X
HPE NIMBLE STORAGE

News Partenaire

HPE NIMBLE STORAGE

En collectant des millions de données chaque seconde, les baies HPE Nimble Storage équipées de processeurs évolutifs Intel® Xeon® atteignent aujourd’hui un taux de disponibilité proche de 100%, un chiffre unique sur le marché.

Phishing dans le cloud : anatomie d’une attaque moderne

TRIBUNE Suite à l’attaque par phishing dont a été victime Google avant l’été, Anurag Kahol, co-fondateur et CTO de Bitglass, analyse en quoi elle préfigure un nouveau type d'attaque par hameçonnage qui va viser le Cloud.

Les moyens par lesquels les pirates ont accès aux informations des utilisateurs ont rapidement évolué au-delà des courriels traditionnels de phishing (également appelé hameçonnage). Le phishing a toujours eu pour but d'inciter les utilisateurs à prendre une action ou à partager une information sensible à leur insu en se faisant passer pour un mail inoffensif, mais heureusement la sensibilisation des destinataires s’est nettement améliorée. Cependant, les techniques de phishing traditionnelles sont en train d’évoluer vers des formes de vecteurs d’attaque plus sophistiquées en se faisant passer pour de fausses applications cloud. Ces attaques de phishing dans le cloud sont beaucoup plus difficiles à détecter et les entreprises doivent sérieusement réviser leurs mesures de sécurité pour être en mesure de les parer.

Le phishing a évolué d'une menace triviale à un danger réel

Des années durant, le phishing traditionnel était assez simple, pour ne pas dire primitif dans son exécution et reposait principalement sur l’inexpérience et le manque de connaissance de l'utilisateur. C’est notamment ce qui caractérisait les attaques de type ingénierie sociale qui passait par des appels téléphoniques et des mails factices où les attaquants se faisaient passer pour des agents gouvernementaux ou des dirigeants d’entreprise. Des situations au cours desquelles les nombreuses personnes ciblées par ces attaques fournissaient facilement des informations personnelles pour éviter la menace de poursuites judiciaires, de pénalités ou d’interruption de service.

Il existe deux raisons principales pour lesquelles les attaques traditionnelles sont devenues moins efficaces : les progrès dans la détection d’une part, et la sensibilisation des utilisateurs d’autre part. Sur le front de la détection des attaques, les principaux fournisseurs de messagerie sont devenus beaucoup plus efficaces pour alerter les utilisateurs lorsqu'un message est jugé suspect ou que le domaine source n'est pas celui qu'il paraît être. Du côté des utilisateurs, les gens sont beaucoup plus conscients des détails qui permettent d’identifier une attaque de phishing traditionnelle, comme la présence de fautes d’orthographe ou de grammaire et des adresses mail étranges ou inhabituelles. 

Les e-mails de réinitialisation de mot de passe non sollicités, lorsqu'ils sont effectifs, ne conduisent plus au même volume que par le passé et sont souvent détectés par les filtres anti-spam. Cela a poussé les attaquants à réfléchir autrement et à proposer des techniques de phishing beaucoup plus sophistiquées. Parallèlement à cette tendance, l'objectif final des attaques de phishing a également évolué. Au lieu de tenter d'obtenir des informations financières ou personnelles de la part d’une personne, les nouvelles méthodes d’attaque se concentrent davantage sur l'incitation des utilisateurs à divulguer des informations d'identification valides ou à accorder l'accès à leurs comptes.

Anatomie d'une attaque phishing moderne

L’attaque de phishing dont a été victime Gmail plus tôt cette année n'est qu'un exemple d'une attaque de phishing moderne qui a touché les utilisateurs à grande échelle. Dans ce cas précis, les utilisateurs ont reçu un courrier électronique qui leur semblait légitime et qui les renvoyait sur une véritable page Google. Alors que la plupart des escroqueries de phishing reposent sur l'envoi d'utilisateurs à partir d’un domaine malveillant, cette attaque particulière a simplement endormi la méfiance des destinataires en leur demandant d'accorder une autorisation d'accès via Google à une application malveillante. Les pirates peuvent alors utiliser cette autorisation pour voir les contacts des victimes, lire leurs courriels, connaître les emplacements des utilisateurs et consulter les fichiers créés dans Google Suite.
L'attaque a détourné le protocole OAuth, que Google avait pourtant mis en place pour renforcer l'authentification. Contrairement aux attaques traditionnelles, où l'utilisateur est envoyé à un site Web malicieux sur lequel il lui est demandé de saisir ses informations de connexion, les pirates informatiques savaient qu'avec OAuth, les utilisateurs leur accorderaient l'accès à leurs informations personnelles sans même avoir besoin de saisir leurs identifiants. L'existence de tels protocoles permet aux utilisateurs de faciliter l’intégration à des applications tierces mais le revers de la médaille est que cela permet aussi aux pirates informatiques d’emprunter le même chemin pour s’approprier les droits sur les comptes des utilisateurs sans recourir aux méthodes traditionnelles qui ont perdu en efficacité. 
La célèbre attaque de phishing qui a touché Gmail nous montre à quel point ces nouvelles techniques se sont développées. Elle a démontré à quel point elle était difficile à détecter pour un utilisateur et à éviter pour Google. Ce qui la caractérise est l’élimination de la barrière psychologique liée au manque de confiance habituellement constaté lors de la réception d’un mail de phishing. En l’espèce, les utilisateurs ont été abusés en donnant des autorisations à une application tierce parce qu'ils lui faisaient confiance. Ils ont estimé que l'application était un service approuvé par Google. Un changement imperceptible dans la façon dont le domaine était dissimulé a réussi à convaincre les utilisateurs que l'application était digne de confiance.

L'avenir du phishing

Les attaques de phishing modernes sont très ciblées, peuvent être difficiles à détecter et visent à accorder aux individus malveillants des droits illimités sur les données des utilisateurs concernés, sur les périphériques auxquels ils ont accès ainsi qu’à leurs services en ligne. Cela étant, les attaques de phishing traditionnelles font quasiment partie du passé. Les attaques reposent désormais sur des formes avancées d'infiltration qui dissimulent de mieux en mieux l'intention malveillante.

Les personnes sensibilisées sont rarement victimes des attaques phishing traditionnelles car elles ont appris à détecter les sites Web malveillants et les mails suspects car mal rédigés. Désormais, les attaquants déploient leurs filets sur une population bien plus nombreuse. Dans l'attaque de Gmail, par exemple, des professionnels pourtant aguerris ont approuvé une application tierce, alors qu’ils savent généralement détecter une attaque phishing traditionnelle. La conséquence est qu’un plus grand nombre de personnes sont susceptibles d’être impactés par ce nouveau genre d’attaques malveillantes.

Voilà quel est l'avenir du phishing. Les pirates continuent d’abuser la confiance des utilisateurs en créant des applications malveillantes qui se font passer pour des applications connues, et que les utilisateurs téléchargent et utilisent sans s’en méfier. La capacité de falsifier des applications cloud tout en masquant la véritable identité de l'expéditeur afin de mettre la main sur des informations personnelles est une tendance alarmante à prendre très au sérieux.

Comment prévenir les prochaines attaques

Les fournisseurs de services cloud ont déjà mis en place un certain nombre de fonctions de sécurité pour identifier de manière proactive les attaques de phishing. Le recours à des mécanismes de machine learning,  l'amélioration du filtrage des mails et la détection d'URL malveillantes ne sont que quelques-unes des nouvelles fonctionnalités pour garantir à leurs usagers de rester sécurisés sur le Web. Certains fournisseurs prennent même l’initiative d’avertir les utilisateurs lorsqu'ils répondent à des mails à des domaines non autorisés, ce qui est particulièrement important dans un environnement d'entreprise.

Alors que les fournisseurs de services cloud, comme Google avec Gmail, identifient rapidement les attaques à grande échelle et informent le public des bonnes précautions à prendre lors de l'ouverture de liens malveillants ou de fichiers partagés. Malgré ces garde-fous, de nombreuses personnes et organisations sont toujours sujettes à des pillages de données et d’identités coûteuses provoquées par ce phishing d’un nouveau genre. Il est impératif de continuer à sensibiliser et de réactualiser la connaissance des utilisateurs sur ces nouvelles attaques afin de contribuer à protéger les données. Les organisations doivent également adopter une approche proactive pour être en mesure de détecter les menaces de phishing au fur et à mesure de leur évolution.

Anurag Kahol
Co-fondateur et CTO de Bitglass


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité, Débats

Certifications Datacenters

Certifications Datacenters

Si longtemps la réputation d’un centre de données s’est limitée au seul critère de continuité de service, de nouvelles caractéristiques ont aujourd’hui pris de l’importance,...

Que deviennent les DataLabs ?

Que deviennent les DataLabs ?

Lancés en pleine vague Big Data afin d’aider les organisations à entrer dans l’ère de la donnée, les DataLabs doivent aujourd’hui évoluer. Fini “ l’usine à poc ”,...

Processeurs

Processeurs

Avec la promesse d’une performance multipliée par deux, la nouvelle génération de microprocesseurs AMD pour serveurs a de quoi faire bouger les lignes, notamment auprès d’opérateurs de services...

RSS
Afficher tous les dossiers

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Des visiteurs jouent en ligne sur le stand de Google qui lance Stadia sa plateforme de jeux vidéos sur le cloud, lors d'un évènement à Cologne, le 21 août 2019Google n'est pas le premier grand groupe à se lancer dans le "cloud gaming", mais il est certainement le plus attendu, car son succès, ou son échec, déterminera le futur proche de ce marché balbutiant - celui des jeux vidéo libérés des contraintes matérielles. [Lire la dépêche...]

Une participante au Gamescon de Cologne joue sur la plateforme Stadia de Google, le 21 août 2019De Tetris à Assassin's Creed en passant par Fortnite, les jeux vidéo sont devenus plus beaux et plus complexes. Les joueurs sont partout, dans le métro avec des passe-temps sur téléphone, dans le salon via une console pour jouer en réseau avec ses amis, et sur l'ordinateur, plongés dans des jeux immersifs en haute définition. [Lire la dépêche...]

Deux toiles du collectif français Obvious, réalisées avec l'utilisation de l'intelligence artificielle, ont été vendues vendredi chez Sotheby's à des prix très inférieurs à celui d'un de leurs précédents tableaux, parti pour 432.500 dollars l'an dernier. [Lire la dépêche...]

Twitter announced it would exmpt some Twitter a indiqué vendredi qu'il allait exempter les bonnes causes, comme la défense de l'environnement ou la promotion de l'égalité sociale, de son interdiction de passer des publicités politiques sur le réseau. [Lire la dépêche...]

Le service de paiement Apple Pay, lancé en 2014 aux Etats-Unis et présent depuis dans toute l'UE, est étudié avec attention par la Commission européenne, qui soupçonne l'américain d'enfreindre les règles de la concurrenceLe service de paiement Apple Pay, lancé en 2014 aux Etats-Unis et présent depuis dans toute l'UE, est étudié avec attention par la Commission européenne, qui soupçonne l'américain d'enfreindre les règles de la concurrence, ont affirmé vendredi plusieurs sources à l'AFP. [Lire la dépêche...]

Alibaba is one of the world's most valuable companiesNée dans un modeste appartement de Hangzhou en 1999, Alibaba a nourri l'appétit insatiable des Chinois pour le commerce en ligne en devenant l'une des entreprises les plus prospères au monde, rattrapant peu à peu son modèle et rival, le géant américain Amazon.  [Lire la dépêche...]

Une démonstration d'un système de reconnaissance faciale dans la foule au salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas le 10 janvier 2019Comment éviter de tomber dans une société entre "Black Mirror" et "Big Brother"? La commission nationale informatique et libertés (Cnil) a dessiné vendredi des "lignes rouges" à ne pas franchir dans l'utilisation de la reconnaissance faciale, en matière de respect de la vie privée des citoyens notamment. [Lire la dépêche...]

Une démonstration d'un système de reconnaissance faciale dans la foule au salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas le 10 janvier 2019La Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a défendu vendredi le développement de l'utilisation de la reconnaissance faciale par les pouvoirs publics, tout en traçant des "lignes rouges" claires à ne pas franchir, notamment en matière de respect de la vie privée des citoyens. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce du 19 au 22 novembre 2019 à San Francisco (Moscone Center). Organisée par Salesforce.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Bruxelles (Braine-l'Alleud) le mardi 19 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Lille (Lomme) le mercredi 20 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Paris (UGC Normandie) le jeudi 21 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.

MAKER FAIRE

Du 22 au 24 novembre 2019, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux paiements, à l'identification et à la sécurité est organisé à Cannes du 26 au 28 novembre 2019. Organisé par Comexposium.

RSS
Voir tout l'AgendaIT