X
IDNOMIC : l'identité innovante

News Partenaire

IDNOMIC : l'identité innovante

Spécialiste de la gestion et de la protection de l’identité numérique, IDNOMIC poursuit son développement en proposant de nouvelles solutions pour la sécurisation des objets connectés et du monde industriel. Retour sur 15 ans d’innovations au sein d’une entreprise qui se réinvente de façon permanente.

France : Terre d’ICO ! Santiano !

Après la France pays de start-up, voici le France terre d’ICO. Le ministre Bruno Le Maire, notre grand argentier national, ne souhaite pas que notre pays rate le coche, ou le train, d’un moyen de financement qui ne coûte rien aux finances publiques et qui fait sortir les bas de laine en toutes saisons.

En 2017, les ICO (Initial Coins Offerings) ont permis de lever 3,5 milliards de dollars sur des projets variés, sinon avariés... L’ensemble de l’écosystème autour des technologies de blockchain se montait pour l’année dernière à 5,5 milliards de dollars. Cette année, en quatre mois, les ICO ont quasiment réalisé le même montant que pour l’ensemble de l’année précédente avec 3 milliards de dollars levés sur 540 opérations depuis janvier. Telegram, la messagerie chiffrée, a engrangé 850 millions de dollars lors de son ICO et espère maintenant obtenir presque autant que le montant de 2017 à la fin de l’opération. Cette ICO détrône celle de Filecoin qui n’avait réuni que 257 millions de dollars. Un record en son temps. Alors que notre pays de start-up semble en peine à pouvoir financer leur accession au stade de champion de leur secteur, l’ICO pourrait prendre le relais et réaliser ce que les fonds d’investissements, le gouvernement et leur bras financiers (CDC, BPI, BPE) n’auront pas réussi à faire.

L’ICO, une sous-IPO ?

Mais pourquoi un tel engouement et pourquoi les jeunes entreprises choisissent ce moyen plutôt que les conventionnels tours de table et points de sortie ? Rachat ou IPO ? Comparativement aux moyens offerts à une entreprise classique, une ICO permet de développer un projet ou un service qui n’existe pas encore, c’est un véritable pari sur l’avenir. Ensuite, bien moins encadré qu’une IPO, l’ICO permet de gré à gré de lever des fonds auprès d’investisseurs de partout dans le monde sans passer sous les fourches caudines d’un régulateur parfois tatillon sur le risque de l’opération. La levée de fonds est plus rapide et moins onéreuse qu’une introduction en Bourse. Point fondamental pour le créateur de l’entreprise ou du service, l’ICO n’offre pas une part sociale du capital de l’entreprise mais juste un jeton d’utilisation d’un service qui au gré de son développement peut prendre de la valeur et être échangé sur le marché avec d’autres personnes intéressées par le service en question. En clair, l’ICO ne dilue pas le capital du créateur de l’entreprise. Au bilan, l’ICO ne concerne pas les mêmes entreprises que celles qui souhaitent entrer ou vont en Bourse du fait de l’état de développement de leur projet et ne vise pas les mêmes buts. Elle n’est donc en rien une sousIPO mais un autre type d’opération qui dérange le circuit classique des entreprises capitalistes comme les fonds de private equity ou d’investissements à risques comme les venture capitalists. On peut ainsi comprendre leurs campagnes contre ces « nouveaux barbares » de la finance qui se lancent dans des projets dont la qualité et les buts sont parfois douteux ou nébuleux. D’ailleurs, seuls les dossiers les plus solides passent la rampe : 90 % des ICO perdent de leur valeur dans les trois mois et 23 % seulement des projets vont au bout de l’opération et réussissent à devenir une réelle entreprise (source : Chaineum).

C’est justement ce que veut changer le gouvernement français en créant un cadre « souple, adapté et non dissuasif » autour de ces opérations et faire de la France leur terre d’accueil. Il est ainsi prévu dans la loi PACTE de légiférer sur le sujet, et, dans les faits, de rapprocher le statut des ICO de celui des IPO. Le cadre serait plus simple avec un visa plus ou moins obligatoire ou optionnel de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et des mesures pour protéger les investisseurs des aigrefins de tous poils.

La due diligence comme rempart

Au-delà de la recherche d’une législation plus ou moins favorable, l’intérêt des investisseurs s’oriente vers des projets où la qualité du service et de la plate-forme développée sera le différenciateur afin de mettre en œuvre un véritable service innovant, rentable sur le long terme. Des acteurs comme Legolas, ou Chaineum, spécialisés dans le soutien et le support de telles opérations, mettent en avant la qualité des projets par un panel d’experts indiscutables tant sur le plan technologique que financier et légal. Dans ce contexte, on se rapproche davantage du travail les grands fonds d’investissements de la Silicon Valley, comme travail de détection, de suivi et de financement de jeunes entreprises, que de l’aventurisme associé bien trop souvent aux projets d’ICO.

Changer de cadre

Tous ces considérants pris en compte, comment la France peut-elle devenir ce champion des ICO ? Si le contexte est favorable et certaines entreprises comme Multiven ont choisi notre pays plutôt que les Pays-Bas ou d’autres comme droit applicable aux jetons émis du fait du statut SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) qui fournit un cadre fiscal plus intéressant. Si la France veut réussir son pari il faudrait déjà qu’elle lutte pour devenir une des places mondiales sur ces ICO. Jusqu’à présent, elle n’est pas dans le peloton de tête et son ambition est d’être dans les cinq premiers mondiaux dans les années à venir. Les États-Unis, la Russie et les pays asiatiques dominent. Par ailleurs, tout va se jouer autour de la fiscalité des opérations, à la fois autour de la fiscalité des jetons mais aussi des opérations elles-mêmes. Aujourd’hui, le flou règne et les investisseurs en jetons ne savent pas dans quelle case comptable réintégrer les sommes provenant des crypto-monnaies lorsqu’ils réalisent des ventes. Selon le type de réintégration, les sommes dues au fisc sont radicalement différentes !

Vu les sommes en jeu, il est fort possible que les autorités financières des États-Unis et de plusieurs pays asiatiques essaient d’entrer dans une sorte de surenchère pour emporter le financement des jeunes entreprises. Dans le domaine, il ne suffit pas de vouloir d’un coup de menton devenir un leader ; il va falloir y mettre les moyens et revoir en profondeur la logique fiscale sur tout le sujet.

Article paru dans L'Informaticien n°167.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Blockchain


À votre avis...

Quel ultra-portable choisir ?

Quel ultra-portable choisir ?

Cinq ultra-portables Windows 10 et Chromebook en test : de 409 à 1300 euros. Et de 0,75 à 1,68 kg. HP Envy x2, Dell Chromebook 3380, Acer Chromebook Spin 13, Asus NovaGo et HP Chromebook x360.

Conteneurs

Conteneurs

Docker a fait le boulot. Bon nombre de développeurs ont adopté les conteneurs, si bien que désormais tous les fournisseurs de Cloud se battent pour les attirer. Enquête sur le nouveau phénomène cloud du...

Pourquoi IBM rachète Red Hat

Pourquoi IBM rachète Red Hat

Yann Serra
Red Hat détient OpenShift, la clé qui doit permettre à IBM de maintenir, voire dépasser ses 8 % de part sur un marché du service cloud qui, dit-on, représentera en 2019 « mille milliards de dollars...

RSS
Afficher tous les dossiers

CYBER-RÉSILIENCE : une question d'anticipation - Tendances 2019 : Edge, SD-Wan, Cloud hybride, collaboratif, IA/deep learning, Blockchain, SaaS - 5G enjeux sécurité - Cloud chez soi : idée géniale ou idiote ? - Fin des mainframes ? - Langages les plus buggés - Véhicules autonomes : les débouchés pour les informaticiens...

 

ENQUÊTE IAM / IAG : identité, la question de confiance - Cloud Act : Y a-t-il un problème ? - Le reCAPTCHA de Google est-il conforme au RGPD ? - Reportage Eset à Bratislava : À l’Est du nouveau - Les objets connectés, nouvelle cible privilégiée des pirates - Dans l’armurerie de Deutsche Telekom - Portrait John Fokker, tall guy, smart guy...

 

L'IA EN ACTION : 6 exemples d'exploitation concrète - Les frameworks de Machine Learning - Pourquoi IBM rachète Red Hat ? - La fièvre des conteneurs "managés" - Les nouveaux métiers de l'IT - Rencontre avec Salwa Toko, présidente du CNNum - Quel ultra-portable choisir ? Chromebook ou terminal Windows 10 ?...

 

Afficher tous les derniers numéros

Au cours de l'année 2018, VansonBourne a mené une enquête pour le compte de Nutanix afin de connaître les intentions des entreprises en matière d'adoption de clouds privés, hybrides et publics.

 


Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Avez-vous le contrôle de vos données Office 365 ? Avez-vous accès à tous les éléments dont vous avez besoin ? À première vue, la réponse est en général « Bien sûr » ou « Microsoft s’en occupe ». Mais à bien y réfléchir, en êtes-vous sûr ?


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Une fusée Falcon 9 de SpaceX portant la nouvelle capsule Crew Dragon quitte son hangar au Kennedy Space Center, en Floride, le 3 janvier 2019La Nasa a donné vendredi son feu vert pour le lancement la semaine prochaine de la nouvelle capsule pour astronautes de SpaceX, un essai grandeur nature crucial qui se fera d'abord avec un mannequin avant un vol habité dans plusieurs mois. [Lire la dépêche...]

Le confondateur de Twitter Evan Williams (à gauche), lors d'un forum technologique dans le Colorado en juillet 2015Evan Williams, cofondateur de Twitter avec Jack Dorsey, Biz Stone et Noah Glass, va quitter le conseil d'administration du réseau social à la fin du mois, selon des documents déposés auprès du gendarme américain de la Bourse. [Lire la dépêche...]

(PHOTO D'ILLUSTRATION) Un homme sur son ordinateur lors de la 11e édition du Forum International de la Cybersécurité à Lille, le 22 janvier 2019 L'internet mondial est actuellement visé par une vague d'attaques informatiques d'une ampleur inédite, qui consistent à modifier les adresses des sites internet pour les pirater, a alerté vendredi l'organisme international qui attribue les adresses internet (ICANN). [Lire la dépêche...]

L'organisme international qui attribue les adresses internet (ICANN) a averti vendredi que des attaques informatiques massives étaient en cours contre des noms de domaine internet, qui définissent les adresses des sites, dans le monde.  [Lire la dépêche...]

"Une mésange !": embusquée derrière une fenêtre de son pavillon, Lisa démarre 5 minutes d'observation des oiseaux sur ses deux mangeoires. Objectif: découvrir si la mésange préfère les graines "à emporter", si le pinson aime les repas entre amis ou si le chardonneret est un gourmand agressif. [Lire la dépêche...]

Facebook récupère en toute opacité des données personnelles sensibles et intimes, comme des informations relatives à la santé, venues d'autres applications même si l'usager n'a pas de compte Facebook, selon le Wall Street JournalFacebook récupère en toute opacité des données personnelles sensibles et intimes, comme des informations relatives à la santé, venues d'autres applications même si l'usager n'a pas de compte Facebook, selon le Wall Street Journal vendredi. [Lire la dépêche...]

Le logo de Huawei, le 18 février 2019 à ParisLes smartphones à écran pliable et les promesses de la 5G domineront le Mobile World Congress qui s'ouvre lundi à Barcelone, où le géant chinois Huawei tentera de contrer la campagne que mènent les Etats contre ses équipements. [Lire la dépêche...]

Dans la ferme verticale de Bowery Farming, les employés sont munis de tablettes pour surveiller la pousse des plantes. Tablette à la main, un oeil sur les milliers de données captées en temps réel, les salariés de Bowery Farming s'emploient, dans un grand entrepôt, à cultiver... des salades et des herbes aromatiques. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT
Nutanix propose .NEXT ON TOUR une série de 6 événements partout en France pour une découverte des dernières technologies cloud hybrides. 1ère étape à Lille (stade Pierre Mauroy) le 5 mars de 8h30 à 17h. Organisé par Nutanix.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 11 et 12 mars 2019 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

Nutanix propose .NEXT ON TOUR une série de 6 événements partout en France pour une découverte des dernières technologies cloud hybrides. 2ème étape à Lyon (Rooftop 52) le 12 mars de 8h30 à 17h. Organisé par Nutanix.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, la 13ème édition d'IT Partners a lieu les 13 et 14 mars 2019 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury 1). Organisé par Reed Expositions.

Nutanix propose .NEXT ON TOUR une série de 6 événements partout en France pour une découverte des dernières technologies cloud hybrides. 3ème étape à Marseille(Golf de Marseille La salette) le 14 mars de 8h30 à 17h. Organisé par Nutanix.

RSS
Voir tout l'AgendaIT