X

News Partenaire

Mon voisin, le Hacker !

On a l’habitude de dire que l’été est une période propice aux cambriolages. Mais il en de même pour le piratage qui ne « baisse pas pavillon »… bien au contraire. En effet, la cuvée 2018 a été marquée par une série de cyberattaques diverses et variées. C’est l’occasion de rappeler que la cybersécurité est un enjeu crucial tant au niveau local que global, qu’il s’agisse de grandes entreprises ou de petites structures, du secteur privé ou public.

Votre entreprise est bien portante ? Vous êtes un malade qui s'ignore !

Le salmigondis autour de la transformation digitale/numérique suivant les acteurs du marché ne cesse de s’accroître. Le dernier en date se pare de tous les atours du sérieux et du scientifique.

Voici donc que Accenture nous propose un « Indice de vulnérabilité à la disruption » (sic). Celui-ci est calculé sur 15 critères qui caractérisent ce « processus de transformation du marché ». Une étude auprès de 3 629 grandes entreprises dans 82 pays – dont la France, tient à nous rappeler le cabinet de conseil et d’intégration – lui a permis d’établir cet indice.

Ne faisons pas nos peines-à-jouir avec l’utilisation de la disruption, des disrupteurs qui ne sont pas du français vernaculaire, encore moins du français tout court ! Le Larousse ne voit qu’un synonyme pour la « disruption » : le claquage disruptif ! Qui semble plus adapté pour parler des soucis de footballeur ou de coureurs à pied que d’une entreprise. Il est vrai que acteurs de rupture, ou rupture du marché par de nouveaux entrants, ça sonne tout de suite moins bien ! Bref, après l’étude, le cabinet a sorti des résultats en classant les entreprises en 20 secteurs d’activité et en 98 sous-secteurs connaissant évidemment une rupture selon des phases plus ou moins graves de l’évolution de la maladie… Pour cela, je cite Accenture :

« Durabilité : la disruption numérique est évidente mais ne représente pas un risque existentiel. Les entreprises en place conservent des avantages structurels compétitifs et une bonne performance. Un cinquième (19 %) des entreprises, notamment dans le secteur des boissons alcoolisées et de l’industrie chimique, sont dans cette phase.

Vulnérabilité : le niveau actuel de disruption est modéré, mais les entreprises en place sont menacées par une disruption à venir en raison de défis structurels de productivité comme le coût élevé de la maind’œuvre. Un cinquième (19 %) des entreprises, dans les secteurs de l’assurance, de la santé et des produits de grande consommation notamment, se situent dans cette phase.

Volatilité : disruption violente et soudaine ; les forces traditionnelles sont devenues des faiblesses. Les entreprises dans cette phase (25 % des entreprises étudiées) sont celles des technologies grand public, de la banque, de la publicité et des transports.

Viabilité : la disruption est permanente. Les sources d’avantage concurrentiel sont souvent de courte durée, tandis que de nouveaux acteurs « disrupteurs » émergent en permanence. Plus d’un tiers (37 %) des entreprises, notamment les fournisseurs de logiciels et de plates-formes, les entreprises de télécommunications, de médias et de high-tech ainsi que les constructeurs automobiles, se trouvent dans cette phase. »

Réinventer plutôt que préserver

Tout comme notre bon Dr Knock, le cabinet propose aussi le remède adapté suivant l’état du malade et sa pathologie. Là encore les réponses méritent leur pesant de cacahuètes dorées sur tranche !

« Dans la phase de durabilité, les entreprises doivent réinventer leur activité traditionnelle au lieu de chercher à la préserver. Elles doivent prendre des mesures pour maintenir leur avantage compétitif en matière de coût dans leur cœur de métier et mieux adapter leur offre aux consommateurs, en termes de coût mais surtout de pertinence

Dans la phase de vulnérabilité, les entreprises doivent améliorer leur activité traditionnelle pour développer et exploiter de nouvelles innovations, aussi bien les leurs que celles du marché. Par exemple, elles doivent chercher à réduire leur dépendance à l’égard d’actifs immobilisés et monétiser les actifs sous-utilisés.

Dans la phase de volatilité, la seule façon de survivre est d’infléchir la trajectoire de manière décisive. Les entreprises en place doivent transformer radicalement leur cœur de métier tout en déployant de nouvelles activités. Cette mutation est délicate à conduire : en pivotant trop vite, les entreprises risquent d’endommager leur performance financière, et en tardant à le faire, elles risquent de devenir obsolètes.

Dans la phase de viabilité, les entreprises doivent adopter une attitude d’innovation constante. Cela implique d’augmenter le déploiement d’offres novatrices auprès des clients existants et de s’étendre dans des marchés connexes ou inexploré en exploitant la force d’un cœur de métier revigoré et renouvelé. »

Devenir un porteur sain

Le point final et la substance à tirer de tout cela : je vous les livre ici avec la conclusion, la flèche du Parthe par Pascal Delorme, directeur d’Accenture Digital en France et au Benelux : « Pour bien vivre la disruption et pas seulement y survivre, les entreprises doivent se transformer et développer leur cœur de métier tout en développant de nouvelles activités innovantes. Le numérique joue ici un rôle crucial. Nous avons constaté que plus la performance numérique d’un secteur est faible, plus il est potentiellement exposé à la disruption. Le digital peut aider les entreprises à être plus résilientes en exploitant les produits existants, en développant des services technologiques innovants, mais aussi en réduisant les coûts ou en augmentant les barrières à l’entrée. »

Voilà comment devenir un porteur sain et aller de l’avant par l’enfilage d’évidences développées par toute l’industrie depuis au moins deux ans sur le thème de la transformation numérique des entreprises.

Si les entreprises ne l’ont pas déjà fait, il est difficile de voir dans ce plan quelque chose d’original ou innovant pour aider les entreprises à relever ce défi. De plus, l’étude oublie un point fondamental de la transformation numérique et de l’adaptation des entreprises à ce nouveau contexte de rupture : l’agilité, la mobilité pour s’adapter en toutes circonstances aux contingences du marché. Pour cela, elles s’appuient déjà sur des éléments technologiques forts : le Cloud, l’analytique…

Au passage la plupart des exemples cités habituellement dans le contexte de la rupture dans un marché méritent d’être largement revus. Amazon ouvre des magasins, il n’est pas sûr que le destin d’Uber soit si brillant qu’il est annoncé, AirBn’B commence à étendre les partenariats sur sa plate-forme avec des petits hôtels et les chambres d’hôtes devenant un broker comme d’autres sur ce marché. Depuis Darwin nous savons déjà que ceux qui survivent ou dominent sont ceux qui s’adaptent le mieux à leur contexte. Les entreprises le savent aussi. Il n’est pas besoin de parer tout cela d’un vernis de sciences exactes pour faire croire à sa véracité.

Article paru dans L'Informaticien n°166.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats, Bullet Points


5G et sécurité

5G et sécurité

Des faiblesses subsistent dans certains protocoles hérités de la 4G et même de la 3G. Le niveau de sécurité de la 5G sera-t-il à la hauteur des enjeux ? Quelques éléments de réponse ici.

Solutions cloud on-premise

Solutions cloud on-premise

Le Cloud public s’invite dans les infrastructures privées des entreprises. Après Microsoft, c’est au tour d’AWS de proposer un service cloud public sous forme de serveur matériel. Est-ce là le moyen...

RSS
Afficher tous les dossiers

BIG DATA : la maturité ! marché, technologies, retours d'expérience - L'informatique du Grand Débat - Google & les DSI : des armes de séduction fatales ? - Dataops ou quand les méthodes agiles rencontrent le Big Data - Entretien avec Luc Julia, co-créateur de Siri - Tests assistants vocaux avec écrans...

 

CYBER-RÉSILIENCE : une question d'anticipation - Tendances 2019 : Edge, SD-Wan, Cloud hybride, collaboratif, IA/deep learning, Blockchain, SaaS - 5G enjeux sécurité - Cloud chez soi : idée géniale ou idiote ? - Fin des mainframes ? - Langages les plus buggés - Véhicules autonomes : les débouchés pour les informaticiens...

 

ENQUÊTE IAM / IAG : identité, la question de confiance - Cloud Act : Y a-t-il un problème ? - Le reCAPTCHA de Google est-il conforme au RGPD ? - Reportage Eset à Bratislava : À l’Est du nouveau - Les objets connectés, nouvelle cible privilégiée des pirates - Dans l’armurerie de Deutsche Telekom - Portrait John Fokker, tall guy, smart guy...

 

Afficher tous les derniers numéros

Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Au cours de l'année 2018, VansonBourne a mené une enquête pour le compte de Nutanix afin de connaître les intentions des entreprises en matière d'adoption de clouds privés, hybrides et publics.

 


Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
le chef d'état-major américain Joseph Dunford, le 9 mai 2018 à WashingtonLe plus haut gradé américain, Joseph Dunford, a regretté jeudi le retard pris par les Etats-Unis dans la 5G, appelant l'industrie américaine à "redoubler d'efforts et dominer" la nouvelle génération ultrarapide de l'internet mobile. [Lire la dépêche...]

Déjà aux prises avec un flot quasi-permanent de controverses, Facebook a reconnu jeudi avoir stocké en interne, de façon non cryptée, des centaines de millions de mots de passe d'utilisateurs mais assure qu'aucun usage malveillant n'en a été fait. [Lire la dépêche...]

Facebook a reconnu jeudi que les mots de passe de centaines de millions d'utilisateurs avaient été stockés sur des serveurs internes sous forme non cryptée, mais a affirmé qu'il n'y avait eu aucune faille de sécurité. [Lire la dépêche...]

Le fabricant de moteurs d'avions Pratt&Whitney fait partie des annonceurs sur des sites de dragueDes bannières publicitaires de multinationales américaines comme General Electric (GE) et Lowe's s'affichent, souvent à leur insu, sur des sites de drague aux Etats-Unis, ce qui confirme la difficulté des gros annonceurs à maîtriser leur communication en ligne. [Lire la dépêche...]

Google a promis mardi de révolutionner le monde du jeu vidéo, en lançant cette année une plateforme permettant de jouer en streaming, mais aussi en dévoilant une nouvelle manette ou encore en lançant son propre studio de création. [Lire la dépêche...]

La Commission européenne a infligé mercredi pour la troisième fois en moins de deux ans une forte amende au géant américain de l'internet Google, l'accusant de nouveau de pratiques anticoncurrentielles dans l'UE. [Lire la dépêche...]

Une balance de la justiceLe procès d'un des cyberharceleurs soupçonné d'avoir menacé la journaliste Nadia Daam, après une chronique sur Europe 1 dans laquelle elle dénonçait une campagne de haine à l'encontre de deux militants féministes, a débuté mercredi soir à Rennes. [Lire la dépêche...]

Une réplique de l'engin spatial Orion de Lockheed Martin, le 12 mars 2019 à Austin (Texas)Une fois qu'un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel que des logiciels ou systèmes d'exploitation embarqués. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

IOT WORLD

IoT World se tient, en parallèle de Cloud Computing World Expo et de Solutions Datacenter Management, les 20 et 21 mars 2019 à Paris, Porte de Versailles (Hall 5.2). Organisée par Cherche Midi Expo.

LAVAL VIRTUAL

Salon des nouvelles technologies et usages du virtuel (réalité virtuelle et augmentée), Laval Virtual se tient du 20 au 24 mars 2019 à Laval (salle polyvalente, place de Hercé). Organisé par l'association Virtual Laval.

DATACENTER

10ème édition de Solutions Datacenter Management les 20 et 21 mars 2019 à Paris, Porte de Versailles (Hall 5). Organisé par Cherche Midi Expo.
RSS
Voir tout l'AgendaIT