X
Mon voisin, le Hacker !

News Partenaire

Mon voisin, le Hacker !

On a l’habitude de dire que l’été est une période propice aux cambriolages. Mais il en de même pour le piratage qui ne « baisse pas pavillon »… bien au contraire. En effet, la cuvée 2018 a été marquée par une série de cyberattaques diverses et variées. C’est l’occasion de rappeler que la cybersécurité est un enjeu crucial tant au niveau local que global, qu’il s’agisse de grandes entreprises ou de petites structures, du secteur privé ou public.

Un bug des portefeuilles multi-signatures de Parity gèle des milliers d’Ether

C’est soi-disant « par hasard » qu’une personne est parvenue à geler l’intégralité des portefeuilles de cybermonnaies multi-signatures de l’éditeur Parity. Conséquence : tous les fonds sont gelés, représentant près de 300 millions de dollars. Plusieurs solutions sont envisagées, dont une radicale. 

Parity est un éditeur de portefeuilles dits multi-signatures de gestion de cybermonnaies, en l’occurrence d’Ether. C’est-à-dire que plusieurs personnes partagent un portefeuille commun, et qu’il nécessite donc l’approbation des propriétaires pour débloquer les fonds. C’est le principe développé par Parity, qui est très utilisé pour les levées de fonds en cybermonnaies par exemple. 

Pour comprendre ce qu’il s’est passé le 7 novembre, il faut remonter à juillet dernier. A l’époque, une première faille avait touché les portefeuilles multi-signatures de Parity : elle permettait de connaître les propriétaires, de s’approprier un smart contract et donc les fonds qui y étaient déposés. Parity avait assez rapidement corrigé la faille en diffusant un correctif le 20 juillet. C’est sur cette version qu’une seconde faille a été découverte le 7 novembre par un curieux hasard. 

Ce qu’il s’est vraiment passé

« Les portefeuilles de Parity se basent sur un smart contract générique qui est lui-même appelé par les autres portefeuilles des utilisateurs. A l’inverse de la faille de juillet, qui permettait de connaître les constructeurs d’un smart contract, cette nouvelle faille permet de révéler le destructeur. C’est-à-dire que chaque smart contract dispose d’une fonction « safe destruct » qui comme son nom l’indique permet de supprimer le smart contract de la blockchain et de récupérer les fonds qu’il héberge », nous explique Renaud Lifchitz, consultant chez Digital Security. 



Ce qui s’est passé hier n’est pas banal. En l’occurrence, c’est un utilisateur qui dit avoir fait la manipulation accidentellement. Ce faisant, il a bloqué l’intégralité des fonds déposés dans les portefeuilles Parity. Cela représente selon nos informations environ 930 000 Ether, soit un peu moins de 300 millions de dollars. En « tuant » le smart contract générique de Parity, les portefeuilles créés après le 20 juillet sont donc désormais muets puisqu’ils « appellent une fonction qui n’existe pas », ajoute Renaud Lifchitz. 

Plusieurs solutions envisagées

On ne peut évidemment pas laisser des centaines de millions de dollars dans la nature. En revanche, pour le moment, aucune solution n’a été trouvée. Dans un communiqué diffusé hier, Parity écrit : « nous continuons d’investiguer et de considérer tant les possibles implications que les différentes options » pour résoudre ce problème. En revanche, l’éditeur affirme que les fonds ne peuvent pas être bougés. 


Plusieurs solutions sont envisagées. La première, certainement la plus triviale, serait de trouver une faille et donc d’accéder aux portefeuilles de manière détournée afin de récupérer les fonds. « Pas si simple, puisque les smart contacts sont très sécurisés », rappelle Renaud Lifchitz. Deuxième solution : un hard fork, c’est-à-dire un changement radical du protocole et qui nécessite une mise à jour de tous les nœuds du système. C’est le choix qu’avait fait The DAO en juin 2016, créant une énorme défiance de la part de la communauté. Enfin, le troisième choix a été proposé par Vitalik Butterin, le créateur d’Ethereum : il s’agit d’une amélioration intrinsèque du protocole Ethereum qui consiste à créer une porte de sortie générique pour éviter le gel des fonds. Cette solution, considérée comme étant la plus consensuelle, entraînerait la création d’un hard fork générique. 

D’autres options seraient également à l’étude chez Parity, qui joue ici sa réputation voire sa survie. L’issue de cette histoire aura fatalement des répercussions, non seulement sur les cybermonnaies mais aussi sur les ICO, les levées de fonds en cybermonnaies.  


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


Fin du réseau RTC

Encore 70 % des entreprises utilisent le Réseau téléphonique commuté, dit « RTC », analogique, dont les premières coupures sont prévues en 2023. Parmi les usages persistants de ce...

RSS
Afficher tous les dossiers

STOCKAGE NOUVELLE GÉNÉRATION - Prélèvement à la source : les éditeurs confiants - Multicloud : les Français entrent dans la danse - DEV : les langages à connaître... et ceux à éviter - Se former à l'IoT gratuitement - IPV6 : il est plus que temps ! - Rencontre avec Jean-Noël de Galzain, fondateur de Wallix et d'Hexatrust...

 

SÉCURITÉ IT : LES ENJEUX POUR 2019 - Quel O.S. pour l'auto numérique ? - GENZ, le serveur du futur - Rencontre avec Mounir Mahjoubi - Préparer l'après RTC - Au coeur d'Hexatrust : IDnomic ou l'identité innovante - Langages informatiques : quoi de neuf ? - Digital Learning Manager, le métier qui monte...

 

LOGICIELS D'ENTREPRISE : UNE TRANSFORMATION PROFONDE - Licences logicielles : éditeurs/entreprises, le clash ! - La 5G sort des labos - Windows Subsystem for Linux - Recherche désespérément ingénieurs système - 3 solutions pour booster le réseau WiFi - Rencontre avec Serge Tisseron : nous devons savoir à tout moment avec qui/quoi nous interagissons...

 

Afficher tous les derniers numéros

Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange sur le balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres, le 19 mai 2017Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, qui a publié en 2010 de nombreux documents secrets américains, a été inculpé aux Etats-Unis, a annoncé WikiLeaks jeudi soir. [Lire la dépêche...]

Facebook s'est retrouvé empêtré jeudi dans une nouvelle polémique après que le New York Times a accusé le premier réseau social au monde d'avoir orchestré une campagne de dénigrement contre ses détracteursMark Zuckerberg s'est vu forcé jeudi de monter au créneau pour défendre  Facebook, empêtré dans une nouvelle polémique déclenchée par une enquête du New York Times qui accuse le premier réseau social au monde d'avoir orchestré une campagne de dénigrement contre ses détracteurs, y compris le milliardaire philantrope George Soros. [Lire la dépêche...]

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg, qui a annoncé jeudi la création d'une sorte de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a annoncé jeudi la création d'une sorte de "cour d'appel" indépendante qui permettra de trancher sur les contenus controversés: resteront-ils en ligne sur le premier des réseaux sociaux ou pas. [Lire la dépêche...]

Une cigarette électronique de marque Juul, le 2 octobre 2018 à WashingtonLes autorités américaines ont décidé d'imposer des restrictions draconiennes sur les ventes de cigarettes électroniques pour enrayer "l'épidémie" parmi les jeunes irrésistiblement attirés par ce produit sous sa forme aromatisée. [Lire la dépêche...]

Facebook s'est retrouvé empêtré jeudi dans une nouvelle polémique après que le New York Times a accusé le premier réseau social au monde d'avoir orchestré une campagne de dénigrement contre ses détracteursFacebook s'est retrouvé empêtré jeudi dans une nouvelle polémique après que le New York Times a accusé le premier réseau social au monde d'avoir orchestré une campagne de dénigrement contre ses détracteurs, y compris le milliardaire philantrope George Soros. [Lire la dépêche...]

Facebook s'est retrouvé empêtré jeudi dans une nouvelle polémique après que le New York Times a accusé le premier réseau social au monde d'avoir orchestré une campagne de dénigrement contre ses détracteursFacebook s'est retrouvé empêtré jeudi dans une nouvelle polémique après que le New York Times a accusé le premier réseau social au monde d'avoir orchestré une campagne de dénigrement contre ses détracteurs, y compris le milliardaire-philantrope George Soros. [Lire la dépêche...]

Le robot humanoïde Ginger sert les clients dans un restaurant de la capitale Katmandou"Bon appétit!" souhaite Ginger, le premier robot serveur du Népal, en apportant une assiette de raviolis vapeur à une table de clients affamés. [Lire la dépêche...]

L'économiste français Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), le 9 novembre 2017 à LyonL'économiste français Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a comparé jeudi à Bâle le bitcoin à une sorte d'"émanation maléfique" de la crise financière.  [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT
Jalios Digital Summit 2018 est une journée de conférences, sessions thématiques et ateliers pour bien préparer un projet collaboratif. Elle a lieu le 15 novembre 2018 à Paris La Défense. Organisée par Jalios.

MAKER FAIRE

Du 23 au 25 novembre 2018, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la deuxième fois la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux "technologies de la confiance" est organisé à Cannes (palais des festivals) du 27 au 29 novembre 2018. Organisé par Comexposium.

CLOUD EXPO EUROPE

Conjointement avec Data Centre World, Cloud Security Expo et Smart IoT Paris, le salon Cloud Expo Europe se tient les 27 et 28 novembre 2018 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par CloserStill Media.
RSS
Voir tout l'AgendaIT