X

News Partenaire

Comment les valeurs des entreprises évoluent

Le modèle 1/1/1 et d'autres composantes comme le "sustainability cloud" font partie des valeurs de l'entreprise. Olivier Derrien appelle à ce que les investisseurs prennent en compte ces composantes dans l'évaluation qu'ils font des entreprises.


Quand le cash joue à cache-cache !

Bitcoin, Apple Pay, Slimpay… Les moyens de paiement mobile ou les plates-formes de démonétisation de l’argent liquide se multiplient. Certains imaginent déjà un monde sans cash. Cela n’est pas pour tout de suite, vous pouvez remettre vos billets sous le matelas ! Mais de 5 à 10 % du marché du paiement seront pris par les crypto-monnaies d’ici à 2030, selon un expert américain, ancien directeur d’une compagnie de services financiers.

Au-delà de ces pseudo monnaies, la technologie sous-jacente, dite blockchain, peut devenir le pivot des prochains services financiers ou le support des principales transactions bancaires dans le futur. Le Nasdaq, pas aussi dépassé qu’on le croit, voit le marché de la blockchain atteindre 14 milliards de dollars en 2022 avec un taux de croissance pondéré de 42,8 % par an.

Des exemples dans le monde entier

Pourquoi cet engouement ? Tout simplement parce que la technologie va permettre d’accélérer le nombre de transactions opérées par le consommateur tout en assurant un bon niveau de sécurité et de confiance. De nombreuses opportunités se présentent dans le secteur des cartes bancaires ou dans le commerce de détail. Deuxièmement, la facilité d’utilisation va être déterminante. L’utilisateur ne sera plus lié aux heures classiques d’ouverture des opérateurs financiers ou des commerces.

Cette dématérialisation de l’argent liquide est déjà en place dans de nombreux pays. En Suède, le pays le plus en pointe dans le domaine en Europe, les paiements en argent liquide ne représentent qu’un peu plus de 41 %. Sur le reste des transactions, certains estiment que seulement 3 % se réalisent avec de l’argent liquide. En conséquence, 70 millions de billets de banque sont sortis du circuit financier dans ce pays ces quatre dernières années. Neuf cents agences bancaires suédoises ont arrêté de fournir ou de prendre des dépôts en argent liquide. Certaines de celles-ci ont même fermé les distributeurs automatiques de billets à l’extérieur de leurs locaux.

En Espagne, Visa a expérimenté la possibilité de passer une journée entière sans argent liquide dans la poche. En Chine, l’expérience fait partie de la vie quotidienne avec les systèmes de paiement d’AliBaba ou de Tencent. Réservations, repas au restaurant, demandes de services se passent sans sortir le moindre Renminbi à partir du téléphone des clients. Les transactions par ces systèmes ont atteint les 5 000 milliards de yuans en 2016. Dans le même ordre d’idée, un employé de Visa a vécu deux cents jours en Inde sans argent liquide. Je ne peux que vous inviter à aller sur leur site pour lire le compte-rendu de son expérience.

Au Kenya, les systèmes de paiement mobiles permettent à une population le plus souvent sans banque de passer des transactions et d’accéder à des fonds. Le système M-Pesa, utilisé localement, compte 30 millions d’utilisateurs qui totalisent 529 transactions par seconde. Par ce biais, des centaines de milliers de personnes ont été sorties de la pauvreté en leur permettant de lancer une petite activité commerciale. Au Ghana, les fermiers d’un district se sont regroupés pour créer une sorte de coopérative. Un des membres va vendre les marchandises sur le marché de la ville la plus proche et repartage les fonds reçus à travers un téléphone mobile. Ces pays en développement vont être le théâtre des principales évolutions dans le domaine pour combler les lacunes des infrastructures bancaires dans ces régions. Aux États-Unis, peu de gens croient à une réelle économie sans cash mais les experts financiers prédisent que les prochaines générations seront plus disposées à accepter ce type de transaction. Ils s’accordent sur le fait que 80 % des transactions s’effectueront sans espèces en 2030.

La difficulté relevée est pourtant de faire la conjonction d’un client, d’un marchand et d’une infrastructure, qu’elle soit bancaire ou non. C’est là que le bât blesse. L’employé de Visa a été parfois obligé de faire des trajets de 9 kilomètres à pied. Son téléphone était déchargé et aucun point pour refaire le plein n’était disponible à proximité. Plus grave, Visa a indiqué que l’incident qui a touché sa plate-forme récemment avait compromis 5,2 millions de transactions de citoyens britanniques. Il est vrai que l’incident est intervenu au plus mauvais moment : un vendredi en début de soirée, l’heure où les consommateurs d’outre-manche se pressent dans les magasins ou dans les pubs avant d’aller au spectacle.

De fortes résistances

En Suède, la résistance s’organise face à ce phénomène, non pas pour l’arrêter mais pour qu’il ne dépasse pas certaines limites en laissant des gens au bord de la route faute de moyens ou de posséder un téléphone adapté. Plus globalement, un sondage récent non publié par la banque centrale européenne reconnaît que la majorité de la population est contre ce modèle sans cash et que 80 % des opérations dans les points de vente se réalisent encore en argent liquide.

Les détracteurs y voient surtout une possibilité d’augmentation des inégalités entre ceux qui maîtrisent les transactions numériques et ceux peu habitués à les utiliser. Certains vont plus loin et considèrent qu’il s’agit d’une attaque de plus contre notre vie privée et notre liberté. D’autres pointent le fait qu’avec une commission à chaque transaction le système ne fait qu’enrichir les banques et autres intermédiaires financiers sans véritable apport pour le client final. Ce système placerait les consommateurs aux mains des banques et risquerait de les placer dans des conditions difficiles en cas d’augmentation des frais de transaction ou des taux d’intérêts. Sur ce dernier point on peut se demander si cela changerait vraiment la donne : 23 % des Français se retrouvent à découvert chaque mois pour un montant global à la fin de 2016 de 7,6 milliards €.

Plus que ces questions plus ou moins philosophiques, le fait est que lorsque la technologie déraille les consommateurs se retrouvent sans alternative. Quand celle-ci fonctionne, encore faut-il trouver le commerçant acceptant la plate-forme et la monnaie utilisée. Aujourd’hui, plusieurs banques françaises ont mis Apple Pay dans les possibilités d’utilisation de leurs services. Combien de commerçants parisiens acceptent Apple Pay ? Je vous donne la réponse : au maximum 39 %, ceux ayant installé un appareil acceptant le paiement sans contact. Sans cash, vous pouvez acheter mais pas n’importe où !


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Vient de paraître

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs
Yuka

Yuka

Près d’un quart des Français utilise cette application évaluant si un produit, alimentaire ou cosmétique, est bon pour la santé ! L’outil YuKa a changé le comportement de nombreux...

École 42

École 42

Fondée en 2013, l’École 42 s’est installée sur la plus haute marche du podium des «écoles de code», selon le classement CodinGame. Dirigée par Sophie Viger depuis la fin 2018,...

Apple préfère ARM

Apple préfère ARM

La rumeur courait depuis plusieurs années. Elle a été confirmée à l’occasion de la Conférence développeurs WWDC 2020 : Apple divorce d’avec Intel. Les futurs ordinateurs de la marque...

Culture & Numérique

Culture & Numérique

Si la culture a pu être aussi avidement consommée lors du confinement, c’est avant tout parce que le secteur n’a pas attendu la Covid-19 pour faire sa transformation numérique. Une transformation qui s’est...

Project Reunion

Project Reunion

Microsoft a dévoilé à l’occasion de sa conférence annuelle Build, dédiée aux développeurs, les tout premiers contours de Project Reunion. L’objectif recherché est de faciliter le...

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Afficher tous les dossiers

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

QUELLE IT POUR DEMAIN ? SaaS, Hybride, Shadow IT, Green IT... - Collaboration dans le Cloud : quelles alternatives à Office 365 ? - Intégration continue : les meilleurs outils et pratiques CI/CD - École 42 : le peer to peer learning ça fonctionne ! - Startups : les bonnes recettes de Yuka - 2010-2019 : la décennie qui changea l’information géographique...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Alex Karp, le directeur général de Palantir, en 2019La société d'analyse de données Palantir travaille avec le gouvernement américain pour l'aider à suivre la production et la distribution dans le pays des futurs vaccins contre le Covid-19, suscitant des inquiétudes sur la gestion de données médicales. [Lire la dépêche...]

La nouvelle application L'application de traçage de contact StopCovid, controversée, très peu utilisée et peu promue par le gouvernement depuis sa sortie le 2 juin, est relancée sous une nouvelle forme jeudi, la reprise de l'épidémie ayant convaincu l'exécutif de son utilité potentielle. [Lire la dépêche...]

Jeffrey Katzenberg, fondateur de la plateforme Quibi, le 8 janvier 2020 à Las VegasQuibi, le service de streaming de vidéos courtes lancé en avril en Amérique du Nord par Jeffrey Katzenberg, un ancien patron de Disney, a annoncé mercredi sa fermeture et la revente de son catalogue et autres actifs à cause de la pandémie mais aussi de son modèle économique. [Lire la dépêche...]

Sur le modèle du Sur le modèle du "nutriscore", destiné à informer le consommateur de la valeur nutritionnelle des produits alimentaires, un "cyberscore" pourrait voir le jour afin de mieux informer les utilisateurs d'outils numériques sur la sécurisation de leurs données. [Lire la dépêche...]

Google se voit reprocher par le gouvernement américain d'avoir usé et abusé de techniques pour exclure ses concurrentsLe modèle économique de Google, basé sur une galaxie de services gratuits, la récolte des données des utilisateurs et la publicité, est remis en cause par les poursuites lancées contre ce groupe par le gouvernement américain, qui l'accuse d'abus de position dominante. [Lire la dépêche...]

L'acheteur de bitcoins Adalberto Orta (D) paye Gretter (G) en espèces pour ses bitcoins après une transaction via la plateforme en ligne Bitremesas, à la Havane le 17 octobre 2020L'argent que reçoit Gretter à Cuba de son mari aux Etats-Unis a fait un bien étrange voyage: le mandat, envoyé en bitcoins, s'est transformé en monnaie cubaine avant d'arriver à vélo, jusqu'à chez elle. Une astuce pour contourner l'embargo américain. [Lire la dépêche...]

La révolution numérique va nécessiter d'importants efforts de reconversion pour préserver l'emploi, près de la moitié des salariés devront mettre à niveau leurs compétencesLa révolution numérique va nécessiter d'importants efforts de reconversion pour préserver l'emploi, selon un rapport du forum économique mondial publié mercredi, mettant en lumière que près de la moitié des salariés vont devoir mettre à niveau leurs compétences. [Lire la dépêche...]

Taisuke Ono, le PDG de la start-up Donut Robotics, porte le masque La ruée sur les masques à travers la planète due au coronavirus a donné lieu à des innovations high-tech inédites: outre le filtrage, les masques peuvent aussi devenir des outils de surveillance sanitaire ou des traducteurs. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 novembre 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Voir tout l'AgendaIT