X

Loi «Fake news» : du flou et des débats

Elles doivent servir à lutter contre les manipulations électorales et à empêcher la diffusion de fausses informations. Les deux propositions de loi «Fake news» réussissent seulement, pour le moment, à fédérer contre elles l’opposition, de droite comme de gauche. Il faudra attendre juillet pour connaître le fin mot de l’histoire.

Ne dites plus fake news mais « manipulation de l’information ». Les deux propositions de loi (organique et ordinaire) visant à lutter contre les « fausses informations », notamment en période électorale, font débat. Ne serait-ce que sur la seule définition du terme « fake news ».

Naïma Moutchou, députée LREM du Val d’Oise et rapporteure de la proposition de loi organique, a soumis un amendement en commission des lois remplaçant « fausses informations » par « la manipulation de l’information ». Une « manipulation » qu’elle définit dans un autre amendement (pour la loi ordinaire cette fois-ci) comme « toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable ».

48 h chrono

Afin d’éviter de se faire descendre en flèche à grands coups d’accusation de « censure » et de restriction de la liberté de la presse, la majorité s’est empressée d’y ajouter la notion de mauvaise foi et celle de « diffusion massive et artificielle ». Les opérateurs de plateforme auront dès lors une obligation de transparence sur la provenance des « faits constituant des fausses informations de nature à altérer la sincérité du scrutin à venir ». Ce qui n’est en soi pas une mauvaise chose.

Mais ce sera au juge des référés d’ordonner le retrait, déréférencement ou blocage d’un contenu… en statuant dans les 48 heures après « à la demande du ministère public ou de toute personne ayant intérêt à agir ». Concrètement, le juge aura deux jours pour déterminer si une information est vraie ou fausse… Pour Basile Ader, vice-bâtonnier du barreau de Paris, interrogé sur France Info, cette mesure est « impraticable ». « Je vois mal un juge en 48 heures venir dire, de manière expresse, que cette information est fausse » ajoute-t-il, citant l’exemple du soi-disant compte aux Bahamas d’Emmanuel Macron.

Hypertrophie du CSA

Autre pomme de discorde, le rôle du CSA. Le Titre II de la loi ordinaire renforce les prérogatives du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Celui-ci pourra alors refuser de conventionner une chaîne si « cette interdiction est nécessaire à la sauvegarde de l’ordre public ou si, eu égard à sa nature même, la programmation de cette chaîne » est susceptible de « manipuler l’information ». Et si le média est contrôlé « ou sous l’influence » d’un État étranger, le CSA peut refuser la convention ou ordonner la suspension de sa diffusion lors d’une période électorale.

Les débats ont été électriques à l’Assemblée, l’opposition dénonçant une loi au mieux inutile, au pire attentatoire à la liberté d’informer. Certains rappellent par ailleurs que des mesures législatives existent déjà pour lutter contre « les fausses nouvelles » et ce depuis 1881. Plus de 150 amendements ont été déposés et les deux propositions de loi seront finalement mises au vote en juillet.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats

Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

Apps de messagerie

Apps de messagerie

Le succès d’une application de messagerie instantanée débute souvent dans une cour d’école et finit entre les mains… de PDG. De plus en plus de collaborateurs échangent des invitations, des...

Le lourd poids de la dette technique

Le lourd poids de la dette technique

Prévisible et bien souvent inévitable, la dette technique continue cependant de donner des sueurs froides aux développeurs. Le problème ne vient pourtant pas toujours du code, mais plutôt de la prise de...

RSS
Afficher tous les dossiers

GESTIONNAIRE DE MOTS DE PASSE : un outil indispensable ? - Pandémie & Tech : gagnants et perdants - Multicloud : réalité d'aujourd'hui, impacts sur l'infrastructure et l'applicatif - Project Reunion Microsoft - No Code/Low Code en plein essor - Cobol V6 - Cyberattaques Covid-19 - L'emploi au temps du Corona...

 

COMMUNICATIONS UNIFIÉES : une convergence accrue entre communication et collaboration - Réussir StopCovid ! - Énergie : les datacenters sur le grill - Le lourd poids de la dette technique - GitLab comme solution DevSecOps - Les femmes, avenir de la filière IT ? - Apps de messagerie, attention danger ? - Pôle IA Toulouse...

 

POSTMORTEM cyberattaque CHU Rouen - OUTILS : Cyber, le risque n°1 - SecNumCloud, référentiel de confiance - Techno : pourquoi il devient urgent de mettre en oeuvre des algorithmes post-quantiques - CAHIER SPÉCIAL : DPO externe, quelles conditions pour une prestation idéale ?...

 

Afficher tous les derniers numéros

Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Malgré des investissements massifs dans le développement à hauteur de près de 4 milliards de dollars l'année dernière, près de la moitié du temps consacré au DevOps est perdu dans la répétition des tâches et dans la logistique. Ceci fait que 90% des entreprises qui ont adopté ces pratiques sont déçues par les résultats, selon une étude publiée par le Gartner.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le patron de Ubisoft, Yves Guillemot, lors d'une cérémonie de remise de prix le 9 mars 2020, à ParisLe PDG d'Ubisoft, éditeur français de jeux vidéo dont plusieurs cadres sont accusés d'agressions et de harcèlement sexuel, a annoncé vendredi qu'un vice-président avait démissionné et qu'un autre avait été mis à pied pour "comportements inappropriés". [Lire la dépêche...]

Google fait appel de la décision de l'Autorité de la concurrence française le contraignant à négocier Google a fait appel de la décision de l'Autorité de la concurrence le contraignant à négocier "de bonne foi" avec les éditeurs et agences de presse sur la rémunération de leurs contenus protégés par les droits voisins, a-t-il indiqué. [Lire la dépêche...]

Manifestation contre la loi sur la sécurité imposée par la Chine, le 1er juillet 2020 à Hong KongDésactiver ses comptes, migrer vers des réseaux "sécurisés", supprimer l'historique... La loi de Pékin sur la sécurité fait souffler un vent de panique chez les Hongkongais, convaincus qu'il est vital d'effacer les traces informatiques de leur engagement pro-démocratie. [Lire la dépêche...]

Le PDG d'Ubisoft, Yves Guillemot, lors d'une conférence de presse à Los Angeles en juin 2019Le PDG d'Ubisoft, Yves Guillemot, a promis jeudi soir à ses salariés un "changement structurel" au sein de l'entreprise après que certains de ses cadres eurent été visés par accusations d'agression et harcèlement sexuels.  [Lire la dépêche...]

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, a fait savoir à ses employés qu'il ne se laisserait pas influencer par le vaste boycott publicitaire contre sa plateformeMark Zuckerberg, le patron de Facebook, a fait savoir à ses employés qu'il ne se laisserait pas influencer par le vaste boycott publicitaire contre sa plateforme, mené par des organisations et annonceurs, dont Coca-Cola et Starbucks, qui réclament une régulation plus stricte des contenus racistes et haineux. [Lire la dépêche...]

L'ex-légende des Lakers Kobe Bryant, le 19 février 2012, lors d'un match NBA à Phoenix, en ArizonaKobe Bryant, la défunte star des Los Angeles Lakers, tuée dans un accident d'hélicoptère en janvier dernier, sera parmi les trois vedettes de la NBA à figurer sur la jaquette du jeu vidéo NBA 2K21, a déclaré jeudi l'éditeur du titre. [Lire la dépêche...]

Retard d'au moins deux mois à cause du coronavirus pour le déploiement du très haut débit sur le territoire françaisLe coronavirus fera prendre "dans le meilleur des cas" deux mois de retard au chantier pour déployer le très haut débit sur le territoire français, soit un million de prises non déployées en 2020 selon une étude publiée jeudi par Infranum, ex-fédération des industriels des réseaux d'initiative publique. [Lire la dépêche...]

Des ONG ont exprimé leurs inquiétudes sur l'acquisition par Google de Fitbit, l'un des leaders mondiaux des objets connectés spécialisés dans les activités sportives, qui menace selon elles la protection des données personnelles et risque d'accroitre la position dominante du géant américainUne vingtaine d'ONG ont exprimé jeudi leurs inquiétudes sur l'acquisition par Google de Fitbit, l'un des leaders mondiaux des objets connectés spécialisés dans les activités sportives, qui menace selon elles la protection des données personnelles et risque d'accroitre la position dominante du géant américain. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 14 et 15 septembre 2020 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par Corp Agency.

AI PARIS

Conférence, exposition et rendez-vous d'affaires sur l'intelligence artificielle à Paris, Porte de Versailles les 14 et 15 septembre 2020. Organisé par Corp Agency.

DOCUMATION

Congrès et exposition Documation du 22 au 24 septembre 2020  à Paris Porte de Versailles (Pavillon 4.3). Organisé par Infopromotions.

AP CONNECT

La 3ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 22 et 23 septembre 2020 à Espace Grand Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Organisation.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie