X

News Partenaire

Active Backup for Office 365

Avec sa nouvelle solution Active Backup for Office 365, Synology met à disposition de toutes les sociétés, et tout particulièrement les petites et moyennes entreprises, une solution de sauvegarde et de restauration complète particulièrement facile à utiliser, notamment grâce à une console unique d’administration. Office 365 est aujourd’hui en train de devenir la suite de logiciels de bureautique la plus utilisée dans le monde et disposer d’une solution de sauvegarde performante, économique et simple d’utilisation est largement demandée.

Kaspersky accusé d’espionnage

Le Wall Street Journal affirme que des données stratégiques de la NSA ont été dérobées sur un portable avec la complicité – active ou passive – d’un logiciel antivirus de Kaspersky Lab.

Le WSJ a-t-il fondu les plombs ? Le quotidien américain publie en effet un article expliquant que des hackers travaillant pour le gouvernement russe ont dérobé des informations confidentielles sur un ordinateur personnel appartenant à un sous-traitant de la NSA. Pour ce faire, les pirates se seraient appuyés sur une porte dérobée existant dans le logiciel anti-virus de Kaspersky Lab.

Le problème est que notre confrère ne fournit aucune preuve ni même commencement d’icelle de ce qu’il affirme. Selon la formule consacrée, le WSJ s’appuie sur des personnes informées de la situation. Bien évidemment, il n’est pas dans notre propos de remettre en cause la protection des sources à laquelle nous sommes évidemment très attachés mais une accusation aussi grave mérite tout de même un peu plus d’explication que le fameux : « quelqu’un m’a dit que ».

Il n’est pas non plus dans notre propos de verser dans l’angélisme : Kaspersky est possiblement beaucoup plus lié aux autorités russes qu’il ne le prétend. Pour l’avoir rencontré à plusieurs reprises, nous pouvons vous affirmer qu’Eugene Kaspersky est un sac à malices à lui tout seul. Doté d’un solide charisme, d’un goût de la vie que nous qualifierons de slave, il est capable de vous embrouiller à la vitesse de la lumière. Il vous affirmera que 1+1=3 sans aucune gêne et de si belle manière que vous serez prêt à y croire, pour vous expliquer dans la minute suivante qu’il n’a jamais dit cela, qu’il s’est mal exprimé, que son anglais est hasardeux ou que vous avez mal compris.

Snowden n'existe pas

Mais, revenons sur les « faits » décrits par le WSJ. Un sous-traitant de la NSA aurait ramené des informations confidentielles sur son ordinateur à domicile, lequel abritait le logiciel anti-virus de Kaspersky Lab. Les informations, selon les sources anonymes, comprenaient « des détails sur la façon dont la NSA pénètre les réseaux informatiques étrangers, le code informatique utilisé pour un tel espionnage et la façon dont il défend les réseaux à l'intérieur des États-Unis ».  En 2015, ces informations ont été dérobées par des pirates sponsorisés par la Russie qui « semblent avoir ciblé le contractant parce qu’il utilisait le logiciel de Kaspersky ». « La brèche a été découverte au cours des trois premiers mois de 2016 ».

Tout ceci pose déjà beaucoup de questions, la première étant : comment un sous-traitant de la NSA peut ramener chez lui des informations aussi sensibles et les copier sur son propre PC comme s’il s’agissait de la meilleure recette de pâtes à la carbonara. A notre connaissance, Edward Snowden est passé par là et il nous paraît totalement incongru de croire que la NSA n’a pas renforcé sensiblement ses propres politiques de sécurité, particulièrement à l’égard des sous-traitants.

Mais le WSJ ne s’arrête pas là et s’embarque dans un gloubi-boulga indigeste où ses rédacteurs affirment sans certitude que le logiciel antivirus aurait pu détecter qu’il s’agissait de fichiers NSA et donc aurait prévenu des hackers qu’il fallait cibler cet ordinateur et dérober lesdits fichiers. Tout ceci sous couvert de « sources au courant du sujet » de « may », « should » et autres précautions de langage.

L’article cite des anciens collaborateurs de la NSA qui indiquent que Kaspersky est un gruyère plein de trous contenant plus de vulnérabilités que de lignes de code. Certes, en septembre 2015 un chercheur de Google – Tavis Ormandy – avait mis à jour un certain nombre de failles dans le logiciel, failles qui auraient pu permettre des attaques ou des prises de contrôle du PC. Ces failles ont été corrigées mais il est possible – voire certain – qu’il en subsiste d’autres. Mais il est tout aussi certain que les concurrents de Kaspersky contiennent au moins le même nombre de vulnérabilités.

Tous coupables parce que... Russes

Tout ceci arrive quelques temps après que le gouvernement américain ait officiellement recommandé à ses administrations de ne plus utiliser le logiciel d’origine russe. Tout ceci intervient également en pleine histoire de « piratage » ou de tentative d’influencer la dernière élection présidentielle américaine, ainsi que les élections européennes. Kaspersky s’est défendu dans un communiqué officiel dont chaque mot est pesé au trébuchet :


Kaspersky Lab n'a reçu aucune preuve justifiant la participation de l'entreprise dans le prétendu incident signalé par le Wall Street Journal le 5 octobre 2017 et il est regrettable que la couverture médiatique continue de perpétuer des accusations contre notre entreprise. En tant que société privée, Kaspersky Lab n'a pas de liens inappropriés avec un gouvernement, y compris la Russie, et la seule conclusion semble être que Kaspersky Lab est pris au milieu d'une lutte géopolitique. Nous ne nous excusons pas d'être agressifs dans la lutte contre les logiciels malveillants et les cybercriminels. La société détecte et corrige les infections des logiciels malveillants, quelle que soit la source, et nous l'avons fait avec fierté depuis 20 ans, ce qui a conduit à des notes élevées dans les tests indépendants de détection de logiciels malveillants. Il est également important de noter que les produits de Kaspersky Lab respectent les normes strictes de l'industrie de la cybersécurité et ont des niveaux d'accès et des privilèges semblables aux systèmes qu'ils protègent comme tout autre fournisseur de sécurité populaire aux États-Unis et dans le monde

La NSA prend-t-elle sa revanche ?

Pour finir, il n’est pas inutile de rappeler que Kaspersky figurait parmi les spécialistes de cybersécurité qui avaient mis à jour en détail le fonctionnement de plusieurs opérations de piratage menées par la NSA, notamment The Equation Group. C’est également cette entreprise qui avait analysé le plus profondément le ver Stuxnet et mis à jour les liens entre Israël et les USA dans leur lutte contre la prolifération nucléaire en Iran.

Finalement, et comme le souligne notre confrère Dan Goodin de Ars Technica, on ne comprend pas bien la manœuvre du WSJ. Si l’affaire est avérée, Kaspersky n’a plus qu’à mettre la clé sous la porte. Dans ce cas, le WSJ doit apporter des preuves de ses allégations. Si tel n’est pas le cas, le WSJ se met au même niveau que certaines officines de divulgation de « fake news ». Et c’est très dommage pour un journal de cette envergure.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité

Zero Trust

Zero Trust

Si le terme n’est plus tout jeune, il revient en force depuis quelques mois. Zero Trust couvre tout un ensemble de processus, de pratiques et d’outils qui viennent s’inscrire dans un certain état d’esprit : la...

Transformation numérique

Transformation numérique

Petites ou grandes, la plupart des entreprises se sont lancées dans une mutation vers le numérique en digitalisant leurs processus. Mais que recouvre aujourd’hui réellement cette notion utilisée à toutes...

Meero

Meero

Qualifiée de « Uber de la photographie », la start-up française Meero poursuit sa croissance fulgurante avec une récente levée de fonds de 230 millions de dollars. Son succès, elle le doit à...

Le sport, vitrine des technologies

Le sport, vitrine des technologies

Le sport est envahi par la technologie à tous les niveaux. De l’entraînement du sportif à la mise en condition du supporter, jusque devant sa télévision, la technologie règne en maître....

ERP

ERP

Déployés à prix d’or dans les années 1990/2000, les grands ERP semblaient un îlot de stabilité dans des systèmes d’information bousculés par la transformation digitale. Pourtant,...

RSS
Afficher tous les dossiers

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

CLOUD MADE IN FRANCE : pure players, telcos, comparatif des offres - Libra, la monnaie Facebook - L'analytique mange le logiciel - ERP, dernier bastion du "on premise" ? -Les métiers de l'ANSSI - Blockchain : projets open source et langages - Le sport, vitrine des technologies - Rencontre avec Alexandre Zapolsky (Linagora)...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le stand Fortnite à l'Electronic Expo de Los Angeles, en juin 2018Le célèbre jeu vidéo Fortnite a été mis en sommeil temporairement par son éditeur Epic Games avant la sortie imminente d'une nouvelle version, une décision qui a plongé des millions de joueurs accros dans le désarroi. [Lire la dépêche...]

Le groupe M6 a été victime Le groupe M6 a été victime "d'une attaque informatique malveillante" samedi matin mais a pu continuer à assurer "la bonne diffusion des programmes sur l'ensemble des antennes TV et radio", a-t-il indiqué sur Twitter dimanche. [Lire la dépêche...]

Vidhya Ramalingam, co-fondatrice de la start-up Moonshit CVE, le 4 octobre 2019 à Londres en Angleterre"Il est toujours possible de changer": Vidhya Ramalingam, fondatrice de la start-up Moonshot CVE, s'est donnée pour mission ambitieuse de ramener dans le droit chemin les personnes tentées par l'extrémisme violent sur internet, qu'elles soient jihadistes ou d'extrême-droite. [Lire la dépêche...]

Des caméras Hikvision dans un centre commercial chinois à Pékin le 24 mai 2019Vidéosurveillance, reconnaissance faciale ou mouchards: les Etats-Unis ont placé lundi sur liste noire des entreprises chinoises technologiques accusées de participer à des violations supposées des droits de l'Homme. Mais qui sont-elles exactement? [Lire la dépêche...]

Leonard Kleinrock pose à côté du premier Le 29 octobre 1969, le professeur Leonard Kleinrock et ses collègues de la célèbre UCLA (Université de Californie à Los Angeles) ont fait "parler" un ordinateur avec une autre machine, située dans une région qui allait devenir la Silicon Valley (sud de San Francisco). [Lire la dépêche...]

Le logo d'Amazon sur la façade d'un bâtiment de Staten Island le 5 février 2019Amazon soutient l'idée que les Etats régulent l'utilisation de la reconnaissance faciale, parmi d'autres principes mis en avant par le géant américain du commerce en ligne et des technologies, critiqué sur de nombreux sujets, de sa position dominante au respect de la vie privée. [Lire la dépêche...]

Visa, Mastercard, eBay et Stripe ont annoncé vendredi qu'ils se retiraient de Libra, portant un nouveau coup dur au projet de monnaie numérique de Facebook, prévue pour mi-2020, mais qui rencontre l'opposition croissante des régulateurs et fait face à la défection de ses partenaires. [Lire la dépêche...]

Des Boeing 737 MAX garés chez le constructeur aéronautique en attendant une éventuelle levée de l'interdiction de volManque d'ingénieurs, expertise insuffisante, procédures désuètes, un comité regroupant les autorités mondiales de l'aviation civile, fustige le régulateur aérien américain (FAA) qui a certifié le Boeing 737 MAX.  [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

WEB SUMMIT

Le Web Summit réunit plus de 70000 participants et 1200 conférenciers du 4 au 7 novembre 2019 à Lisbonne (Portugal), Altice Arena & Fil. Organisé par Connected Intelligence Ltd.

BLOCKCHAIN

Conférence et exposition sur les applications d'entreprise de la blockchain à Paris, cité universitaire internationale, les 13 et 14 novembre 2019. Organisés par Corp Agency.

DREAMFORCE

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce du 19 au 22 novembre 2019 à San Francisco (Moscone Center). Organisée par Salesforce.
RSS
Voir tout l'AgendaIT