X
Work.com en détails

News Partenaire

Work.com en détails

Guillaume Aurine, directeur marketing produits au sein de Salesforce France, détaille les différents modules et usages de la suite Work.com


Kaspersky accusé d’espionnage

Le Wall Street Journal affirme que des données stratégiques de la NSA ont été dérobées sur un portable avec la complicité – active ou passive – d’un logiciel antivirus de Kaspersky Lab.

Le WSJ a-t-il fondu les plombs ? Le quotidien américain publie en effet un article expliquant que des hackers travaillant pour le gouvernement russe ont dérobé des informations confidentielles sur un ordinateur personnel appartenant à un sous-traitant de la NSA. Pour ce faire, les pirates se seraient appuyés sur une porte dérobée existant dans le logiciel anti-virus de Kaspersky Lab.

Le problème est que notre confrère ne fournit aucune preuve ni même commencement d’icelle de ce qu’il affirme. Selon la formule consacrée, le WSJ s’appuie sur des personnes informées de la situation. Bien évidemment, il n’est pas dans notre propos de remettre en cause la protection des sources à laquelle nous sommes évidemment très attachés mais une accusation aussi grave mérite tout de même un peu plus d’explication que le fameux : « quelqu’un m’a dit que ».

Il n’est pas non plus dans notre propos de verser dans l’angélisme : Kaspersky est possiblement beaucoup plus lié aux autorités russes qu’il ne le prétend. Pour l’avoir rencontré à plusieurs reprises, nous pouvons vous affirmer qu’Eugene Kaspersky est un sac à malices à lui tout seul. Doté d’un solide charisme, d’un goût de la vie que nous qualifierons de slave, il est capable de vous embrouiller à la vitesse de la lumière. Il vous affirmera que 1+1=3 sans aucune gêne et de si belle manière que vous serez prêt à y croire, pour vous expliquer dans la minute suivante qu’il n’a jamais dit cela, qu’il s’est mal exprimé, que son anglais est hasardeux ou que vous avez mal compris.

Snowden n'existe pas

Mais, revenons sur les « faits » décrits par le WSJ. Un sous-traitant de la NSA aurait ramené des informations confidentielles sur son ordinateur à domicile, lequel abritait le logiciel anti-virus de Kaspersky Lab. Les informations, selon les sources anonymes, comprenaient « des détails sur la façon dont la NSA pénètre les réseaux informatiques étrangers, le code informatique utilisé pour un tel espionnage et la façon dont il défend les réseaux à l'intérieur des États-Unis ».  En 2015, ces informations ont été dérobées par des pirates sponsorisés par la Russie qui « semblent avoir ciblé le contractant parce qu’il utilisait le logiciel de Kaspersky ». « La brèche a été découverte au cours des trois premiers mois de 2016 ».

Tout ceci pose déjà beaucoup de questions, la première étant : comment un sous-traitant de la NSA peut ramener chez lui des informations aussi sensibles et les copier sur son propre PC comme s’il s’agissait de la meilleure recette de pâtes à la carbonara. A notre connaissance, Edward Snowden est passé par là et il nous paraît totalement incongru de croire que la NSA n’a pas renforcé sensiblement ses propres politiques de sécurité, particulièrement à l’égard des sous-traitants.

Mais le WSJ ne s’arrête pas là et s’embarque dans un gloubi-boulga indigeste où ses rédacteurs affirment sans certitude que le logiciel antivirus aurait pu détecter qu’il s’agissait de fichiers NSA et donc aurait prévenu des hackers qu’il fallait cibler cet ordinateur et dérober lesdits fichiers. Tout ceci sous couvert de « sources au courant du sujet » de « may », « should » et autres précautions de langage.

L’article cite des anciens collaborateurs de la NSA qui indiquent que Kaspersky est un gruyère plein de trous contenant plus de vulnérabilités que de lignes de code. Certes, en septembre 2015 un chercheur de Google – Tavis Ormandy – avait mis à jour un certain nombre de failles dans le logiciel, failles qui auraient pu permettre des attaques ou des prises de contrôle du PC. Ces failles ont été corrigées mais il est possible – voire certain – qu’il en subsiste d’autres. Mais il est tout aussi certain que les concurrents de Kaspersky contiennent au moins le même nombre de vulnérabilités.

Tous coupables parce que... Russes

Tout ceci arrive quelques temps après que le gouvernement américain ait officiellement recommandé à ses administrations de ne plus utiliser le logiciel d’origine russe. Tout ceci intervient également en pleine histoire de « piratage » ou de tentative d’influencer la dernière élection présidentielle américaine, ainsi que les élections européennes. Kaspersky s’est défendu dans un communiqué officiel dont chaque mot est pesé au trébuchet :


Kaspersky Lab n'a reçu aucune preuve justifiant la participation de l'entreprise dans le prétendu incident signalé par le Wall Street Journal le 5 octobre 2017 et il est regrettable que la couverture médiatique continue de perpétuer des accusations contre notre entreprise. En tant que société privée, Kaspersky Lab n'a pas de liens inappropriés avec un gouvernement, y compris la Russie, et la seule conclusion semble être que Kaspersky Lab est pris au milieu d'une lutte géopolitique. Nous ne nous excusons pas d'être agressifs dans la lutte contre les logiciels malveillants et les cybercriminels. La société détecte et corrige les infections des logiciels malveillants, quelle que soit la source, et nous l'avons fait avec fierté depuis 20 ans, ce qui a conduit à des notes élevées dans les tests indépendants de détection de logiciels malveillants. Il est également important de noter que les produits de Kaspersky Lab respectent les normes strictes de l'industrie de la cybersécurité et ont des niveaux d'accès et des privilèges semblables aux systèmes qu'ils protègent comme tout autre fournisseur de sécurité populaire aux États-Unis et dans le monde

La NSA prend-t-elle sa revanche ?

Pour finir, il n’est pas inutile de rappeler que Kaspersky figurait parmi les spécialistes de cybersécurité qui avaient mis à jour en détail le fonctionnement de plusieurs opérations de piratage menées par la NSA, notamment The Equation Group. C’est également cette entreprise qui avait analysé le plus profondément le ver Stuxnet et mis à jour les liens entre Israël et les USA dans leur lutte contre la prolifération nucléaire en Iran.

Finalement, et comme le souligne notre confrère Dan Goodin de Ars Technica, on ne comprend pas bien la manœuvre du WSJ. Si l’affaire est avérée, Kaspersky n’a plus qu’à mettre la clé sous la porte. Dans ce cas, le WSJ doit apporter des preuves de ses allégations. Si tel n’est pas le cas, le WSJ se met au même niveau que certaines officines de divulgation de « fake news ». Et c’est très dommage pour un journal de cette envergure.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs
Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

L’emploi aux temps du Corona

L’emploi aux temps du Corona

Bien que moins sinistré que d’autres par la Covid-19, le secteur de l’IT a lui aussi connu de profonds changements durant le confinement et devrait en tirer quelques enseignements.

No Code / Low Code

No Code / Low Code

Le No Code / Low Code ne cesse de faire parler de lui en ce moment avec des outils comme Appian, Intrexx, Lightning, Unqork et autres Microsoft Flow. Est-ce le début de la fin pour les développeurs ? Peut-être, peut-être...

Gestionnaire de mots de passe

Gestionnaire de mots de passe

Enregistrer ses mots de passe dans un coffre-fort numérique plutôt que les noter sur un carnet, un post-it ou un fichier Excel… Tel est le principe des gestionnaires de passwords qui ne cessent de gagner de nouveaux...

Datacenters sur le grill

Datacenters sur le grill

Véritable usine de production de l’économie numérique, le datacenter focalise les critiques des associations environnementales. Ces installations dont les plus grosses peuvent consommer jusqu’à une centaine...

RSS
Afficher tous les dossiers

IT DU MONDE D'APRÈS, IT DE DEMAIN (1) : automatisation, gestion de l'info, mobilité, sécurité - Health Data Hub - Le VPN meilleure solution pour le télétravail ? - Project Reunion Microsoft : retour des apps universelles - Power Over Ethernet, une avancée discrète - Pourquoi Apple choisit ARM plutôt qu'Intel ? - La Silicon Valley dans tous ses états - Produits high tech de loisirs du moment...

 

GESTIONNAIRE DE MOTS DE PASSE : un outil indispensable ? - Pandémie & Tech : gagnants et perdants - Multicloud : réalité d'aujourd'hui, impacts sur l'infrastructure et l'applicatif - Project Reunion Microsoft - No Code/Low Code en plein essor - Cobol V6 - Cyberattaques Covid-19 - L'emploi au temps du Corona...

 

COMMUNICATIONS UNIFIÉES : une convergence accrue entre communication et collaboration - Réussir StopCovid ! - Énergie : les datacenters sur le grill - Le lourd poids de la dette technique - GitLab comme solution DevSecOps - Les femmes, avenir de la filière IT ? - Apps de messagerie, attention danger ? - Pôle IA Toulouse...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Un robotaxi Didi Chuxing circule dans les rues de Shanghai, le 20 juillet 2020A Shanghai, des clients-cobayes s'installent sans crainte à l'arrière d'un taxi sans chauffeur qu'ils ont commandé en ligne: les géants locaux de la voiture autonome tentent de généraliser cette technologie futuriste auprès de Chinois friands d'innovation. [Lire la dépêche...]

Twitter a, selon le Wall Street Journal, entamé des discussions préliminaires pour un éventuel regroupement avec TiktokTwitter a, selon le Wall Street Journal, entamé des discussions préliminaires pour un éventuel regroupement avec Tiktok, une application que Donald Trump accuse d'espionnage au profit de la Chine et menace d'interdire aux Etats-Unis. [Lire la dépêche...]

Une interdiction des populaires applications mobiles chinoises Tik Tok et WeChat aux Etats-Unis pourrait fragmenter encore plus un internet mondial déjà fragile, redoutent des spécialistes du secteurUne interdiction des populaires applications mobiles chinoises TikTok et WeChat aux Etats-Unis pourrait fragmenter encore plus un internet mondial déjà fragile, redoutent des spécialistes du secteur. [Lire la dépêche...]

WeChat, qui appartient au géant chinois Tencent et est omniprésente dans la vie des Chinois (messagerie, paiements à distance, réservations...)Malgré les raisons avancées par Donald Trump, le tour de vis contre les plateformes TikTok et WeChat, joyaux chinois de l'internet, ne présente pas un intérêt "majeur" pour la sécurité des Etats-Unis, estiment les experts du secteur qui soupçonnent le président-candidat d'avoir d'autres motivations. [Lire la dépêche...]

Bernard Stiegler le 20 novembre 2003 à DouaiBernard Stiegler, philosophe très critique du système capitaliste qui avait consacré ses recherches aux mutations provoquées dans la société par le numérique, est mort à l'âge de 68 ans, a annoncé le Collège international de philosophie. [Lire la dépêche...]

Donald Trump a signé un décret interdisant, d'ici 45 jours, toute transaction Donald Trump a pris des mesures radicales à l'encontre des joyaux du numérique chinois WeChat et TikTok, enclenchant un compte à rebours d'un mois et demi avant de leur interdire toute transaction avec un partenaire américain. [Lire la dépêche...]

TikTok a franchi en avril le cap des 2 milliards de téléchargements dans le mondeEn interdisant les applications WeChat et TikTok aux Etats-Unis dans un délai de 45 jours, le président américain Donald Trump s'attaque à deux géants chinois de l'internet aux ambitions mondiales et ouvre un nouveau front dans la rivalité technologique avec Pékin. [Lire la dépêche...]

Facebook a annoncé mercredi avoir démantelé un réseau de quelque 120 comptes sur sa plateforme principale et sur son application InstagramA l'approche de la présidentielle américaine en novembre, Facebook et Twitter multiplient les efforts pour préserver leurs plateformes des campagnes de manipulation et de désinformation, notamment étrangères, et éviter de répéter les scandales des scrutins de 2016. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

HEXATRUST

6ème université d'été de l'association Hexatrust sur le thème "Vers une autonomie stratégique européenne" le 3 septembre 2020 à Paris (CCI). Sur invitation. Organisée par Hexatrust.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 14 et 15 septembre 2020 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par Corp Agency.

AI PARIS

Conférence, exposition et rendez-vous d'affaires sur l'intelligence artificielle à Paris, Porte de Versailles les 14 et 15 septembre 2020. Organisé par Corp Agency.

DOCUMATION

Congrès et exposition Documation du 22 au 24 septembre 2020  à Paris Porte de Versailles (Pavillon 4.3). Organisé par Infopromotions.

AP CONNECT

La 3ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 22 et 23 septembre 2020 à Espace Grande Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Organisation.

RSS
Voir tout l'AgendaIT