X
Mon voisin, le Hacker !

News Partenaire

Mon voisin, le Hacker !

On a l’habitude de dire que l’été est une période propice aux cambriolages. Mais il en de même pour le piratage qui ne « baisse pas pavillon »… bien au contraire. En effet, la cuvée 2018 a été marquée par une série de cyberattaques diverses et variées. C’est l’occasion de rappeler que la cybersécurité est un enjeu crucial tant au niveau local que global, qu’il s’agisse de grandes entreprises ou de petites structures, du secteur privé ou public.

Le nouveau péril jaune

La Chine et, plus largement, le continent asiatique ont toujours suggéré des réactions opposées : entre attraction et répulsion ! Avec la sensation d’un danger latent. Selon l’époque, l’un ou l’autre domine. Disons que le sentiment de répulsion, avec la peur sous-jacente, semble aujourd’hui le sentiment dominant, même s’il a déjà été présent au cours de l’histoire.

Alain Peyrefitte avait pointé, en 1973, l’intérêt de Napoléon pour la puissance endormie que représentait la Chine, un endroit plus rêvé que réellement compris depuis le XVIIe siècle. À la fin du XIXe siècle s’est ajoutée la prise de conscience que cette puissance orientale pouvait être dangereuse, pour le plus souvent justifier la demande de concessions de plus en plus dures, notamment à des contrées lointaines destinées à recevoir la bonne parole des puissances occidentales. La défaite de la Marine russe à Tsushima, face à la puissance japonaise montante, a pour partie renforcé ce sentiment de méfiance vis-àvis de ce que pourraient devenir les puissances asiatiques. Ce sentiment ambivalent a alimenté l’imaginaire des occidentaux, allant du « Dr Fu Manchu », un génie du mal d’origine asiatique, tel que le décrit une fiche de Wikipedia, aux « Conquérants » ou à « La Condition humaine » d’André Malraux. Ces deux romans font suite à « La Tentation de l’occident » qui met en scène la confrontation entre l’Occident et la Chine.

Loin d’avoir évoluée, cette ambivalence est aujourd’hui au coeur de nombreuses questions sur la présence d’acteurs chinois sur notre marché. Pour être plus direct, le sentiment que les entreprises françaises ont vis-à-vis d’acteurs comme Huawei, ZTE, Lenovo. Selon leurs activités ces groupes procurent des sentiments différents. Ainsi pour Lenovo. Alors que l’entreprise a racheté les PC puis les serveurs d’IBM et que la marque n’a vraiment plus grand-chose d’américaine, elle ne suscite pas de levée de boucliers. Un de ses principaux fondateurs a été membre de l’armée chinoise et a fait ses études dans un institut d’engineering. Le même profil, mais chez Huawei, fait que systématiquement quelqu’un relève que le fondateur a été dans l’armée populaire de libération ! Précisons qu’il était dans les communications, d’où la création de Huawei sur ce secteur. Selon le poids ou le concurrence que représente l’acteur chinois, disons que la mesure n’est pas la même. Nous nous contenterons de cette litote pour caractériser le sentiment qu’inspire Huawei.

Un certain déni

Les réactions et les sentiments face au « péril » chinois proviennent aussi d’un déni de la réalité de notre monde dans un futur proche. Selon les canons des organisations internationale, l’économie chinoise occupe déjà la première place mondiale même si certaines entités lui refusent encore ce statut (FMI). Globalement l’économie chinoise représente à elle seule 17,8 % de l’économie mondiale avec près de 2 points devant l’économie américaine – calculé en fonction du PNB à parité de pouvoir d’achat. Cette émergence économique s’accompagne d’une montée en puissance politique et militaire qui renforce le sentiment ambivalent des occidentaux face à ce nouveau péril jaune.

Sur le marché de l’informatique, la même situation se répète. Prenons l’exemple du Cloud et du choix d’OBS de prendre la pile Open Stack de Huawei pour opérer le Cloud des entreprises. On a vu à cette occasion une nouvelle manifestation du bal des faux-culs et des bonnes âmes qui ont défendu pendant des mois et à fonds perdus un « Cloud national ». On a vu le succès qu’ont eu Numergy et Cloudwatt forçant l’État, qui avait abondé les projets, à les faire racheter par une entreprise où il est le premier actionnaire, ou à les laisser tomber dans l’escarcelle de SFR à prix bradé. Cet échec retentissant est dans la lignée du « trou des halles », la norme Secam, du Plan calcul. Bref, dans la lignée des fantasmes des hauts fonctionnaires pensant pouvoir jouer au meccano industriel assis derrière leur bureau, sans comprendre la réalité d’un monde bien plus changeant qu’ils ne le prévoient. Le pragmatisme affiché par OBS sur le choix du Cloud de Huawei serait plutôt à honorer. Il ne lui a valu que des critiques. Que les entreprises laissent leurs infrastructures sur celles d’un Américain comme Google AWS ou Microsoft ne pose pas de problèmes, en oubliant rapidement que les seuls qui ont été pris à écouter et hacker leurs alliés ont été les Américains de la NSA.

Comme il est très peu souvent dit, le choix d’OBS n’est pas unique. Deutsche Telekom, British Telecom, Telefonica ont fait de même. S’il fallait s’inquiéter d’une chose, ce serait de la main mise chinoise sur l’ensemble des Clouds européens et non sur celui d’OBS ! Sans compter que l’accord passé permet aussi aux entreprises françaises d’avoir un pied sur l’immense marché chinois, un eldorado là encore fantasmé par les dirigeants d’entreprises. Au passage tous les opérateurs de télécommunication en France utilisent des stations et des matériels de routages ou de switching de Huawei sans que cela n’inquiète outre-mesure.

Des acteurs de taille mondiale

Peut-on imaginer que l’ensemble des opérateurs ait choisi des produits comportant des backdoors ou des failles permettant aux Chinois d’écouter l’ensemble de ce qui passe sur nos réseaux. De la même manière personne n’aurait analysé dans l’ensemble de l’Europe la pile Open Stack de Huawei pour s’assurer qu’elle est la plus proche de celle en Open Source et qu’elle ne contient aucune faiblesse de sécurité !

Si Huawei est dans le collimateur depuis longtemps, certaines entreprises chinoises arrivent et vont proposer des services à l’égal de ce que peuvent offrir AWS et d’autres membres des Gafa. AliBaba a pour projet de créer des centres de données en Europe et pas seulement pour relayer son activité de vente en ligne. Baidu est un autre acteur de poids comme Tencent qui domine le monde des jeux vidéos. Huawei vise lui à être un des cinq grands Clouds publics dans le monde. Il a les moyens de le faire et son empreinte sur notre continent n’est que le premier pas. Il va bien falloir s’y faire, la Chine et ses entreprises vont jouer les premiers rôles à l’avenir. Crier au loup est déjà trop tard. Il s’agissait plutôt de s’interroger, il y a une ou deux décennies, lorsque avec arrogance Alcatel ou d’autres créaient leurs centres de recherches à Shanghai pour des raisons de coût. On crie aujourd’hui. Mais qui donc a réellement créé la puissance chinoise ? ❍

Article publié dans le n°161 de L'Informaticien.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Actuellement à la Une...

A votre avis...

Les alternatives à GitHub

Les alternatives à GitHub

Microsoft venant tout juste d’officialiser le rachat de GitHub, certains usagers de la plate-forme seront sans doute tentés de chercher des alternatives. Nous allons voir dans ces lignes quelles plates-formes peuvent la remplacer et...

GitHub by Microsoft

GitHub by Microsoft

Près de 70 millions de projets open source hébergés par Microsoft ! L’acquisition de GitHub a soulevé une levée de boucliers dans les communautés open-source, avec le risque de voir le repository...

THD filaire partout !

THD filaire partout !

Yann Serra
Du gigabit Ethernet déployé à partir d’un simple tableau électrique permet, pour moins de 250 €, de desservir une douzaine de postes en TPE, dans un point de vente, ou en habitation.

RSS
Afficher tous les dossiers

SÉCURITÉ IT : LES ENJEUX POUR 2019 - Quel O.S. pour l'auto numérique ? - GENZ, le serveur du futur - Rencontre avec Mounir Mahjoubi - Préparer l'après RTC - Au coeur d'Hexatrust : IDnomic ou l'identité innovante - Langages informatiques : quoi de neuf ? - Digital Learning Manager, le métier qui monte...

 

LOGICIELS D'ENTREPRISE : UNE TRANSFORMATION PROFONDE - Licences logicielles : éditeurs/entreprises, le clash ! - La 5G sort des labos - Windows Subsystem for Linux - Recherche désespérément ingénieurs système - 3 solutions pour booster le réseau WiFi - Rencontre avec Serge Tisseron : nous devons savoir à tout moment avec qui/quoi nous interagissons...

 

BÂTIR LA MAISON INTELLIGENTE - GitHub by Microsoft + alternatives - FIDO2, l'après mot de passe - Open Street Map alternative à Google Maps ? - Java 10/Java 11 ne loupez pas le train - Marseille, 1er port numérique européen ? - OpenClassrooms : l'e-learning "non élitiste" à la conquête du monde...

 

Afficher tous les derniers numéros

Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Mark Zuckerberg dont des fonds d'investissement publics demandent qu'il laisse son poste de président du conseil d'administration à un directeur indépendant
 Quatre fonds publics d'investissement ont rejoint mercredi les investisseurs qui réclament le remplacement de Mark Zuckerberg au poste de président du conseil d'administration de Facebook, pour améliorer la gouvernance au sein du premier réseau social du monde. [Lire la dépêche...]

Twitter a publié des donées liées à 10 millions de tweets de trolls surtout russes qui ont lancé des campagnes de manipulation Twitter a rendu public mercredi des données liées à des campagnes de manipulation lancées par des trolls, pour l'essentiel russes et iraniens, et concernant une dizaine de millions de tweets remontant parfois à 2009. [Lire la dépêche...]

Les logos des réseaux sociaux Twitter et Facebook.Devra-t-on bientôt aller sur Facebook ou Twitter pour regarder ses programmes préférés? Après Netflix et Amazon, ce sont les réseaux sociaux qui s'attaquent au monde de la télévision avec un avantage de taille : une parfaite connaissance de leurs utilisateurs. [Lire la dépêche...]

Un employé de Panasonic analyse les données recueillies par les capteurs d'un fauteuil prototype permettant d'évaluer le degré de stress et l'humeur d'une personne pendant qu'elle est assise, le 17 octobre 2018 au salon Ceatec, à Chiba, près de Tokyo"Asseyez-vous confortablement, posez votre main ici sur le capteur d'odeur": l'invitation peut surprendre mais l'objectif est louable, évaluer le degré de stress et l'humeur d'une personne avec des puces électroniques, un des domaines de prédilection des Japonais. [Lire la dépêche...]

(ILLUSTRATION) Uber espère réaliser l'an prochain la plus grosse entrée en Bourse du secteur technologique, à plus de 100 milliards de dollarsUber peine à redorer une image ternie par les controverses et perd des sommes astronomiques. Pourtant, le groupe américain espère bien réaliser l'an prochain la plus grosse entrée en Bourse du secteur technologique, à plus de 100 milliards de dollars. [Lire la dépêche...]

Capture d'écran d'une vidéo fournie par la Parliamentary Recording Unit (PRU) du Parlement britannique montrant le robot Pepper devant la commission parlementaire sur l'éducation à Londres, le 16 octobre 2018 (AFP PHOTO/PRU)Un robot est venu témoigner mardi devant la commission parlementaire britannique sur l'éducation, une première au Royaume-Uni.  [Lire la dépêche...]

Un moteur d'une Audi A3 TDI testée à Washington DC La facture du "dieselgate" s'est encore alourdie mardi pour Volkswagen, avec l'amende de 800 millions d'euros infligée à sa filiale Audi par la justice allemande, tandis que plusieurs enquêtes pénales se poursuivent contre des dirigeants. [Lire la dépêche...]

La Première ministre britannique Theresa May visite une école d'ingénieurs à Birmingham le 20 novembre 2017Le Royaume-Uni est le pays européen où sont basées le plus de start-up actives dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA), devant la France et l'Allemagne, selon un baromètre France Digitale/Roland Berger publié mardi.  [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

WEB SUMMIT

Le Web Summit réunit plus de 70000 participants et 1200 conférenciers du 5 au 8 novembre 2018 à Lisbonne (Portugal), Altice Arena. Organisé par Connected Intelligence Ltd.

EXPERIENCES

Microsoft Experiences 18, « l'événement de l'intelligence numérique », aura lieu les 6 et 7 novembre 2018 à Paris, palais des congrès de la porte Maillot. Organisé par Microsoft.

MAKER FAIRE

Du 23 au 25 novembre 2018, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la deuxième fois la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.
RSS
Voir tout l'AgendaIT