X

News Partenaire

Projet Big Data recherche chef d’orchestre de son IT

Les offres Big Data se développent, mais leur mise en œuvre induit des problématiques issues du digital. L’expertise d’Agarik sur l’exploitation informatique du Big Data a été choisie par différents clients.

France : Terre d’ICO ! Santiano !

Après la France pays de start-up, voici le France terre d’ICO. Le ministre Bruno Le Maire, notre grand argentier national, ne souhaite pas que notre pays rate le coche, ou le train, d’un moyen de financement qui ne coûte rien aux finances publiques et qui fait sortir les bas de laine en toutes saisons.

En 2017, les ICO (Initial Coins Offerings) ont permis de lever 3,5 milliards de dollars sur des projets variés, sinon avariés... L’ensemble de l’écosystème autour des technologies de blockchain se montait pour l’année dernière à 5,5 milliards de dollars. Cette année, en quatre mois, les ICO ont quasiment réalisé le même montant que pour l’ensemble de l’année précédente avec 3 milliards de dollars levés sur 540 opérations depuis janvier. Telegram, la messagerie chiffrée, a engrangé 850 millions de dollars lors de son ICO et espère maintenant obtenir presque autant que le montant de 2017 à la fin de l’opération. Cette ICO détrône celle de Filecoin qui n’avait réuni que 257 millions de dollars. Un record en son temps. Alors que notre pays de start-up semble en peine à pouvoir financer leur accession au stade de champion de leur secteur, l’ICO pourrait prendre le relais et réaliser ce que les fonds d’investissements, le gouvernement et leur bras financiers (CDC, BPI, BPE) n’auront pas réussi à faire.

L’ICO, une sous-IPO ?

Mais pourquoi un tel engouement et pourquoi les jeunes entreprises choisissent ce moyen plutôt que les conventionnels tours de table et points de sortie ? Rachat ou IPO ? Comparativement aux moyens offerts à une entreprise classique, une ICO permet de développer un projet ou un service qui n’existe pas encore, c’est un véritable pari sur l’avenir. Ensuite, bien moins encadré qu’une IPO, l’ICO permet de gré à gré de lever des fonds auprès d’investisseurs de partout dans le monde sans passer sous les fourches caudines d’un régulateur parfois tatillon sur le risque de l’opération. La levée de fonds est plus rapide et moins onéreuse qu’une introduction en Bourse. Point fondamental pour le créateur de l’entreprise ou du service, l’ICO n’offre pas une part sociale du capital de l’entreprise mais juste un jeton d’utilisation d’un service qui au gré de son développement peut prendre de la valeur et être échangé sur le marché avec d’autres personnes intéressées par le service en question. En clair, l’ICO ne dilue pas le capital du créateur de l’entreprise. Au bilan, l’ICO ne concerne pas les mêmes entreprises que celles qui souhaitent entrer ou vont en Bourse du fait de l’état de développement de leur projet et ne vise pas les mêmes buts. Elle n’est donc en rien une sousIPO mais un autre type d’opération qui dérange le circuit classique des entreprises capitalistes comme les fonds de private equity ou d’investissements à risques comme les venture capitalists. On peut ainsi comprendre leurs campagnes contre ces « nouveaux barbares » de la finance qui se lancent dans des projets dont la qualité et les buts sont parfois douteux ou nébuleux. D’ailleurs, seuls les dossiers les plus solides passent la rampe : 90 % des ICO perdent de leur valeur dans les trois mois et 23 % seulement des projets vont au bout de l’opération et réussissent à devenir une réelle entreprise (source : Chaineum).

C’est justement ce que veut changer le gouvernement français en créant un cadre « souple, adapté et non dissuasif » autour de ces opérations et faire de la France leur terre d’accueil. Il est ainsi prévu dans la loi PACTE de légiférer sur le sujet, et, dans les faits, de rapprocher le statut des ICO de celui des IPO. Le cadre serait plus simple avec un visa plus ou moins obligatoire ou optionnel de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et des mesures pour protéger les investisseurs des aigrefins de tous poils.

La due diligence comme rempart

Au-delà de la recherche d’une législation plus ou moins favorable, l’intérêt des investisseurs s’oriente vers des projets où la qualité du service et de la plate-forme développée sera le différenciateur afin de mettre en œuvre un véritable service innovant, rentable sur le long terme. Des acteurs comme Legolas, ou Chaineum, spécialisés dans le soutien et le support de telles opérations, mettent en avant la qualité des projets par un panel d’experts indiscutables tant sur le plan technologique que financier et légal. Dans ce contexte, on se rapproche davantage du travail les grands fonds d’investissements de la Silicon Valley, comme travail de détection, de suivi et de financement de jeunes entreprises, que de l’aventurisme associé bien trop souvent aux projets d’ICO.

Changer de cadre

Tous ces considérants pris en compte, comment la France peut-elle devenir ce champion des ICO ? Si le contexte est favorable et certaines entreprises comme Multiven ont choisi notre pays plutôt que les Pays-Bas ou d’autres comme droit applicable aux jetons émis du fait du statut SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) qui fournit un cadre fiscal plus intéressant. Si la France veut réussir son pari il faudrait déjà qu’elle lutte pour devenir une des places mondiales sur ces ICO. Jusqu’à présent, elle n’est pas dans le peloton de tête et son ambition est d’être dans les cinq premiers mondiaux dans les années à venir. Les États-Unis, la Russie et les pays asiatiques dominent. Par ailleurs, tout va se jouer autour de la fiscalité des opérations, à la fois autour de la fiscalité des jetons mais aussi des opérations elles-mêmes. Aujourd’hui, le flou règne et les investisseurs en jetons ne savent pas dans quelle case comptable réintégrer les sommes provenant des crypto-monnaies lorsqu’ils réalisent des ventes. Selon le type de réintégration, les sommes dues au fisc sont radicalement différentes !

Vu les sommes en jeu, il est fort possible que les autorités financières des États-Unis et de plusieurs pays asiatiques essaient d’entrer dans une sorte de surenchère pour emporter le financement des jeunes entreprises. Dans le domaine, il ne suffit pas de vouloir d’un coup de menton devenir un leader ; il va falloir y mettre les moyens et revoir en profondeur la logique fiscale sur tout le sujet.

Article paru dans L'Informaticien n°167.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Blockchain


A votre avis...

Mobile DevOps

Mobile DevOps

De plus en plus d’entreprises mettent en place une chaîne d’intégration continue pour développer des applications mobiles. Néanmoins, développer des «apps » présente quelques...

Rencontre avec Joe Hellerstein

Rencontre avec Joe Hellerstein

Professeur à Berkeley et fondateur de Trifacta, il est un des spécialistes de la donnée les plus respectés aux États-Unis. Peu connu en France, Joe Hellerstein est chercheur dans le domaine de la...

RSS
Afficher tous les dossiers

BÂTIR LA MAISON INTELLIGENTE - GitHub by Microsoft + alternatives - FIDO2, l'après mot de passe - Open Street Map alternative à Google Maps ? - Java 10/Java 11 ne loupez pas le train - Marseille, 1er port numérique européen ? - OpenClassrooms : l'e-learning "non élitiste" à la conquête du monde...

 

DOSSIER ANTI-VIRUS : chronique d'une mort annoncée... ou mutation profonde ? - DPO/DPD : notification des violations de données personnelles - Tribune Philippe Loudenot - Entretien avec Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la Cnil - Aspects juridiques du Bug Bounty - Reportage au X-Force Command center IBM à Wroclaw - Cylance, le nouveau trublion - MOOC Anssi - Portrait Manuel Dorne alias "Korben"...

 

GÉRER LE CLOUD HYBRIDE - Kubernetes et les Cloud CaaS - Annonces Build 2018 - Internet plus sûr avec TLS 1.3 - WiFi 802.11ax - Data Warehouse du futur - Au coeur d'Hexatrust : Gatewatcher, l'innovation chevillée au corps - Formations Blockchains - IoT pour tous avec Sens'It de Sigfox...

 

Afficher tous les derniers numéros
News Mag-Securs

Retrouvez actualités, dossiers et communiqués sur la sécurité du système d'information sur le portail Mag-Securs

En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Aujourd’hui, les entreprises doivent ouvrir leur SI à un nombre toujours plus important de prestataires extérieurs, d’abord pour réduire le budget informatique – recours à des prestataires externes pour des compétences qui ne font pas partie du cœur de métier de la DSI - ensuite pour gagner en rapidité dans le déploiement de nouvelles solutions.

  


Adoptée le 6 juillet 2016, la directive NIS (pour Network Infrastructure Security) doit être transposée par les Etats membres de l’Union Européenne au plus tard le 9 mai 2018.

Ce Livre Blanc éclaire les enjeux et les impacts de la directive NIS sur les pratiques de cybersécurité des pays européens.

  


"L'entreprise numérique", un Livre Blanc IDC/Interxion.

Ce livre blanc présente les résultats d'une enquête menée auprès de plus de 750 entreprises européennes.

Vous y découvrirez l'approche adoptée par les leaders du numérique, combinant l’adoption des services Cloud avec une politique d’hébergement externalisé.  

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Une salle du cinéma Pathé équipée d'un écran Screen X, le 20 juillet 2018 au Parc de La Villette, à Paris 
  Images sur les côtés, écran géant ou fauteuils qui bougent: de Paris à Séoul les cinémas parient de plus en plus sur la technologie pour faire des films une expérience unique, à l'heure de la concurrence grandissante des plateformes en ligne. [Lire la dépêche...]

Une étudiante utilise un smartphone sur le campus d'Islamabad le 12 juillet 2018Une foule de jeunes, la plupart armés de smartphones, entoure la voiture d'un député et commence à filmer une scène peu commune au Pakistan: des électeurs en colère réclament désormais des comptes en direct à leurs représentants. [Lire la dépêche...]

Facebook, Google, Microsoft et Twitter ont décidé de collaborer pour faciliter la portabilité des données personnelles des internautes qui voudraient transférer leurs données d'un service à l'autreFacebook, Google, Microsoft et Twitter ont décidé de collaborer pour faciliter la portabilité des données personnelles des internautes qui voudraient transférer leurs données d'un service à l'autre, ont-ils annoncé vendredi. [Lire la dépêche...]

Google Maps a acquis une domination écrasante sur le marché de la cartographie pour les sites internetGoogle Maps est devenu payant pour les entreprises, une petite révolution qui réveille un marché de la cartographie sur internet longtemps anesthésié par la quasi-gratuité des services du géant américain. [Lire la dépêche...]

Cyberattaque sans précédent à Singapour: 1,5 million de dossiers médicaux volésDes hackers ont volé des dossiers médicaux appartenant à 1,5 million d'habitants de Singapour, y compris au Premier ministre Lee Hsien Loong, spécifiquement visé par cette attaque "sans précédent", ont annoncé vendredi les autorités. [Lire la dépêche...]

La messagerie WhatsApp a annoncé vendredi limiter les transferts de messages en Inde, une mesure destinée à freiner la propagation de La messagerie WhatsApp a annoncé vendredi limiter les transferts de messages en Inde, une mesure destinée à freiner la propagation de "fake news" qui ont causé une série de violences meurtrières dans ce pays d'Asie du Sud. [Lire la dépêche...]

Un projet de ballon-transmetteur d'internet de Google présenté à Christchurch, le 16 juin 2013 en Nouvelle-ZélandeAlphabet, la maison-mère de Google, va déployer au Kenya pour la première fois commercialement ses ballon-transmetteurs d'internet destinés à fournir des connexions dans des régions isolées, a indiqué jeudi Loon, filiale d'Alphabet, qui met au point cette technologie. [Lire la dépêche...]

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg à son arrivée au Parlement européen le 22 mai 2018 à BruxellesA chaque jour sa polémique pour Facebook, dont le patron fondateur Mark Zuckerberg essuie un feu nourri de critiques pour son refus de bannir les négationnistes du réseau social. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

NEXT

Conférence et exposition sur le futur du cloud selon Google à San Francisco, Moscone Center, du 24 au 26 juillet 2018 (bootcamps le 23). Organisé par Google.

BLACK HAT

Événement majeur mondial sur la sécurité de l'information la conférence Black Hat USA a lieu du 4 au 9 août 2018 à Las Vegas (Mandalay Bay). Organisé par UBM.

RURALITIC

Evénement de la rentrée pour les acteurs du développement numérique des territoires, Ruralitic tient à Aurillac (centre des congrès) sa 13ème édition du 28 au 30 août 2018. Organisé par monterritoirenumerique.com et le conseil départemental du Cantal.

IFA

IFA IFA
Le plus grand salon professionnel européen de l'électronique grand public a lieu à Berlin du 31 août au 5 septembre 2018. Organisé par Messe Berlin.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 10 au 13 octobre 2018. Organisées par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT