X
WINDEV au cœur de Battlekart

News Partenaire

WINDEV au cœur de Battlekart

Découvrez dans cette vidéo comment l’environnement de développement WINDEV a été mis à contribution pour améliorer de façon spectaculaire le plaisir du karting et gagner un temps précieux dans le développement des applications. L’interaction entre les projecteurs, les PC, les tablettes embarquées dans les karts, les bornes,… tout a été créé à partir de WINDEV.

France : Terre d’ICO ! Santiano !

Après la France pays de start-up, voici le France terre d’ICO. Le ministre Bruno Le Maire, notre grand argentier national, ne souhaite pas que notre pays rate le coche, ou le train, d’un moyen de financement qui ne coûte rien aux finances publiques et qui fait sortir les bas de laine en toutes saisons.

En 2017, les ICO (Initial Coins Offerings) ont permis de lever 3,5 milliards de dollars sur des projets variés, sinon avariés... L’ensemble de l’écosystème autour des technologies de blockchain se montait pour l’année dernière à 5,5 milliards de dollars. Cette année, en quatre mois, les ICO ont quasiment réalisé le même montant que pour l’ensemble de l’année précédente avec 3 milliards de dollars levés sur 540 opérations depuis janvier. Telegram, la messagerie chiffrée, a engrangé 850 millions de dollars lors de son ICO et espère maintenant obtenir presque autant que le montant de 2017 à la fin de l’opération. Cette ICO détrône celle de Filecoin qui n’avait réuni que 257 millions de dollars. Un record en son temps. Alors que notre pays de start-up semble en peine à pouvoir financer leur accession au stade de champion de leur secteur, l’ICO pourrait prendre le relais et réaliser ce que les fonds d’investissements, le gouvernement et leur bras financiers (CDC, BPI, BPE) n’auront pas réussi à faire.

L’ICO, une sous-IPO ?

Mais pourquoi un tel engouement et pourquoi les jeunes entreprises choisissent ce moyen plutôt que les conventionnels tours de table et points de sortie ? Rachat ou IPO ? Comparativement aux moyens offerts à une entreprise classique, une ICO permet de développer un projet ou un service qui n’existe pas encore, c’est un véritable pari sur l’avenir. Ensuite, bien moins encadré qu’une IPO, l’ICO permet de gré à gré de lever des fonds auprès d’investisseurs de partout dans le monde sans passer sous les fourches caudines d’un régulateur parfois tatillon sur le risque de l’opération. La levée de fonds est plus rapide et moins onéreuse qu’une introduction en Bourse. Point fondamental pour le créateur de l’entreprise ou du service, l’ICO n’offre pas une part sociale du capital de l’entreprise mais juste un jeton d’utilisation d’un service qui au gré de son développement peut prendre de la valeur et être échangé sur le marché avec d’autres personnes intéressées par le service en question. En clair, l’ICO ne dilue pas le capital du créateur de l’entreprise. Au bilan, l’ICO ne concerne pas les mêmes entreprises que celles qui souhaitent entrer ou vont en Bourse du fait de l’état de développement de leur projet et ne vise pas les mêmes buts. Elle n’est donc en rien une sousIPO mais un autre type d’opération qui dérange le circuit classique des entreprises capitalistes comme les fonds de private equity ou d’investissements à risques comme les venture capitalists. On peut ainsi comprendre leurs campagnes contre ces « nouveaux barbares » de la finance qui se lancent dans des projets dont la qualité et les buts sont parfois douteux ou nébuleux. D’ailleurs, seuls les dossiers les plus solides passent la rampe : 90 % des ICO perdent de leur valeur dans les trois mois et 23 % seulement des projets vont au bout de l’opération et réussissent à devenir une réelle entreprise (source : Chaineum).

C’est justement ce que veut changer le gouvernement français en créant un cadre « souple, adapté et non dissuasif » autour de ces opérations et faire de la France leur terre d’accueil. Il est ainsi prévu dans la loi PACTE de légiférer sur le sujet, et, dans les faits, de rapprocher le statut des ICO de celui des IPO. Le cadre serait plus simple avec un visa plus ou moins obligatoire ou optionnel de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et des mesures pour protéger les investisseurs des aigrefins de tous poils.

La due diligence comme rempart

Au-delà de la recherche d’une législation plus ou moins favorable, l’intérêt des investisseurs s’oriente vers des projets où la qualité du service et de la plate-forme développée sera le différenciateur afin de mettre en œuvre un véritable service innovant, rentable sur le long terme. Des acteurs comme Legolas, ou Chaineum, spécialisés dans le soutien et le support de telles opérations, mettent en avant la qualité des projets par un panel d’experts indiscutables tant sur le plan technologique que financier et légal. Dans ce contexte, on se rapproche davantage du travail les grands fonds d’investissements de la Silicon Valley, comme travail de détection, de suivi et de financement de jeunes entreprises, que de l’aventurisme associé bien trop souvent aux projets d’ICO.

Changer de cadre

Tous ces considérants pris en compte, comment la France peut-elle devenir ce champion des ICO ? Si le contexte est favorable et certaines entreprises comme Multiven ont choisi notre pays plutôt que les Pays-Bas ou d’autres comme droit applicable aux jetons émis du fait du statut SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) qui fournit un cadre fiscal plus intéressant. Si la France veut réussir son pari il faudrait déjà qu’elle lutte pour devenir une des places mondiales sur ces ICO. Jusqu’à présent, elle n’est pas dans le peloton de tête et son ambition est d’être dans les cinq premiers mondiaux dans les années à venir. Les États-Unis, la Russie et les pays asiatiques dominent. Par ailleurs, tout va se jouer autour de la fiscalité des opérations, à la fois autour de la fiscalité des jetons mais aussi des opérations elles-mêmes. Aujourd’hui, le flou règne et les investisseurs en jetons ne savent pas dans quelle case comptable réintégrer les sommes provenant des crypto-monnaies lorsqu’ils réalisent des ventes. Selon le type de réintégration, les sommes dues au fisc sont radicalement différentes !

Vu les sommes en jeu, il est fort possible que les autorités financières des États-Unis et de plusieurs pays asiatiques essaient d’entrer dans une sorte de surenchère pour emporter le financement des jeunes entreprises. Dans le domaine, il ne suffit pas de vouloir d’un coup de menton devenir un leader ; il va falloir y mettre les moyens et revoir en profondeur la logique fiscale sur tout le sujet.

Article paru dans L'Informaticien n°167.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Blockchain


A votre avis...

Cryptoradiateur

Cryptoradiateur

Chauffer gratuitement et écologiquement des bâtiments et des logements grâce à la chaleur issue de serveurs informatiques ! C’est ni plus ni moins la promesse magique de Qarnot Computing.

OpenClassrooms

OpenClassrooms

Jeune pousse montante de l’EdTech française, OpenClassrooms propose des formations 100 % online qui attirent plus de 3 millions d’utilisateurs par mois. Après les cours gratuits, l’école se développe...

Fido 2

Fido 2

Insuffisamment complexes, les mots de passe sont à l’origine d’un nombre croissant de fuites de données et, à l’heure du RGPD, l’intérêt d’une authentification forte...

RSS
Afficher tous les dossiers

LOGICIELS D'ENTREPRISE : UNE TRANSFORMATION PROFONDE - Licences logicielles : éditeurs/entreprises, le clash ! - La 5G sort des labos - Windows Subsystem for Linux - Recherche désespérément ingénieurs système - 3 solutions pour booster le réseau WiFi - Rencontre avec Serge Tisseron : nous devons savoir à tout moment avec qui/quoi nous interagissons...

 

BÂTIR LA MAISON INTELLIGENTE - GitHub by Microsoft + alternatives - FIDO2, l'après mot de passe - Open Street Map alternative à Google Maps ? - Java 10/Java 11 ne loupez pas le train - Marseille, 1er port numérique européen ? - OpenClassrooms : l'e-learning "non élitiste" à la conquête du monde...

 

DOSSIER ANTI-VIRUS : chronique d'une mort annoncée... ou mutation profonde ? - DPO/DPD : notification des violations de données personnelles - Tribune Philippe Loudenot - Entretien avec Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la Cnil - Aspects juridiques du Bug Bounty - Reportage au X-Force Command center IBM à Wroclaw - Cylance, le nouveau trublion - MOOC Anssi - Portrait Manuel Dorne alias "Korben"...

 

Afficher tous les derniers numéros

Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Aujourd’hui, les entreprises doivent ouvrir leur SI à un nombre toujours plus important de prestataires extérieurs, d’abord pour réduire le budget informatique – recours à des prestataires externes pour des compétences qui ne font pas partie du cœur de métier de la DSI - ensuite pour gagner en rapidité dans le déploiement de nouvelles solutions.

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le géant informatique américain Microsoft va décupler son effort de formation à l'intelligence artificielle en FranceLe géant informatique américain Microsoft va décupler son effort de formation à l'intelligence artificielle en France, pour satisfaire une demande qui devrait exploser dans les années à venir, a-t-il annoncé jeudi. [Lire la dépêche...]

Fnac Darty annonce être en Fnac Darty a annoncé jeudi être en "négociations exclusives et avancées" en vue d'une prise de participation majoritaire dans WeFix, un réseau de magasins de réparation express de smartphones, dans la lignée de son engagement en matière de "réparabilité" des produits. [Lire la dépêche...]

La commissaire européenne à la Consommation enjoint Facebook de se conformer rapidement aux règles de l'UE en matière de protection des consommateursLa commissaire européenne à la Consommation, Vera Jourova, a enjoint jeudi Facebook de se conformer rapidement aux règles de l'UE en matière de protection des consommateurs d'ici la fin de l'année, faute de quoi elle demandera "des sanctions". [Lire la dépêche...]

Jack Ma, le fondateur du géant chinois du commerce électronique Alibaba, le 19 septembre 2018 à HangzhouJack Ma, le fondateur du géant chinois du commerce électronique Alibaba, a renoncé à son ambitieuse promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis, pour cause de guerre commerciale, selon une interview d'un média d'Etat publiée jeudi. [Lire la dépêche...]

Facebook est en train de mettre sur pied une Facebook est en train de mettre sur pied une "salle de crise" ("war room") installée au siège du groupe, destinée à déjouer "en temps réel" les tentatives de manipulation des élections, ont annoncé des responsables du groupe américain. [Lire la dépêche...]

Kriptoiounivers, Le minage illicite de cryptomonnaies a augmenté de manière très importante depuis un an du fait, en partie, de la fuite d'un logiciel de l'agence de surveillance américaine NSA, selon un rapport publié mercredi. [Lire la dépêche...]

Logo de SFR (Société française du radiotéléphone), à Paris, le 19 avril 2018Affecté par des déboires techniques, SFR a raté ses débuts dans la diffusion sur la plateforme numérique de RMC Sport de matchs de la Ligue des Champions payés à prix d'or et proposera prochainement un bouquet destiné aux fans de foot pour moins de 40 euros.  [Lire la dépêche...]

Au festival Art Rock à Saint-Brieuc, le 25 mai 2012Payer sa bière ou sa galette saucisse en +cashless+ est devenu monnaie courante dans les festivals. Ce système réduit l'attente et sécurise les transactions mais les modes de remboursement et la possible exploitation des données font grincer des dents. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce du 25 au 28 septembre 2018 à San Francisco (Moscone Center). Organisée par Salesforce.
Journée de partage d’expériences sur l'IA, la Blockchain, l'Internet des Objets, le Cloud, la Sécurité, le 9 octobre 2018 à Paris (Carrousel du Louvre). Organisée par IBM.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 10 au 13 octobre 2018. Organisées par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT