. Au tout début, on avait créé une solution qui n’avait pas du tout d’hologramme, c’était un simple boîtier. On a fait des tests d’utilisateurs qui ont bien fonctionné, mais on s’est vite rendu compte que les gens n’étaient pas à l’aise. C’est le même constat qu’avec Siri d’Apple, on a du mal à parler à son téléphone ou à un cube. Nous sommes des humains qui avons l’habitude de parler à d’autres humains, donc on s’est dit qu’il fallait personnaliser et personnifier notre système avec un personnage. On a voulu quelque chose qui soit à la fois attachant et un peu sérieux quand même. Finalement, on s’est orienté vers un animal, un raton laveur, que l’on a vêtu comme un majordome. Ensuite on a décidé de l’afficher sous la forme d’un hologramme pour le côté un peu futuriste et innovant.

Quand allez-vous lancer le produit et à quel prix ? 

Nous avons lancé l’industrialisation du produit au mois de septembre dernier et commencé à communiquer dessus début janvier au salon du CES de Las Vegas. Pour le moment, nous ne pouvons pas donner un ordre de prix ni une date de commercialisation, car nous travaillons encore sur le conditionnement du produit. Ce que nous pouvons dire en revanche, c’est que si Zac devait être commercialisé aujourd’hui, il coûterait plus cher que les assistants Google Home ou Amazon Echo. Nous ne pouvons pas encore l’annoncer officiellement, mais nous ciblons en priorité le secteur B2B dans l’immobilier haut de gamme et certains hôtels. À terme, l’idée est de s’ouvrir sur d’autres marchés, mais pour le moment il est beaucoup plus simple pour nous d’équiper un client qui va avoir cent appartements, que cent clients qui vont équiper chacun un appartement.

Visez-vous uniquement le domaine de la domotique ? 

L’année dernière avec l’arrivée des Gafa sur ce marché, on a eu énormément de demandes autour de la technologie de reconnaissance vocale. C’est pour cela que cette année, on a profité du CES de Las Vegas pour ouvrir notre technologie à d’autres domaines. Il y a vraiment beaucoup d’effervescence autour des interfaces homme-machine via la voix. En creusant un peu, on a constaté qu’il n’y avait finalement pas beaucoup de sociétés comme la nôtre ayant misé très tôt sur la reconnaissance vocale. Notre technologie peut s’adapter à de nombreux autres secteurs et c’est la raison pour laquelle nous avons commencé à spécialiser notre IA. Dans le cas de la grande distribution par exemple, il existe des applications pour faire vos courses et aller les chercher ensuite dans un Drive. 

Avec notre technologie, il est possible d’ajouter à ces applications des fonctions permettant d’exécuter des commandes vocales complexes telles que : « J’ai envie de manger des crêpes, ajoute tout ce qu’il faut à mon panier pour faire des crêpes pour 4 personnes ». En fonction du goût, le système va aller chercher directement la bonne recette, les bons ingrédients sur le stock, et en 2 ou 3 secondes on réussit à faire une recherche qui en temps normal prendrait 3 ou 4 minutes. J’aurais pu dire également : « J’ai envie de faire un repas pour moins de 50 euros, propose-moi une liste de course », et cela fonctionne ! « Ce sont des exemples parmi beaucoup d’autres de ce que l’on peut automatiser grâce à notre technologie de reconnaissance vocale qui constitue notre vrai cœur de métier. »

Vivoka a récemment levé 1 million d’euros pour commercialiser son assistant vocal holographique.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Objets connectés

Certifications Datacenters

Certifications Datacenters

Si longtemps la réputation d’un centre de données s’est limitée au seul critère de continuité de service, de nouvelles caractéristiques ont aujourd’hui pris de l’importance,...

Que deviennent les DataLabs ?

Que deviennent les DataLabs ?

Lancés en pleine vague Big Data afin d’aider les organisations à entrer dans l’ère de la donnée, les DataLabs doivent aujourd’hui évoluer. Fini “ l’usine à poc ”,...

Processeurs

Processeurs

Avec la promesse d’une performance multipliée par deux, la nouvelle génération de microprocesseurs AMD pour serveurs a de quoi faire bouger les lignes, notamment auprès d’opérateurs de services...

RSS
Afficher tous les dossiers

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Des visiteurs jouent en ligne sur le stand de Google qui lance Stadia sa plateforme de jeux vidéos sur le cloud, lors d'un évènement à Cologne, le 21 août 2019Google n'est pas le premier grand groupe à se lancer dans le "cloud gaming", mais il est certainement le plus attendu, car son succès, ou son échec, déterminera le futur proche de ce marché balbutiant - celui des jeux vidéo libérés des contraintes matérielles. [Lire la dépêche...]

Une participante au Gamescon de Cologne joue sur la plateforme Stadia de Google, le 21 août 2019De Tetris à Assassin's Creed en passant par Fortnite, les jeux vidéo sont devenus plus beaux et plus complexes. Les joueurs sont partout, dans le métro avec des passe-temps sur téléphone, dans le salon via une console pour jouer en réseau avec ses amis, et sur l'ordinateur, plongés dans des jeux immersifs en haute définition. [Lire la dépêche...]

Deux toiles du collectif français Obvious, réalisées avec l'utilisation de l'intelligence artificielle, ont été vendues vendredi chez Sotheby's à des prix très inférieurs à celui d'un de leurs précédents tableaux, parti pour 432.500 dollars l'an dernier. [Lire la dépêche...]

Twitter announced it would exmpt some Twitter a indiqué vendredi qu'il allait exempter les bonnes causes, comme la défense de l'environnement ou la promotion de l'égalité sociale, de son interdiction de passer des publicités politiques sur le réseau. [Lire la dépêche...]

Le service de paiement Apple Pay, lancé en 2014 aux Etats-Unis et présent depuis dans toute l'UE, est étudié avec attention par la Commission européenne, qui soupçonne l'américain d'enfreindre les règles de la concurrenceLe service de paiement Apple Pay, lancé en 2014 aux Etats-Unis et présent depuis dans toute l'UE, est étudié avec attention par la Commission européenne, qui soupçonne l'américain d'enfreindre les règles de la concurrence, ont affirmé vendredi plusieurs sources à l'AFP. [Lire la dépêche...]

Alibaba is one of the world's most valuable companiesNée dans un modeste appartement de Hangzhou en 1999, Alibaba a nourri l'appétit insatiable des Chinois pour le commerce en ligne en devenant l'une des entreprises les plus prospères au monde, rattrapant peu à peu son modèle et rival, le géant américain Amazon.  [Lire la dépêche...]

Une démonstration d'un système de reconnaissance faciale dans la foule au salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas le 10 janvier 2019Comment éviter de tomber dans une société entre "Black Mirror" et "Big Brother"? La commission nationale informatique et libertés (Cnil) a dessiné vendredi des "lignes rouges" à ne pas franchir dans l'utilisation de la reconnaissance faciale, en matière de respect de la vie privée des citoyens notamment. [Lire la dépêche...]

Une démonstration d'un système de reconnaissance faciale dans la foule au salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas le 10 janvier 2019La Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a défendu vendredi le développement de l'utilisation de la reconnaissance faciale par les pouvoirs publics, tout en traçant des "lignes rouges" claires à ne pas franchir, notamment en matière de respect de la vie privée des citoyens. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce du 19 au 22 novembre 2019 à San Francisco (Moscone Center). Organisée par Salesforce.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Bruxelles (Braine-l'Alleud) le mardi 19 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Lille (Lomme) le mercredi 20 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Paris (UGC Normandie) le jeudi 21 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.

MAKER FAIRE

Du 22 au 24 novembre 2019, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux paiements, à l'identification et à la sécurité est organisé à Cannes du 26 au 28 novembre 2019. Organisé par Comexposium.

RSS
Voir tout l'AgendaIT