X

Kaspersky accusé d’espionnage

Le Wall Street Journal affirme que des données stratégiques de la NSA ont été dérobées sur un portable avec la complicité – active ou passive – d’un logiciel antivirus de Kaspersky Lab.

Le WSJ a-t-il fondu les plombs ? Le quotidien américain publie en effet un article expliquant que des hackers travaillant pour le gouvernement russe ont dérobé des informations confidentielles sur un ordinateur personnel appartenant à un sous-traitant de la NSA. Pour ce faire, les pirates se seraient appuyés sur une porte dérobée existant dans le logiciel anti-virus de Kaspersky Lab.

Le problème est que notre confrère ne fournit aucune preuve ni même commencement d’icelle de ce qu’il affirme. Selon la formule consacrée, le WSJ s’appuie sur des personnes informées de la situation. Bien évidemment, il n’est pas dans notre propos de remettre en cause la protection des sources à laquelle nous sommes évidemment très attachés mais une accusation aussi grave mérite tout de même un peu plus d’explication que le fameux : « quelqu’un m’a dit que ».

Il n’est pas non plus dans notre propos de verser dans l’angélisme : Kaspersky est possiblement beaucoup plus lié aux autorités russes qu’il ne le prétend. Pour l’avoir rencontré à plusieurs reprises, nous pouvons vous affirmer qu’Eugene Kaspersky est un sac à malices à lui tout seul. Doté d’un solide charisme, d’un goût de la vie que nous qualifierons de slave, il est capable de vous embrouiller à la vitesse de la lumière. Il vous affirmera que 1+1=3 sans aucune gêne et de si belle manière que vous serez prêt à y croire, pour vous expliquer dans la minute suivante qu’il n’a jamais dit cela, qu’il s’est mal exprimé, que son anglais est hasardeux ou que vous avez mal compris.

Snowden n'existe pas

Mais, revenons sur les « faits » décrits par le WSJ. Un sous-traitant de la NSA aurait ramené des informations confidentielles sur son ordinateur à domicile, lequel abritait le logiciel anti-virus de Kaspersky Lab. Les informations, selon les sources anonymes, comprenaient « des détails sur la façon dont la NSA pénètre les réseaux informatiques étrangers, le code informatique utilisé pour un tel espionnage et la façon dont il défend les réseaux à l'intérieur des États-Unis ».  En 2015, ces informations ont été dérobées par des pirates sponsorisés par la Russie qui « semblent avoir ciblé le contractant parce qu’il utilisait le logiciel de Kaspersky ». « La brèche a été découverte au cours des trois premiers mois de 2016 ».

Tout ceci pose déjà beaucoup de questions, la première étant : comment un sous-traitant de la NSA peut ramener chez lui des informations aussi sensibles et les copier sur son propre PC comme s’il s’agissait de la meilleure recette de pâtes à la carbonara. A notre connaissance, Edward Snowden est passé par là et il nous paraît totalement incongru de croire que la NSA n’a pas renforcé sensiblement ses propres politiques de sécurité, particulièrement à l’égard des sous-traitants.

Mais le WSJ ne s’arrête pas là et s’embarque dans un gloubi-boulga indigeste où ses rédacteurs affirment sans certitude que le logiciel antivirus aurait pu détecter qu’il s’agissait de fichiers NSA et donc aurait prévenu des hackers qu’il fallait cibler cet ordinateur et dérober lesdits fichiers. Tout ceci sous couvert de « sources au courant du sujet » de « may », « should » et autres précautions de langage.

L’article cite des anciens collaborateurs de la NSA qui indiquent que Kaspersky est un gruyère plein de trous contenant plus de vulnérabilités que de lignes de code. Certes, en septembre 2015 un chercheur de Google – Tavis Ormandy – avait mis à jour un certain nombre de failles dans le logiciel, failles qui auraient pu permettre des attaques ou des prises de contrôle du PC. Ces failles ont été corrigées mais il est possible – voire certain – qu’il en subsiste d’autres. Mais il est tout aussi certain que les concurrents de Kaspersky contiennent au moins le même nombre de vulnérabilités.

Tous coupables parce que... Russes

Tout ceci arrive quelques temps après que le gouvernement américain ait officiellement recommandé à ses administrations de ne plus utiliser le logiciel d’origine russe. Tout ceci intervient également en pleine histoire de « piratage » ou de tentative d’influencer la dernière élection présidentielle américaine, ainsi que les élections européennes. Kaspersky s’est défendu dans un communiqué officiel dont chaque mot est pesé au trébuchet :


Kaspersky Lab n'a reçu aucune preuve justifiant la participation de l'entreprise dans le prétendu incident signalé par le Wall Street Journal le 5 octobre 2017 et il est regrettable que la couverture médiatique continue de perpétuer des accusations contre notre entreprise. En tant que société privée, Kaspersky Lab n'a pas de liens inappropriés avec un gouvernement, y compris la Russie, et la seule conclusion semble être que Kaspersky Lab est pris au milieu d'une lutte géopolitique. Nous ne nous excusons pas d'être agressifs dans la lutte contre les logiciels malveillants et les cybercriminels. La société détecte et corrige les infections des logiciels malveillants, quelle que soit la source, et nous l'avons fait avec fierté depuis 20 ans, ce qui a conduit à des notes élevées dans les tests indépendants de détection de logiciels malveillants. Il est également important de noter que les produits de Kaspersky Lab respectent les normes strictes de l'industrie de la cybersécurité et ont des niveaux d'accès et des privilèges semblables aux systèmes qu'ils protègent comme tout autre fournisseur de sécurité populaire aux États-Unis et dans le monde

La NSA prend-t-elle sa revanche ?

Pour finir, il n’est pas inutile de rappeler que Kaspersky figurait parmi les spécialistes de cybersécurité qui avaient mis à jour en détail le fonctionnement de plusieurs opérations de piratage menées par la NSA, notamment The Equation Group. C’est également cette entreprise qui avait analysé le plus profondément le ver Stuxnet et mis à jour les liens entre Israël et les USA dans leur lutte contre la prolifération nucléaire en Iran.

Finalement, et comme le souligne notre confrère Dan Goodin de Ars Technica, on ne comprend pas bien la manœuvre du WSJ. Si l’affaire est avérée, Kaspersky n’a plus qu’à mettre la clé sous la porte. Dans ce cas, le WSJ doit apporter des preuves de ses allégations. Si tel n’est pas le cas, le WSJ se met au même niveau que certaines officines de divulgation de « fake news ». Et c’est très dommage pour un journal de cette envergure.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité

100 milliards !

100 milliards !

Des responsables de l’UE ont profité de la nouvelle Commission Européenne pour demander la création d’un fonds d’investissement de 100 milliards d’euros pour financer les pépites de la tech et...

Externaliser (ou pas) son «SOC» ?

Externaliser (ou pas) son «SOC» ?

Devant le renforcement de la réglementation… devant aussi la recrudescence des cyberattaques… de plus en plus d’entreprises songent à se doter d’un centre d’opérations de...

Devenir “Growth hacker”

Devenir “Growth hacker”

Comment réorienter sa carrière d’informaticien vers le secteur à forte croissance de l’e-marketing ? La Rocket School propose une formation accélérée de douze semaines, suivie par une ou deux...

RSS
Afficher tous les dossiers

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Uber, qui a révélé avoir enregistré des milliers d'agressions sexuelles aux Etats-Unis, est très critiqué en France après une série de plaintes de clientes Uber, qui a révélé avoir enregistré des milliers d'agressions sexuelles aux États-Unis, est aussi en pleine polémique après une série de plaintes de clientes en France où la plateforme sera reçue jeudi par le gouvernement qui lui demande des comptes. [Lire la dépêche...]

Lil Bub et son propriétaire Mike Bridavsky à Los Angeles le 7 juin 2015Leurs abonnés se comptent par millions sur Instagram: Lil Bub, Grumpy Cat, Boo the Pomeranian et Doug the Pug sont des chats et chiens vedettes d'internet, porte-étendards de nobles causes et générateurs d'énormes profits financiers. [Lire la dépêche...]

Une loi américaine de 1996 préserve les services en ligne d'éventuels problèmes juridiques causés par des contenus publiés par des tiersQui veut la peau du sacro-saint statut d'hébergeur des plateformes en ligne? Certains élus américains souhaitent leur imposer plus de responsabilités, mais ils se heurtent à une loi presque aussi vieille qu'internet. [Lire la dépêche...]

Les réseaux sociaux, où est né et continue de s'exprimer massivement le mouvement de contestation populaire algérien ("Hirak"), sont devenus à l'approche de la présidentielle rejetée du 12 décembre le terrain d'une contre-offensive de "trolls" pro-régime. [Lire la dépêche...]

Elon Musk, le patron de Tesla, au premier jour de son procès pour diffamation à Los Angeles le 3 décembre 2019 Le fantasque patron de Tesla, Elon Musk, a enregistré vendredi une victoire judiciaire à Los Angeles, où il a été acquitté de diffamation pour un tweet dans lequel, à l'été 2018, il avait qualifié de "mec pédo" un spéléologue britannique. [Lire la dépêche...]

L'accusateur d'Elon Musk, Vernon Unsworth, arrive au tribunal fédéral de Los Angeles le 3 décembre 2019 Le spéléologue britannique qui poursuit devant un tribunal de Los Angeles Elon Musk pour diffamation a réclamé vendredi 190 millions de dollars d'indemnités pour un tweet dans lequel le patron de Tesla l'avait insulté de "mec pédo" ("pedo guy"). [Lire la dépêche...]

Alexander Nix, ancien dirigeant de la firme Cambridge Analytica, le 6 juin 2018 à LondresLes autorités américaines ont déclaré mercredi que la firme britannique Cambridge Analytica, connue pour le scandale de détournement massif de données d'utilisateurs de Facebook, a trompé les utilisateurs du réseau social sur sa façon de collecter et de traiter leurs informations personnelles. [Lire la dépêche...]

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Elysée, le 5 décembre 2019La proposition américaine d'une "solution optionnelle" pour la taxation du numérique est "inacceptable", a tranché vendredi le ministre français des Finances Bruno Le Maire, appelant les États-Unis, qui menacent Paris de sanctions douanières, à reprendre "de bonne foi" les discussions à l'OCDE. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

CES

CES CES

L'International Consumer Electronics Show (International CES) se tient du 7 au 10 janvier 2020 à Las Vegas (LVCC, Westgate, Renaissance, Sands/Venetian,...). C'est le plus grand salon mondial professionnel dédié aux technologies grand public : 3900 exposants et 170000 visiteurs attendus. Thématique principale : The global stage for innovation. Organisé par la CTA (Consumer Technology Association).

AFCDP

L'Association Française des Correspondants à la protection des Données à caractère Personnel (AFCDP) organise la 14ème université des DPO (Data Protection Officers) le 14 janvier 2020

à Paris Maison de la Mutualité. Organisée par l'AFCDP.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT