X

Quand le cash joue à cache-cache !

Bitcoin, Apple Pay, Slimpay… Les moyens de paiement mobile ou les plates-formes de démonétisation de l’argent liquide se multiplient. Certains imaginent déjà un monde sans cash. Cela n’est pas pour tout de suite, vous pouvez remettre vos billets sous le matelas ! Mais de 5 à 10 % du marché du paiement seront pris par les crypto-monnaies d’ici à 2030, selon un expert américain, ancien directeur d’une compagnie de services financiers.

Au-delà de ces pseudo monnaies, la technologie sous-jacente, dite blockchain, peut devenir le pivot des prochains services financiers ou le support des principales transactions bancaires dans le futur. Le Nasdaq, pas aussi dépassé qu’on le croit, voit le marché de la blockchain atteindre 14 milliards de dollars en 2022 avec un taux de croissance pondéré de 42,8 % par an.

Des exemples dans le monde entier

Pourquoi cet engouement ? Tout simplement parce que la technologie va permettre d’accélérer le nombre de transactions opérées par le consommateur tout en assurant un bon niveau de sécurité et de confiance. De nombreuses opportunités se présentent dans le secteur des cartes bancaires ou dans le commerce de détail. Deuxièmement, la facilité d’utilisation va être déterminante. L’utilisateur ne sera plus lié aux heures classiques d’ouverture des opérateurs financiers ou des commerces.

Cette dématérialisation de l’argent liquide est déjà en place dans de nombreux pays. En Suède, le pays le plus en pointe dans le domaine en Europe, les paiements en argent liquide ne représentent qu’un peu plus de 41 %. Sur le reste des transactions, certains estiment que seulement 3 % se réalisent avec de l’argent liquide. En conséquence, 70 millions de billets de banque sont sortis du circuit financier dans ce pays ces quatre dernières années. Neuf cents agences bancaires suédoises ont arrêté de fournir ou de prendre des dépôts en argent liquide. Certaines de celles-ci ont même fermé les distributeurs automatiques de billets à l’extérieur de leurs locaux.

En Espagne, Visa a expérimenté la possibilité de passer une journée entière sans argent liquide dans la poche. En Chine, l’expérience fait partie de la vie quotidienne avec les systèmes de paiement d’AliBaba ou de Tencent. Réservations, repas au restaurant, demandes de services se passent sans sortir le moindre Renminbi à partir du téléphone des clients. Les transactions par ces systèmes ont atteint les 5 000 milliards de yuans en 2016. Dans le même ordre d’idée, un employé de Visa a vécu deux cents jours en Inde sans argent liquide. Je ne peux que vous inviter à aller sur leur site pour lire le compte-rendu de son expérience.

Au Kenya, les systèmes de paiement mobiles permettent à une population le plus souvent sans banque de passer des transactions et d’accéder à des fonds. Le système M-Pesa, utilisé localement, compte 30 millions d’utilisateurs qui totalisent 529 transactions par seconde. Par ce biais, des centaines de milliers de personnes ont été sorties de la pauvreté en leur permettant de lancer une petite activité commerciale. Au Ghana, les fermiers d’un district se sont regroupés pour créer une sorte de coopérative. Un des membres va vendre les marchandises sur le marché de la ville la plus proche et repartage les fonds reçus à travers un téléphone mobile. Ces pays en développement vont être le théâtre des principales évolutions dans le domaine pour combler les lacunes des infrastructures bancaires dans ces régions. Aux États-Unis, peu de gens croient à une réelle économie sans cash mais les experts financiers prédisent que les prochaines générations seront plus disposées à accepter ce type de transaction. Ils s’accordent sur le fait que 80 % des transactions s’effectueront sans espèces en 2030.

La difficulté relevée est pourtant de faire la conjonction d’un client, d’un marchand et d’une infrastructure, qu’elle soit bancaire ou non. C’est là que le bât blesse. L’employé de Visa a été parfois obligé de faire des trajets de 9 kilomètres à pied. Son téléphone était déchargé et aucun point pour refaire le plein n’était disponible à proximité. Plus grave, Visa a indiqué que l’incident qui a touché sa plate-forme récemment avait compromis 5,2 millions de transactions de citoyens britanniques. Il est vrai que l’incident est intervenu au plus mauvais moment : un vendredi en début de soirée, l’heure où les consommateurs d’outre-manche se pressent dans les magasins ou dans les pubs avant d’aller au spectacle.

De fortes résistances

En Suède, la résistance s’organise face à ce phénomène, non pas pour l’arrêter mais pour qu’il ne dépasse pas certaines limites en laissant des gens au bord de la route faute de moyens ou de posséder un téléphone adapté. Plus globalement, un sondage récent non publié par la banque centrale européenne reconnaît que la majorité de la population est contre ce modèle sans cash et que 80 % des opérations dans les points de vente se réalisent encore en argent liquide.

Les détracteurs y voient surtout une possibilité d’augmentation des inégalités entre ceux qui maîtrisent les transactions numériques et ceux peu habitués à les utiliser. Certains vont plus loin et considèrent qu’il s’agit d’une attaque de plus contre notre vie privée et notre liberté. D’autres pointent le fait qu’avec une commission à chaque transaction le système ne fait qu’enrichir les banques et autres intermédiaires financiers sans véritable apport pour le client final. Ce système placerait les consommateurs aux mains des banques et risquerait de les placer dans des conditions difficiles en cas d’augmentation des frais de transaction ou des taux d’intérêts. Sur ce dernier point on peut se demander si cela changerait vraiment la donne : 23 % des Français se retrouvent à découvert chaque mois pour un montant global à la fin de 2016 de 7,6 milliards €.

Plus que ces questions plus ou moins philosophiques, le fait est que lorsque la technologie déraille les consommateurs se retrouvent sans alternative. Quand celle-ci fonctionne, encore faut-il trouver le commerçant acceptant la plate-forme et la monnaie utilisée. Aujourd’hui, plusieurs banques françaises ont mis Apple Pay dans les possibilités d’utilisation de leurs services. Combien de commerçants parisiens acceptent Apple Pay ? Je vous donne la réponse : au maximum 39 %, ceux ayant installé un appareil acceptant le paiement sans contact. Sans cash, vous pouvez acheter mais pas n’importe où !


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

100 milliards !

100 milliards !

Des responsables de l’UE ont profité de la nouvelle Commission Européenne pour demander la création d’un fonds d’investissement de 100 milliards d’euros pour financer les pépites de la tech et...

Externaliser (ou pas) son «SOC» ?

Externaliser (ou pas) son «SOC» ?

Devant le renforcement de la réglementation… devant aussi la recrudescence des cyberattaques… de plus en plus d’entreprises songent à se doter d’un centre d’opérations de...

Devenir “Growth hacker”

Devenir “Growth hacker”

Comment réorienter sa carrière d’informaticien vers le secteur à forte croissance de l’e-marketing ? La Rocket School propose une formation accélérée de douze semaines, suivie par une ou deux...

RSS
Afficher tous les dossiers

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Uber, qui a révélé avoir enregistré des milliers d'agressions sexuelles aux Etats-Unis, est très critiqué en France après une série de plaintes de clientes Uber, qui a révélé avoir enregistré des milliers d'agressions sexuelles aux États-Unis, est aussi en pleine polémique après une série de plaintes de clientes en France où la plateforme sera reçue jeudi par le gouvernement qui lui demande des comptes. [Lire la dépêche...]

Lil Bub et son propriétaire Mike Bridavsky à Los Angeles le 7 juin 2015Leurs abonnés se comptent par millions sur Instagram: Lil Bub, Grumpy Cat, Boo the Pomeranian et Doug the Pug sont des chats et chiens vedettes d'internet, porte-étendards de nobles causes et générateurs d'énormes profits financiers. [Lire la dépêche...]

Une loi américaine de 1996 préserve les services en ligne d'éventuels problèmes juridiques causés par des contenus publiés par des tiersQui veut la peau du sacro-saint statut d'hébergeur des plateformes en ligne? Certains élus américains souhaitent leur imposer plus de responsabilités, mais ils se heurtent à une loi presque aussi vieille qu'internet. [Lire la dépêche...]

Les réseaux sociaux, où est né et continue de s'exprimer massivement le mouvement de contestation populaire algérien ("Hirak"), sont devenus à l'approche de la présidentielle rejetée du 12 décembre le terrain d'une contre-offensive de "trolls" pro-régime. [Lire la dépêche...]

Elon Musk, le patron de Tesla, au premier jour de son procès pour diffamation à Los Angeles le 3 décembre 2019 Le fantasque patron de Tesla, Elon Musk, a enregistré vendredi une victoire judiciaire à Los Angeles, où il a été acquitté de diffamation pour un tweet dans lequel, à l'été 2018, il avait qualifié de "mec pédo" un spéléologue britannique. [Lire la dépêche...]

L'accusateur d'Elon Musk, Vernon Unsworth, arrive au tribunal fédéral de Los Angeles le 3 décembre 2019 Le spéléologue britannique qui poursuit devant un tribunal de Los Angeles Elon Musk pour diffamation a réclamé vendredi 190 millions de dollars d'indemnités pour un tweet dans lequel le patron de Tesla l'avait insulté de "mec pédo" ("pedo guy"). [Lire la dépêche...]

Alexander Nix, ancien dirigeant de la firme Cambridge Analytica, le 6 juin 2018 à LondresLes autorités américaines ont déclaré mercredi que la firme britannique Cambridge Analytica, connue pour le scandale de détournement massif de données d'utilisateurs de Facebook, a trompé les utilisateurs du réseau social sur sa façon de collecter et de traiter leurs informations personnelles. [Lire la dépêche...]

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée, le 5 décembre 2019La proposition américaine d'une "solution optionnelle" pour la taxation du numérique est "inacceptable", a tranché vendredi le ministre français des Finances Bruno Le Maire, appelant les États-Unis, qui menacent Paris de sanctions douanières, à reprendre "de bonne foi" les discussions à l'OCDE. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

CES

CES CES

L'International Consumer Electronics Show (International CES) se tient du 7 au 10 janvier 2020 à Las Vegas (LVCC, Westgate, Renaissance, Sands/Venetian,...). C'est le plus grand salon mondial professionnel dédié aux technologies grand public : 3900 exposants et 170000 visiteurs attendus. Thématique principale : The global stage for innovation. Organisé par la CTA (Consumer Technology Association).

AFCDP

L'Association Française des Correspondants à la protection des Données à caractère Personnel (AFCDP) organise la 14ème université des DPO (Data Protection Officers) le 14 janvier 2020

à Paris Maison de la Mutualité. Organisée par l'AFCDP.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT