X
Alex Dayon présent au sommet Tech For Good

News Partenaire

Alex Dayon présent au sommet Tech For Good

Le président & Chief Strategy Officer de Salesforce nous raconte sa participation au sommet organisé par le Président de la République la veille du salon VivaTech. Les dirigeants de ces entreprises ont planché sur trois thèmes : diversité, éducation et futur du travail.


Quand le cash joue à cache-cache !

Bitcoin, Apple Pay, Slimpay… Les moyens de paiement mobile ou les plates-formes de démonétisation de l’argent liquide se multiplient. Certains imaginent déjà un monde sans cash. Cela n’est pas pour tout de suite, vous pouvez remettre vos billets sous le matelas ! Mais de 5 à 10 % du marché du paiement seront pris par les crypto-monnaies d’ici à 2030, selon un expert américain, ancien directeur d’une compagnie de services financiers.

Au-delà de ces pseudo monnaies, la technologie sous-jacente, dite blockchain, peut devenir le pivot des prochains services financiers ou le support des principales transactions bancaires dans le futur. Le Nasdaq, pas aussi dépassé qu’on le croit, voit le marché de la blockchain atteindre 14 milliards de dollars en 2022 avec un taux de croissance pondéré de 42,8 % par an.

Des exemples dans le monde entier

Pourquoi cet engouement ? Tout simplement parce que la technologie va permettre d’accélérer le nombre de transactions opérées par le consommateur tout en assurant un bon niveau de sécurité et de confiance. De nombreuses opportunités se présentent dans le secteur des cartes bancaires ou dans le commerce de détail. Deuxièmement, la facilité d’utilisation va être déterminante. L’utilisateur ne sera plus lié aux heures classiques d’ouverture des opérateurs financiers ou des commerces.

Cette dématérialisation de l’argent liquide est déjà en place dans de nombreux pays. En Suède, le pays le plus en pointe dans le domaine en Europe, les paiements en argent liquide ne représentent qu’un peu plus de 41 %. Sur le reste des transactions, certains estiment que seulement 3 % se réalisent avec de l’argent liquide. En conséquence, 70 millions de billets de banque sont sortis du circuit financier dans ce pays ces quatre dernières années. Neuf cents agences bancaires suédoises ont arrêté de fournir ou de prendre des dépôts en argent liquide. Certaines de celles-ci ont même fermé les distributeurs automatiques de billets à l’extérieur de leurs locaux.

En Espagne, Visa a expérimenté la possibilité de passer une journée entière sans argent liquide dans la poche. En Chine, l’expérience fait partie de la vie quotidienne avec les systèmes de paiement d’AliBaba ou de Tencent. Réservations, repas au restaurant, demandes de services se passent sans sortir le moindre Renminbi à partir du téléphone des clients. Les transactions par ces systèmes ont atteint les 5 000 milliards de yuans en 2016. Dans le même ordre d’idée, un employé de Visa a vécu deux cents jours en Inde sans argent liquide. Je ne peux que vous inviter à aller sur leur site pour lire le compte-rendu de son expérience.

Au Kenya, les systèmes de paiement mobiles permettent à une population le plus souvent sans banque de passer des transactions et d’accéder à des fonds. Le système M-Pesa, utilisé localement, compte 30 millions d’utilisateurs qui totalisent 529 transactions par seconde. Par ce biais, des centaines de milliers de personnes ont été sorties de la pauvreté en leur permettant de lancer une petite activité commerciale. Au Ghana, les fermiers d’un district se sont regroupés pour créer une sorte de coopérative. Un des membres va vendre les marchandises sur le marché de la ville la plus proche et repartage les fonds reçus à travers un téléphone mobile. Ces pays en développement vont être le théâtre des principales évolutions dans le domaine pour combler les lacunes des infrastructures bancaires dans ces régions. Aux États-Unis, peu de gens croient à une réelle économie sans cash mais les experts financiers prédisent que les prochaines générations seront plus disposées à accepter ce type de transaction. Ils s’accordent sur le fait que 80 % des transactions s’effectueront sans espèces en 2030.

La difficulté relevée est pourtant de faire la conjonction d’un client, d’un marchand et d’une infrastructure, qu’elle soit bancaire ou non. C’est là que le bât blesse. L’employé de Visa a été parfois obligé de faire des trajets de 9 kilomètres à pied. Son téléphone était déchargé et aucun point pour refaire le plein n’était disponible à proximité. Plus grave, Visa a indiqué que l’incident qui a touché sa plate-forme récemment avait compromis 5,2 millions de transactions de citoyens britanniques. Il est vrai que l’incident est intervenu au plus mauvais moment : un vendredi en début de soirée, l’heure où les consommateurs d’outre-manche se pressent dans les magasins ou dans les pubs avant d’aller au spectacle.

De fortes résistances

En Suède, la résistance s’organise face à ce phénomène, non pas pour l’arrêter mais pour qu’il ne dépasse pas certaines limites en laissant des gens au bord de la route faute de moyens ou de posséder un téléphone adapté. Plus globalement, un sondage récent non publié par la banque centrale européenne reconnaît que la majorité de la population est contre ce modèle sans cash et que 80 % des opérations dans les points de vente se réalisent encore en argent liquide.

Les détracteurs y voient surtout une possibilité d’augmentation des inégalités entre ceux qui maîtrisent les transactions numériques et ceux peu habitués à les utiliser. Certains vont plus loin et considèrent qu’il s’agit d’une attaque de plus contre notre vie privée et notre liberté. D’autres pointent le fait qu’avec une commission à chaque transaction le système ne fait qu’enrichir les banques et autres intermédiaires financiers sans véritable apport pour le client final. Ce système placerait les consommateurs aux mains des banques et risquerait de les placer dans des conditions difficiles en cas d’augmentation des frais de transaction ou des taux d’intérêts. Sur ce dernier point on peut se demander si cela changerait vraiment la donne : 23 % des Français se retrouvent à découvert chaque mois pour un montant global à la fin de 2016 de 7,6 milliards €.

Plus que ces questions plus ou moins philosophiques, le fait est que lorsque la technologie déraille les consommateurs se retrouvent sans alternative. Quand celle-ci fonctionne, encore faut-il trouver le commerçant acceptant la plate-forme et la monnaie utilisée. Aujourd’hui, plusieurs banques françaises ont mis Apple Pay dans les possibilités d’utilisation de leurs services. Combien de commerçants parisiens acceptent Apple Pay ? Je vous donne la réponse : au maximum 39 %, ceux ayant installé un appareil acceptant le paiement sans contact. Sans cash, vous pouvez acheter mais pas n’importe où !


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


A votre avis...

Mobilité indoor

Mobilité indoor

Disposer d’une connexion mobile haut débit à l’intérieur d’un local n’est pas toujours chose aisée. Plusieurs centaines de communes françaises demeurent en zones blanches, les nouveaux...

Cryptoradiateur

Cryptoradiateur

Chauffer gratuitement et écologiquement des bâtiments et des logements grâce à la chaleur issue de serveurs informatiques ! C’est ni plus ni moins la promesse magique de Qarnot Computing.

OpenClassrooms

OpenClassrooms

Jeune pousse montante de l’EdTech française, OpenClassrooms propose des formations 100 % online qui attirent plus de 3 millions d’utilisateurs par mois. Après les cours gratuits, l’école se développe...

RSS
Afficher tous les dossiers

LOGICIELS D'ENTREPRISE : UNE TRANSFORMATION PROFONDE - Licences logicielles : éditeurs/entreprises, le clash ! - La 5G sort des labos - Windows Subsystem for Linux - Recherche désespérément ingénieurs système - 3 solutions pour booster le réseau WiFi - Rencontre avec Serge Tisseron : nous devons savoir à tout moment avec qui/quoi nous interagissons...

 

BÂTIR LA MAISON INTELLIGENTE - GitHub by Microsoft + alternatives - FIDO2, l'après mot de passe - Open Street Map alternative à Google Maps ? - Java 10/Java 11 ne loupez pas le train - Marseille, 1er port numérique européen ? - OpenClassrooms : l'e-learning "non élitiste" à la conquête du monde...

 

DOSSIER ANTI-VIRUS : chronique d'une mort annoncée... ou mutation profonde ? - DPO/DPD : notification des violations de données personnelles - Tribune Philippe Loudenot - Entretien avec Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la Cnil - Aspects juridiques du Bug Bounty - Reportage au X-Force Command center IBM à Wroclaw - Cylance, le nouveau trublion - MOOC Anssi - Portrait Manuel Dorne alias "Korben"...

 

Afficher tous les derniers numéros

Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Aujourd’hui, les entreprises doivent ouvrir leur SI à un nombre toujours plus important de prestataires extérieurs, d’abord pour réduire le budget informatique – recours à des prestataires externes pour des compétences qui ne font pas partie du cœur de métier de la DSI - ensuite pour gagner en rapidité dans le déploiement de nouvelles solutions.

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Les artistes indépendants pourront désormais déposer leur musique directement sur Spotify, possibilité pour l'heure limitée à quelques centaines de musiciens américains, a annoncé le 20 septembre 2018 la plateforme Les artistes indépendants pourront désormais déposer leur musique directement sur Spotify, a annoncé jeudi la plateforme de musique en ligne, même si la possibilité est, pour l'heure, limitée à quelques centaines de musiciens américains. [Lire la dépêche...]

Le géant informatique américain Microsoft va décupler son effort de formation à l'intelligence artificielle en FranceLe géant informatique américain Microsoft va décupler son effort de formation à l'intelligence artificielle en France, pour satisfaire une demande qui devrait exploser dans les années à venir, a-t-il annoncé jeudi. [Lire la dépêche...]

Le géant informatique américain Microsoft va décupler son effort de formation à l'intelligence artificielle en FranceLe géant informatique américain Microsoft va décupler son effort de formation à l'intelligence artificielle en France, pour satisfaire une demande qui devrait exploser dans les années à venir, a-t-il annoncé jeudi. [Lire la dépêche...]

Fnac Darty annonce être en Fnac Darty a annoncé jeudi être en "négociations exclusives et avancées" en vue d'une prise de participation majoritaire dans WeFix, un réseau de magasins de réparation express de smartphones, dans la lignée de son engagement en matière de "réparabilité" des produits. [Lire la dépêche...]

La commissaire européenne à la Consommation enjoint Facebook de se conformer rapidement aux règles de l'UE en matière de protection des consommateursLa commissaire européenne à la Consommation, Vera Jourova, a enjoint jeudi Facebook de se conformer rapidement aux règles de l'UE en matière de protection des consommateurs d'ici la fin de l'année, faute de quoi elle demandera "des sanctions". [Lire la dépêche...]

Jack Ma, le fondateur du géant chinois du commerce électronique Alibaba, le 19 septembre 2018 à HangzhouJack Ma, le fondateur du géant chinois du commerce électronique Alibaba, a renoncé à son ambitieuse promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis, pour cause de guerre commerciale, selon une interview d'un média d'Etat publiée jeudi. [Lire la dépêche...]

Facebook est en train de mettre sur pied une Facebook est en train de mettre sur pied une "salle de crise" ("war room") installée au siège du groupe, destinée à déjouer "en temps réel" les tentatives de manipulation des élections, ont annoncé des responsables du groupe américain. [Lire la dépêche...]

Kriptoiounivers, Le minage illicite de cryptomonnaies a augmenté de manière très importante depuis un an du fait, en partie, de la fuite d'un logiciel de l'agence de surveillance américaine NSA, selon un rapport publié mercredi. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce du 25 au 28 septembre 2018 à San Francisco (Moscone Center). Organisée par Salesforce.
Journée de partage d’expériences sur l'IA, la Blockchain, l'Internet des Objets, le Cloud, la Sécurité, le 9 octobre 2018 à Paris (Carrousel du Louvre). Organisée par IBM.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 10 au 13 octobre 2018. Organisées par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT