X

Les éditeurs français peinent à recruter

À la fin 2018, les éditeurs français devraient avoir embauché quelque 13 000 personnes en deux ans, notamment dans la R & D… Mais les deux tiers des entreprises du logiciel et d’Internet se heurtent à une réalité : elles éprouvent de grosses difficultés à recruter ce type de profils.

Jeudi 8 avril, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a posé la première brique d’un plan d’investissement de 15 milliards d’euros sur quatre ans en faveur de la formation. Et quelle brique ! Il s’agit en effet de financer la formation de 10 000 jeunes et demandeurs d’emplois aux métiers du numérique. Et ce n’est là que la dernière initiative en date pour promouvoir ce secteur, où selon le ministère du Travail 80 000 emplois sont à pourvoir. Or, les éditeurs français recrutent, selon une étude Tech In France menée entre octobre et novembre 2017 auprès de 147 éditeurs « représentant 25 032 salariés en France sur les 74 990 que compte le secteur ». Sans surprise, les éditeurs ont une appétence pour la R & D. Elle représente un tiers des effectifs dans les entreprises interrogées, plus de la moitié dans les start-up. Les premiers postes pour lesquels elles recrutent sont justement la conception « d’interface utilisateur et création numérique » et la data.

Promouvoir l’alternance et l’apprentissage

Et c’est là que les problèmes commencent. Pour 85 % des sociétés françaises du panel, il est difficile voire très difficile de recruter des profils dans la recherche et développement. « Ce n’est pas quelque chose de nouveau », explique Éric Ménard, responsable Études et Stratégie de Tech In France. « Ce n’est pas tant qu’il y a un manque de profil, mais plutôt des difficultés à concurrencer de plus grandes firmes, françaises comme américaines, qui peuvent proposer de meilleurs salaires et bénéficient surtout d’une meilleure notoriété comparés à des éditeurs de taille moindre. » On remarque justement que les éditeurs vont rechercher des profils techniques justifiant de longues études (Bac +4/+5) et une expérience professionnelle assez fournie, la grande majorité demandant au moins trois ans d’expérience… pour un salaire annuel brut médian de moins de 45 000 euros…

« C’est un vrai souci », souligne Éric Ménard concernant l’écart entre les exigences et le niveau des salaires. « Une start-up dans les datasciences m’expliquait ne pas être en mesure de rivaliser avec les grandes firmes côté salaires des profils particuliers. Et on va demander à ces profils des compétences de plus en plus transverses. Ce sont des métiers qui évoluent et sur lesquels on demande aux profils d’évoluer également. » En termes de formation professionnelle continue, l’étude affiche une moyenne fort honnête de 36 % des salariés formés, qui chute à 26 % pour les entreprises entre 20 et 100 salariés et à seulement 13 % pour les petites structures et les start-up. L’alternance et le stage prennent alors tout leur sens, notamment pour ces dernières (6,9 % de personnes en alternance contre 3,9 % en moyenne).

Tous profils confondus, 60 % des éditeurs éprouvent des difficultés à recruter. Un taux qui passe à 85 % pour les fonctions R & D.

Pour Éric Ménard, l’alternance et l’apprentissage répondent « à la fois à un essor national de ces formats et à une plus grande proximité entre les entreprises et les jeunes en formation initiale ». Ce qui est adapté aux difficultés de recrutement, puisque 65 % des entreprises ont recruté au moins un alternant ou apprenti à la fin de sa mission. Et les répondants appellent de leurs vœux la « mise en place d’une décision de recourir à l’apprentissage plus collective ». En d’autres termes, les métiers veulent casser les silos concernant le recrutement et la formation, ne plus laisser ces fonctions dans les seules mains de la direction générale ou de la DRH. « L’objectif est bien d’enlever les freins à l’apprentissage, de créer en interne les conditions favorables pour que des personnes au sein de l’entreprise soient bien évangélisées et aient du temps affecté, que ça fasse véritablement partie du projet de l’entreprise », souligne le responsable étude et stratégie de Tech In France. Mais une autre difficulté n’est pas à négliger, elle est même la première signalée par les éditeurs : la difficulté à identifier de nouvelles écoles.

Ne pas avoir peur des jeunes et des profils atypiques

De l’école justement il en est beaucoup question dans cette étude – et il n’est pas un mystère que l’association axe de nombreuses recommandations de son livre blanc sur l’éducation. Quitte à pointer un paradoxe, on remarque que les nouvelles écoles du numérique, telles que 42, Web@cadémie, etc., sont assez peu demandées au profit des écoles d’ingénieurs, sur-représentées. Les éditeurs sont-ils frileux à l’idée d’embaucher des profils parfois atypiques sortant d’établissements certes très médiatisés mais peu plébiscités par des entreprises françaises de petite et moyenne tailles ? « Le recrutement est une vraie prise de risque, surtout pour les éditeurs avec des équipes réduites » indique Éric Ménard. C’est pourquoi la cooptation est le deuxième canal de recrutement préféré des éditeurs, après LinkedIn et les autres réseaux sociaux, quand les stages et les écoles sont les moins sollicités. « C’est plus sécurisant, plus confortable pour les entreprises, d’autant qu’il n’y a pas de réel partenariat entre les écoles et ces éditeurs. Nous essayons de faire masse, de jouer sur la solidarité entre éditeurs et de les faire connaître des étudiants via Tech In France. Et à l’inverse on promeut l’éducation et la formation initiale au niveau global de sorte à avoir de plus en plus de profils diversifiés en termes d’alternance et d’apprentissage. »

Autre souci relatif à cette nécessaire diversification des profils, la difficile féminisation des métiers du numérique. Dans cette étude, les éditeurs ne comptent dans leurs effectifs que 31,5 % de femmes, contre 48,1 % pour la moyenne nationale. Et c’est dans la R & D qu’elles sont les moins nombreuses, y représentant seulement 18,5 % des salariés. Tech In France préconise la promotion de la féminisation des métiers du numérique, par le biais, là encore, de l’école. Il y a un dernier point marquant dans ce Baromètre de l’emploi. On a tous entendu un jour parler de cette terrifiante « génération Y » et du choc qu’elle provoque dans les entreprises… Dans la très grande majorité des entreprises interrogées, ce soi disant choc ne provoque aucun conflit. Voilà qui surprend même Éric Ménard. « S’il y a beaucoup de buzz autour, le problème ne semble pas si prégnant que ça. » Il note cependant ne pas avoir les mêmes échos lors des rencontres avec les éditeurs. Un écart qu’il explique par la nature des éditeurs interrogés, chez lesquels l’âge moyen est plus bas comparé aux éditeurs historiques, qui remontent ce type de conflit générationnel.

Et si tout n’était qu’un problème de management ? L’étude montre que les entreprises mettent l’accent sur l’évolution des outils de travail en équipe, sur l’évolution des modes et même sur le teambuilding, mais que la formation des managers est une préoccupation mineure. Or, on lit un peu plus loin dans l’étude que les insuffisances de management sont une des principales causes de conflit, la principale origine dans 23 % des cas. Un constat que partage Éric Ménard, pour qui il y a « peu de formation en management alors que le poste de manager dépend de la séniorité technique, mais n’implique pas de capacités managériales. Il est nécessaire d’évoluer là-dessus pour accompagner les mutations en cours chez les éditeurs ». Mutation qui n’empêche nullement ces entreprises de vouloir grandir : ce sont 13 000 recrutements qui devraient être atteints sur deux ans (2017-2018). Il suffit maintenant de s’améliorer, notamment en termes de notoriété, pour trouver chaussure à son pied.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Tendances

Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

Edge Computing

Edge Computing

Du simple microcontrôleur capable d’exécuter un algorithme d’IA jusqu’au conteneur maritime de 12 mètres, l’informatique se rapproche au plus près des sources de données. L’Edge...

Ansible

Ansible

Ansible tient une assez belle place dans le palmarès des outils favoris des DevOps. Il permet d’automatiser des traitements sur un parc de machines. Nous allons voir quelles sont ses possibilités en la matière.

Transfo avec Salesforce

Transfo avec Salesforce

Dreamforce, conférence géante à San Francisco, regroupait cet automne près de 170000 personnes sur place et près de 15 millions en ligne. Marc Benioff a multiplié les annonces à cette occasion pour...

PowerShell DSC

PowerShell DSC

DSC est la solution DevOps de Microsoft disponible à partir de la version 4 de Powershell pour Windows et de la 6 core pour Linux.

Cybersécurité de l'industrie

Cybersécurité de l'industrie

Mis à part les OIV, bon nombre d’installations industrielles françaises sont vulnérables aux cyberattaques. Système non mis à jour, absence de briques de sécurité de base et défense...

RSS
Afficher tous les dossiers

20 TECHNOS pour 2020 et au-delà... : multicloud, rpa, edge&fog, apis, quantique... - La transfo numérique exemplaire d'une PME industrielle - BYOK : chiffrer le Cloud - L'Open Source teinté d'Orange - Mettre de l'intelligence dans l'APM - Le disque dur fait de la résistance - CI/CD as a Service - Digital Campus, n°1 des écoles du numérique...

 

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

Afficher tous les derniers numéros

OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le colonel Marc Horeau, président du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS), teste un casque de réalité virtuelle dans une ambulance, le 18 février 2020 à Evron, en Mayenne"Monde aquatique ou monde spatial"? Depuis février, les pompiers de Mayenne proposent aux blessés d'utiliser un casque de réalité virtuelle dans leur fourgon, une expérimentation illustrant le recours aux nouvelles technologies dans la prise en charge de la douleur. [Lire la dépêche...]

Twitter a suspendu 70 comptes qui postaient des contenus favorables à Michael Bloomberg, le candidat à l'investiture démocrate qui a engagé des centaines de personnes pour faire sa promotion dans leurs cercles sociaux pendant sa campagneTwitter a suspendu 70 comptes qui postaient des contenus favorables à Michael Bloomberg, le candidat à l'investiture démocrate qui a engagé des centaines de personnes pour faire sa promotion dans leurs cercles sociaux pendant sa campagne. [Lire la dépêche...]

Le nouveau jeu vidéo des Sims présenté en juin 2014 à Los AngelesDes possibilités infinies derrière l'apparence du quotidien: 20 ans après la sortie du premier jeu, les Sims continuent d'inspirer des millions de joueurs, qui construisent des histoires et des bâtiments autant qu'ils se construisent eux-mêmes.       [Lire la dépêche...]

Les Français passent désormais plus de 2 heures par jour sur internetToujours plus mobiles, sociaux et vidéos, mais surtout plus fréquents: les usages des internautes français révèlent une forte augmentation du temps passé en ligne qui atteint en moyenne 2 heures et 12 minutes par jour en 2019, selon une étude de Médiamétrie publiée jeudi. [Lire la dépêche...]

Bouygues ne sera pas affecté financièrement par la cyberattaque qui l'a frappé en début d'annéeBouygues ne sera pas affecté financièrement par la cyberattaque qui l'a frappé en début d'année, a assuré jeudi le groupe, son PDG démentant par ailleurs toute négligence en matière de sécurité. [Lire la dépêche...]

Des patients ayant des symptômes du coronavirus participent à une séance de gymnastique encadrée par du personnel médical en combinaison de protection dans un hôpital de Wuhan, le 17 février 2020Partout dans le monde, l'épidémie du nouveau coronavirus a réveillé des peurs mais également un véritable appétit pour les films, les jeux vidéos et les séries anxiogènes sur le thème de la maladie.  [Lire la dépêche...]

Des entrepreneurs de Kickstarter au Web Summit, le 8 novembre 2016 à LisbonneLes salariés de Kickstarter, une plateforme de financement participatif, ont fondé un syndicat considéré comme le premier du genre dans le secteur américain des technologies, et qui donne de l'espoir à de nombreux employés dont la parole semble souvent étouffée par leur direction. [Lire la dépêche...]

Lawrence L'inventeur de la très populaire commande informatique dite du "copier-coller" est mort à l'âge de 74 ans cette semaine, d'après une annonce de l'entreprise Xerox postée sur Twitter mercredi. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

GALA DSI

La 8ème édition du Gala DSI doit réunir plus de 300 DSI au Pavillon d'Armenonville (Paris 16ème) le 10 mars 2020. Organisé par Agora Managers.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, IT Partners a lieu les 11 et 12 mars 2020 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie