X
WINDEV au cœur de Battlekart

News Partenaire

WINDEV au cœur de Battlekart

Découvrez dans cette vidéo comment l’environnement de développement WINDEV a été mis à contribution pour améliorer de façon spectaculaire le plaisir du karting et gagner un temps précieux dans le développement des applications. L’interaction entre les projecteurs, les PC, les tablettes embarquées dans les karts, les bornes,… tout a été créé à partir de WINDEV.

Le nouveau péril jaune

La Chine et, plus largement, le continent asiatique ont toujours suggéré des réactions opposées : entre attraction et répulsion ! Avec la sensation d’un danger latent. Selon l’époque, l’un ou l’autre domine. Disons que le sentiment de répulsion, avec la peur sous-jacente, semble aujourd’hui le sentiment dominant, même s’il a déjà été présent au cours de l’histoire.

Alain Peyrefitte avait pointé, en 1973, l’intérêt de Napoléon pour la puissance endormie que représentait la Chine, un endroit plus rêvé que réellement compris depuis le XVIIe siècle. À la fin du XIXe siècle s’est ajoutée la prise de conscience que cette puissance orientale pouvait être dangereuse, pour le plus souvent justifier la demande de concessions de plus en plus dures, notamment à des contrées lointaines destinées à recevoir la bonne parole des puissances occidentales. La défaite de la Marine russe à Tsushima, face à la puissance japonaise montante, a pour partie renforcé ce sentiment de méfiance vis-àvis de ce que pourraient devenir les puissances asiatiques. Ce sentiment ambivalent a alimenté l’imaginaire des occidentaux, allant du « Dr Fu Manchu », un génie du mal d’origine asiatique, tel que le décrit une fiche de Wikipedia, aux « Conquérants » ou à « La Condition humaine » d’André Malraux. Ces deux romans font suite à « La Tentation de l’occident » qui met en scène la confrontation entre l’Occident et la Chine.

Loin d’avoir évoluée, cette ambivalence est aujourd’hui au coeur de nombreuses questions sur la présence d’acteurs chinois sur notre marché. Pour être plus direct, le sentiment que les entreprises françaises ont vis-à-vis d’acteurs comme Huawei, ZTE, Lenovo. Selon leurs activités ces groupes procurent des sentiments différents. Ainsi pour Lenovo. Alors que l’entreprise a racheté les PC puis les serveurs d’IBM et que la marque n’a vraiment plus grand-chose d’américaine, elle ne suscite pas de levée de boucliers. Un de ses principaux fondateurs a été membre de l’armée chinoise et a fait ses études dans un institut d’engineering. Le même profil, mais chez Huawei, fait que systématiquement quelqu’un relève que le fondateur a été dans l’armée populaire de libération ! Précisons qu’il était dans les communications, d’où la création de Huawei sur ce secteur. Selon le poids ou le concurrence que représente l’acteur chinois, disons que la mesure n’est pas la même. Nous nous contenterons de cette litote pour caractériser le sentiment qu’inspire Huawei.

Un certain déni

Les réactions et les sentiments face au « péril » chinois proviennent aussi d’un déni de la réalité de notre monde dans un futur proche. Selon les canons des organisations internationale, l’économie chinoise occupe déjà la première place mondiale même si certaines entités lui refusent encore ce statut (FMI). Globalement l’économie chinoise représente à elle seule 17,8 % de l’économie mondiale avec près de 2 points devant l’économie américaine – calculé en fonction du PNB à parité de pouvoir d’achat. Cette émergence économique s’accompagne d’une montée en puissance politique et militaire qui renforce le sentiment ambivalent des occidentaux face à ce nouveau péril jaune.

Sur le marché de l’informatique, la même situation se répète. Prenons l’exemple du Cloud et du choix d’OBS de prendre la pile Open Stack de Huawei pour opérer le Cloud des entreprises. On a vu à cette occasion une nouvelle manifestation du bal des faux-culs et des bonnes âmes qui ont défendu pendant des mois et à fonds perdus un « Cloud national ». On a vu le succès qu’ont eu Numergy et Cloudwatt forçant l’État, qui avait abondé les projets, à les faire racheter par une entreprise où il est le premier actionnaire, ou à les laisser tomber dans l’escarcelle de SFR à prix bradé. Cet échec retentissant est dans la lignée du « trou des halles », la norme Secam, du Plan calcul. Bref, dans la lignée des fantasmes des hauts fonctionnaires pensant pouvoir jouer au meccano industriel assis derrière leur bureau, sans comprendre la réalité d’un monde bien plus changeant qu’ils ne le prévoient. Le pragmatisme affiché par OBS sur le choix du Cloud de Huawei serait plutôt à honorer. Il ne lui a valu que des critiques. Que les entreprises laissent leurs infrastructures sur celles d’un Américain comme Google AWS ou Microsoft ne pose pas de problèmes, en oubliant rapidement que les seuls qui ont été pris à écouter et hacker leurs alliés ont été les Américains de la NSA.

Comme il est très peu souvent dit, le choix d’OBS n’est pas unique. Deutsche Telekom, British Telecom, Telefonica ont fait de même. S’il fallait s’inquiéter d’une chose, ce serait de la main mise chinoise sur l’ensemble des Clouds européens et non sur celui d’OBS ! Sans compter que l’accord passé permet aussi aux entreprises françaises d’avoir un pied sur l’immense marché chinois, un eldorado là encore fantasmé par les dirigeants d’entreprises. Au passage tous les opérateurs de télécommunication en France utilisent des stations et des matériels de routages ou de switching de Huawei sans que cela n’inquiète outre-mesure.

Des acteurs de taille mondiale

Peut-on imaginer que l’ensemble des opérateurs ait choisi des produits comportant des backdoors ou des failles permettant aux Chinois d’écouter l’ensemble de ce qui passe sur nos réseaux. De la même manière personne n’aurait analysé dans l’ensemble de l’Europe la pile Open Stack de Huawei pour s’assurer qu’elle est la plus proche de celle en Open Source et qu’elle ne contient aucune faiblesse de sécurité !

Si Huawei est dans le collimateur depuis longtemps, certaines entreprises chinoises arrivent et vont proposer des services à l’égal de ce que peuvent offrir AWS et d’autres membres des Gafa. AliBaba a pour projet de créer des centres de données en Europe et pas seulement pour relayer son activité de vente en ligne. Baidu est un autre acteur de poids comme Tencent qui domine le monde des jeux vidéos. Huawei vise lui à être un des cinq grands Clouds publics dans le monde. Il a les moyens de le faire et son empreinte sur notre continent n’est que le premier pas. Il va bien falloir s’y faire, la Chine et ses entreprises vont jouer les premiers rôles à l’avenir. Crier au loup est déjà trop tard. Il s’agissait plutôt de s’interroger, il y a une ou deux décennies, lorsque avec arrogance Alcatel ou d’autres créaient leurs centres de recherches à Shanghai pour des raisons de coût. On crie aujourd’hui. Mais qui donc a réellement créé la puissance chinoise ? ❍

Article publié dans le n°161 de L'Informaticien.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


A votre avis...

Le NAS dans l'entreprise

Le NAS dans l'entreprise

Si les NAS ont commencé par se répandre plutôt dans les foyers pour des besoins personnels, de plus en plus d’entreprises, de toutes tailles, optent pour des serveurs de ce type. Et pour bien des raisons…

RSS
Afficher tous les dossiers

BÂTIR LA MAISON INTELLIGENTE - GitHub by Microsoft + alternatives - FIDO2, l'après mot de passe - Open Street Map alternative à Google Maps ? - Java 10/Java 11 ne loupez pas le train - Marseille, 1er port numérique européen ? - OpenClassrooms : l'e-learning "non élitiste" à la conquête du monde...

 

DOSSIER ANTI-VIRUS : chronique d'une mort annoncée... ou mutation profonde ? - DPO/DPD : notification des violations de données personnelles - Tribune Philippe Loudenot - Entretien avec Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la Cnil - Aspects juridiques du Bug Bounty - Reportage au X-Force Command center IBM à Wroclaw - Cylance, le nouveau trublion - MOOC Anssi - Portrait Manuel Dorne alias "Korben"...

 

GÉRER LE CLOUD HYBRIDE - Kubernetes et les Cloud CaaS - Annonces Build 2018 - Internet plus sûr avec TLS 1.3 - WiFi 802.11ax - Data Warehouse du futur - Au coeur d'Hexatrust : Gatewatcher, l'innovation chevillée au corps - Formations Blockchains - IoT pour tous avec Sens'It de Sigfox...

 

Afficher tous les derniers numéros
News Mag-Securs

Retrouvez actualités, dossiers et communiqués sur la sécurité du système d'information sur le portail Mag-Securs

En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Aujourd’hui, les entreprises doivent ouvrir leur SI à un nombre toujours plus important de prestataires extérieurs, d’abord pour réduire le budget informatique – recours à des prestataires externes pour des compétences qui ne font pas partie du cœur de métier de la DSI - ensuite pour gagner en rapidité dans le déploiement de nouvelles solutions.

  


Adoptée le 6 juillet 2016, la directive NIS (pour Network Infrastructure Security) doit être transposée par les Etats membres de l’Union Européenne au plus tard le 9 mai 2018.

Ce Livre Blanc éclaire les enjeux et les impacts de la directive NIS sur les pratiques de cybersécurité des pays européens.

  


"L'entreprise numérique", un Livre Blanc IDC/Interxion.

Ce livre blanc présente les résultats d'une enquête menée auprès de plus de 750 entreprises européennes.

Vous y découvrirez l'approche adoptée par les leaders du numérique, combinant l’adoption des services Cloud avec une politique d’hébergement externalisé.  

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Une salle du cinéma Pathé équipée d'un écran Screen X, le 20 juillet 2018 au Parc de La Villette, à Paris 
  Images sur les côtés, écran géant ou fauteuils qui bougent: de Paris à Séoul les cinémas parient de plus en plus sur la technologie pour faire des films une expérience unique, à l'heure de la concurrence grandissante des plateformes en ligne. [Lire la dépêche...]

Une étudiante utilise un smartphone sur le campus d'Islamabad le 12 juillet 2018Une foule de jeunes, la plupart armés de smartphones, entoure la voiture d'un député et commence à filmer une scène peu commune au Pakistan: des électeurs en colère réclament désormais des comptes en direct à leurs représentants. [Lire la dépêche...]

Facebook, Google, Microsoft et Twitter ont décidé de collaborer pour faciliter la portabilité des données personnelles des internautes qui voudraient transférer leurs données d'un service à l'autreFacebook, Google, Microsoft et Twitter ont décidé de collaborer pour faciliter la portabilité des données personnelles des internautes qui voudraient transférer leurs données d'un service à l'autre, ont-ils annoncé vendredi. [Lire la dépêche...]

Google Maps a acquis une domination écrasante sur le marché de la cartographie pour les sites internetGoogle Maps est devenu payant pour les entreprises, une petite révolution qui réveille un marché de la cartographie sur internet longtemps anesthésié par la quasi-gratuité des services du géant américain. [Lire la dépêche...]

Cyberattaque sans précédent à Singapour: 1,5 million de dossiers médicaux volésDes hackers ont volé des dossiers médicaux appartenant à 1,5 million d'habitants de Singapour, y compris au Premier ministre Lee Hsien Loong, spécifiquement visé par cette attaque "sans précédent", ont annoncé vendredi les autorités. [Lire la dépêche...]

La messagerie WhatsApp a annoncé vendredi limiter les transferts de messages en Inde, une mesure destinée à freiner la propagation de La messagerie WhatsApp a annoncé vendredi limiter les transferts de messages en Inde, une mesure destinée à freiner la propagation de "fake news" qui ont causé une série de violences meurtrières dans ce pays d'Asie du Sud. [Lire la dépêche...]

Un projet de ballon-transmetteur d'internet de Google présenté à Christchurch, le 16 juin 2013 en Nouvelle-ZélandeAlphabet, la maison-mère de Google, va déployer au Kenya pour la première fois commercialement ses ballon-transmetteurs d'internet destinés à fournir des connexions dans des régions isolées, a indiqué jeudi Loon, filiale d'Alphabet, qui met au point cette technologie. [Lire la dépêche...]

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg à son arrivée au Parlement européen le 22 mai 2018 à BruxellesA chaque jour sa polémique pour Facebook, dont le patron fondateur Mark Zuckerberg essuie un feu nourri de critiques pour son refus de bannir les négationnistes du réseau social. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

NEXT

Conférence et exposition sur le futur du cloud selon Google à San Francisco, Moscone Center, du 24 au 26 juillet 2018 (bootcamps le 23). Organisé par Google.

BLACK HAT

Événement majeur mondial sur la sécurité de l'information la conférence Black Hat USA a lieu du 4 au 9 août 2018 à Las Vegas (Mandalay Bay). Organisé par UBM.

RURALITIC

Evénement de la rentrée pour les acteurs du développement numérique des territoires, Ruralitic tient à Aurillac (centre des congrès) sa 13ème édition du 28 au 30 août 2018. Organisé par monterritoirenumerique.com et le conseil départemental du Cantal.

IFA

IFA IFA
Le plus grand salon professionnel européen de l'électronique grand public a lieu à Berlin du 31 août au 5 septembre 2018. Organisé par Messe Berlin.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 10 au 13 octobre 2018. Organisées par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT